Participez aux débats sur l'énergie de demain
Contribution sous : L'EXPANSION - LA CHAINE ENERGIE >> Transports

La fin programmée du modèle automobile


vendredi 15 juin 2012

On estime à 800 millions le nombre de voitures utilisées par 7 milliards de terriens. D'ici 2035, les automobiles vont être multipliées par deux. La cohabitation est-elle possible?"


 Jean-Pierre Corniou prépare un livre sur l'avenir de l'automobile. Un aperçu de sa problématique.

L'automobile a conquis le monde en un siècle. Saura-t-elle s'adapter pour survivre à ses transformations ?
 
Lorsque Nicolas-Joseph Cugnot fit rouler son lourd fardier à vapeur pour tirer une pièce d'artillerie en mai 1771, il ne pouvait certainement pas imaginer que la notion « d'auto-mobile » rencontrerait un succès tel qu'il léguerait inconsciemment aux générations suivantes un problème majeur : contenir la profusion de ces objets d'autant plus encombrants que leur accumulation conduit à les transformer en « auto-immobiles ».  (...)

L'automobile a apporté tant aux pays pionniers : satisfaction individuelle, liberté des horaires et des itinéraires, emplois qualifiés, ouverture à la civilisation des sites les plus reculés, accès au tourisme pour tous... Le même désir se vit dans les pays émergents. Dans ce bilan général, les victimes de la route comme des nuisances quotidiennes, les émissions de gaz toxiques et à effet de serre, les tensions géopolitiques n'ont pas pesé lourd et ont été gérés comme des dégâts collatéraux de cette arme de progrès. Aujourd'hui, alors que nous commençons à comprendre l'impact systémique de l'automobile, peut-il encore en être de même ?

La question centrale de ce début de XXIe siècle, après 120 ans d'essor continu de l'automobile,  est bien de s'interroger sur la poursuite de cette croissance sans frein et sans vision globale. En 2011 ont été produits 80 millions de voitures particulières et d'utilitaires légers. Le stock mondial de véhicules est estimé à 800 millions. En 2011 également, l'Agence Internationale de l'Energie estime que la production de gaz à effet de serre, sous forme de CO2, a atteint le record absolu de 31,6 gigatonnes, en augmentation de 3,2% par rapport à 2010. Le pétrole représente 35% de ces émissions, On considère que la production d'automobiles devrait monter à 120 millions par an et le stock rapidement dépasser, vers 2020, 1,2 milliards de véhicules puis en 2035 1,7 milliard. Quelles conséquences pour le monde ? Quelles tensions sur les ressources naturelles, matières premières, énergie, espace ? Quelles conséquences sociétales pour les villes et la santé publique ?  
(...)

Quarante ans après le rapport Meadows, publié pour le Club de Rome en mars 1972, on constate que se confirment  les prévisions de ces experts, très contestées à l'époque, qui mettaient en évidence les tensions inéluctables que la croissance de la population et de la production allaient créer sur les ressources naturelles. Le rapport Randers, publié en mai 2012, est encore plus pessimiste car il constate que si les données ont été confirmées par les faits, l'absolue incapacité de la communauté humaine à se doter d'une vision et d'une gouvernance à long terme renforce les risques de rupture systémique avant la fin du siècle.
 
L'automobile doit se transformer

Nous pensons, en refusant toute schématisation entre autophiles et autophobes, qui souvent se substitue à une réflexion politique construite, que l'automobile ne peut plus avancer à l'identique et doit se transformer. Ce qu'on appelle crise de l'automobile dans les pays matures n'est que l'expression de cette transformation, plus subie que préparée. Mais si les pays matures doivent reconsidérer leur relation à l'automobile, il en est de même pour les pays émergents qui sont confrontés à la responsabilité de faire face aux besoins de mobilité de leur population tout en intégrant la vision globale de l'impact de l'automobile sur la société et les ressources naturelles. Ils ne peuvent désormais en ignorer les défis et doivent contribuer à faire émerger les solutions.  Aussi le fuite en avant des constructeurs vers les pays émergents avec un modèle de développement identique ne peut être considéré comme une option durable, même si elle semble apporter un répit salvateur.

L'avenir sera multimodal, multi-énergies, multi-choix. Il ne pourra toutefois être équilibré que de façon contrainte et volontariste. Pour éviter l'affrontement et la crise, alors que l'opposition entre transports publics et automobile conduisait à des choix binaires, tranchés, les options du futur imposent l'analyse fine des solutions, la concertation entre acteurs, la complémentarité plutôt que l'opposition frontale et idéologique. 
 
Par
Réagissez à cet article
 (17) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
17 commentaire(s)
[1]
Commentaire par irisyak
vendredi 15 juin 2012 16:55
Sympa sauf que ce document ne nous apprend rien. Il n'ouvre aucune porte et n'apporte rien au débat. Ceux qui sont privés de déplacement en auto voient leur liberté réduite et ce sentiment est très élevé. La richesse de voir qui on veut et quand on veut est vraiment une richesse et elle entraine une richesse globale. Nous échangeons gratuitement des quantités d'informations en nous rencontrant. Rien ne remplace la rencontre physique; les chefs d'Etats nous le disent tous les jours; sinon ils se téléphoneraient ... La seule solution ce sont des voitures en économie circulaire et donc recyclées sans cesse.
[2]
Commentaire par irisyak
vendredi 15 juin 2012 16:57
PS: Site en regard: http://greengrowing.over-blog.com
[3]
Commentaire par deducon..c est moi
vendredi 15 juin 2012 17:31
le jour où les billets de train seront à 1 euro OK pour l'instant un aller retour Paris Annecy c'est 200 x 3 personnes = 600 ...comment qu'on fait ? train de banlieue tjrs en grève , train à bestiaux , chaleur , froid , agression , lenteur ...etc etc dans ces conditions l'Auto c'est encore pour trés longtemps !
[4]
Commentaire par un physicien
vendredi 15 juin 2012 17:33
Déjà en séparant la fonction essentielle de mobilité des fonctions accessoires de prestige, virilité, etc. c.a.d. en se contentant de petites voitures, on gagnerait beaucoup.
[5]
Commentaire par Hervé
vendredi 15 juin 2012 18:56
Oui Physicien, c'est ce que défend Jean Marc Jancovici. Revenir à des vehicules "performances 2cv" réduirait sensiblement la consommation et permettait de conserver notre mobilité pour pas mal de temps. Actuellement en France, le déplacement quotidien des personnes est assuré à 88% par l'automobile, les 12% restants étant principalement les trains et métro, pour l'essentiel en région parisienne. Une autre alternative sera le développement du véhicule électrique. Ses performances sont encore modestes et la batterie n'est pas encore suffisamment fiable mais si on calcule l'energie necessaire pour faire rouler le parc Actuel aux vitesses actuelles, c'est environ 80Twh/an, soit environ 16% de notre consommation d'électricité.
[6]
Commentaire par Jean-Pierre Corniou
samedi 16 juin 2012 09:37
Merci pour tous ces commentaires qui démontrent une fois encore que l'intérêt pour l'automobile ne se ralentit pas. Sans vouloir renvoyer aux raisonnements et aux informations qui sont développés dan sel livre (sortie septembre 2012), je voudrais répondre sur le fait que ce texte ne résous pas le problème.. Certes, il ne s'agit que des quelques caractères sur les 350000 du document en cours de finalisation où je cherche à explorer tous les moyens de préserver cette liberté de communication que nous donne l'automobile : véhicules beaucoup plus légers, adaptés à leurs fonction, nouveaux matériaux, downsizing des moteurs, même thermiques. mais il faut aussi innover dan sels usages : autopartage, covoiturage sont d'ores et déjà des systèmes attractifs et appréciés.Guérir l'automobile du pétrole est un processus long, mais il est amorcé par différentes solutions qui ont chacune leurs mérites : hybridation, éléctrification, hydrogène... La recherche est intense dans tous ces domaines. A suivre donc et merci de continuer le débat !
[7]
Commentaire par un physicien
samedi 16 juin 2012 09:47
Il existe même une solution extrêmement simple gratuite largement éprouvée et qui tient en un mot : autostop
[8]
Commentaire par René TREGOUET
dimanche 17 juin 2012 12:38
Article très intéressant qui nous oblige à réfléchir sur l'importance de l'automobile pour l'avenir de l'humanité. Dans mes propres conclusions, je suis beaucoup plus tranché car je suis convaincu qu'à échéance de quelques courtes décennies, l'homme (où la femme) n'aura plus le droit de conduire une automobile. Il provoque des accidents, il crée des embouteillages, il génére dela pollution. Demain l'automobile sera entièrement automatique, ne sera plus gérée par un individu mais par la collectivité, sera mue par l'hydrogène et non pas par des produits carbonés. Il n'y aura plus d'accident, plus de bruit, plus de pollution... Quel Bonheur! Beaucoup pensent encore que ce n'est qu'un rêve... Et pourtant tout se prépare dans les labos pour qu'il en soit ainsi. Plus tôt cela arrivera, plus cela apportera une dynamique nouvelle à l'humanité. Imaginez les centaines de milliards d'heures perdues dans les embouteillages, chaque année , sur notre planète, transformées en autant d'heures de temps reconquis en formation, en travail, en loisirs! j'ai produit il y a quelques semaines un édito sur ce sujet dans ma Lettre hebdo gratuite RT Flash. Vous le trouverez àl'adresse suivante: http://www.rtflash.fr/comment-augmenter-productivite-france-et-donc-obtenir-croissance-sans-depense-d-argent-public/article Bien Cordialement

[Réponse de l'auteur]
Merci M. le Sénateur J'adhère parfaitement à votre vision à long terme. Je pense que la parenthèse automobile se refermera naturellement dans quelques décennies comme elle s'est ouverte en laissant la place à des objets interconnectés permettant de se déplacer physiquement en exploitant la meilleure solution possible, individuelle et collective, exploitant le moins d'énergie possible. L'intelligence des réseaux n'exploitera plus le déplacement des personnes et des biens que de façon optimale. Bien sûr l'option H2 est essentielle dans ce schéma, pas seulement pour se déplacer mais pour stocker des énergies renouvelables... Je vous enverrai naturellement le livre qui se conclut autour de ces thèmes qui aujourd'hui nous font passer pour de doux rêveurs mais qui éclateront de bon sens pour nos successeurs... Très cordialement
[9]
Commentaire par patrig k
lundi 18 juin 2012 09:47
Cette auto que l'on connait aujourd'hui, en réalité je me pose cette question: Quel est le temps d'utilisation réel ? Combien de temps reste t elle sur place, de fait pour le plus grand nombre, nous l'utilisons en tant "normal " , 1/2h le matin, 1/2h le soir , et 2 à 3 h le samedi dimanche ! c'est peu en rentabilité sur l'investissement. BBien entendu, dans nos sociétés stressées, individualistes, il nous est à ce jour difficile d'imaginer de mutualiser ces équipements, mais cette très faible "disponibilité" en roulement, laisse encvisager des pistes, qui certes seraient très difficiles à mettre en oeuvre, avant d'avoir modifié à 100% nos comportements et l'organisation de nos journées d'occupation, tant au travail que dans nos temps libres ... Vaste chantier, sauf que le plus grand frein, est de mon avis le monde publicitaire qui forge cette idée du paradis pour tous et pour chacun son ile à lui, ou presque. Un sacré chantier .. On peut imaginer, que le parc actuel, pourrait etre diviser par trois, sans grande conséquence pour nos déplacement et sous réserve de cette mutation indispensable .. Le modèle actuel est voué à l'échec à moyen terme .. Merci pour cet article
[10]
Commentaire par Hervé
lundi 18 juin 2012 21:03
@René TREGOUET Il est peut-être un peu tôt pour faire des plans sur la voiture du futur. Elle va évoluer, c'est sûr, mais dans quelle direction ça c'est plus difficile à anticiper. Dans les années 70, beaucoup pensaient qu'en l'an 2000, les voitures pourraient voler comme des hélicos pour résoudre les problèmes de l'époque (les bouchons). Qu'en est-il aujourd'hui? L?automatisation à 100% demande une technologie extrêmement complexe. On en est très loin aujourd?hui. On commence à la voir apparaître sur certaines lignes de métro, mais dans son immense majorité, même le transport sur rail exige encore un chauffeur. Et pour la route, les défis sont bien plus immenses.
[11]
Commentaire par Hephaistos
mardi 21 août 2012 11:59
Le monde est paradoxal, les humains veulent un monde plus propre, moins pollué mais sans faire de concessions aux avantages du progrès. On tire à boulet rouge sur l'automobile (qui au passage fait vivre une très grande partie de nos compatriotes) mais par contre personne ne critique les innombrables vols en avions (qui polluent beaucoup plus par passagers) en sachant que la derniere goutte de pétrole (kérozène) ira dans le réservoir d'un Airbus/Boeing ! Stigmatiser l'automobile a toujours été un passe- temps favori qui dressait 2 populations l'une contre l'autre : celle qui a absolument besoin d'un véhicule pour vivre (ou survivre) et celle (genre bobo EELV) qui vit à Paris et qui souhaite que cette ville n'est que des allées piétonnes et des quais de Seine tapissés de sable. Arretons l'autophobie car les moyens de rouler propre nous les avons déja et nous les développons sans arret (norme Euro7/fap/hybride/electrique...). En conclusion ce sont nos habitudes, notre conscience et l'éducation de nos enfants sur ce sujet qui feront bouger les choses sur le long terme. J'espère que nos politiques lisent les forums sur ces sujets car leurs décisons me semblent de moins en moins proactives au fil des années (y compris les verts qui basculent petit à petit dans la démagogie).
[12]
Commentaire par Hephaistos
mardi 21 août 2012 11:59
Le monde est paradoxal, les humains veulent un monde plus propre, moins pollué mais sans faire de concessions aux avantages du progrès. On tire à boulet rouge sur l'automobile (qui au passage fait vivre une très grande partie de nos compatriotes) mais par contre personne ne critique les innombrables vols en avions (qui polluent beaucoup plus par passagers) en sachant que la derniere goutte de pétrole (kérozène) ira dans le réservoir d'un Airbus/Boeing ! Stigmatiser l'automobile a toujours été un passe- temps favori qui dressait 2 populations l'une contre l'autre : celle qui a absolument besoin d'un véhicule pour vivre (ou survivre) et celle (genre bobo EELV) qui vit à Paris et qui souhaite que cette ville n'est que des allées piétonnes et des quais de Seine tapissés de sable. Arretons l'autophobie car les moyens de rouler propre nous les avons déja et nous les développons sans arret (norme Euro7/fap/hybride/electrique...). En conclusion ce sont nos habitudes, notre conscience et l'éducation de nos enfants sur ce sujet qui feront bouger les choses sur le long terme. J'espère que nos politiques lisent les forums sur ces sujets car leurs décisons me semblent de moins en moins proactives au fil des années (y compris les verts qui basculent petit à petit dans la démagogie).
[13]
Commentaire par Hephaistos
mardi 21 août 2012 12:00
Le monde est paradoxal, les humains veulent un monde plus propre, moins pollué mais sans faire de concessions aux avantages du progrès. On tire à boulet rouge sur l'automobile (qui au passage fait vivre une très grande partie de nos compatriotes) mais par contre personne ne critique les innombrables vols en avions (qui polluent beaucoup plus par passagers) en sachant que la derniere goutte de pétrole (kérozène) ira dans le réservoir d'un Airbus/Boeing ! Stigmatiser l'automobile a toujours été un passe- temps favori qui dressait 2 populations l'une contre l'autre : celle qui a absolument besoin d'un véhicule pour vivre (ou survivre) et celle (genre bobo EELV) qui vit à Paris et qui souhaite que cette ville ne soit composée que d' allées piétonnes et de quais de Seine tapissés de sable. Arretons l'autophobie car les moyens de rouler propre nous les avons déja et nous les développons sans arret (norme Euro7/fap/hybride/electrique...). En conclusion ce sont nos habitudes, notre conscience et l'éducation de nos enfants sur ce sujet qui feront bouger les choses sur le long terme. J'espère que nos politiques lisent les forums sur ces sujets car leurs décisons me semblent de moins en moins proactives au fil des années (y compris les verts qui basculent petit à petit dans la démagogie).
[14]
Commentaire par Jean-Pierre Corniou
mercredi 22 août 2012 08:25
Merci à tous ceux qui ont développé un commentaire sur ce texte. Vous illustrez avec clarté la complexité de ce sujet qui nous touche tous personnellement. J'essaye à travers ces contributions d'éclairer sans a priori les enjeux de ce dossier et je suis allé plus loin dans le livre qui sort en septembre "Sept milliards de terriens, un milliard d'automobile, la cohabitation est-elle possible ? ". Trois idées de base : 1/ la mobilité est indispensable, elle est facteur de progrès 2/ pendant des millénaires l'homme - et l'information - s'est déplacé à la vitesse du piéton ou au mieux du cheval ou de la voile 3/ la vapeur puis le moteur à explosion ont fait éclater ce cadre étroit et le XXe siècle a connu un développement sans précédent avec la conviction qu'il n'y avait pas de limites. Nous sommes au XXIe siècle, nous sommes 7 milliards, nous savons qu'il y a des limites et nous les touchons tous les jours : pollution, encombrement, rareté de l'énergie à bon marché... Alors, clairement, il faut changer non pas par idéologie mais par nécessité, et explorer lucidement toutes les voies pour conserver les acquis de la mobilité par un couplage dynamique entre transport individuel et transport collectif. Il faut nourrir ce débat de données et de faits !
[15]
Commentaire par Jean-Pierre Corniou
mercredi 22 août 2012 08:25
Merci à tous ceux qui ont développé un commentaire sur ce texte. Vous illustrez avec clarté la complexité de ce sujet qui nous touche tous personnellement. J'essaye à travers ces contributions d'éclairer sans a priori les enjeux de ce dossier et je suis allé plus loin dans le livre qui sort en septembre "Sept milliards de terriens, un milliard d'automobile, la cohabitation est-elle possible ? ". Trois idées de base : 1/ la mobilité est indispensable, elle est facteur de progrès 2/ pendant des millénaires l'homme - et l'information - s'est déplacé à la vitesse du piéton ou au mieux du cheval ou de la voile 3/ la vapeur puis le moteur à explosion ont fait éclater ce cadre étroit et le XXe siècle a connu un développement sans précédent avec la conviction qu'il n'y avait pas de limites. Nous sommes au XXIe siècle, nous sommes 7 milliards, nous savons qu'il y a des limites et nous les touchons tous les jours : pollution, encombrement, rareté de l'énergie à bon marché... Alors, clairement, il faut changer non pas par idéologie mais par nécessité, et explorer lucidement toutes les voies pour conserver les acquis de la mobilité par un couplage dynamique entre transport individuel et transport collectif. Il faut nourrir ce débat de données et de faits !
[16]
Commentaire par Tatoon
samedi 22 septembre 2012 11:53
je ne sais pas si le pb est réel car je vois toujours autant de camions et de gros 4x4. C'est comme partout, qu'on s'attaque en premier aux gros consommateurs et qu'on arrête d'autoriser des voitures de société de 300 cv déductibles des bénéfices. Pas besoin d'avoir fait l'ENA pour déjà économiser pas mal de consommation.
[17]
Commentaire par Jean-Pierre Corniou
samedi 22 septembre 2012 17:03
Bien sûr le problème de la consommation et de l'émission de C02 est réel... et la politique gouvernementale n'est pas favorable, en France, aux véhicules qui émettent du C02. Le malus a d'ailleurs été durci par l'actuel gouvernement. 3600 ? à l'achat, plus 160?/an pour les véhicules qui émettent plus de 230 g/km, cela commence à être dissuasif...mais pour quelqu'un qui achète une Ferrari California (c'est la moins chère) à 183 000 ? payer 3600? n'est pas vraiment dissuasif... En même temps, les volumes de ces voitures sont tellement faibles qu'il vaut mieux les taxer que les interdire.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...

Chiffres Clés
La responsabilité éditoriale de «la chaîne Energie» est assurée par Béatrice Mathieu, journaliste à L'Expansion.
La chaîne est animée par Yves de Saint Jacob (Agence Newsteam).

En partenariat avec:
et
Newsletter et Alertes
Choisir sa mutuelle

Comparez plus de 200 offres chez les plus grands assureurs !

MutuelleConseil
avec MutuelleConseil
Voitures d'occasion

Trouvez votre bonheur avec + de 260 000 véhicules d'occasion

La Centrale
avec La Centrale
Immobilier

Découvrez nos annonces et trouvez
votre futur chez vous !

Immobilier
avec Logic-Immo.com
Locaux d'Entreprise

Trouvez vos prochains bureaux parmi plus de 13 000 annonces !

Bureaux Locaux
avec Bureaux Locaux
Abonnement Vin

Recevez 2 grands vins tous les mois dans votre boite aux lettres

Abonnement Vin
avec MyVityBox