Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Après une carrière de haut fonctionnaire puis de directeur des systèmes d'information de grandes entreprises pendant plus de seize ans -Sollac, Usinor, Renault- , Jean-Pierre Corniou a dirigé EDS Consulting...

Le transport dans la ville de demain : électricité + numérique


jeudi 05 juin 2014

Après des années de suprématie, la voiture à essence doit s'adapter et le transport électrique est au coeur de la transformation urbaine. Avec l'appui décisif du numérique.


Voir le blog de Jean-Pierre Corniou

La croissance de la population mondiale se fera dans les villes qui vont devenir le coeur de l'économie mondiale. Or une ville asphyxiée par la pollution, bloquée par les embouteillages, haïe par ses résidents, est une ville inefficace que fera fuire ses habitants comme les investisseurs.

Il faut donc rechercher des solutions nouvelles pour que les personnes, les marchandises et l'information cohabitent efficacement dans la ville. Or c'est un champ où se mènent plusieurs batailles simultanées, entre transport individuel et transport collectif, mais également entre formes d'énergie, pétrole contre électricité.

Alors qu'au début de l'automobile, la concurrence s'était développée entre voitures à vapeur, à électricité et à pétrole, inexorablement les progrès du moteur à explosion ont favorisé la voiture à essence. Le triomphe de l'automobile individuelle à pétrole a aussi déclassé les transports publics et les tramways ont disparu des rues de grandes villes dans les années soixante? 

Le transport  électrique au coeur de la transformation urbaine

La situation ne commence à évoluer qu'au début des années 2000 avec de nouvelles stratégies de mobilité urbaine qui progressivement réduisent la place de l'automobile en ville au profit des transports collectifs.  La crise du pétrole de 2008, puis la crise financière, amplifient cette mutation ce qui conduit  l'automobile à devoir engager sa propre évolution pour avoir une chance de conserver une certaine place au coeur des villes.  Cette évolution ne concerne pas que les villes matures des "vieux pays", mais aussi, et surtout, les grandes métropoles des pays émergents qui font face à de considérables défis. (...)

Les investissements dans des systèmes de transport publics performants permettent de doter les agglomérations, même de taille moyenne, d'une offre attractive. C'est ainsi que la France va redécouvrir le tramway à partir de 1985 à Nantes. Sur les trente agglomérations de plus de 300000 habitants, seules deux n'ont aujourd'hui ni métro ni tramway. Les bus diesel auront disparu de Paris en 2025. Des solutions de bus électriques se rechargeant aux stations sont proposés par des constructeurs comme Bolloré, Bombardier ou, en Chine, BYD. Le monde de la logistique découvre la performance des véhicules électriques, silencieux et sans rejets, à l'instar de la Poste.

Le numérique, facteur de flexibilité et d'efficience

L'innovation majeure consiste à rendre tous les moyens de transport publics et individuels interopérables pour développer un système global efficient. C'est le smartphone qui est au coeur de cette révolution de l'interopérabilité : mobile, puissant, doté d'une pluralité d'applications imaginatives, ouvertes aux initiatitves des développeurs des start-ups,  le smartphone est devenu le premier outil de l'inter-connectivité des transports. Il est aussi l'auxiliaire indispensable du covoiturage.

Les systèmes de paiement se sont modernisés et offrent la faculté d'optimiser son parcours en utilisant plusieurs moyens de transport. Le titre unique de transport se dématérialisera à partir de solutions de paiement direct sans contact par smartphone.

C'est grâce à la somme de ces innovations que les systèmes d'autopartage, dont Autolib est un exemple reconnu sur le plan international, ont pu voir le jour pour apporter aux citadins la souplesse du véhicule individuel en complément de l'offre collective de transport. Mais le système connaîtra sans aucun doute une nouvelle vague d'innovations avec des véhicules à conduite automatique tels que ceux présentés par Google qui offrent souplesse et individualisation.

Electricité + numérique

Loin de l'affrontement quasi-idéologique entre voiture individuelle et transports publics, le XXIe voit émerger un nouveau système de mobilité fondé sur deux vecteurs de performance indissociables :

-     L'utilisation de motorisations électriques, silencieuses, faciles à télégérer, et non productrices de rejets locaux
-     Le recours aux techniques numériques de pointe : géolocalisation, billettique, applications mobiles, signalisation électronique, information temps réel

C'est l'innovation qui nourrit la convergence entre les acteurs institutionnels qui assurent la conception des outils et des réseaux  et la créativité des start-up. C'est ainsi que se créent des écosystèmes féconds qui offrent aux utilisateurs une palette de solutions renforçant la qualité de la mobilité et redonnant à la vile son rôle de catalyseur de développement. L'utilisateur est ainsi en mesure d'arbitrer de façon informée entre ces nouvelles opportunités et cette liberté ouvre la voie à un nouveau cycle de progrès pour rendre la ville intelligente, respirable et attractive.

Réagissez à cet article
  
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !