Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
"Sauvons le climat"  est une association qui s'est fixée pour objectif de "diffuser une information impartiale et scientifiquement fondée sur le réchauffement climatique et les questions...

Le record eolien du 5 janvier : un "trompe l'oeil"


mardi 24 janvier 2012

La production éolienne a battu un record en France le 5 janvier dernier. Ce résultat est très relatif, car le problème essentiel du stockage de l'électricité n'est pas réglé, estime l'association "Sauvons le climat".


Le 5 janvier dernier, le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) et sa branche France Energie Eolienne (FEE) ont annoncé un nouveau record de puissance de production avec 4636 MW .

"Avec une production d'électricité instantanée atteignant celle de 5 réacteurs nucléaires, l'énergie éolienne a produit jeudi 5 janvier 6% de notre consommation, évitant le recours à des centrales thermiques fossiles à une période de l'année où les besoins en électricité sont très élevés", a écrit le SER dans un communiqué.

Sauvons le Climat ne peut que se féliciter de ces résultats, en ligne avec les engagements du Grenelle de l'environnement, même si dans ce programme l'éolien accuse un certain retard par rapport aux autres renouvelables.

Mais tout est relatif :


- En termes de puissance, il est normal que les records soient constamment battus, la puissance éolienne installée en France étant en croissance constante de plus de 1000 MW par an2.

- La comparaison de ces 4636 MW éoliens avec la puissance de 5 réacteurs nucléaires (de 900 MW, les plus anciens) est plus spécieuse : elle passe sous silence le fait que lesdits réacteurs ont une disponibilité de l'ordre de 80 % (les indisponibilités étant dues à la maintenance et aux rechargements en combustible), quand le parc éolien français dans son ensemble affiche un facteur de charge annuel de 22 % en raison de l'irrégularité des vents.

- En termes de taux de couverture des besoins hexagonaux, cette production éolienne record est à rapporter à une production totale (ce jour-là) très faible pour la saison, en raison des températures clémentes. D'où un ratio beaucoup plus favorable que par temps froid. Or , les études montrent de nettes corrélations entre grands froids et absence de vent, en raison des conditions anticycloniques dont ces éléments sont la traduction visible. C'est donc malheureusement quand la demande est la plus forte que la production éolienne est la plus faible.

Une autre donnée très intéressante figure dans le communiqué du SER :

 « Le dispositif IPES (pour l'insertion de la production éolienne et photovoltaïque sur le système) mis en place par RTE permet de prévoir chaque jour et de manière satisfaisante la production éolienne sur le territoire et d'y adapter les besoins restants. »

La mention de cette phrase est la reconnaissance de la part du SER et de FEE que c'est bien le nucléaire et le reste du parc de production qui s'adaptent à la production éolienne, et non l'inverse. Cela démonte totalement l'argumentation selon laquelle les énergies nouvelles ne bénéficieraient d'aucune priorité sur le réseau, et seraient ainsi freinées dans leur contribution à notre « mix » énergétique.

Le stockage de l'énergie : essentiel mais au stade de projets



(...)

Mais avec l'augmentation régulière des productions éoliennes et photovoltaïques, leur priorité d'accès au réseau sera de plus en plus difficile et coûteuse à gérer.

 
Il y a aujourd'hui un énorme décalage entre le développement à marche forcée de ces ressources intermittentes et celui du stockage de l'énergie qui est son complément indissociable.

D'un côté, des taux d'équipement en croissance exponentielle, et de l'autre, des "projets" (stockage diffus sous forme chimique dans les batteries de nos futurs véhicules électriques, sous forme thermique dans des cumulus de grande capacité), de la R&D et des "installations pilotes". Mais rien de transposable aujourd'hui à l'échelle industrielle.

La seule technique de stockage mature est celle des STEP (Stations de Transfert d'Energie par Pompage) consistant à remonter de l'eau entre deux retenues (de barrage). Pour pallier l'intermittence de ressources représentant 50 % du parc nucléaire français, il faudrait construire une vingtaine de STEP de type du barrage de Grand'Maison10. Mais les sites disponibles sont rarissimes, les coûts importants, le délai de construction d'au moins 10 ans (après enquêtes publiques, contestations diverses, acquisitions foncières...)

Quant au prix, aujourd'hui le chiffrage de l'électricité « verte » et le calcul de la CSPE ne tiennent compte que de ses coûts de production, pas de ceux du stockage qui doit lui être associé. Pas davantage du coût des nouvelles lignes à haute tension à construire pour écouler la production des parcs éoliens de la façade atlantique vers les zones de forte consommation. Le moment venu, il faudra bien s'y intéresser. La facture sera alourdie d'autant.

Décidément, le prix de l'électricité n'est pas près de se stabiliser...


Lire l'article in extenso  avec les notes sur le blog de "Sauvons le climat"

Réagissez à cet article
 (12) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
12 commentaire(s)
[1]
Commentaire par carlino
mardi 24 janvier 2012 18:30
Tant qu'on ne saura pas stocker l'électricité c'est mettre la charrue avant les boeufs ....ces éoliennes resteront des usines a gaz , une stupidité écologique et économique ...c'est comme investir dans un gros 4x4 hybride pour rouler trés irrégulièrement et en ville !!! inadaptés , trés cher et polluantes.
La SER n'est pas le syndicat des énergie renouvelable mais une machine à propagande et a vendre pour ses adhérents ..multi nationales avides de profits garantis grâce a des tarifs d'achat garantis ...bref trés malsain tout ça . L'environnement , la nature ,les paysages , la mer , la santé , l'homme, le sociologique ....sont le cadet de leurs soucis .
rien de vert tout ça ! il y a beaucoup mieux à faire avec tous ces milliards !
[2]
Commentaire par Hervé
mardi 24 janvier 2012 19:32
Très bon article.
On lit souvent que les énergies vertes sont décentralisées et nécessiteraient donc peu de lignes de transport, car on les place prés des lieux de consommation.

Partant de ce fait, le plus gros lieu de consommation du pays étant l'île de France j'espère que les promoteurs de cette forme d'énergie ont prévu d'installer 40 ou 50000 machines dans ce secteur. C'est curieux, pour le moment, il n'y en compte pas beaucoup!? C’est d’autant plus surprenant qu'il y a la possibilité d'en faire une de 300m de haut à moindre coût en plein Paris, le pylône étant déjà existant!
[3]
Commentaire par patrig k
mercredi 25 janvier 2012 15:15
Article caricature et pro-nucléaire au possible !

Ici ont conteste le coût des STEP et de leur éventuelles misent en oeuvre, alors que le seul coût d'un réacteur EPR suffirait a combler ce manque, un outils qui aurait sans souci une durée d'exploitation de 100 ans , comme tous les ouvrages de génie civil au demeurant .

Avant la construction des chemins fers, il n’y avait pas de chemin de fer …

Ici on conteste les STEP, alors que EDF est la première a devoir les utiliser de par les équipements suisses, chaque hivers faisant, ce depuis des années ! Que lors du projet de la centrale de Plogoff, EDF voulait la mettre en oeuvre dans la zone Guerlédan ... Mais EDF préfère acheter pour 15 milliards d'euros British Energy , un parc usagé et obsolète british ...La Cour des Comptes le leur avait signalé ...

Ici on écrit que le nucléaire aurait un taux de disponibilité de 80% ! Alors qu'il est plus proche de 75% ... l'usure ! L’usure des usuriers à 45 milliards d’euros ( premier devis) ! Sans tenir compte du rendement médiocre à faire bouillir de l'eau atomique. R= 30% x 0,8 = 24% … Énergie primaire …pour les primaires de CM2 !

Ici on écrit que le grand froid n'est pas très compatible avec l'éolien, mais on oubli de rappeler que la Loire avait gelée en 1987, ce qui avait provoqué le plus grand Black Out , RTE avait choisit de punir les récalcitrants , en délestant toute la péninsule Bretonne ...Plus d’eau à refroidir l’atome crochu des Mines & Émérites !
[4]
Commentaire par patrig k
mercredi 25 janvier 2012 15:27
Ici on écrit de la propagande,.en oubliant le scandale AREVA URAMIN et les paradis fiscaux depuis Toronto, les Îles Vierges et les Katangais ...un trou de 2 milliards d’euros (entre autres) !

http://www.mediapart.fr/journal/economie/200112/areva-dans-le-scandale-duramin-balkany-et-le-retour-des-katangais

Ici on écrit …sans signer son papier ! On, n’a pas envi d’être identifié, tellement son argumentaire est un "trompe l'oeil"
[5]
Commentaire par patrig k
mercredi 25 janvier 2012 15:38
ont prévu d'installer 40 ou 50000 machines ///

Hervé ....voyons ... pas la peine , pour les parisiens , c'est pas compliqué ... tout le cochon qui est produit en Bretagne , au passage qui pollue nos plages d'algues vertes , une fois ingurgité par 12 millions d'habitants, le transit effectué, les réseaux recalibrés, il ne suffit plus par la suite que de méthaniser les déjections de ces citadins ....

Ainsi, ils pourront nous rendre cet honneur, de reconnaitre que non seulement nous leur fournissons et le cochon, mais de plus l'option gaz à cuire le cochon ...
[6]
Commentaire par carlino
jeudi 26 janvier 2012 15:53
Patrig k compare un événement qui a eu lieu une fois en 1987 avec ces stupides éoliennes qui sont en panne de vent 20 jours sur 30 !!!
ridicule !!!!!
les éoliennes terrestres et offshores c'est comme de 4x4 hybrides pour rouler en ville ...c'est trés cher , ça prend de la place , c'est pas beau , ça pollue , c'est pas écolo ...ça donne bonne conscience mais dans les faits !!!!????
[7]
Commentaire par Demaison
vendredi 27 janvier 2012 17:07
Je demande à l’auteur de l’article (mais qui est-ce donc ?) de bien vouloir comparer les coûts entre :
- Le développement des ENR qui demande en effet du déploiement réseau (selon le RTE)
- Le maintien en sécurité des centrales nucléaires (selon le rapport de l’ASN)
A chaque énergie ses conséquences en terme de coût, et je ne parle pas du démantèlement…
[8]
Commentaire par Hervé
vendredi 27 janvier 2012 18:28
Les commentaires de ce post sont vraiment très intéressants. Donc selon Patrig k, la modeste "crotte" que nous faisons chaque jour serait, une fois méthanisée, la solution à nos problèmes énergétiques... Je crois qu'on n'a pas du apprendre la même physique!

Et que dire de votre tirade sur les STEP! Avez vous seulement conscience de la puissance nécessaire pour lisser l'éolien??? C'est pas avec 5G€ que vous allez régler le problème, 500 serait une valeur plus pertinente...

C'est amusant de lire du même auteur que le stockage serait un problème insoluble pour le nucléaire, et dés qu'on parle d'éolien, ça devient un détail facile à régler, alors que l'éolien nécessitera 5 à 10x plus de STEP que le nucléaire pour assurer le lissage...

Et quand la Loire gèle, les lacs aussi, sans parler des éoliennes arrêtées à cause du balourd provoqué par la glace sur les pales, ni des centrales thermiques qui auront le même problème...

Votre calcul du produit du rendement par le taux de charge ??? Pas compris le but. Mais vous préféreriez peut être qu’on utilise l’uranium dans des mini réacteurs de quartier pour profiter de la chaleur ? (La sécurité d’un tel concept, humm, là j’ai peur).

Le seul point ou je suis en plein accord avec vous, c'est pour British Energy, grosse connerie... Et Uramin se présente pas mal non plus dans le même registre...
[9]
Commentaire par patrig k
lundi 30 janvier 2012 22:12
@carlino

ces stupides éoliennes /// elles n'ont pas de cerveau ! elles sont pas les seules !

ça pollue/// surtout depuis que pellerin est en retraite, les nuages radioactifs , ben carlino, ils en profitent à traverser alpes et frontières, sans permis de séjour !

une fois en 1987 /// ouf , nous v'là rassuré , vieux motard que trop tard !
continuez ainsi, merci , des fans atomiques de ce niveau , du pain béni
[10]
Commentaire par patrig k
lundi 30 janvier 2012 22:19
@hervé

Vous êtes le Vauban du IIIéme millénaire ...Un grand homme

[....5 à 10 x plus de STEP que le nucléaire ...] oui oui et en plus en béton inerte , et 1 500 000 000 000 000 000 000 000 fois moins de déchets nucléaire ...

ne pas confondre carburant et réservoir ...!

merci encore, demain 31.01.2012 ça va être votre grand jour, votre cv à Anne , nul doute , elle vous réserve un taff !
[11]
Commentaire par patrig k
lundi 30 janvier 2012 22:30
@hervé ....

c'est pas le mm Vauban, à moins que c'est Vauban adolescent

British Energy, Uramin, Constellation in US , démantèlement, Bure à 35 milliards ( 2éme devis sachant qu'il ne sera pas le dernier), surveillance de ce trou atomique pendant 2000 ans , ça coute combien à votre avis

la méthanisation des eaux usées et vannes est un procédé qui est déjà en oeuvre depuis longtemps .... !
[12]
Commentaire par Hervé
mardi 31 janvier 2012 20:36
@Patrig k
Sauf que nous ne produisons que peu de déchets « méthanisables » en rapport de notre conso, ramené à l'individu, ça pèse rien.

35G€ pour stocker 40 ans de déchets + les 40 ans à venir, ça fait 0.44G€/an, C'est pas catastrophique non plus... Le chiffre d’affaire d’EDF annuel est de ~70 G€

Le nuage de Tchernobyl en France, c'est peanuts devant la radioactivité naturelle. Renseignez vous sur la radioactivité naturelle des cigarettes, du granit breton qui dépasse les normes de classification en déchet radioactif, de certains lieux de la planète comme Ramsar (Un tchernobyl 100% naturel) Sites « bons pour la santé » ou encore des rejets de radioactivité liés à l'usage médical... Pellerin avait raison, désolé.

Si vous ne voulez pas être soumis à la radioactivité, vous allez avoir du mal car il y en a partout. Vous même êtes radioactif.

Euhh Anne elle est plus là?, et j'aime pas les grosses boites, non merci, suis bien la ou je suis.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !