Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
"Sauvons le climat"  est une association qui s'est fixée pour objectif de "diffuser une information impartiale et scientifiquement fondée sur le réchauffement climatique et les questions...

Le « tournant énergétique » de l'Allemagne mauvais pour le climat


mercredi 12 mars 2014

Une commission allemande d'experts critique les effets néfastes de la mise en oeuvre de l'Energiewende, sur la facture électrique, les émissions de CO2, mais aussi sur les incitations à la recherche et à l'innovation sur les technologies nouvelles.


Dans son rapport 2014 « Expertise sur la recherche, l'innovation et la capacité technologique allemande », la Commission d'experts sur la recherche et l'innovation (Expertenkommission Forschung und Innovation ;EFI) mise en place par le gouvernement fédéral pour guider sa politique dans le domaine de l'innovation se montre très critique du rôle joué par le mécanisme de la loi allemande sur les énergies renouvelables (EEG) sur le potentiel allemand en matière de recherche.

Or, pour l'essentiel, c'est cette loi qui a été reprise dans le dispositif français actuel de soutien aux énergies renouvelables.

Cette commission rappelle d'abord l'impact désastreux de l'EEG sur la facture électrique des consommateurs allemands, désormais double de celle d'un consommateur français.
L'EFI étudie aussi l'impact sur les émissions CO2 : Le déploiement accéléré des énergies renouvelables se contente de déplacer les émissions CO2 vers d'autres secteurs ou d'autres pays européens. Selon l'EFI : « La loi EEG ne contribue pas à la protection du climat, mais la rend plus onéreuse. »

Des barrières à l'innovation

Dans le cadre de sa mission, l'EFI se pose alors la question de savoir si au moins l'EEG stimule l'innovation. Or cela n'apparaît pas si on prend pour indicateur le nombre de soumissions de brevets. "Une étude empirique pour la période 1990 jusqu'à 2005 n'a pu établir une action du tarif d'achat en Allemagne sur l'innovation que pour l'énergie éolienne. Une analyse récente qui a étudié l'action de ce tarif d'achat EEG sur la période 2000 à 2009 ne trouve de relation positive dans aucun domaine technologique", note le rapport;

Le rapport avance une explication. : "le fait que la subvention soit cadrée sur le coût moyen ne rémunère pas plus l'innovateur d'une technologie nouvelle que l'utilisateur d'une qui existe déjà, et ce alors que l'investissement dans la nouveauté comporte un risque (...) Les entreprises ont une incitation accrue à utiliser leurs ressources réduites pour la mise en oeuvre d'un potentiel déjà existant plutôt que de s'engager dans de la recherche-développement. Bien plus, par un déploiement rapide de technologies matures qui conduit, pour elles à des réductions de coût par effet d'échelle, on crée des barrières à l'entrée sur le marché pour les technologies innovantes".

Et l'EFI de conclure : « Dans les domaines des énergies renouvelables où s'écoule la plus grande part des subventions  - le solaire photovoltaïque, l'énergie éolienne et la biomasse -, l'EEG ne montre aucun impact mesurable sur l'innovation. De ce fait, il n'existe aucune justification pour une perpétuation de l'EEG. »

Espérons que les aspects négatifs de l'expérience allemande, discutés maintenant dans de nombreux rapports produits outre-Rhin dont celui de l'EFI n'est qu'un exemple, ne seront pas reproduits dans la future loi sur la transition énergique pour la France.
 
Pour plus de détails, voir le site de Sauvons Le Climat
 


Réagissez à cet article
 (38) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
38 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Tilleul
mercredi 12 mars 2014 11:29
Les mots innovations et climat ne figurent même pas dans la loi en question. Les objectifs de la loi sur les énergies renouvelables étaient de déployer les énergies renouvelables pour permettre la baisse des prix par l'industrialisation : c'est fait et même de manière spectaculaire sur le solaire, et d'avoir un gain macroéconomique en passant d'un système où l'argent de l'énergie va dans la poche de producteurs de gaz étranger vers un système où l'argent va dans la poche d'investisseurs allemands. Donc réussite éclatante sur les deux objectifs. La EEG n'est pas à par contre pour soutenir l'innovation ou la baisse des émissions (qui sont beaucoup plus liés au transport et à l'isolation) et il est bon qu'un rapport le montre à l'heure où l'on souhaite plutôt développer les EnR en enlevant les subventions touchés par l'energie conventionnelles plutôt qu'en compensant les avantages donnés aux énergies fossiles et fissiles. Les politiques liés à l'innovation sont réalisés dans d'autres lois comme les programmes d'excellence (avec succès vu le nombre de brevets) tout comme les objectifs de baisse des émissions de gaz à effet de serre qui bien que se focalisant sur la baisse des énergies carbonées importées (pétrole et gaz) continuent à être sur la bonne voie.
[2]
Commentaire par papijo
mercredi 12 mars 2014 15:03
@Tilleul - Vous me semblez avoir des problèmes de lecture. L'article dit que l'EEG (et, c'est moi qui rajoute, il en est de même pour sa copie française) est DESASTREUX pour la facture électrique des allemands. Elle NE CONTRIBUE PAS à la protection du climat, mais la rend PLUS ONEREUSE. En plus court: elle coûte cher et ne sert à rien ! NB: Cet article ne fait que traduire les préoccupations qu'on voit dans la presse allemande au sujet de cette politique depuis plus d'un an (avec notamment la sortie de Peter Altmaier estimant à 1000 milliards d'euros le coût de l'EEG), un peu mises en sommeil pendant la campagne électorale et les négociations qui ont suivi, et qui ressortent en force actuellement. Si les écolos français considèrent l'EEG comme une grande réussite, manifestement, la population et les médias allemands en doutent !
[3]
Commentaire par Gépé
mercredi 12 mars 2014 15:34
Le fait de payer l'énergie que l'on produit sur le territoire plus chère serait plutôt un avantage pour l'Allemagne comparé à la France; c'est ce qui correspond à une rente; si nous augmentions le prix de notre énergie produite au même prix que les Allemands, cela nous rapporterait au moins 30 à 50 Mrds d'euros, somme que le gouvernement cherche désespérément pour réussir son pacte de responsabilité.
[4]
Commentaire par pk
mercredi 12 mars 2014 15:48
Sauvons le climat avec le nucléaire .... Cf billet précédent de cette série, ou 2.8% de nucléaire en énergie primaire et à 10 milliards d'euros le réacteur (vendu 3) , ce délire d'atomistes excentriques et dangereux n'y fera jamais rien du tout ... Sauver le climat, n'est pas sauver le nucléaire ... Enlevez vos masques, plus personnes n'y croit à vos slogans mensongers .. De plus, se convaincre de trois ans à peine de production, pour en retirer des conclusions à ce sujet de climat, est une imbécilité bien connue des ayatollahs atomiques.. Au fait pour passer de 2.8% à 40% pour que cette technique puisse être en mesure de produire autant que la moitié fossile, combien ça coute, et ou est l'uranium pour les nourrir.? La règle de trois , si 400 réacteurs = 2.8% Enp , ce qui donnerait environ 5715 machines ... pour 400 aujourd'hui ... Stop au mensonge
[5]
Commentaire par papijo
mercredi 12 mars 2014 21:34
Contrairement à ce que pensent certains, je ne suis pas un inconditionnel du nucléaire. Par contre, je suis fermement opposé à tout ce qui n'est que le délire de certains manipulés par des campagnes d'informations mensongères (comment se fait-il que certains préconisent, alors qu'il n'existe aucune possibilité de stockage massif de l'électricité, de subventionner le photovoltaïque, alors que l'on sait que nos besoins sont surtout importants au coucher du soleil ?). A l'opposé, si quelqu'un venait me dire: "Il faut arrêter le nucléaire car nous avons suffisamment de gaz de schistes", je dirais "Vérifions d'abord, et si c'est vrai allons-y !". Pour ce qui concerne les ressources en uranium, pas de crainte à avoir. Le coût du combustible nucléaire (minerai) n'est qu'un tout petit pourcentage du prix global, donc, même si les ressources au coût actuel venaient à s'épuiser (on en est très loin), un doublement de son prix ne remettrait pas en cause l'intérêt de la filière ! Et ne parlons pas des filières à neutrons rapides et thorium.
[6]
Commentaire par pk
mercredi 12 mars 2014 23:15
Allemagne : 80 millions d?habitants, thermosensibilité de 500 MW/°C, soit 6,25 W/°C/hab. France : 65 millions d?habitants, thermosensibilité de 2300 MW/°C, soit 35,40 W/°C/hab.
[7]
Commentaire par Tilleul
mercredi 12 mars 2014 23:32
Vous savez papijo, les allemands sont plus préoccupé par le prix de l'assurance santé ou des crèches que de la facture d'électricité. Lors du grand débat télévisé des élections le sujet n'est même pas été mentionné...
[8]
Commentaire par papijo
jeudi 13 mars 2014 11:29
Le sujet de l'énergie a été peu abordé pendant la campagne car le SPD et la CDU ont des politiques très similaires. Par contre, l'accord de coalition en parle: poursuite des restrictions sur le photovoltaïque, arrêt des subventions à la méthanisation des cultures énergétiques, etc... Regardez les titres des articles des journaux allemands concernant l'EEG: par exemple sur le FAZ (lien) ou die Welt (lien). Le ton n'est pas très enthousiaste ...
[9]
Commentaire par Hervé
jeudi 13 mars 2014 13:26
@ Tilleul: Si vous considérez que le but macroéconomique de l'EEG était purement économique (recentrer les couts en Allemagne), je ne suis pas sur que se soit une réussite, (du moins pas pour le solaire PV). Au bilan l'EEG leur a déjà couté un bras pour produire environ 15% de leur l?énergie localement et sans révolution sur le plan environnemental. Cela leur a permis de fermer qq réacteurs c'est tout. Et la poursuite de ce programme va encore augmenter les couts. Enfin, il faut noter que pour un investissement comparable fait dans les années 70 80 en France, on a atteint presque 80% de l?électricité avec des dépenses quasiment intra-nationales.
[10]
Commentaire par herve
jeudi 13 mars 2014 13:31
@PK Englobez la consommation de gaz/fioul dans votre thermosensibilité et vous constaterez que l'Allemagne et la France ne sont pas si loin que ça en W/habitant... Vous confondez Thermosensibilité et électrosensibilité... Pas exactement pareil...
[11]
Commentaire par Tilleul
jeudi 13 mars 2014 16:04
@Hervé : Déjà sur le PV les machines outils et les brevets sont toujours développés en Allemagne... Après pour la question macroéconomique, voir ce graphique pour savoir où va l'argent de la EEG... Il est en Allemagne. Celui qui gagne de l'argent en produisant de l'énergie renouvelable c'est celui qui possède le panneau, pas celui qui a assemblé les cellules. http://www.unendlich-viel-energie.de/media-library/charts-and-data/renewable-energy-in-the-hands-of-the-people L'exemple typique c'est un allemand d'une ville de campagne qui investit 500 ? dans une éolienne à coté de chez lui ou une exploitation agricole qui met des panneaux solaires ou du biogaz... D'ailleurs ce n'est pas un hasard si l'industrie agricole allemande a dépassé l'industrie agricole française...
[12]
Commentaire par pk
jeudi 13 mars 2014 17:26
Vous oubliez le principal, quand ici on laisse les bâtis fuyards, l'Allemagne, et ailleurs, ont depuis les premiers chocs pétroliers fait le nécessaire. Les coqs, ont laissés filés, ce qui explique la thermosensibilité extravagante de ce pays, des chiffres non contestables et pourtant ... L'HV, qui croit tout savoir, n'a que cette méprisante façon d'oser écrire que je suis fan du pétrole, alors que je revendique l'économie et l'efficacité... Comme Goering, le nazi, ça ment, ça se vante et ça ose, le c hef d'escadrille et son larbin papijo, la beauferie nucléocrate dans toute sa splendeur
[13]
Commentaire par Hervé
jeudi 13 mars 2014 19:25
@ Pk Je n'oublie rien du tout. L?Allemagne est un peu mieux mieux isolée que la France mais elle a des températures moyennes un peu plus basse ce qui fait qu'au final la consommation du résidentiel est à peu prés identique dans les deux pays. Voir http://www.connaissancedesenergies.org/sites/default/files/ufe_comparaison_fr-all.pdf. Il n'y a pas tant de différence que cela, ils ont un peu d'avance sur la qualité de leurs logements, comme nous nous en avons sur les pays plus au sud... Par contre les choix qu'ils ont fait les ont conduit à bruler plus de fossile. Vu que vous soutenez leur modèle, vous êtes donc pro fossile car dans les faits, ce n'est pas l'intention mais le résultat qui compte. Et comme le signale cet article, la politique allemande en matière d?énergie c'est pas bien terrible...
[14]
Commentaire par Hervé
jeudi 13 mars 2014 19:35
@ Tilleul, Pour le moment la plupart les particulier que je connais qui ont investi dans l?éolien ne sont pas prêts de revoir la couleur de leurs sous. Quant au solaire PV, Quels Brevets? Quelles machines?. L'essentiel de la techno utilisée est dans le domaine public depuis des lustres. Il y a beaucoup de fabricants de machines qui ne sont pas chleuh. De plus maintenant qu'ils sont équipés, ils vont produire pendant des années. Le PV en Allemagne est mal en point, ils ferment tous les uns après les autres. Il leur reste l'éolien, mais pour combien de temps?
[15]
Commentaire par pk
jeudi 13 mars 2014 20:42
Affirmation totalement gratuite, [ .... la consommation du résidentiel est à peu prés identique dans les deux pays. .. ] De plus vos références CEREN, comme Sauvons le climat, sont des pronucléaires, ils sont payés pour ça. ... [ ... qui ne sont pas chleuh. ... ] Et pourquoi pas boche, ou casque à pointe, ces insertions vous découvrent, un ethnocentrisme courant en ce pays.... Cocorico ! D'ignorer ou faire comme, que l'électricité est une hérésie pour une application thermique, démontre de votre parti prit dogmatique. Combien etes vous payé pour mentir comme vous le faites ?
[16]
Commentaire par papijo
jeudi 13 mars 2014 21:03
@pk - Si Hervé et d'autres préfèrent des solutions qui marchent à celles que vous défendez, essayez donc de montrer que vos propositions sont tout aussi valables techniquement et économiquement. Lancer des insultes ne peut que nuire à votre cause et ne fait pas progresser le débat.
[17]
Commentaire par pk
vendredi 14 mars 2014 12:16
@ à l'ingé qui se fout du rendement. Ou donc est l'insulte ? [ ethnocentrisme courant en ce pays. ] ... Quant à vous démontrer qu'une bonne part de notre dépendance au gaz, pétrole, et par ricochet au nucléaire, est liée à cette idée "nationale", que cette technique nous apporterait l'énergie éternelle ... ITER étant le paroxysme ( Charpac était contre , c'est dire) .. Thermicien dans le bâtiment, cette fausse idée à laisser faire, le profit financier immédiat au lieu de la vision de long terme, bref, inutile d?éduquer un viel ingé, qui se fout du rendement. A propos d'insulte, vous n'avez pas le sentiment justement d'insulter votre fonction. 40% de la surconso, vient de ce secteur, et le principal projet des motoristes, c'est encore d'améliorer le rendement pour objectif de deux litres aux cent km. Alors, gardez vous bien de donner des leçons de savoir vivre, quand vous avez l'idée saugrenue de vous classer ingénieur avec de tels propos...
[18]
Commentaire par Gépé
vendredi 14 mars 2014 13:08
L'étude de Coe Rexecode sur la fiscalité établit une correspondance entre France et Allemagne pour les prélèvements fiscaux, avec pour la France un écart défavorable de 5%. Si on doublait le prix de l'énergie sous forme de fiscalité énergétique, cela permettrait de rétablir l'équilibre entre les deux pays. Qui serait capable de nous renseigner à ce sujet et nous convaincre que c'est la solution. Cette fiscalité énergétique devrait être utilisée pour compenser l'imposition sur le travail et sur le capital, donc pas uniquement sur le travail comme j'ai eu l'occasion de le proposer. La répartition entre travail et capital a un effet sur la croissance, et celle entre travail et énergie sur le chomage.
[19]
Commentaire par Pk
vendredi 14 mars 2014 13:17
@ Gépé.. Je suis assez d'accord avec cette idée. L'anthropologue sociologue et biologiste, chercheur multidisciplinaire, malheureusement décédé il y a tout juste une semaine, Jacques Weber avait développé de savantes méthodes et très originale. Il préconisait effectivement de reconsidérer la valeur de base, ici énergie, mais aussi dans bien des domaines, pour refonder la fiscalité en général. Tenir compte des limites territoriales et des ressources "naturelles", qui sont confisquées depuis toujours, aux seules générations contemporaines .. Par contre, la méthode de vouloir cibler des secteur particulier, telque l'ECOTAXE, n'a pour seul effet de réveiller les corporatismes, et de plus de créer des injustices liées à des critères géographiques ou encore de flux des produits. Globalement, l'Europe doit se reconstruire, en incluant ce challenge qui ne pourra pas etre éludé ou détourné par d mirifiques technologies, et plus encore le nucléaire. Le temps de la gloutonnerie est arrivé à son terme.
[20]
Commentaire par Monnier
vendredi 14 mars 2014 13:19
Pourtant, l'internationale du nucléaire en a rêvé : --- http://energeia.voila.net/nucle/nucleaire_prevision_realite.htm --- " En 1975, alors que la capacité nucléaire était de 72 GW (monde entier), cette agence annonçait les perspectives de l'énergie nucléaire pour les vingt-cinq années suivantes. --- Selon ses estimations, la puissance totale installée (en service) devait être : --- - en 1985 : de 460 à 850 GW (réalité : 246 GW), --- - en 1990 : de 1.300 à 1.900 GW (réalité : 318 GW), --- - en 2000 : de 3.600 à 5.300 GW (réalité : 351 GW). --- Au cours de l'année 2000, le nucléaire devait représenter de 40 % à 60 % de la capacité mondiale de production d'électricité. La réalité a été seulement 10,2 % ( 351 GW sur un total de 3.430 GW). --- Pour l'électricité produite, alors que le nucléaire devait représenter environ la moitié de la production mondiale, elle n'a été que 15,9 % du total (2.450 TWh sur 15.400 TWh). " --- En 2012, le nucléaire n'a produit que 11,2 % de l'électricité totale produite dans le monde. --- Les efforts de "Sauvons le nucléaire" ne changeront rien à l'affaire.
[21]
Commentaire par Tilleul
vendredi 14 mars 2014 13:37
"Chleuh"?! On en est encore là en France ? Mais vous avez quel âge ! C'est pas Romain Gary qui disait que le patriotisme c'était aimer son pays et que le nationalisme c'était haïr celui des autres ? Il y a de l'innovation chaque semaine dans le photovoltaïque et si vous dites que vous connaissez des particuliers qui ont investi dans des parcs éoliens ça me parait très louche puisque la France ayant la législation la plus restrictive d'Europe sur le sujet ils peuvent se compter sur les doigts d'une main. Si le problème que vous avez avec les EnR c'est que vous considérez que c'est une menace étrangère envers la pureté de la culture française ça se résoudra pas sur des questions économiques et techniques...
[22]
Commentaire par Monnier
vendredi 14 mars 2014 14:10
Pour ne pas discourir dans le vide, quelques statistiques sur plus de dix ans sont bien utiles : --- Allemagne : nucléaire, fossiles, renouvelables --- Ainsi, entre 2000 (début de la transition énergétique) et 2012, l'électricité produite à partir du charbon et du lignite à diminué de 291 à 276 TWh, -- celle du nucléaire de 169 à 99 TWh -- alors que l'électricité renouvelable augmentait de 38 à 135 TWh. --- Sur les deux dernières années (2010 à 2012), l'augmentation du charbon et du lignite compense à peine la diminution du gaz. --- Alors que l'augmentation des renouvelables compense déjà à 76% la diminution du nucléaire, en seulement deux ans. --- Les données provisoires pour 2013 confirment cette tendance.
[23]
Commentaire par Hervé
vendredi 14 mars 2014 14:17
@Pk and co. Le CEREN, l'UFE sont crédibles désolé. Ils se basent sur des vraies valeurs, pas sur des espoirs comme vos sources. D'ailleurs pas besoin de faire de longues études pour vérifier leurs dires, soit en grattant sur internet soit en faisant une petite enquête autour de vous on retrouve facilement leurs chiffres. Le résultat ne vous plait pas? Bienvenue dans la réalité! Pour Sauvons le climat c'est différent, c'est une bande d'anti carbone et donc par conséquent des pro isolation pro nucléaire et anti ENR. Ils ont aussi prédit depuis longtemps ce qui se passe en Allemagne. Possible qu'ils soient financés par EDF. Mais leur démarche et tout à fait logique et me parait conforme à leur idéal. Comme Monnier nous le rappelle il était prévu au départ que le nucléaire remplace beaucoup plus de fossiles mais comme entre temps la disponibilité du pétrole à bas cout s'est maintenue, le nuke ne s'est pas autant développé que prévu. Mais c'est pour raison économique simplement, c'est la solution la moins cher qui gagne, c'est tout. Vous accusez le chauffage électrique de tous les maux alors qu'en France c'est lui il a tiré vers le haut l'isolation. Les passoires thermique qu'elles soient Francaises ou Allemandes sont toutes chauffées au pétrole au gaz ou au bois car c'est pas cher. @ Tilleul, je parlais d'éoliennes individuelles car vous aviez écrit "d'éolienne a coté de chez lui..." On s'est peut être mal compris.
[24]
Commentaire par pk
vendredi 14 mars 2014 14:53
Crédible définition [ ... La crédibilité d'un acteur, d'un certificat ou d'un label, d'une évaluation ou de toute assertion dépend de la valeur de ses informations, affirmations, avis et conseils qui y sont associés.] Mieux encore la suite [ Elle est en partie le résultat d'une perception et dans certains cas d'incertitudes inévitables (dans le domaine de la prospective par exemple). ... ] Crédible en effet, vous l'avouez "vocabulairement", crédible, n'a jamais signifié absolue vérité ni d'efficacité. Il va falloir sérieusement affuter votre jargon de techniciste, votre seul domaine ou vous semblez etre crédible ! Etant que ce terme, ne signifie qu'un questionnement, plus encore dans le domaine prospectif. Les nucléocrates ont plus que démontrer, que leur crédibilité était sujet à caution. Epr 3 milliards ou 10 milliards !
[25]
Commentaire par papijo
vendredi 14 mars 2014 15:53
@pk - Personne ne vous a demandé la signification du mot "crédible", par contre, je pense que tant que vous ne nous aurez pas apporté la preuve que les solutions que vous proposez (au fait, à part arrêter le nucléaire, c'est quoi ?) tiennent la route, votre "crédibilité" restera bien basse ! A propos de milliards, un EPR produit 1600 MW. Une éolienne de 3 MW produit un jour "sans vent" 0 MW, mais compte tenu du foisonnement, de l'ordre de 2% (parfois moins), soit 0,06 MW. Pour un seul EPR, il faut donc 26 670 éoliennes ... qui coûtent combien de centaines de milliards ? (également vous devriez réviser ce qu'est l'amortissement d'un investissement et arrêter de comparer des rendements de chaudière (une chaudière nucléaire doit avoir un rendement de 98 ou 99%) et des rendements de centrale électrique !)
[26]
Commentaire par pk
vendredi 14 mars 2014 17:05
L'ingé bonux qui se fout du rendement, et qui se sent autorisé à faire la leçon ! Bis [ ... Personne ne vous a demandé la signification du mot "crédible" ... ] Car qui donc m'a demandé mon avis, ni a personne d'ailleurs, avant de se lancer dans ce délirant programme atomique, à construire 58 réacteurs nucléaires (pour un peu ils en auraient construit 100!). Une seule corde à son arc, et l'obligation de militariser les ressources pillées dans les ex colonies. Retour à l'envoyeur et également, personne ne vous autorise à me dicter, et les questions et les réponses lesquelles je vous l' ai déjà écrit; (négawatt) , mais je constate, malgré ma bonne volonté, et fois encore, que c'est peine perdue, pour un âne, de tenter d'en faire un canasson de course. Adieu papi moujo .... !
[27]
Commentaire par papijo
vendredi 14 mars 2014 21:30
@pk - Si j'ai bien compris, moi (et les autres lecteurs) ne sommes pas prêts de connaitre les solutions que vous préconisez ... on n'en fera pas une maladie ! Concernant le "scénario Négawatt", je n'ai vu qu'une série d'élucubrations du genre: on aura 90% d'électricité renouvelable en 2039 (j'imagine que pour faire souffler le vent ou briller le soleil, il suffira d'appuyer sur le bouton de la lumière !), on réduit de 55% la consommation d'énergie par l'efficacité et la sobriété (c'est bien connu, les vieux thermiciens ne se préoccupaient que de maximiser les pertes et le gaspillage !), on sera chauffés par le soleil (j'imagine qu'on fera des stocks en été parce qu'en hiver, c'est pas fameux ...). Pour ceux qui veulent se rendre compte, voila le site: http://www.negawatt.org/scenario/decouverte.
[28]
Commentaire par Hervé
vendredi 14 mars 2014 23:23
@PK Décidément on dirait que le prix d'achat de l'EPR vous empêche de dormir! Bon, pour vous rassurer, un EPR c'est 1600MW capable d'un charge maxi de 90% (L'EPR est conçu pour cela, et sera aussi plus souple. Noter que ces qualités sont complètement inutiles pour EDF qui auraient préféré un réacteur moins luxueux, mais il semblerait qu'on leur a un peu forcé la main...). Donc sur un an, il pourra produire jusqu'à 12TWh, ce qui représente environ 1 milliard de chiffre d'affaire au tarif de l'éolien, soit 60 milliards sur sa durée de vie. Donc, qu'on le paye 3 ou 10 milliards, ça change finalement pas grand chose et on aura un réacteur grand luxe. (Le coq pourra faire le beau). Pendant qu'il y en a qui roulent encore en deudeuch (je pense au RBMK un peu plus à l'est), nous on va avoir une RollsRoyce... Perso à mettre ce pognon, on aurait mieux fait de reconstruire SPX, car finalement ça coûtait pas plus cher, et ça réglait d'un seul coup les problème du combustible et des HAVL. Mais vos ami(e)s en ont décidé autrement , alors on aura l'EPR, pour le quasiment le même prix. (Qui peut le moins peut le plus, ou presque...)
[29]
Commentaire par pk
samedi 15 mars 2014 12:18
@ HV ... [ Donc, qu'on le paye 3 ou 10 milliards, ça change finalement pas grand chose ] Je vais dès ce jour, signaler à votre boucher du coin, qu'il peut multiplier le prix de son steak par trois ... ! ça frise CM2-2 ! Quant au papimoujo, il enfin réussit à trouver le lien négawatt, le devin atomique aura tout mm fait l'effort , passant son temps à écrire des banalités débiles, de réduire le boulot d'une asso composée d'ingénieur qui eux, savent tenir compte des rendements et d'anticiper les techniques, .. Les australopithèques atomiques bougent encore, mais plus pour longtemps
[30]
Commentaire par papijo
samedi 15 mars 2014 18:34
@pk - A ce niveau de débilité, je ne vois pas l'intérêt de répondre ! Mais, pour l'intérêt du débat, je regrette qu'un défenseur des ENR compétent n'ait pas participé à la discussion !
[31]
Commentaire par Tilleul
lundi 17 mars 2014 12:05
@papijo ou comment se tirer une balle dans le pied : oui en été on fera des stocks de solaire pour chauffer les bâtiments, je vois pas où est le problème ? Ca se fait au Danemark à l'échelle des villes ( http://sunstore4.eu/ ), et ça se fait également en Allemagne à l'échelle des quartiers à Munich, Hambourg... http://www.euroheat.org/Admin/Public/DWSDownload.aspx?File=/Files/Filer/Presentations/20120618-22_EUSEW/120619_EUSEW_5+-+Pauschinger+Solites_SDHGermany_120618.pdf C'est quand même moins compliqué que ce qu'on fait actuellement qui est de stocker du gaz naturel dans des cavités salines en été pour le déstocker en hiver !
[32]
Commentaire par papijo
lundi 17 mars 2014 15:17
@Tilleul - Des références intéressantes à étudier. D'abord, il faut préciser que toutes ces "solutions" comportent une alimentation solaire pour au maximum 55% de la capacité (ils sont pas complètement fous), le reste étant du thermique (éventuellement de la biomasse) plus fiable ! Ensuite, si on regarde les prix (page15/21 du 2ème document), on arrive à 0,19 ?/kWh (HT?) .Là, on voit l'avantage de notre électricité "nucléaire" qui est à 0,10 ?/kWh HC / 14,70 ?/kWh HP, TTC et sans subventions d'aucune sorte). - Concernant le 1er document, j'ai regardé le projet plus abouti: "Sunstore4". Le solaire réalise 38% des apports thermiques (à comparer aux près de 10% de pertes du stockage et vraisemblablement plus de 25% de pertes du réseau*). Malheureusement, rien sur les prix. - Enfin, ces études concernent des "pays froids". Un procédé qui arrive à 19 c?/kWh pour un fonctionnement de 6000 h/an n'aura pas du tout le même prix pour un fonctionnement sur la Côte d'Azur 1500 h/an. - (*): Un réseau de chaleur perd couramment environ 5% de sa pleine puissance, mais s'il est utilisé comme ici pour transporter de l'eau chaude en été, on conserve les mêmes pertes, mais pour une quantité de chaleur transportée très basse.
[33]
Commentaire par Hervé
lundi 17 mars 2014 19:49
@PK: Quand le morceau de Steak coute 60E, une augmentation de 7E de plus ne fait pas forcément une grande différence, surtout si l'alternative est d'acheter le même morceau en "bio" à 300E...
[34]
Commentaire par Tilleul
mardi 18 mars 2014 23:47
Papijo visiblement c'est même plus que des lacunes : vous ne savez même pas qu'il y a plus de soleil sur la côté d'azur qu'en Scandinavie ! Même ma coiffeuse le sait !
[35]
Commentaire par papijo
mercredi 19 mars 2014 21:10
@Tilleul - Vous savez combien coûte le kilomètre de réseau de chauffage ? Ce n'est pas par hasard si les pays nordiques arrivent à rentabiliser des réseaux en fournissant de la chaleur presque toute l'année, alors que chez nous, avec une saison de chauffe plus réduite, ils sont pratiquement impossibles à rentabiliser sans subventions et uniquement dans le cas d'un habitat groupé.
[36]
Commentaire par SolarHome
lundi 31 mars 2014 11:24
Encore une fois le Lobby Nucléaire qui se cache derrière l'asso SLC est complètement myope ! Non seulement l'Allemagne est LE pays qui a osé initier l'industrialisation massive des énergies solaires et éoliennes, cela va donc bénéficier à l'ensemble de la planète (on parle desormais de plus de 10 000 GW de solaire et autant d'éolien en 2050), mais d'autre part l'Allemagne va bien baisser ses émissions de CO2 de 80% d'ici 2050. La période transitoire actuelle de stagnation des émissions de CO2 sera vite oubliée après 2020. Cerise sur le gâteau (Allemand) la transition énergétique sera aussi largement bénéfique sur le plan financier pour les contribuables Allemands. http://www.ddmagazine.com/2792-La-transition-energetique-allemande-une-bonne-affaire.html
[37]
Commentaire par Hervé
lundi 31 mars 2014 19:08
Ouai, enfin pour le moment, c'est pas si miraculeux que ça. Voir par ex: http://www.epaw.org/echoes.php?lang=fr&article=n131 .
[38]
Commentaire par SolarHome
lundi 31 mars 2014 23:13
@ Hervé, l'epaw n'est qu'un club de traumatisés du syndrome "pas dans mon jardin". Lobby nuc et lobby de l'epaw même combat, même passion: le ringardisme ! En attendant les faits sont têtus depuis plusieurs années: 80% de la population Allemande soutient la Transition Energétique, en dépit de toutes les tentatives de nos ""experts"" pour leur expliquer leurs soit disantes erreurs et l'imminence d'un désastre économique et énergétique. Franchement c'est risible à en mourir; d'ici 2 ou 3 ans l'Allemagne sera assez performante pour se permettre de s'interdire tout déficit budgétaire. Et d'ici là qu'en sera t-il du prétentieux Coq Gaulois et sa clique de Technocrates Radio-actifs donneurs de leçons: désindustrialisation accélérée, dette abyssale, exode des cerveaux, chômage de masse...manquera plus qu'un accident nucléaire pour parachever le ""rayonnement"" de la France ! Pour se remonter le moral: petite vidéo sur l'avenir énergétique chez nos voisins-qui-courent-au désastre-a-cause-de-la-transition-énergétique: http://www.youtube.com/watch?v=Tu7h_mFJhCY&feature=youtu.be
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !