Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
"Cartes sur table" se présente comme un think tank de jeunes de gauche pour des idées nouvelles. Fondé en 2008 comme un simple espace de réflexion et de proposition politique sur Internet,...

Des idées pour aller vers une Europe de l'énergie


jeudi 19 novembre 2015

Pourquoi pas une "journée annuelle européenne pour l'énergie", un peu comme la fête de la Musique ou les Nuits Blanches ? C'est l'une des propositions du think tank "Cartes sur table", animé par des jeunes de sensibilité de gauche.


"Cartes sur table" est un think tank de jeunes de gauche, de 20 à 35 ans, issus d'horizons divers, travaillant dans le public comme dans le privé. Fondé en 2008, il a joué un rôle actif dans la campagne de 2012 pour l'élection présidentielle.

Il publie mardi prochain un rapport, « Génération Transition énergétique », établi sous la coordination de Bastien Bedossa, Grégoire Boutignon et Corentin Sivy , qui analyse un large spectre des problèmes énergétiques en Europe.

Comment construire la sortie du nucléaire ? Développer le potentiel des énergies renouvelables ? Financer la transition énergétique ? Le rapport examine aussi les questions du comportement des consommateurs, du gaspillage, de la précarité énergétique, et développe longuement les conditions d'une mobilité durable et intelligente.

Le rapport conclut sur la nécessité de créer une Europe de l'énergie et en détaille les grands axes.
Parmi les idées avancées, l'organisation d'événements qui mobilisent concrètement les citoyens et la mise en place d'un gestionnaire européen des réseaux électriques.

Extraits

Marquer les esprits européens dès aujourd'hui

Réussir la transition énergétique passe inévitablement par une prise de conscience collective de la nécessité de s'engager vers des ruptures fortes dans l'organisation de nos sociétés. Ces mêmes sociétés démontrent tous les jours la puissance mobilisatrice dont elles sont capables pour partager des émotions ou des idées par l'intermédiaire des réseaux sociaux par exemple. C'est cette énergie qu'il faut mobiliser maintenant en Europe au profit de la transition énergétique. L'étincelle qui permettra cet engagement peut venir de l'organisation d'évènements similaires à la fête de la Musique ou des Nuits Blanches à l'échelle européenne. Une journée annuelle pour l'énergie, médiatisée à la manière d'un Téléthon ou d'un Sidaction européen, pourrait être mise en place dans cette perspective.
Seraient présentés les initiatives à succès et les projets en cours au niveau local, régional et international, des espaces d'échanges permettraient aussi de partager les innovations les plus intéressantes à travers toute l'Europe. La volonté mobilisatrice de l'Europe pourrait prendre corps pendant ces journées qui permettraient de plus de mettre en avant, auprès des investisseurs frileux, un secteur prometteur.

Il est également possible de s'inspirer du programme Erasmus, qui est une des actions concrètes de l'Europe qui a le plus contribué au sentiment européen auprès des jeunes générations. La création d'une filière énergétique européenne, favorisant des échanges internationaux dans le monde de l'entreprise, permettrait de professionnaliser la société dans son ensemble afin qu'elle s'engage de manière collective et sereine dans la transition. Il faudrait ainsi dans un premier temps renforcer le programme Erasmus pour la formation dans le domaine de l'énergie, notamment en augmentant les bourses et en insistant sur l'alternance. Ensuite homogénéiser les stages ou projets collectifs étudiants afin de favoriser la constitution de groupes internationaux dont les meilleurs résultats seraient présentés lors de la journée annuelle pour l'énergie. Enfin, élargir le principe du VIE (Volontariat International en Entreprise) à tous les pays dans le domaine de l'énergie.

Une gestion commune au coeur de la solidarité européenne

La création d'un gestionnaire de réseaux électriques européen permettrait de renforcer la coordination européenne des réseaux. Ce gestionnaire commun constituerait un centre de gravité des entités nationales, coordonnerait l'activité de celles-ci, définirait des standards, mais ne s'y substituerait pas. Réseau de transport d'électricité (RTE), pour prendre l'exemple de la France, deviendrait un membre de ce gestionnaire commun. Son programme d'activité serait défini, en lien avec celui de ses homologues européens, au travers de politiques énergétiques votées au Parlement européen.
Le premier objectif de ce gestionnaire européen serait de gérer plus efficacement les réseaux existants pour assurer la sécurité des approvisionnements. (?)
Le deuxième objectif de ce gestionnaire européen serait de mutualiser les moyens financiers, en se dotant d'une stratégie commune pour financer les grands investissements prioritaires. Ces investissements parviendront d'autant plus facilement à mobiliser des ressources à moindre coût que la levée de fonds sera coordonnée par une structure commune qui mutualise les efforts et les risques.(?)

Bien plus qu'une superstructure chapeautant une toile de circuits et d'interconnexions, il pourrait être l'acteur de la démocratisation de la production et de l'accès aux énergies renouvelables en Europe.

Réagissez à cet article
 (4) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
4 commentaire(s)
[1]
Commentaire par papijo
jeudi 19 novembre 2015 20:27
Je pense avoir une meilleure idée: la journée de l'énergie, on arrêterait toutes les centrales fossiles et nucléaires pour ne laisser tourner que les centrales à énergie renouvelable ... il parait que ça marche, on pourra vérifier !!!
[2]
Commentaire par Gépé
vendredi 20 novembre 2015 08:59
Il faut développer par tous les moyens l'information dans le domaine de l'énergie. C'est le role de la Chaine Energie. Il y a surtout la relation entre l'énergie et l'économie; l'énergie est à la base du développement économique.
[3]
Commentaire par papijo
vendredi 20 novembre 2015 09:39
" l'énergie est à la base du développement économique. " Tout à fait d'accord, il faut développer l'information sur l'énergie. Par exemple à propos de l'Allemagne, il est regrettable qu'un article paru dans un des plus grands magazines allemand (Der Spiegel) n'ait eu aucun écho dans les médias français: "En 2014, 351 800 foyers en difficulté ont vu leur électricité coupée, ... 6 300 000 menaces de couper l'électricité en raison d'impayés ...", et bien sûr de nouvelles augmentations sont annoncées. Les ENRs sont hors de prix, même pour un pays aussi riche que l'Allemagne !
[4]
Commentaire par un physicien
vendredi 20 novembre 2015 09:49
"L'étincelle qui permettra cet engagement peut venir de l'organisation d'évènements similaires à la fête de la Musique..." Ainsi donc pour résoudre les problèmes énergétiques il suffirait de chanter et danser. Pour des "jeunes" pourtant issus de notre système scolaire, la pensée magique, la technique du bâton de pluie est la voie à suivre. Et pas non plus question pour eux de se renseigner sur la façon dont fonctionne le réseau électrique européen qui pourtant disjoncterait immédiatement s'il n'était pas régulé. Et il setrouve des média pour leur offrir des tribunes.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
"Cartes sur table" se présente comme un think tank de jeunes de gauche pour des idées nouvelles. Fondé en 2008 comme un simple espace de réflexion et de proposition politique sur Internet,...

Lire la suite

Du même auteur

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...