Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
"Sauvons le climat"  est une association qui s'est fixée pour objectif de "diffuser une information impartiale et scientifiquement fondée sur le réchauffement climatique et les questions...

Qui a rédigé le rapport du groupe III du GIEC ?


lundi 16 juin 2014

8 auteurs français, 73 auteurs allemands : la composition du groupe III du GIEC est déséquilibrée et, pour "Sauvons le climat", cela se ressent dans la tonalité anti-nucléaire des conclusions...


Voir le blog de "Sauvons le climat"

Le Groupe III du GIEC a publié son rapport  en Avril 2014. Ce rapport est important puisqu'il influera sur les états lorsqu'il s'agira de définir leur politique énergétique, aussi bien en ce qui concerne l'efficacité énergétique que  la définition d'un mix électrique.  En ce qui concerne ce dernier, il existe actuellement des différences de stratégies importantes entre pays, selon qu'ils envisagent ou non de sortir du
nucléaire en recourant plus longtemps à l'usage de combustibles fossiles pour la production  d'électricité. Les deux stratégies sont illustrées par celles de la France et de l'Allemagne.  On pouvait donc espérer que les deux choix possibles seraient exprimés de façon équitable au sein du GRIII.

Il y a 3 co-présidents dans le GRIII, un Cubain, un Allemand (Ottmar Edenhofer), un malien. Parmi les 6 vice-présidents il y a un Britannique, un Italien mais aucun Français.

Le rapport du GRIII contient évidemment  la liste des auteurs. On peut alors juger  du « rapport des forces ».   Et la surprise est amère. Pour  les 16 chapitres du rapport on compte 8 auteurs travaillant dans des institutions ou universités françaises  à comparer à 73 auteurs allemands !  Si on limite le décompte aux auteurs principaux  on trouve 5 français travaillant dans des institutions ou universités françaises à comparer à 27 allemands. La contribution allemande n'est dépassée que par celle des USA avec 49 auteurs. Le Royaume Uni  en compte 14, les Pays Bas et l'Italie 9 chacun.

Une sur-représentation allemande

Certains chapitres sont particulièrement importants.

- Le chapitre 6 traite de l'évaluation des trajectoires de transformation  (Assesment of Transformation Pathways). Pour 1 français (Jean Charles Hourcade), on compte 13 allemands.

- Le chapitre 7 traite des systèmes énergétiques : aucun français (où est passé EDF ?), 8 allemands.

- Le chapitre 16 traite des questions de coûts  d'investissement et de finances : aucun français, 3 allemands.

- L'annexe 3 traite des coûts spécifiques des technologies et des performances : pas de français, 5 allemands.

Parmi les rédacteurs du résumé pour décideurs (SPM) on compte un français travaillant pour l'OCDE et un autre travaillant à l'université de Princeton, pour 16 allemands. Aucun français travaillant dans une institution française.

Pour le Groupe I les auteurs français du résumé pour décideurs étaient au nombre de 4  pour 6 allemands. La faible représentation de la France dans le Groupe III était-elle délibérée ?  Ou bien résulte-t-elle d'un dysfonctionnement du Ministère de l'Ecologie (en 2008-2009) chargé de fournir une liste d'auteurs possibles au GIEC ?
(...)

Une tonalité anti-nucléaire

Compte tenu de la composition du GRIII, il ne faut pas s'étonner d'une tonalité anti-nucléaire du résumé pour décideur (SPM)  avec  l'évaluation suivante :

L'énergie nucléaire est une méthode mature de production  d'électricité de base et à faible émission de CO2, mais sa part dans la production mondiale d'électricité décline depuis 1993. Elle pourrait fournir une contribution bas carbone croissante à la production, mais plusieurs barrières et risques s'opposent à son développement (évidence robuste, haut niveau d'accord).

Sont inclus les risques opérationnels et les préoccupations associées, les risques de l'extraction minière de l'uranium, les risques financiers et réglementaires, les problèmes non résolus de la gestion des déchets, la prolifération des armements nucléaires et une opinion publique hostile (évidence robuste, haut niveau d'accord)

De nouvelles technologies pour le cycle des combustibles et les réacteurs qui permettraient de surmonter ces obstacles sont l'objet de recherches développement et des progrès ont été faits concernant la sûreté et le stockage des déchets.

(...)

L'acceptation du gouvernement français

Dans le SPM, seul le nucléaire voit égrener ses défauts. Or comment peut-on dénoncer les risques des mines d'uranium et ne pas dire un mot sur ceux des mines de charbon ? Comment parler de risques opérationnels du nucléaire sans dire un mot de ceux des industries du gaz, des barrages hydroélectriques, de l'exploitation de la biomasse etc. (...)
 
Les représentants des gouvernements, réunis à Berlin du 7 au 12 avril 2014 ont approuvé le Résumé pour Décideurs du  Group III (AR5)  et accepté ses évaluations scientifiques et techniques.  Comment se fait-il que le Gouvernement français ait accepté un tel résumé contraire à sa politique de maintien d'un haut niveau (50%)  de contribution du nucléaire à sa production d'électricité  ?



Réagissez à cet article
 (11) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
11 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Pk
lundi 16 juin 2014 16:02
[ .... // ... Le chapitre 16 traite des questions de coûts d'investissement et de finances : aucun français, 3 allemands. ... // ... ] Le club de Sauvons le nucléaire, mensongèrement nommé Sauvons le Climat, s'étonne de la non présence de français énergéticiens dans ce domaine ! C'est à mourir de rire, il suffit de remettre sur la table, les chiffrages de cette filière atomique et ce depuis des lustres, que ces savants atomiques, sont incapables de mesurer financièrement leur dérive de papes des mines gâtes par des politiques has been : Cigéo, de 10 à 35 milliards, l'EPR de 3 à 10 milliards, la réserve embryonnaire, le terme employé par la Court Des Comptes dans le rapport de 2004/05 ! ... Prenez donc vos retraites chèrement payées, et laisser les ingénieurs et chercheurs intègres faire leur travail. De plus, avec 75% d'électricité nucléaire, pour quelle raison cette exception débile et non délocalisable devrait être suivie ? Pitoyables activistes, dont pas un de ces incapables n'a été en mesure de s'offrir une bonne dose de décontamineur, préférant laisser faire les nomades se taper le sale boulot.
[2]
Commentaire par pk l'anti SORIN
lundi 16 juin 2014 16:13
[ ... //... Comment parler de risques opérationnels du nucléaire sans dire un mot de ceux des industries du gaz, des barrages hydroélectriques, de l'exploitation de la biomasse etc. (...) ... // ... ] Commencez par balayer devant vos réacteurs, derrière vos exploitations minières , comme en Bretagne, ou AREVA laisse libre les scories radioactives depuis plus de 20 ans et plus, dans le Limousin. Ce qui laisse entrevoir ce qu'il adviendra, quand le Niger sera vidé de son uranium, comme cela est déjà le cas en Afrique équatoriale .... Et de comparer un coup grisou avec un coeur en fusion, qui plus est , un parc nucléaire de 63 Gw, qui ne comporte aucune assurance, ............. sagouin et fraudeur à l'assurance .. Lamentable !
[3]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
lundi 16 juin 2014 16:50
« sa part dans la production mondiale d électricité décline depuis 1993 [?] les risques opérationnels [?] les risques de l extraction minière de l uranium, les risques financiers et réglementaires, les problèmes non résolus de la gestion des déchets, la prolifération des armements nucléaires » N en jetez plus, tout est presque dit, il manque juste les coûts pharaoniques (investissements, déchets, démantèlement et pire, quand un réacteur finira par nous faire son Fukushima sur seine) alors que l éolien est 2 fois moins cher que l EPR et que le solaire allemand est déjà moins cher que l EPR anglais. http://energeia.voila.net/electri/cout_electri.htm
[4]
Commentaire par SolarHome
mardi 17 juin 2014 01:31
"Sauvons le Climat" = "Sauvons le nucléaire" ! Quand on représente seulement 5% de l'énergie mondiale avec un potentiel de croissance nulle, faut pas se plaindre qu'on compte pour des prunes face aux défi climatique. Les experts du Giec l'on bien compris, contrairement à nos prétentieux soldats du Corps des Mines, gardien de la "Religion Atomique qui n'en a rien à foutre de sauver la planète". Y'a vraiment plus qu'en France qu'on vit avec cette croyance éculée: le nucléaire ou le le chaos. Pendant que le nucléaire va, dans le meilleur des cas, stagner au niveau mondial à 450 GW, les ENR seront multipliées par 100 ou plus. Le total Eolien + solaire + biomasse dépassera probablement 20 000 GW en 2050. Rien qu'en solaire ça approchera 10 000 GW http://www.theguardian.com/environment/2014/jan/29/uk-10-million-homes-solar-panels-2020. Cet article n'est qu'un exemple supplémentaire de l'aveuglement de notre Nomemklatura Atomique face à la révolution mondiale que représentent les énergies propres, décentralisées, compétitives, résilientes.
[5]
Commentaire par Gépé
mardi 17 juin 2014 07:58
Qui accepterait de promouvoir un groupe de réflexion sur le role de l'énergie dans notre développement économique pour la France? Je pense en particulier à un groupe qui comprendrait des représentants du conseil d'analyse économique, du CIRED, de Coe-Rexecode, de la fondation NH. Je peux citer des noms si cela vous intéresse. L'objectif est de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, ce qu'il faut réaliser avant tous les autres pour profiter des avantages que pourrait nous procurer cette mesure. Il faut faire vite .
[6]
Commentaire par SolarHome
mardi 17 juin 2014 10:40
@gépé. Faut arrêter de rêver, la démocratie n'existe pas face à la Nucléo-Cratie. Depuis des années des dizaines de rapports/études/groupes de réflexion et autres "débats publics" ont bien eu lieu en France, résultat: de jolis rapports classés directement à la poubelle ! La Mafia nucléaire du Corps des Mines n'a rien à foutre des avis des braves moutons qui les finance et encore moins leurs polichinelles de politiciens éjectés tous les 36 mois. S'attaquer aux pouvoirs de la Nomenklatura Nucléaire c'est s'attaquer au c?ur du vrai pouvoir: le pouvoir opaque et inamovible de notre Technocratie, celle qui ne passe jamais devant les urnes et qui rédige, au final, la totalité des lois et decrets.
[7]
Commentaire par Gépé
mardi 17 juin 2014 14:15
@SolarHome. Les organismes que j'ai cités ont justement rédigé des rapports dont il conviendrait de faire la synthèse. Je ne pense pas que le corps des mines s'y opposerait; je mets beaucoup d'espoir dans une réforme fiscale comme le propose Coe-Rexecode. L'opposition vient plutôt de l'opinion publique mal informée par les économistes officiels. Je rêve bien sur d'utiliser les rubriques de la chaine énergie pour m'exprimer.
[8]
Commentaire par SolarHome
mercredi 18 juin 2014 00:27
@ Gépé Je suis admiratif devant votre optimisme. Moi je constate juste que depuis 30 ans le nucléaire est passé de 75% à...75% du mix électrique: un model d'oligopole qu'aucun régime autoritaire n'imagine, même en rêve. Toute politique sérieuse d'alternatives au nucléaire (économies d'énergies, ENR) a systématiquement été sabotée. Je ne vois pas pourquoi et surtout pas comment ça pourrait changer tant qu'une Mafia n'ayant aucun comptes à rendre aux électeurs (qui la finance) tirera les ficelles. Suffit d'entendre le tout puissant patron du CEA nous faire la leçon sur "le désastre" que représenterai un passage à 50% de nuc pour comprendre à quel point la Mammouth fait de la résistance.
[9]
Commentaire par Tilleul
mercredi 18 juin 2014 21:07
Les autres pays disposent de laboratoires universitaires indépendants sur l'énergie, la France n'en a aucun. L'ensemble de l'expertise énergétique est sous-traité a des chercheurs du monde marchand comme EDF, GDF. S'il n'y a pas de chercheurs d'institutions française, c'est qu'il n'y pas d'institution française. Par rapport au nucléaire le premier producteur d'énergie nucléaire dans le monde très loin devant la France ce sont les Etats Unis. C'est le pays qui a contribué le plus donc la théorie du complot ne tient. Les conclusions du rapport du GIEC sont cohérente avec l'ensemble des publications du monde de la recherche. Le GIEC ne fait pas de recherches, il ne fait que répertorier ce qui existe. Les publications de la recherche de la nucléaire, ceux qui travaillent dans l'industrie et pas les retraités qui vivent confortablement hors des réalités du monde, reprennent exactement les mêmes termes. Et c'est même pire je cite la future of nuclear study du MIT par exemple : "The sober warning is that if more is not done, nuclear power will diminish as a practical and timely option for deployment at a scale that would constitute a material contribution to climate change risk mitigation." Quand à l'argument le GIEC ne s'occupe pas du charbon il est risible : le GIEC a écrit 2000 pages sur les dangers posés par les combustibles fossiles sur le climat !
[10]
Commentaire par Gépé
jeudi 19 juin 2014 10:51
Je viens de relire "plaidoyer pour l'écofiscalité" de Guillaume Sainteny; dès les premières pages, on peut lire:" Il en résulte la nécessité de réinventer à la fois un modèle économique et un mode de financement de l'Etat-providence...en déplaçant une partie des prélèvements assis sur le travail vers des taxes environnementales." Qu'en pensez-vous?
[11]
Commentaire par FaceNuke
mercredi 09 juillet 2014 10:57
"Sauvons le climat est une association qui s'est fixée pour objectif de "diffuser une information impartiale et scientifiquement fondée" *** Le 21 juin 2014, lors d?une émission de France-Culture intitulée « Les médias peuvent-ils être neutres sur la transition énergétique ? », Anne-Laure Barral, journaliste environnement à France Info, a déclaré: « Sauvons Le climat, bien faire attention, car le titre de leur association peut prêter à confusion pour l'auditeur qui ne voit pas forcément la paroisse derrière » Source: http://www.franceculture.fr/emission-le-secret-des-sources-les-medias-peuvent-ils-etre-neutres-sur-la-transition-energetique-201 Il me semble qu'une journaliste de la chaîne énergie de l'Expansion était présente...Comment expliquer alors que "sauvons le climat" soit présenté de façon aussi fallacieuse sur le présent site ?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !