Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur

Nucléaire : un consensus est-il possible ?


vendredi 06 septembre 2013

Un film documentaire sur le nucléaire, diffusé mardi soir sur France2, se veut équilibré et met face à face partisans et adversaires de cette source d'énergie. Avec une question : peut-on arrêter la guerre du nucléaire ?


« Nucléaire : la grande explication » : France2 a diffusé le 10 septembre dans le cadre de l'émission Infrarouge un long documentaire sur le nucléaire réalisé par Jean-Charles Deniau.
.
VOIR LA VIDEO

La Chaine Energie :  il y a eu de multiples films sur le nucléaire. Qu'est-ce que « la grande explication » apporte ?

Jean-Charles Deniau : l
'idée principale a été de mettre à plat tous les problèmes du nucléaire et de faire parler à égalité les « pour » et les « contre ». Réaliser un documentaire anti-nucléaire est très facile, il y en a eu des dizaines. Faire un film pro-nucléaire vous fait immédiatement accuser d'être vendu aux lobbies. Le but, fixé d'ailleurs par France2, était de faire le film le plus objectif possible, sans parti pris.

Au fil de l'enquête, avec le co-auteur Yves de Saint Jacob, nous avons interrogé plus de 50 personnes, « pour » et « contre », un  nombre d'intervenants jamais atteint dans mes documentaires. Les arguments sont mis à plat sur chaque sujet, et le téléspectateur peut juger à sa guise. Je pense que c'est un travail équilibré.

Vous pensez qu'un consensus peut se dégager ?

Personnellement, j'ai trouvé beaucoup d'écologistes raisonnables, de Cohn Bendit à Sophie Majnoni, de Greenpace France, qui savent qu'on ne peut sortir du nucléaire rapidement. Beaucoup d'experts de la transition énergétique, comme Jacques Percebois ou Claude Mandil, sont ouverts à une diversification du mix énergétique. La guerre du nucléaire peut s'arrêter si on met autour d'une table des gens de bonne volonté. Paradoxalement, c'est sur la question des économies d'énergie -le scénario Negawatt est-il crédible ?- qu'on trouve les plus grandes divergences.

Quels dossiers avez-vous examinés ?

Tous ! L'état du parc nucléaire, la sûreté, les questions de santé, les déchets, les scénarios de la transition énergétique.
Sur le vieillissement du parc, nous avons commencé par Fessenheim, la plus ancienne des centrales. Ce qui apparaît, c'est que si elle devait être construite aujourd'hui, elle ne le serait pas au même endroit... Nous avons visité plusieurs centrales et nous avons examiné les questions de sûreté et les mesures qui seraient prises en cas d'accident, à Fessenheim mais aussi par exemple à  Nogent-sur-Seine s'il fallait évacuer la région parisienne. Claude Lacoste, ancien président de l'ASN, Jacques Repussard, de l'IRSN interviennent, ainsi que industriels comme Dominique Minière, d'EDF, ou des opposants comme Roland Desbordes, de la CRIIRAD, ou Bernard Laponche.

Sur les questions de santé, nous parlons à la fois de celle des travailleurs de la filière nucléaire et des populations alentour. Nous avons essayé d'aller au fond de la question  si complexe des radiations, en interrogeant aussi bien des spécialistes comme les Pr Artus et Aurengo que des médecins critiques, comme Denis Fauconnier, ce médecin de Corse qui a travaillé des années sur les effets du passage du nuage de Tchernobyl au dessus de l'île. Il a noté une recrudescence de cancers de la thyroïde chez les jeunes enfants et estime que ce sujet n'a pas été assez documenté.

L'actualité a mis en avant la question de l'enfouissement à long terme des déchets à vie longue, avec le processus de consultation publique sur le site de Bure, en Moselle...

Nous sommes descendus à 400m dans les couches d'argile de ce laboratoire expérimental. Faut-il enfouir ces déchets ou les laisser à la surface parce que peut être un jour trouvera-t-on un moyen de les traiter autrement qu'en les laissant des siècles et des siècles sous la terre

Et nous avons filmé aussi les sites de stockage de surface, dans l'Aube et dans la Manche. Là aussi nous avons donné la parole aussi bien à l'ANDRA qu'aux opposants environnementalistes.

Nous montrons aussi le centre de retraitement de la Hague, avec ces immenses colonnes contenant du plutonium, et le traitement si complexe du combustible MOX à Marcoule, avec bien sûr la question des transports ferroviaires et routiers de ces éléments hautement radioactifs.

Comment avez-vous abordé les questions économiques ?

Nous avons parlé de l'EPR de Flamanville, dont le coût s'est envolé de 3 à 7 milliards, et peut-être bientôt 8, aussi bien avec les responsables EDF qu'avec les représentants locaux de Greenpeace comme Yannick Rousselet... Faut-il plusieurs gros  EPR ou de plus petites centrales, nous posons la question.

Pour la transition énergétique, il est évident que les énergies renouvelables vont se développer. Nous sommes allés en Allemagne. Le pays à dix ans d'avance sur nous en matière d'éolien et de photovoltaïque. C'est un mouvement irrésistible. Mais il fait face à divers problèmes sérieux. Outre les questions de transport de l'électricité renouvelable du nord au sud de l'Allemagne, l'Allemagne fait face à la recrudescence de l'exploitation des énergies fossiles, tout particulièrement le lignite. Ces mines à ciel ouvert en Allemagne de l'est, avec leurs destructions de villages et la pollution, sont des spectacles impressionnants.

Réagissez à cet article
 (19) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
19 commentaire(s)
[1]
Commentaire par un physicien
vendredi 06 septembre 2013 12:24
"en Allemagne. Le pays à dix ans d'avance sur nous en matière d'éolien et de photovoltaïque. C'est un mouvement irrésistible. Mais il fait face à divers problèmes sérieux".... Il apparait de plus en plus évident que l'Energiewende est une impasse à tous les points de vue. Je conseille la lecture des dossiers du Spiegel :http://www.spiegel.de/international/topic/german_energy_revolution/
[2]
Commentaire par Paul
vendredi 06 septembre 2013 16:32
Etes-vous bien sûr que le combustible MOX est traité à Cadarache ? Je suis un peu surpris de voir figurer cette information dans cet article. Par ailleurs avez-vous interrogé des personnes d'AREVA ?
[3]
Commentaire par Charlotte
vendredi 06 septembre 2013 19:26
"La guerre du nucléaire peut s'arrêter si on met autour d'une table des gens de bonne volonté" : voilà une analyse qui nie totalement l'existence de rapports de force et le problème du déficit démocratique autour du nucléaire... Il y a de quoi être inquiet sur la teneur du reportage qui, sous couvert d'être "équilibré", ne semble pas vraiment conscient des équilibres en place. Par ailleurs, voir des barons pronucléaires et pro-pétrole comme Claude Mandil ou Jacques Percebois qualifiés d'"experts de la transition énergétique", ça fait un peu peur...
[4]
Commentaire par Chelya
samedi 07 septembre 2013 00:24
L'Allemagne a surtout réduit sa consommation de charbon tout comme ses émissions de CO2 Voir les faits exposés par le RMI : http://blog.rmi.org/separating_fact_from_fiction_in_accounts_of_germanys_renewables_revolution Il semble que ce soit la nouvelle technique de com du nucléaire : faire croire qu'il n'y a pas d'alternative, ce qui est particulièrement gonflé quand on voit qu'ils n'arrivent même pas à construire leurs EPR...
[5]
Commentaire par papijo
samedi 07 septembre 2013 19:19
@Chelya Arrêtez donc de prendre vos (dés)informations chez les lobbyistes des industriels de l'"électricité verte" et leurs petits amis. Regardez ce que disent les organismes officiels (le BDEW pour les énergies allemandes), par exemple dans cet article (lien). La consommation de charbon (Steinkohle) a augmenté de 3,1% et la consommation de lignite (Braunkohle) de 5% en 2012.
[6]
Commentaire par Chelya
samedi 07 septembre 2013 19:51
C'est bien connu que la politique énergétique d'une nation se mesure à l'échelle du mois... http://data.lesechos.fr/pays-indicateur/allemagne/consommation-de-charbon.html La consommation de charbon baisse en Allemagne, évidemment si les allemands ne devaient pas exporter autant d'électricité vers la France pour lui permettre de faire marcher ses radiateurs électriques en hiver ça baisserait un peu plus vite...
[7]
Commentaire par papijo
samedi 07 septembre 2013 21:41
@Chelya - Votre lien confirme bien que la consommation de charbon de l'Allemagne a augmenté de 10% ces 3 dernières années. Que la consommation ait baissé de 1960 à 2009 ne surprendra personne (les poêles à charbon ont disparu en Allemagne comme en France et le fuel puis le gaz bon marché ont fait chuter la consommation de charbon pendant toute cette période). Pour ce qui concerne les centrales à charbon, l'Allemagne met en service dans le courant de cette année 1100 MW à Datteln, 750 MW à Duisburg, 1730 MW à Moorburg, 1600 MW à Hamm (Westfalen), 750 MW à Lünen ... chiffres à comparer à nos 3000 MW de capacité au charbon (non comprises les unités en cours de fermeture). Personnellement, je pense toutefois que le mouvement ne va pas continuer et qu'ils vont être obligés de relancer des centrales à gaz, les seules qui soient assez flexibles pour suivre les variations des renouvelables, d'autant plus que les gaz de schistes font baisser les prix .
[8]
Commentaire par Chelya
dimanche 08 septembre 2013 22:57
Originale ça comme explication les poêles à charbon... Si vous regardez le même lien, la France aussi a vu sa consommation de charbon augmenté de 10% ses 3 dernières années... C'est juste que 2009 est une année où les industries n'ont pas tourné pour raisons de crise économique. Toutes personnes qui sait faire la différence entre une courbe qui monte ou qu descend (et ça fait beaucoup de personnes) peut voir à l'oeil nu que la consommation de charbon a une tendance à la baisse...
[9]
Commentaire par
lundi 09 septembre 2013 11:32
Le coût au Kwh des différents moyens de production n'est p
[10]
Commentaire par
lundi 09 septembre 2013 11:37
1/ le coût au Kwh des différents moyens de production n'est pas évoqué. Ils vont de 42 ?/Mwh pour le nucléaire à 200 /300 ? par Mwh pour les énergies renouvelables. La population le sait-elle? Est-elle prête à payer cette augmentation,? 2/ quid de la baisse des Gaz à Effet de Serre, alors que pour palier l'intermittence des Energies renouvelables, il faut construire une centrale à charbon de puissance équivalente. Qui imaginerait ne disposer d'électricité que lorsqu'il y a du vent (20% du temps)?
[11]
Commentaire par carl
lundi 09 septembre 2013 11:47
Ni pro ni anti, je pense que c'est obligatoire ...question de coût , de puissance , de régularité et de co2 et d'environnement ....Sauf gaz de schiste ...mais bon !!! c'est pas avec les ENR comme les éoliennes industrielles qui nous saccagent les paysages qu'on risque de diminuer le nucléaire !. Je crois beaucoup plus sur un consensus locale ...pour une alimentation en ENR locale tenant compte des spécificités locales et avec l'adhésion des habitants ( régie municipales sans revente à EDF ni taxes ! ) et aux économies d'énergie . pour le reste ...il faut un consensus sur les technologies les moins nuisibles à notre environnement ...solaire made in France , hydroliennes et éoliennes flottantes .etc ..peut être mais moins hautes et plus au large que ce qui est prévu à st brieuc ou le tréport par exemple .. !
[12]
Commentaire par papijo
lundi 09 septembre 2013 14:45
@Chelya: Originale l'idée de parler des poêles à charbon pour ce qui concerne la consommation en énergie en 1960 ? Demandez donc à vos parents ou grands-parents qui ont connu cette période, du moins pour ceux qui vivaient en ville (en campagne, c'était bien sûr le bois) ! Par contre, pour ce qui concerne la cohabitation des fossiles en général avec les énergies "vertes", à moins de compter sur une grosse relance du nucléaire, on n'a pas d'autre solution à ce jour. L'exemple allemand le prouve (on aurait le même résultat avec le Danemark).
[13]
Commentaire par Chelya
lundi 09 septembre 2013 14:59
L'Allemagne et le Danemark qui ont choisi les EnR et l'efficacité énergétique au début des années 2000 ont baissé leurs émissions de gaz à effet de serre, la Finlande a choisi à la même époque de développer le nucléaire et là c'est plutôt un échec. Même résultat pour le Japon qui a choisi l'option nucléaire et qui est obligé maintenant d'importer des grandes quantité de gaz en attendant de développer l'énergie solaire à marche forcée à cause des défaillances de ses centrales suite à Fukushima. Si on compare objectivement les 15 dernières années on voit quand même que les pays qui ont choisi l'option EnR et efficacité énergétique s'en sortent beaucoup mieux que les pays qui ont choisi l'option nucléaire.
[14]
Commentaire par Hervé
lundi 09 septembre 2013 19:44
Vous pouvez préciser en quoi ils s'en sortent mieux? Car ils payent plus cher leur courant? http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_en_Allemagne
[15]
Commentaire par papijo
lundi 09 septembre 2013 21:06
C'est vrai, l'Allemagne et le Danemark ont baissé leurs émissions de gaz à effet de serre, et la France aussi ! Alors, tous en coeur: "Merci la crise !" (et j'arrête là mes interventions sur le sujet !)
[16]
Commentaire par co2 niet
mercredi 11 septembre 2013 02:56
france et suède avec nucléaire, 6 tonnes co2 par habitant. allemagne et danemark, les "modèles" , 10 tonnes par habitant. les français et les suédois donnent des chances à leurs petits enfants... 2060 et après. les allemands et les danois donnent peu de chances à leurs petits enfants. le faux débat sur l avenir de l humanité , c est le nucléaire , débat peu urgent... voir les rapports du giec.le nucléaire est non émetteur de co2. le vrai débat pour le giec, c est la question du co2, de plus en plus grave. un jour, le peuple a choisi barabbas... la démocratie a tué le christ.... les mauvais choix , ça fait partie de la réalité de l arrogance humaine. je suis belge et je fais confiance aux français et aux suédois , mais je ne veux pas recevoir de leçon des allemands ou des danois.... va te laver de toutes des crasses et après , tu pourras ouvrir la bouche...
[17]
Commentaire par Redux
mercredi 11 septembre 2013 16:37
Marrant, si vous êtes Belge pourquoi est-ce que vous ne prenez pas en exemple votre pays qui fait 50% de son électricité avec cette forme d'énergie plutôt que la Suède fait 40% de son électricité avec du nucléaire ? Parce que les émissions par habitant de la Belgique sont supérieures à celles du Danemark peut être ?
[18]
Commentaire par pk
jeudi 12 septembre 2013 07:32
coût s'est envolé de 3 à 7 milliards, !!!! edf annonce 8.5 !
[19]
jeudi 12 septembre 2013 12:25
Documentaire soigné et pro mais, hélas, la "grande explication" n'était pas au rendez-vous. C'était d'ailleurs inévitable en prétendant traiter "sans polémique" une affaire qui a été menée depuis 50 ans par le mensonge, la violence, la répression, l'intimidation, les arrestations, la corruption, etc. Cf la suite sur : http://www.observatoire-du-nucleaire.org
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...