Participez aux débats sur l'énergie de demain
Mots clefs : 

climat,

 

débat

allègre

giec

courtillot

jancovici

letreut

climat


Auteur

Réchauffement climatique : tous les débats sur la Chaîne Energie!


jeudi 08 avril 2010

Cette semaine, La Chaîne Energie consacre son espace de débat à l'analyse du "climategate" à la française. Nos contributeurs et chroniqueurs, spécialistes du climat, ont donné leurs points de vue sur les très vives tensions qui animent la communauté scientifique française. En voici quelques extraits.


Vous aussi, prenez part au débat, envoyez-nous vos analyses !

Claude Allègre est dans le collimateur des climatologues français. Alors que son essai L’imposture climatique ou la fausse écologie (ed. Plon) connaît un succès de librairie – 120.000 exemplaires écoulés depuis le 16 février – plus de 400 scientifiques ont enjoint mercredi 31 mars Valérie Pécresse de le désavouer publiquement. Dans cet appel, les experts, qui sont aujourd’hui près de 600, ont demandé à la ministre de la recherche, «l’expression publique de sa confiance vis-à-vis de leur intégrité et du sérieux de leur travaux», face aux attaques dont ils se sentent victimes de la part, entre autres, de Claude Allègre et de Vincent Courtillot. En effet, dans L’imposture climatique, Claude Allègre conteste certaines thèses scientifiques sur l’évolution du climat et surtout, il accuse ses pairs d’avoir mis en place un système «mafieux» et «totalitaire» pour diffuser leurs théories. Pour les signataires de l’appel, dont Hervé le Treut, membre de l’Académie des Sciences et contributeur de la Chaîne Energie, les ouvrages d’Allègre et de Courtillot contiennent «des erreurs de fond majeures sur la description du fonctionnement climatique», et, des «attaques qui mettent en cause la qualité et la solidité de [leur] travaux de recherche, observations, études de processus, outils de modélisation, qui contribuent à une expertise nécessairement internationale».

Interrogé par la Chaîne  Energie au moment de la publication de l’appel, Hervé Le Treut  a établi un constat plutôt sévère de la situation dans laquelle se trouvent les scientifiques français. Pour lui, qui se refuse à parler de  « deux camps  opposés » lorsqu’il évoque les climato-sceptiques, les scientifiques du Giec sont victimes, en grande partie, du traitement sensationnaliste qu’on réservé les médias aux problèmes liés au changement climatique. Sans nier le caractère polémiste de Claude Allègre, qui n’apporte pas « d’arguments précis que l’on peut confronter et vérifier », Hervé Le Treut  ne s’attarde pas sur les déclarations de son confrère. Il préfère rappeler que les erreurs sont inhérentes à la science, constituée de « faits établis et de faits incertains » et que le Giec, loin d’être un organe politique, est un lieu où il y a autant « unanimité sur certains désaccords » que sur « les impacts potentiels de l’activité humaine sur le réchauffement climatique ». Hervé Le Treut rappelle également que le Giec ne concerne pas « l’ensemble de la science » mais  qu’il répond à «un processus d’expertise » et que si les questions de justice sociale et internationale sont liées au débat scientifique, elles doivent être traitées au niveau politique. Enfin, le climatologue jette un pavé dans la mare en se prononçant pour un enseignement plus homogène et approfondi des sciences au niveau national, pour « espérer un jour rentrer dans des débats de fond largement partagés ».

Voir l’interview d’Hervé le Treut

L’idée avancée par Hervé Le Treut justifiant l’existence de polémiques à répétition à cause d’un faible niveau de compréhension des enjeux climatiques par la société civile, n’est pas une pensée isolée. Jean-Marc Jancovici, ingénieur spécialiste des questions climatiques et contributeur de la Chaîne Energie, s’en prend violemment, dans l’un des posts de son blog (www.manicore.com), aux journalistes qui donnent la parole aux climato-sceptiques,et qu'il accuse d'être des complices actifs des « imposteurs ». Ainsi, pour lui, les journalistes, en plus de vouloir faire de l’audience, le font mal, à cause, justement «  de leur manque de connaissance de la physique » ou de la  «thermodynamique ». Il explique, sans mâcher ses mots que, « la base de (cette) imposture, c’est qu'en invitant des "contestataires" à l'égal des experts techniques légitimes, (les journalistes) laissent croire qu’ils ont la capacité de se poser en arbitre - ou en juge du fond - des débats scientifiques, alors qu’ils n’en ont, ni la compétence, ni les connaissances préalables, ni le temps pour faire cela ». En plus de ne pouvoir être arbitres du débat, les journalistes ne peuvent, selon lui, même pas être  juges de la légitimité du contestataire qu’ils invitent. Jean-Marc Jancovici accorde tout de même que les médias doivent relayer les débats scientifiques, en « se limitant aux débats mis en avant par la communauté scientifique elle-même », et, en se référant uniquement aux données et analyses issues de publications scientifiques, vérifiées par un collège compétent… dont, si l’on suit l’analyse, le livre de Claude Allègre, membre de l’Académie des Sciences, ne fait pas partie.

Voir la « Lettre ouverte aux journalistes qui ouvrent leurs colonnes - ou leur antenne - à n'importe qui et n'importe quoi en matière de climat (et de science) pourvu que ça mousse» dans son intégralité.

Voir également la position de Sauvons le Climat, collectif fondé par l'un de nos chroniqueurs, Hervé Nifenecker

Ce débat n’est pas clos. Déjà, d’autres scientifiques français, visés, ou non, par la lettre ouverte à Valérie Pécresse, répondent à la fronde des 500.

Pour la lettre de réponse de Benoît Rittaud, membre du laboratoire analyse, géométrie et applications de l'institut Galilée (université Paris-13), sur son blog "Le mythe climatique".


7 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Jesse
jeudi 08 avril 2010 10:43
Les changements climatiques !!! messieurs il est plus que temps de se préoccuper avant toutes choses des misères et tensions entre les hommes car il est flagrant que l'homme arrive à son terme et que la prochaine guerre qui s'annonce rapidement et qui sera nucléaire vers sa fin risque d'éradiquer toute forme de vie , ça c'est le vrai réchauffement, non ?
Si vous me croyez pessimiste, ouvrez les yeux et vos oreilles et soyez conscient de cette triste réalité.
[2]
Commentaire par cladel
jeudi 08 avril 2010 11:21
l'etude des problemes climatique est surement une necessité,ce qui est criticablec'est la récupération dogmatique et politique qui en est faite avec bien sur le "drainage financier espéré" comment comprendre qu'une taxe puisse par miracle effacé l'abus de production de CO², surtout si elle n'est appliquée que dans quelques partie du globe; le discours politique des ecologique est resolument politicien et on peut craindre qu'il ne s'agisse que de profiter de la mane des retombées financieres.le probleme est bien sur plus complexe que la façon dont il est présenté: il est stupide et mensonger de faire croire que la fonte des glaciers du pole nord (qui ne sont que des ilots flotants) pourrait avoir une incidence quelconque sur le niveau de la mer; on apprend à l'école primaire que la fonte d'un glaçon dans un verre d'eau n'a aucune incidence sur le niveau , la partieimmergée du glaçon reprenant le volume inital avant congelation, il en est autrement pour le pole sud ou les glaces sont accumulées sur un continent et auraient donc une influence sur le niveau en cas de fonte, mais les tenant de la théorie de l'augmentationdu niveau pour la pluspart s'accorde à dire que le pole sud n'est pas concerné.Reste le cycle de l'inclinaison de l'axe de terre par raport au soleil ( sur une periode de quelque 28000 ans, qui lui est connu et indiscutable quinousemene actuellement vers une nouvelle période glaciere et dont les apotres du rechauffement ne parlent jamais.
le dé
[3]
Commentaire par broZer
jeudi 08 avril 2010 11:29
Toute cette agitation, ces querelles d'experts, ces appels à la censure, que d'énergie, de temps et d'argent gaspillés, c'est consternant. A mes yeux, deux choses sont certaines :
- les ressources énergétiques fossiles sont limitées : cela seul justifie de trouver une autre source d'énergie, nul besoin de GIEC.
- hors une démarche concertée et mondiale, point de salut ! Tout ce qu'une taxe carbone pourrait permettre à la France d'économiser - qui ne représente que 5% des émissions mondiales - serait utilisé et rejeté par un autre pays. Bilan planète nul.
Arrêtons donc de nous diviser, voire déchirer sur ce sujet, et prenons des mesures fortes. On pourrait nationaliser Total et utiliser l'intégralité de ses bénéfices pour financer de la recherche, on pourrait purement et simplement interdire le lobbying, on pourrait éviter de financer du photovoltaïque à hauteur de € 60 milliards qui ne profite qu'à quelques aigrefins opportunistes et réinjecter cet argent dans la rénovation de logements.
[4]
Commentaire par Papi Lach
jeudi 08 avril 2010 11:44
Jugez par vous même, allez donc voir les vidéos de la conférence donnée à Nantes et à Strasbourg par Vincent Couritllot directeur de l'Institut de Physique du globe. Vous pourrez y voir l'excellence du niveau scientifique de ce "climato sceptique tempéré" et comment il répond avec justesse aux critiques de ses détracteurs. Il insiste surtout pour ne pas mélanger le débat scientifique et la politique. Pour le débat citoyen. Il n'est finalement pas éloigné de ses détracteurs en prônant un développement écologique de notre économie. Lisez aussi le livre de Claude Allègre "l'imposture climatique". Allègre y est certes polémique mais il énonce un certain nombre de vérité qui se révèlent justifié par l'agitation et les méthodes de groupuscules de scientifiques, adeptes de la pensée unique, qui utilisent des méthodes politiques discutables pour essayer d'éliminer la concurrence.
Les politiques soit disant veulent être éclairés par les scientifiques sur les conséquences du réchauffement climatique. Ces politiques, toutes tendances confondues, depuis près de 30 ans, feraient mieux (même si les scientifiques se trompent), d'appliquer le principe de précaution derrière lequel ils se réfugient à longueur de temps. Un exemple le GIEC dans ses conclusions pour le futur prévoit entre autre des précipitations plus abondantes et une augmentation du niveau de la mer, Pourquoi les digues des bord de mer et des fleuves ne sont pas entretenues régulièrement
[5]
Commentaire par claude roubion
jeudi 08 avril 2010 18:16
claude allègre a raison,son analyse est intelligente,rien à voir avec les elucubration du giec et autres pretendus écologistes
l'homme n'a aucun pouvoir pour influer sur les evolutions du climat
il faut evoluer en accordance et accepter humblement cet etat de fait.
[6]
Commentaire par Bernard
jeudi 08 avril 2010 20:14
Sous couvert de changement climatique de nombreuses décisions sont prises et in fine sont souvent pires que le statu-quo ce qui est un comble. Il ne s'agit pas de nier l'augmentation du CO2 qui acidifie l'océan comme le dit Allègre mais de raison garder.
Les prophètes de l'apocalypse sont plus écoutés que les modérés. En remplaçant "climat" par gripe "A" et OMS par GIEC on a une idée des difficultés.
Exemples de fausses bonnes décisions:-Les lampes "basse consommation" contenant du mercure, générant des champs électriques, supportant mal les arrêts répétés et ne pouvant être utilisés en extérieur.
Le filtre à particules sur auto diesel "usine à gaz" génératrice de panne. Sachant qu'un feu de cheminée émet en une soiréee ce qu'un moteur diesel émet sur 15000km! Ne parlons pas des chaudières à fuel.
Les éoliennes marchant au mieux 25% du temps et nécessitant des centrales gaz additionnelles chez EDF.
Le photovoltaïque qui oblige EDF a racheter des KWH a un pris de 0,58 c.euro.
Les agrocarburants dont certains sont a peine à l'équilibre avec le pétrole utilisé pour les produire.
Dans tous ces exemples un bilan carbone sérieux reste à faire.
[7]
Commentaire par Olivier - ObjectifTerre
lundi 12 avril 2010 20:14
" Jean-Marc Jancovici : l'écolo-Hardcore - (...) Le public, vous, moi et ceux qui ne sont pas des ingénieurs sont assimilés non pas à des citoyens mais à des enfants. Des élèves. Des collégiens. Des mineurs. Qu’il faut protéger des fausses idées et à qui il faut proposer une sorte de couvre-feu idéologique (d’où sans doute un de ses autres livres “Le Changement climatique expliqué à ma fille” (...)

Ah ! Incroyable hubris ! Merveilleux rêve d’une dictature des experts ! Quels lendemain rieurs et tempérés cette dictature de la raison et des sciences dures promet ! Que nos ingénieurs glorieux empêchent les horribles journalistes -qui donnent la parole quelques minutes par semaine à Claude Allègre entre deux injonctions journalières à ne plus laisser couleur l’eau pendant qu’on se brosse les dents- de mener le peuple ignare vers son “propre malheur” ! Trois ans pour sauver le monde nous promet Jean-Marc Jancovici dans son dernier ouvrage. C’est peu (...)"
Suite :
http://ilikeyourstyle.net/2010/04/08/ecolo-hardcore/
Via http://www.marianne2.fr/Le-pourfendeur-des-climatosceptiques_a190136.html
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...