Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur

Quatre grands climatologues américains défendent le nucléaire


jeudi 07 novembre 2013

Quatre climatologues, dont le pionnier de la thèse du réchauffement climatique James Hansen, ont publié une lettre pour affirmer la nécessité de développer l'énergie nucléaire.


Les énergies renouvelables ont un rôle à jouer dans l'avenir, mais elles ne suffiront pas. Si l'on veut réduire les émissions de CO2 pour freiner le réchauffement climatique, il faut construire de nouvelles centrales nucléaires.

C'est la thèse défendue dans une lettre adressée aux « environnementalistes » par quatre sommités américaines du climat:
-  James Hansen, professeur à l'Université Columbia de New York, a été le premier, il a plus de vingt ans, et pratiquement seul de toute la communauté scientifique, à mettre en garde contre le réchauffement planétaire (Voir la chaîne Energie)
-  Kerry Emanuel, du MIT de Boston, a été nommé en 2006 parmi les cent personnes les plus influentes par le magazine Time.
-  Ken Caldeira, de la Carnegie Insitution, avait été distingué en 2008 par le magazine New Scientist et nommé en 2009 par le magazine Rolling Stoines dans son classement des « acteurs du changement.
- Tom Wigley est un climatlogue reconnu de l'Université d'a Adelaide et du National Center for Atmospheric Research.

Leurs arguments rejoignent la thèse déjà développée par des défenseurs de l'environnement (voir le film de Robert Stone) qui placent le danger du réchauffement planétaire comme la menace principale.

      Voici des extraits de leur lettre:

Nous apprécions les préoccupations de votre organisation sur le réchauffement climatique et votre plaidoyer en faveur de l'énergie renouvelable. Mais l'opposition continue à l'énergie nucléaire menace la possibilité pour l'humanité d'éviter un changement climatique dangereux. (...)

La demande mondiale d'énergie croît rapidement et doit continuer à se développer pour fournir les besoins des pays en développement. Dans le même temps, la nécessité de réduire fortement les émissions de gaz devient de plus en plus claire. Nous ne pouvons augmenter l'approvisionnement en énergie tout en réduisant les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) qu'en développant de nouvelles centrales qui évitent d'utiliser l'atmosphère comme un dépotoir.

Les énergies renouvelables comme la biomasse, l'éolien et le solaire vont certainement jouer un rôle dans une économie énergétique de l'avenir mais ces sources d'énergie ne peuvent pas évoluer assez rapidement pour fournir une puissance fiable et bon marché à l'échelle de ce qu'exige l'économie mondiale. Bien qu'il soit théoriquement possible de stabiliser le climat sans l'énergie nucléaire, dans le monde réel, il n'y a pas de chemin crédible à la stabilisation du climat qui n'inclut pas un rôle important pour l'énergie nucléaire.

Nous comprenons que les centrales nucléaires d'aujourd'hui sont loin d'être parfaites. Heureusement, les systèmes de sécurité passive et autres avancées technologiques peuvent faire en sorte que les nouvelles centrales soient beaucoup plus sûres. Et la technologie nucléaire moderne peut réduire les risques de prolifération, résoudre le problème de l'élimination des déchets par leur incinération et l'utilisation plus efficace du combustible. L'innovation et les économies d'échelle peuvent même produire de nouvelles centrales moins chères que celles existantes.

Les analyses quantitatives montrent que les risques associés à l'utilisation accrue de l'énergie nucléaire sont des ordres de grandeur plus faibles que les risques associés aux combustibles fossiles. Tout système d'énergie a des inconvénients. Nous demandons seulement que les décisions concernant l'énergie soient fondées sur des faits et non sur les émotions et les préjugés qui ne s'appliquent pas à la technologie nucléaire du 21e siècle. (...)


Réagissez à cet article
 (14) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
14 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Pk
jeudi 07 novembre 2013 11:23
mais ces sources d'énergie ne peuvent pas évoluer assez rapidement pour fournir une puissance fiable et bon marché ///// Faux et archi faux, le cout nécocier par EDF en GB en est la preuve ! Et de prétendre que le nucléaire qui n'est pas maitrisé sous sa forme actuel dans le pays le plus développé technologiquement, démontre de l'incohérence de ces penseurs fussent ils des savants, qui se contentent d'une lecture techniciste de cette affaire, en oubliant le principal dans ce monde économique en guerre. PROFIT est il compatible avec hyper sécurité. Sans évoqué le fait, que les 400 réacteurs Pwr et autres ont un avenir minier de 60 à 80 ans maxi, pour 2% de l'énergie primaire mondiale actuelle, réduit à moins de 10 ans dans le cas d'un programme à la hauteur des ambitions de ces messieurs .. ! Les sur générateurs ne verront le jour, si tout va bien (ou plutot mal pour ma part) , vers 2060 /70----- N'évoquons pas la prolifération, et les impossibilité de monter des filières nucléaires viables dans les pays démunis, même les doutes pour les constructions chinoises, devraient nous inquiéter. Un délai de 5 ans ! Bigre, les contrôles en chine, ?????
[2]
Commentaire par un physicien
jeudi 07 novembre 2013 13:20
Biomasse éolien et solaire n'ont pas la capacité suffisante quel que soit leur rythme de développement et l'argent qu'on y met.
[3]
Commentaire par Monnier
jeudi 07 novembre 2013 23:29
Les énergies renouvelables se développent beaucoup plus vite que le nucléaire. -- Pour commencer, la production d'électricité nucléaire est en recul relatif (en pourcentage) depuis 12 ans (2001) et en recul absolu depuis deux ans (bientôt trois). -- Avec aussi bien les données de l'AIE que celles de l'AIEA, on voit qu'au cours des prochaines années, non seulement la capacité (MW) mais surtout la production d'électricité (MWh ou TWh) va augmenter bien plus vite avec les renouvelables qu'avec le nucléaire. -- http://energeia.voila.net/electri/co2_ges_nucle_renouv.htm -- Depuis toujours, les énergies renouvelables ont produit plus d'électricité que le nucléaire (l'hydraulique est renouvelable). -- L'augmentation de production électrique des énergies renouvelables "autres que l'hydraulique" (éolien, solaire, biomasse) est aussi la plus rapide de toutes.
[4]
Commentaire par Monnier
jeudi 07 novembre 2013 23:36
Le lien pour le document cité est celui-ci : -- http://energeia.voila.net/electri/co2_ges_nucle_renouv.htm -- Très précis.
[5]
Commentaire par Fabien
vendredi 08 novembre 2013 13:12
Pour les coûts du nucléaire il faut commencer par lire le rapport de la cour de compte ou son résumé : http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Les-couts-de-la-filiere-electro-nucleaire Pour un comparatif des coûts des différentes énergies, il y a eu l'étude ExternE menée par la commission européenne, par exemple : http://www.externe.info/ Et des arguments bien vulgarisés sur le nucléaire par Jancovici : http://www.manicore.com/documentation/articles/idee_nucleaire.html Quand on raisonne sur le seul coût de production des renouvelables, sans compter le réseau, sans compter l'intermittence, on est loin de compter les coûts complets (plus de réseaux), et surtout les impacts ailleurs. L'intermittence implique très concrètement aujourd'hui et pour encore longtemps l'utilisation de centrales à charbon/gaz, dont les nuisances sont bien pire que le nucléaire.
[6]
Commentaire par Monnier
vendredi 08 novembre 2013 18:55
Curieux, depuis 15 ans les émissions ce CO2 ont beaucoup augmenté, la concentration de CO2 dans l'atmosphère a augmenté, et pourtant la température globale reste stable. -- http://www.met.reading.ac.uk/~ed/all_sim_GL_ANN_61-90.png -- et avec plus d'explications ici : -- http://judithcurry.com/2013/10/30/implications-for-climate-models-of-their-disagreement-with-observations/ --
[7]
Commentaire par Monnier
vendredi 08 novembre 2013 18:59
Curieux, depuis 15 ans les émissions ce CO2 ont beaucoup augmenté, la concentration de CO2 dans l'atmosphère a augmenté, et pourtant la température globale reste stable. -- http://www.met.reading.ac.uk/~ed/all_sim_GL_ANN_61-90.png -- et avec plus d'explications ici : -- http://judithcurry.com/2013/10/30/implications-for-climate-models-of-their-disagreement-with-observations/ --
[8]
Commentaire par Solarhome
dimanche 10 novembre 2013 13:41
@Monnier Peut être que la hausse "fantôme" des températures que vous recherchez depuis 10 ans se trouve..dans les océans ? Les réponses aux climato-sceptiques c'est ici: http://www.skepticalscience.com/big-picture.html
[9]
Commentaire par Solarhome
dimanche 10 novembre 2013 13:59
Hansen et ses collègues sont des scientifiques hautement compétents dans leurs domaines mais ça ne sont pas des industriels. L'éolien et le solaire deviennent compétitifs partout dans le monde, c'est le contraire avec le nucléaire (qui fonctionne en plus avec une énorme subvention: il n'a pas besoin de provisionner d'assurance accident). Les prévisions rien que pour le solaire sont de 500 GW en 2020 et vont de 3 000 à 5 000 GW en 2040 d'après l'IEA . http://www.saudigazette.com.sa/index.cfm?method=home.regcon&contentid=20130714173441
[10]
Commentaire par un physicien
lundi 11 novembre 2013 20:05
http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/11/11/berlin-veut-freiner-les-subventions-aux-energies-renouvelables_3511898_3214.html#xtor=RSS-3208
[11]
Commentaire par Monnier
mercredi 13 novembre 2013 18:07
La dernière ineptie à la mode : "la chaleur disparait dans les océans" ... pourquoi pas sous la calotte glaciaire antarctique (comme la poussière sous le tapis) ou au fond des volcans ? --- "The fact that the oceans were warming long before CO2 levels significantly increased, and at a higher rate before 50 years ago, clearly demonstrates ocean warming is a natural recovery from the Little Ice Age, and not due to man-made CO2." --- "The paper is corroborated by a recent paper finding the oceans have warmed only 0.09C over the past 55 years, a rate of 0.016C per decade, and a 34% deceleration from the rate of 0.024C per decade over the past 135 years found by this study." --- "Further, climate alarmists claim that the "missing heat" is hiding below 1,500 meters deep, but this paper finds the oceans have instead cooled below 1,500 meters over the past 135 years." --- http://objectifterre.over-blog.org/article-deceleration-une-etude-scientifique-montre-que-le-rechauffement-de-l-ocean-a-diminue-de-50-durant-120505454.html --- Les océans se réchauffent moins depuis 50 ans, malgré l'augmentation du CO2, qu'il n'y a un siècle.
[12]
Commentaire par solarhome
jeudi 14 novembre 2013 14:37
@Monnier La hausse (rapide) de la température des océans est largement documentée et publiée. Les 2 principales références scientifiques étant le programme international ARGO http://www.argo.ucsd.edu/global_change_analysis.html et la NOAA http://www.nodc.noaa.gov/OC5/3M_HEAT_CONTENT/. Les commentaires que vous citez ci-dessous n'ont JAMAIS été publiés dans une revue à comité de lecture scientifique mais sur le blogue anti-science nommé "hockeyschtick" plébiscité par FoxNews, Lomborg, Allègre etc... et dont l'objectif est d'entretenir le doute auprès du grand publique sur les conséquences du réchauffement climatique. Le blogue de référence sur les "controverses" climatiques (les scientifiques y apportent directement des réponses) c'est Real Climate. Article récent sur le réchauffement des océans: http://www.realclimate.org/index.php/archives/2013/09/what-ocean-heating-reveals-about-global-warming/
[13]
Commentaire par solarhome
samedi 16 novembre 2013 08:21
@Monnier Si vous aussi vous adhérez à la secte des autruches Anti-science, vous vous délecterez certainement de la guerre entre un des meilleur scientifique du climat, Michael Mann et un des pires faucon anti-science américain, le Gouverneur K. Cuccinelli, qui a finalement perdu les élections en Virginie. Episode palpitant ici: http://video.msnbc.msn.com/all-in-/52637146#52637146
[14]
Commentaire par solarhome
samedi 16 novembre 2013 08:27
Les climato-sceptiques et autres faucons anti-science monopolisent les médias et enfument l'opinion publique depuis plusieurs années à propos d'un soit disant "arret" du réchauffement planétaire. Voila les toutes dernières découvertes sur cette controverse: http://www.weather.com/news/science/environment/no-global-warming-pause-planet-warming-much-faster-thought-20131114
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...