Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Consultant en Energie

Auteur
Diplômé de l'Ecole Supérieure d'Electricité (Supélec), Nicolas Goldberg est consultant en Energie. Il est intervenu chez plusieurs acteurs majeurs du domaine de l'énergie,...

Il y a bel et bien une renaissance mondiale du nucléaire


jeudi 06 mai 2010

En marge des débats du Grenelle II, les antis nucléaire se réjouissent des déboires d'Areva, et raillent "l'impossible relance". Autre son de cloche chez les pros, qui voient dans ces difficultés la mise en place d'un secteur concurrentiel très prometteur...


Les incertitudes sur lorganisation de la filière nucléaire entre Areva et EDF, ajoutées à léchec dAbou Dhabi, laissent planer un doute dans le débat français sur la réalité de la "renaissance" du nucléaire. Latome revient pourtant bel et bien sur le devant de la scène mondiale. Les difficultés rencontrées par la filière française ne font que témoigner de la concurrence sérieuse qui se met en place pour pouvoir se positionner sur ce secteur à nouveau prometteur. Aujourdhui 56 réacteurs sont en construction dans le monde. En comparant aux 438 réacteurs actuellement en exploitation, cela représente une augmentation de plus de 12% de la capacité nucléaire. En parallèle, plus de 400 projets sont en cours dans le monde. Par définition, tous ne verront pas le jour, mais si ces 400 projets donnent naissance à 50 nouveaux réacteurs, une croissance considérable du secteur aura encore lieu.

Qui sont ces nouveaux demandeurs de latome ? Difficile de ne pas voir sur la carte que lAsie est le principal demandeur. Avec 21 réacteurs en construction en Chine, 6 en Corée du Sud et 5 en Inde, un nouveau marché et de nouveaux concurrents se créent. En Russie, 9 réacteurs sont en construction, principalement sous la responsabilité de Rosatom. Aux Etats-Unis, poussé par lobjectif de réduction des émissions de CO2, Barack Obama a annoncé la relance du nucléaire par linvestissement de 54 milliards de dollars dans le secteur. En Europe, lItalie, dont les coûts de lélectricité pour les ménages sont parmi les plus chers dEurope, a décidé de mettre fin au moratoire sur le nucléaire et de construire 4 réacteurs nucléaires.


 


















Nombre de réacteurs en construction dans le monde

Source : les Echos (avec lAIEA)

Comment se positionne lEPR dAreva ? Accusé dêtre trop cher, lEPR est pourtant un réacteur plus puissant que ses concurrents et plus rentable dans la durée. En effet, lEPR est prévu pour être exploité 60 ans, tant les conditions de sécurité ont été renforcées alors que les autres réacteurs ne sont prévus que pour une autorisation de 30 ans, qui peut ensuite donner lieu à des prolongations moyennant des opérations de maintenance. En Italie, cest dailleurs pour obtenir une électricité moins chère sur le long terme que le choix de lEPR a été fait. Mais léchec dAbou Dhabi a mis en défaut la structuration de la filière française. En effet, comment vendre une technologie nucléaire là où Areva a des intérêts économiques et non EDF, qui nétait pas impliqué sur lappel doffre initial dAbou Dhabi ? GDF Suez, le deuxième opérateur électrique en Europe et exploitant nucléaire de premier plan par sa filiale Electrabel en Belgique, doit aussi jouer un rôle. Pourtant, notre deuxième champion national manque dune vitrine en France pour vendre son expertise à létranger, dautant plus que sa demande de construction dun réacteur ATMEA a été récemment refusée. Total, disposant de liquidités importantes et souhaitant investir sur laprès-pétrole, souhaite aussi se positionner sur le sujet mais il lui manque un savoir-faire reconnu sur le territoire français.

Le rapport Roussely, ancien président dEDF, devrait apporter des éléments de réponses sur ces points qui restent en suspens. Cependant, tirer des conclusions hâtives sur le sujet serait prématuré : le nucléaire est une filière qui se met en place sur le long terme. La relance nucléaire, elle, aura bien lieu. Il reste à savoir si la France pourra capter les nouveaux marchés en dehors de lEurope et comment les différents acteurs pourront y être impliqués. Par ailleurs, il est à rappeler quAreva nambitionnent que de capter 30% du marché, ce qui est un objectif raisonnable et qui témoigne bien que chaque chantier non remporté nest pas forcément un échec, mais parfois tout simplement un contrat hors objectif.

Voir le blog Energie&Environnement de Sia-Conseil

Voir l'article "Nucléaire : des projets à voir sur le long terme"

 
5 commentaire(s)
[1]
Commentaire par pro eole
jeudi 06 mai 2010 13:23
"En marge du Grenelle II".

On en parle donc quand mme, du nuclaire, mais seulement la marge.

Quelle nergie est au coeur du Grenelle II ?

Devinez.

Quel pays bizarre o la principale source d'lectricit (pour l'instant) reste " la marge". En tout cas des dbats.

Cela, c'tait pour l'accroche.

L'article est plutt clair, pour qui sait lire entre les lignes.

L'auteur semble regretter le refus d'autoriser un petit racteur pour Suez dans la valle du Rhne.

Je suis partag sur cette question :

D'un ct, en dfenseur du service public, incontournable en matire de nuclaire vu les conditions de scurit qui s'imposent, je suis fond contre, rejoignant des positions dfendues par des Dputs comme Marcel Paul.

D'un autre ct, Electrabel a propos un taux de disponibilit bien suprieur aux Centrales franaises, montrant que Suez savait mieux grer les Centrales nuclaires que certains.

Enfin, il apparait que le nuclaire serait d'abord une pompe aspirante de liquidits de grands groupes, cause des dlais dpasss des chantiers EPR sans doute ?

Bref, moi aussi, j'attends avec impatience le rapport Roussely, pour sortir de ce flou.

Quant au flou sur le dmantlement, on attendra encore.

L'auteur rappelle lui-mme que les Centrales actuelles, datant pour l'essentiel du dbut des annes 80 (devinez qui a lanc le programme ?) sont prvues pour 30 ans (1980 + 30 = 2010).

[2]
Commentaire par Northman
jeudi 06 mai 2010 14:13
Sans intrt. A part faire le buzz du nuke.Aucun fait avr, seulement le compte rendu de promesses.
[3]
Commentaire par Seck
jeudi 06 mai 2010 15:34
Certains feraient mieux de lire avant de ragir.

56 racteurs en construction c'est un fait avr. Ni une promesse, ni une opinion discutable.
[4]
Commentaire par apbgalx
jeudi 06 mai 2010 21:42
C'est moins cher et a vite de bruler du charbon. Alors ?
[5]
Commentaire par Orani
samedi 08 mai 2010 18:26
@Seck : 400 racteurs en dmantlement dans un futur proche c'est galement un fait avr et indiscutable...
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vtre !
La chane Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !