Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Professeur émérite à l'Université de Paris XII
Mots clefs : 

climat,

 

allègre

giec

pétition

climat


Auteur
Professeur émérite à l'Université de Paris XII, il a fait ses études à HEC, à la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de l'Université de Paris, à l'Université Harvard,...

Climat : la « pétition des 600 » ruine la crédibilité du Giec


jeudi 15 avril 2010

Pour notre chroniqueur, la pétition anti "Allègre" est une très mauvaise chose pour le Giec. En demandant au pouvoir politique de trancher un débat scientifique, les climatologues se rendent risibles et offrent un argument en or aux climato-sceptiques.


La majorité des 600 climatologues qui ont signé une lettre ou pétition à la ministre de la Recherche sont certainement des scientifiques honnêtes et compétents. Leur lettre ne dit rien du tout sur le fond du débat scientifique sur la cause d’un réchauffement de la planète. Mais elle en dit long sur la manière dont ce débat est conduit, sur les procédés employés par les carbocentristes, et donc sur la crédibilité que l’on peut leur accorder.

Voir l'interview d'Hervé le Treut, membre de l'Académie des Sciences et signataire de la pétition.

Elle affirme tout d’abord que les livres de Claude Allègre et de Vincent Courtillot, nommément cités,  « n’auraient pas pu être publiés si on leur avait demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel ». Cela est évident – et risible. Il est difficile d’imaginer une critique plus bidon. Un livre n’est pas un article. Les procédures de choix qui fonctionnent, imparfaitement mais utilement, pour les articles scientifiques, ne sont nulle part au monde, et ne peuvent pas être, utilisées pour le choix des ouvrages. Si l’on appliquait aux livres le principe de sélection que revendiquent pour Claude Allègre nos climatologues, on ne publierait plus aucun livre.

Surtout, qui appliquerait ce principe, et comment ? Faudrait-il établir une institution – baptisée par exemple Bureau de Censure - qui donnerait un certificat de rigueur (c’est le mot qu’emploient les signataires de la lettre) préalable à toute publication ? Lui soumettrait-on aussi les articles de journaux, et les pétitions ? Et dans ce cas, la lettre des 600 aurait-elle bien passé le test de la rigueur ?

Pour que des gens intelligents se laissent aller à de telles niaiseries, il faut qu’ils soient bien à court d’arguments ou/et que la colère et la haine les aveuglent complètement.

La lettre continue par la demande solennellement faite à une ministre et à des « autorités de tutelle » de trancher un débat scientifique, et de punir ceux qui pensent mal. Même si MM. Allègre et Courtillot étaient des incompétents et des faussaires patentés, aller moucharder et demander à Mme la directrice de les mettre au piquet serait, comme on l’apprend à l’école communale, une attitude méprisable. S’agissant de science, cette attitude est non seulement méprisable mais suicidaire. Demander à des politiques de jouer le rôle d’arbitre - et pourquoi pas de guide - en matière scientifique, c’est pour un chercheur scier la branche sur laquelle il est assis. On pense à Lyssenko faisant éliminer par Staline les biologistes russes qui contestaient la vérité officielle. Question accessoire : aux Etats-Unis, un pays où il y a des universités et de la recherche mais pas de ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, à qui donc nos pétitionnaires adresseraient-ils leur demande de censure ?

Risible en soi, cette lettre l’est bien plus encore quand on la replace dans son contexte, qui est celui du GIEC dont, répétons-le, les principaux initiateurs sont des membres éminents. Ils nous présentent leur GIEC comme une institution exclusivement scientifique. En réalité le GIEC a depuis sa création été politique, militant et médiatique.

Politique, d’abord. Il a été créé par les Nations-Unies, par et pour des politiciens. Le GIEC n’a jamais été dirigé par des savants ni par des climatologues. Son président, M. Pachauri, est un ingénieur-économiste . Un  document officiel du GIEC le dit sans ambiguïté : « le processus d’adoption et d’approbation [de nos] rapports est ouvert à tous les gouvernements membres  ». Peut-être est-ce là que nos climatologues ont pris l’habitude de laisser le dernier mot à un ministre. Le GIEC travaille la main dans la main avec la Convention Cadre des Nations Unies pour le Changement Climatique (CCNUCC), et il se proclame à son service . Ce bon partenaire du GIEC n’est rien moins que scientifique. Son directeur, M. de Boer, le grand chef d’orchestre de Copenhague, était (il n’occupe plus ce poste) un aparatchik onusien qui a fait de vagues études d’assistant social, ce qui n’a rien de déshonorant, mais pas grand chose de scientifique.

Militant ensuite. Les membres du GIEC, et la CCNUCC, ont toujours été les combattants d’une thèse : un réchauffement climatique dramatique a pour cause principale et presque unique les rejets anthropiques de CO2 ; si l’homme ne réduit pas ses émissions par deux, de terribles catastrophes vont fondre sur nous. Cette thèse était plus le point de départ que le résultat des recherches du GIEC. Malheur à ceux qui osaient la mettre en doute. Un respectable statisticien danois, Bjorn Lomborg, s’aventura à formuler quelques observations critiques ; en réaction, M. Pachauri alla jusqu’à déclarer (à un journal danois en Avril 2004) : «Quelle différence y-a-t-il entre la vision de l’humanité de Lomborg et celle de Hitler ? ». Aucun de nos 600 climatologues n’a protesté contre ce propos de leur patron. Mais tous se proclament offensés par les écrits de Claude Allègre. Celui-ci tape parfois un peu fort mais par rapport au président du GIEC il est un modèle de retenue et un virtuose de la litote.

Les scientifiques soit-disant "purs et durs" du GIEC n’ont jamais dédaigné l’assistance plus militante que savante des multinationales environnementalistes, de WWF à Greenpeace. Elles ont toujours assisté et participé aux réunions de la CCNUCC et du GIEC, de Bali à Copenhague. Il n’y a pas besoin d’être climatologue pour trouver que l’équation : Nations-Unies + Greenpeace = Science, n’est pas très convaincante.

Médiatique enfin. Il est piquant de voir nos piliers du GIEC protester violemment contre un livre de Claude Allègre et une conférence de Vincent Courtillot coupables de porter le débat sur la place publique. Ceux-ci ne font pourtant que suivre avec retard et en tout petit ce que les carbocentristes font depuis longtemps et en très grand. Ont-ils oublié les films de Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand, ou Al Gore, ces grands savants climatologues ? Se souviennent-ils de cette image du film d’Al Gore demandant : « Y-a-t-il des climatosceptiques ? » et donnant la réponse : « Non, absolument aucun ». Elle a été montrée dans tous les pays du monde, à des dizaines de millions de spectateurs. Le GIEC s’est-il dissocié de ces outrances, de ces mensonges, de ces coups bas ? Non, il a été trop content de partager avec Al Gore un prix Nobel. Pas un prix Nobel de Physique ou de Chimie, un prix scientifique, comme on le laisse parfois entendre, mais un prix Nobel de la Paix, un prix politique.

Rien de tout cela n’infirme ni ne confirme la thèse des carbocentristes. Mais cela jette la suspicion sur le sérieux de ses tenants. Ils sont peut-être des savants qui ont raison. Mais le fait est qu’ils se comportent pas comme tels. La lettre de nos 600 est la goutte d’eau qui fait déborder le vase de la crédibilité du GIEC.

Mots clefs : 

climat,

 

allègre

giec

pétition

climat

26 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Possum
jeudi 15 avril 2010 10:44
C'est bel et bien Claude Allègre qui a placé le débat sur le thème de la crédibilité scientifique en se répandant là ou on voulait bien l'entendre sur :

1. son immense crédit personnel comparé à celui des 600 scientifiques du GIEC

2. de pseudos démonstrations scientifiques qu'il oppose à une litterature abondante sur le sujet du réchauffement climatique.


Le problème finalement c'est que Monsieur Allègre ne s'adresse pas à une communauté scientifique (dont il ne fait pas partie d'ailleurs) mais à un public large tout en étant reçu par les médias comme un scientifique de référence.

Nous sommes en pleine confusion de tous les genres: le GIEC rentre dans une bataille de communication politique, Monsieur Allègre se prend pour un climatologue sans s'embarasser de la rigueur scientifique nécéssaire.

Après avoir voulu dégraisser le mamouth, voilà qu'il se met en tête de nettoyer les écuries d'Augias; dans ces deux cas finalement Monsieur Allègre apporte beaucoup plus de confusion et de désordre que d'intelligence.



[2]
Commentaire par pm
jeudi 15 avril 2010 14:00
joli:
"Les membres du GIEC, et la CCNUCC, ont toujours été les combattants d’une thèse"

ok on peut en faire un certain nombre comme celle-ci (dont certaines
attestées dans l'histoire):

"Einstein a toujours été le combattant d'une thèse"
"Galilée a toujours été le combattant d'une thèse"
"Darwin a toujours été le combattant d'une thèse"

tous les scientifiques, bon ou mauvais, ont des thèses mon bon monsieur. ils les défendent quand ils ont de quoi les étayer.
et c'est prof d'université ? mon dieu.
ah mais en "sciences" éco, bien sûr on n'a pas de thèse à défendre...

pour rassurer un peu les lecteurs: émérite = à la retraite.
[3]
Commentaire par Emmanuel
jeudi 15 avril 2010 19:21
Voici une excellente analyse, qui redonne ses couleurs à la France des lumières et des droits de l'homme, en réaction à cette sombre pétition lancée avec un état d'esprit qui nous fait tristement rappeler les pires périodes de notre histoire.
[4]
Commentaire par Tilleul
vendredi 16 avril 2010 00:34
Mais bien sûr monsieur Prud'homme, il existe un grand complot mondial réunissant l'ensemble des académies des sciences des pays développés et heureusement vous êtes venu nous apporter la seule et unique vérité... J'attends avec impatience votre prochain article dénonçant le fait que les ingénieurs de la Nasa n'ont jamais envoyé des hommes sur la Lune, qu'il n'y a pas eu d'avions qui se sont écrasés sur le pentagone ou qu'Elvis est encore en vie...

Allègre dans son livre a porté des accusations extrêmement grave contre des scientifiques français, les accusant tour à tour d'être des faussaires, des fanatiques, des totalitaires, des sectaires, des mafieux, des ayatollahs, des manipulateurs, des escrocs, des scientifiques dévoyés ambitionnant l’argent et la gloire, des égoistes, des vaniteux...

Expliquez moi en quoi tout ces anathèmes sont des arguments scientifiques ? Ce n'est sont pas... Ce sont des graves et très violentes accusations politiques, il est donc normal de faire appel au pouvoir politique qui doit agir face à ce discours haineux et mensonger et mettre un terme à ce véritable harcèlement que sont maintenant en train de subir ces chercheurs par les gens comme Allègre et tous les fous furieux du net...

[Réponse de l'auteur]
Rémy Prud'homme : On vient justement, grâce à l'action de chercheurs comme Claude Allègre du reste, de demander au Comité des Académies des Sciences un rapport sur la crédibilité des conclusions du GIEC - le rapport que vous faites semblant d'avoir déjà lu mais qui n'existe pas encore. Attendons avec impatience, ou plutôt avec calme, la publication de ce rapport. Pour connaître la responsabilité des rejets de CO2 dans le réchauffement climatique, cela vaut mieux que d'attendre l'oukase d'un ministre. Est-ce 100% ou 10% ? Je ne le sais pas. Tout ce que je dis, c'est que ceux qui crient 100% (le GIEC et les 600 et les Nations-Unies) ont des comportements qui ne m'inspirent guère confiance.
[5]
Commentaire par Bouge ton GIEC
vendredi 16 avril 2010 01:26
Les académies des sciences du monde entier (Conseil inter-académique) viennent d'être chargées, depuis un mois, de contrôler les méthodes du GIEC, suite aux dérives de ce bureau.

Climat : les travaux du Giec supervisés
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/03/10/97001-20100310FILWWW00809-climat-les-travaux-du-giec-supervise.php
[6]
Commentaire par odile redon
vendredi 16 avril 2010 12:30
ce billet d'humeur est à côté de la plaque. le ministère -qui emploie les chercheurs n'a pas réagi face aux dénigrements de Claude Allegre.Voilà pourquoi les climatologues (dévoyés, présentant des graphiques faux, truqués selon allegre) lui ont demandé de réaffirmer sa confiance envers les sciences du climat.
Concernant le débat, Allègre s'est dérobé plusieurs fois,(lire édouard brezin dans LaCroix) ils veulent l'amener à débattre selon des règles scientifiques et contradictoires. Mais la baudruche risquerait de se dégonfler! Allegre préfère manier l'injure en embuscade, critiquer les erreurs des autres..en commettant erreurs, citations tronquées, graphiques falsifiés. Allègre el scientifique n'est plus, place à un tartarin qui décrédibilise la science. Car c'est bien l'un des drames, explique le blog "alasource", L'un des drames est là: il est piquant "de voir ce scientfique s'alarmer que les travaux d'autres scientfiques soient pris aux sérieux par les politiques. Enfin, prise au sérieux... les tergiversations du sommet de Copenhague, la difficulté des politiques à faire des choix radicaux ont justement ouvert le champs à toutes les contestations. Libéré la parole de ceux qui sont hérissés par l'écologie ou plutôt par l'alarmisme écologique. Et contribué à lasser le public.

En contestant la science (telle qu'ils l'ont pratiquée dans leurs domaines, en soumettant j'imagine leurs papiers à des pairs, en acceptant un débat contradictoire) les sceptiq
[7]
Commentaire par yan_g
vendredi 16 avril 2010 16:11
Cet article est vraiment un condensé de mauvaise foi et d'incomprehension... "En demandant au pouvoir politique de trancher un débat scientifique". Mais OÙ avec vous vu les scientifiques du climat demander à une ministre de trancher un débat scientifique????
"Nations-Unies + Greenpeace = Science" on voit bien que vous n'avez jamais mis les pieds dans un labo, c'est incroyable de dire des bêtises pareilles...

[Réponse de l'auteur]
Rémy Prud'homme : Où ai-je vu les scientifiques du climat demander à une ministre de trancher un débat scientifique ? Dans leur pétition, bien sûr. Elle est adressée à la Ministre. Et on y lit : "Nous pensons que ces accusations [celles de MM Allègre et Courtillot] demandent une réaction de votre part, et l'expression publique de votre confiance vis-à-vis de notre intégrité et du sérieux de nos travaux". De l'équation : "Nations-Unies + Greenpeace = science" j'ai écrit qu'elle "n'est pas très convaincante". Ce qui veut dire que je la trouve ridicule. Vous avez le droit de trouver cette équation très convaincante, indiscutable, toujours vérifiée. Mais pourquoi traiter de "bêtes" ceux qui expriment un doute à ce sujet ?
[8]
Commentaire par Tilleul
vendredi 16 avril 2010 22:52
M. Prud'homme votre réponse qui en plus d'être à coté de la plaque et d'une mauvaise foi pas croyable montre bien que vous feriez mieux de repartir faire de l'économie et de laisser la science dans les mains des scientifiques...

Je vous invite donc à consulter les nombreuses déclarations officielles des académies nationales des sciences défendant les travaux des scientifiques diffamés publiquement par les adeptes de la théorie du complot climatique comme Claude Allegre et vous...

Entre autres, la Déclaration commune des Académies des sciences sur
la réponse globale au changement climatique à destination du G8

http://www.academie-sciences.fr/actualites/textes/G8_fr.pdf

Signataires :

Allemagne Deutsche Akademie der Naturforscher Leopoldina
Brésil Academia Brasileira de Ciencias
Canada Royal Society of Canada
Chine Chinese Academy of Sciences
États-Unis d'Amérique National Academy of Sciences
France Académie des sciences
Inde Indian National Science Academy
Italie Accademia dei Lincei
Japon Science Council of Japan
Royaume-Uni Royal Society
Russie Russian Academy of Sciences

Ou encore l'éditorial de Nature reconnaissant l'exactitude du travail de synthèses de la littérature scientifique existante qu'opère le GIEC et cosigné par the Australian Academy of Sciences, Royal Flemish Academy of Belgium for Sciences and the Arts, Brazilian Academy of Sciences, Royal Society of Canada, Caribbean Academy of Sciences, Chinese Academy of Sciences, Frenc

[Réponse de l'auteur]
Rémy Prud'homme : Merci d'avoir attiré notre attention sur une déclaration de 2000 d'une quinzaine d'Académies des Sciences. Je ne la connaissais pas. M. Ban Ki Moon, le secrétaire Général des Nations-Unies, non plus sans doute, puisqu'il vient (mars 2010) de demander au conseil interacadémies et fédérations d'académies des sciences de conduire "une revue indépendante des processus et des procédures du GIEC". Ce Conseil a accepté. Tout cela n'a pas grand chose à voir avec mon propos initial, qui portait sur la pétition des 600. J'y lisais et j'y lis toujours un appel à la censure. Je n'ai pas d'opinion sur le fonds du problème, comme je l'ai écrit, mais j'en ai une sur la censure, et sur ceux qui veulent l'établir.
[9]
Commentaire par Tilleul
samedi 17 avril 2010 17:17
Vraiment heureusement que vous êtes là pour nous montrer la vérité caché derrière les communiqués de presse de l'ONU ! Moi qui croyait que Ban Ki Moon avait demandé à muscler les procédures du GIEC parce que les procédures habituellement utilisée (bénévolat de scientifiques) n'étaient plus suffisante face à des attaques utilisant la diffamation, le vol de données informatiques, les menaces de mort, le harcèlement judiciaire...

Comme l'indiquait Nature : les scientifiques sont face à des méthodes de voyous il est temps de s'en rendre compte et de s'en protéger...

http://www.nature.com/nature/journal/v464/n7286/full/464141a.html

Quand à parler de censure, vous devez vraiment avoir une vie très protégée pour aller employé un si grand mot pour une aussi petite demande ! Demandez donc au coréens du Nord ce qu'ils pensent de votre emploi du mot "censure" ! Les chercheurs français demandent simplement à Allegre d'arrêter les insulter... Ca s'appelle de la politesse... Les chercheurs français demandent à Allegre de venir s'expliquer avec des arguments scientifiques et des données vérifiées et pas avec des anathèmes et des courbes truquées, ça s'appelle l'éthique.
[10]
Commentaire par l.wandfluh
dimanche 18 avril 2010 16:10
Il est effarant de lire certains des commentaires de cette article. L'auteur de l'article sans rentré dans le débat du qui à tord, qui a raison sur les effets climatiques, s'insurge non des réponses scientifiques faites au livre de Claude Allègre, mais de la volonté de certains scientifique de vouloir recourir à une forme de censure comme moyen de réponse à son discours, rappelant que le manque de rigueur et d'expertises dont est accusé M. Allègre pour vouloir le censurer est loin d'être appliquer aux documents écologiques. Le film d'Algore par exemple est bourré d'erreur, peu de membres du GIEC, responsable pourtant de la synthèse des résultat du climatologique, sont climatologues (ils sont souvent à tord présenté par les médias comme les spécialistes de cette science). Mais au lieu d'applaudir l'auteur de sa démarche et de réagir comme lui fasse à ce deux poids deux mesures sans pour autant forcément décrier le travail des scientifiques, la plus part des réactions sont l'accuse de mauvaise foi et d'incompréhension, ce situant systématiquement dans un jugement de valeur des plus hautains: "Comment osez-vous formuler une critique, vous n'y connaissez rien...". Cette justement cette attitude de posséder la vérité "absolue" pour une science qui ne l'est pas, qui finit par agacer le public. Si le public demande à être re, re, et re-convaincu avant de signer des chèques de plusieurs centaine voir millier de milliard de dollars que vont couter les mesures que préc
[11]
Commentaire par l.wandfluh
dimanche 18 avril 2010 16:16
Si le public demande à être re, re, et re-convaincu avant de signer des chèques de plusieurs centaine voir millier de milliard de dollars que vont couter les mesures que préconise le GIEC, c'est son DROIT! On ne dit pas aux actionnaires d'une entreprise, vous devez payer, mais on va arrêter de publier un rapport chaque année vous n'y comprenez de toute façon rien, c'est trop compliquer pour vous.
[12]
Commentaire par Possum
lundi 19 avril 2010 11:03
@tilleul, @pm : Il est assez amusant que des gens qui par ailleurs se sentent insultés par Allègre utilisent a peu près les mêmes méthodes que lui : dénigrement des personnes, attaques ad hominem, insultes ...
[13]
Commentaire par Tilleul
lundi 19 avril 2010 13:29
@Possum : il est amusant de voir que ceux qui reprochent aux scientifiques d'en avoir marre de se faire insulter, ne supporterais pas de se voir appliquer le même traitement... Deux poids deux mesures à ce que je vois...

Mais en attendant si vous considérez que c'est dénigrer Allegre de dire qu'il a truqué des courbes pourquoi l'a t-il lui même reconnu (cf Sylvestre Huet a qui il a répondu que c'était normal de ne pas donner les vraies courbes car il s'agissait d'un livre "politique" et non pas scientifique) ? Est-ce que vous contestez également les noms d'oiseaux dont il a qualifié les 400 scientifiques qui ont réagit face à ces insultes ? Tous les qualificatifs que j'ai donné sont dans son dernier livre...

Je vois que certain sont sceptiques de tout sauf de ce qui les arrange...
[14]
Commentaire par Possum
lundi 19 avril 2010 15:27
@Tilleul : il y a un côté "na na na nanèreuh", "c'est celui qui dit qui'y'est", "toi même" dans votre dernier commentaire ... Vous avez quel âge ?
[15]
Commentaire par Pierre Mulin
mardi 20 avril 2010 09:38
La position de Claude Allègre part peut-être d’une bonne intention : faire prendre conscience que le changement climatique et ses impacts sur notre mode de vie ne sont peut-être pas si terribles.

Il pourrait d’ailleurs se contenter de répertorier et développer les points scientifiques sur lesquels de fortes incertitudes demeurent. Il va bien au-delà ; c’est son « choix éditorial ».

Que celui qui n’a jamais péché me jette la première pierre.

Alors, se défendre contre une action qui part peut-être d’une bonne intention, surtout lorsque l’on n’est pas parfait soi-même, c’est s’exposer à être « méprisé » pour avoir mouchardé auprès de « Mme la Directrice ».

Bien sur, ce n’est pas l’acte en soi qui est condamnable, mais l’intention. Juger l’acte revient alors à choisir son camp. Quelqu’un qui prévient un attentat et permet de sauver des milliers de vies sera considéré comme un sauveur par les uns, un traitre par les autres.

Sur chaque sujet d’importance, on trouve le camp des opposants. La santé, les bonus, les retraites, …
[16]
Commentaire par la fouine
mercredi 28 avril 2010 09:43
Rémy Prud'homme : Où ai-je vu les scientifiques du climat demander à une ministre de trancher un débat scientifique ? Dans leur pétition, bien sûr. Elle est adressée à la Ministre. Et on y lit : "Nous pensons que ces accusations [celles de MM Allègre et Courtillot] demandent une réaction de votre part, et l'expression publique de votre confiance vis-à-vis de notre intégrité et du sérieux de nos travaux"

Ben non, cette phrase ne dit pas que la demande porte sur la veracite des travaux. Juste sur leur sincerite. Mais si les tutelles de chercheurs pensent effectivement que la grande masse des travaux de chercheurs et theses de climatologie ne sont pas sinceres, mais 'mafieux', participant a un 'complot rechaufiste' pour defendre les credits du domaine, il serait sain que tous les auteurs. individus des lors peu recommandables, soient mis a la porte du CNRS, du CEA, de l'IRD, bref de tous ces organismes douteux qui font la honte de notre glorieux pays.

[17]
Commentaire par Hohenfels
mercredi 28 avril 2010 15:19
Merci pour cet article. Cette pétition était tellement exagérée que j'ai cru à une blague quand on me l'a dit. Il semble qu'en matière d'erreurs et d'approximations, les deux "camps" aient des reproches à se faire mais le débat s'installe et c'est normal (cela n'a rien d'étonnant, d'ailleurs, à l'heure où les gens se rendent compte qu'il vont être financièrement "sollicités" sur la base des travaux scientifiques dont nous parlons).
Certains carbocentristes font des allusions foireuses sur un prétendu "complotisme" promu par les climatosceptiques. En réalité, personne ne parle de complot, mais juste d'un consensus qui s'est installé et s'est durci, non pas en service commandé, mais par la convergence d'intérêts politiques, économiques ou autres, relativement influents (partis verts, gouvernements convertis à cette thèse, stars de l'écologie, industries vertes, bénéficiaires de subventions au titre de la lutte contre/recherche sur le réchauffement etc.). Point de sombre conspiration, donc, mais un manque généralisé d'esprit critique rendu insupportable par l'intolérance de certains militants.
[18]
Commentaire par Ray
jeudi 29 avril 2010 17:36
Merci pour cet article qui éclaire sur les dérives à la Lyssenko des nos climatologues d'état.
Allons-nous, français, être encore les derniers à ouvrir les yeux sur cette arnaque pure et simple ?
[19]
Commentaire par BONHOMME
samedi 01 mai 2010 13:38
cet article est bien évidemment scandaleux (j'ai déjà eu l'occasion de me prononcer sur les conceptions idéologiques régressives de l'auteur) et jette nouveau une ombre sur la Chaîne Energie,initiative intéressante en soi mais qui révèle à travers la publication de tels propos de préoccupantes dérives tendancieuses... Votre rédaction devrait pourtant avoir conscience que la vérité scientifique n'est pas contestable et ne peut et ne doit pas donner lieu à débat au même titre qu'un problème de sciences sociales. C'est toute la différence... Au contraire, en suscitant artificiellement un débat par la publication de tels articles vous distillez le doute dans l'opinion alors que la crédibilité du GIEC fait évidemment consensus dans la communauté scientifique ... Il y a donc derrière ce genre d'initiative une vraie manipulation. Au final, vous portez gravement atteinte à l'éthique du métier de journaliste et à terme contribuez à discréditer les médias, d'autant que vous agissez sous couvert de préoccupation environnementale... Tout cela est, il faut bien le dire, tout bonnement pervers. Un dernier mot : La publication ou pas de mon commentaire permettra de juger de votre sens (ou pas) des responsabilités et de votre honnêteté intellectuelle. Aurez-vous le courage de le publier ???
[20]
Commentaire par Ray
samedi 01 mai 2010 15:17
Faut se réveiller bonhomme.
1-Il n'y a jamais eu de consensus scientifique malgré ce qu'on a essayé de nous faire croire.
2-Il n'y a plus qu'en France ou presque ou il y a encore des gens qui y croient à cette arnaque pure et simple. (Serait-ce pour des motifs idéologiques ? je n'ose le penser...)
[21]
Commentaire par BONHOMME
mercredi 05 mai 2010 00:16
En parlant d'idéologie vous sautez à pieds joints dedans, cher Ray, en plaquant vos préjugés intellectuels sur des faits objectifs car scientifiquement avérés ... C'est tout simplement de la malhonnêteté intellectuelle... Alors j'ai envie de vous dire : Le XXe siècle est fini. Il faut avancer, renoncer aux vieilles lunes du passé et avoir le courage de regarder l'avenir en face si nous voulons conserver une (petite) chance de le maîtriser... Et si vous ne parvenez pas à vous délivrer de vos obsessions régressives, de grâce, cher Ray, gardez les pour vous, et évitez comme Mr Prudhomme, de tromper et de désorienter l'opinion en faussant le débat et en l'orientant vers des voies sans issue. Epargnez-nous l' obscurantisme de ce monsieur (et je ne parle même pas de Claude Allègre ...) Il nous fait perdre à tous un temps précieux sur le chemin déjà si long et difficile du respect par l'être humain de son environnement naturel(pour son plus grand profit).
[22]
Commentaire par BONHOMME
mercredi 05 mai 2010 00:35
suite mon post du 1er mai, j'attends tjs des explications de la rédaction de la Chaine Energie pour avoir laissé publier l'article de Mr Prudhomme. Encore une fois cette initiative dénote une dérive tendancieuse et me paraît vraiment dommageable car elle porte atteinte à la qualité par ailleurs réelle de ce site. Encore une fois, la vérité scientifique ne peut et ne doit donner lieu à débat. Qui songerait à un débat sur les lois de la gravité, sur l'existence de l'ADN, ou sur l'existence du système solaire ? . Vous, journalistes, devez vraiment mener un sérieux effort de réflexion là-dessus et ne pas vous laissez manipuler ou égarer par les prétendues vertus démocratiques du débat... Celles-ci n'ont tout simplement pas lieu d'être à propos de faits scientifiquement avérés. J'attends donc une réponse.
[23]
Commentaire par Ray
mercredi 05 mai 2010 16:20
Tu demande une réponse ?
Crois-tu que les gens en ont quelque chose à faire de ta demande de censure ?
Ferais-tu partie des signataire de la pétition ?

Beaucoup de gens deviennent sceptiques grâce à ce genre d'attitude lamentable. Continuez comme ça les réchauffistes, vous avez tout compris.
[24]
Commentaire par BONHOMME
jeudi 06 mai 2010 19:04
Pitoyable, cette réponse... Rien à ajouter : sa bêtise insondable parle d'elle-même... J'arrête donc là la polémique car il ne sert sans doute finalement (et malheureusement) pas à grand chose de débattre avec des esprits aussi fermés, sclérosés et obscurantistes que Ray. Le plus triste est qu'il y aura toujours des Rémy Prudhomme et des Claude Allègre pour donner voix à ce genre de propos... Et des médias comme L'Expansion pour, de manière tendancieuse et perverse, les relayer... Il ne faut pas laisser ces idées toxiques polluer le débat... Il faut les combattre de toutes nos forces.
[25]
Commentaire par Ray
jeudi 06 mai 2010 23:00
Change rien, t'es super.
Dis-moi, m'autorises-tu à montrer tes messages à un collègue qui hésite à devenir sceptique ?
[26]
Commentaire par odile
dimanche 09 mai 2010 18:52
le fond de cet article est imbécile. Les scientifiques en ont appelé à leur employeur (le ministère de la recherche) qui n'ont pas réagi face au dénigrements multiples des sciences du climat". ils ont demandé que cet employeur réaffirme sa confiance (ce qui a été fait) et demandé un débat,preuve de leur sérieux. débat qu'allègre le pétochard refuse depuis longtemps, préfèrant pérorer sur des plateaux télé face à des journalistes qui ne connaissent pas lesujet. Allegre le scientifique n'est plus§
quant aux climatologues, je les trouve bien peu offensifs, le livre d'allegre contient des allégations susceptibles d'être condamnées en justice. C'est là qu'ils auraient du porter leur combat! surtout que devant la justice, la fausseté des arguments d'allegre aurait pu être démontrée et communiquée àun public plus large. De toute façon, la réputation de cet ex-savant est totalement perdue.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...