Participez aux débats sur l'énergie de demain

Auteur

Tout sur l'électricité : les meilleurs experts répondent à vos questions


mercredi 07 novembre 2012

"Les nouvelles régulations électriques" constituent la dernière et la plus complète synthèse sur les questions de la production, des réseaux et des nouveaux marchés de l'électricité.


Les meilleurs spécialistes de l'électricité (de Jacques Percebois à Michel Derdevet  en passant par Jean-François Conil-Lacoste d'EpexSpot , Pascal Sokolof de la FNCCR ou Jean-Pierre Hauet de KB Intelligence) ont mis en commun leur expérience pour publier un livre collectif sous la direction de Michel Lapeyre, ancien vice-président de la CRE.

Un premier volume étudie en détails les questions de monopole et de concurrence, avec notamment une étude exhaustive de Michel Lapeyre sur la CRE -Commission de régulation de l'énergie (cf extrait ci-dessous).

Un deuxième volume traite des problèmes de productions, de réseaux et de demande de l'électricité.

(Les nouvelles régulations électriques, Ed. Hermes/lavoisier, deux volumes de 314 et 269 pages)


Extrait de l'article de Michel Lapeyre (La CRE -  p. 107-144, Vol 1)

Le marché de détail a été ouvert à la concurrence progressivement à partir de l'an 2000. L'étape ultime de ce processus a eu lieu le premier juillet 2007, date à laquelle le droit de mettre en concurrence les fournisseurs historiques a été donné aux consommateurs résidentiels (c'est-à-dire aux ménages), auparavant seuls à ne pas l'avoir.

Aujourd'hui, concrètement, un consommateur peut acheter l'électricité de trois manières, une ancienne et deux nouvelles :

-    Première possibilité (ancienne) : l'achat au fournisseur historique à un tarif réglementé de vente, fixé par les ministres chargés de l'économie et de l'énergie, après avis de la CRE. Au 31 décembre 2011, cette possibilité était utilisée par 93% des consommateurs, correspondant à 63% de la consommation totale française ;

-    Deuxième possibilité (nouvelle) : l'achat à ce même fournisseur historique, mais à un prix de marché librement fixé par celui-ci. Au 31 décembre 2011, cette possibilité correspondait à 1% des consommateurs et 20% des consommations :

-    Troisième possibilité (nouvelle) : l'achat à un fournisseur alternatif, c'est-à-dire autre que le fournisseur historique, à un prix de marché. Au 31 décembre 2011, cette possibilité correspondait à 6% des consommateurs et 17% des consommations. Les fournisseurs alternatifs étaient une vingtaine à cette date, dont la moitié à proposer des offres aux consommateurs résidentiels.

(...) L'ouverture à la concurrence n'a pas, pour l'instant, le succès que ses promoteurs attendaient, notamment pour les ménages. Par exemple, en quittant le tarif réglementé de vente, un ménage moyen dont le logement est chauffé à l'électricité peut espérer gagner au plus, c'est-à-dire avec le fournisseur le moins cher, 44 euros par an (15 euros si le logement n'est pas chauffé à l'électricité).

(...) Dans les faits, au début de 2012, seulement 6% des consommateurs ont quitté EDF pour un autre fournisseur. Les consommateurs connaissent mal la nouvelle donne. En 2011, c'est-à-dire quatre ans après l'ouverture du marché aux ménages, seulement 42% d'entre eux savent qu'ils ont le droit de changer de fournisseur d'électricité et seulement 30% qu'EDF et GDF sont des entreprises concurrentes. Les consommateurs ont du mal à savoir à qui s'adresser : à EDF ou à sa filiale ERDF ? Ils ne comprennent pas pourquoi EDF facture l'électricité selon un  prix de marché ou selon un tarif fixé par l'Etat, et non pas selon une seule de ces méthodes. Alors que, auparavant, ils pouvaient être en quelque sorte passifs, ayant entière confiance en l'Etat, ils sont aujourd'hui invités à devenir actifs en mettant en concurrence les fournisseurs.

Certains s'interrogent sur le temps passé à comparer et à discuter des offres au regard de ce qui peut être gagné, c'est-à-dire le prix d'une pizza par an.

Réagissez à cet article
 (2) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
2 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Hervé
mercredi 07 novembre 2012 19:44
Pour avoir moi même regardé, j'adhère avec la conclusion... Edf à son époque glorieuse comme d'autres administrations était loin d'être un modèle de performances en productivité de son personnel (et ça c'est pas vraiment arrangé depuis). Mais ils ont fait de bons choix techniques, et ont su privatiser les taches non essentielles, ce qui fait qu'au final il est loin d?être certain que l'ouverture aux marchés va être bénéfique pour le client. Pire, elle risque de faire monter les tarifs et de rendre la fiabilité de la fourniture plus incertaine.
[2]
Commentaire par Gépé001
vendredi 09 novembre 2012 07:55
L'énergie,donc l'électricité,concerne 4 domaines:l'écologie,la technique,le commerce et l'économie;ce dernier point est à étudier en particulier pour la relation prix de l'énergie et cout du travail.Il faut transférer sur l'énergie une partie des prélèvements effectués actuellement sur le travail.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...