Participez aux débats sur l'énergie de demain

Auteur

Le rapport mondial de l’AIE en dix points principaux


mardi 13 novembre 2012

La publication du rapport annuel de l’Agence internationale de l’énergie, le « World energy outlook », est toujours un événement. Voici quelques chiffres mis en avant par l’AIE, qui est l’agence de l’OCDE spécialisée dans l’énergie.


Lire le rapport de l'AIE en ligne (en anglais), et notamment son résumé en français.

-- 35% : c'est l'augmentation prévue d'ici 2035 de la demande mondiale d'énergie, toutes sources confondues. 60% de cette demande viendra de la Chine, de l'Inde et du Moyen-Orient.

-- 1,3 milliard d'être humains -sur 7 milliards au total- n'ont toujours pas accès à l'électricité et 2,6 milliards sont privés de combustibles et technologies modernes de cuisson.

-- 99,7 millions de barils par jour : c'est la production prévue de pétrole en 2035, contre 87,4 millions en 2011 (soit +14%). La cause : le doublement prévu du parc automobile de tourisme (1,7 milliards en 2035) et le développement du fret routier. Le prix moyen du baril de brut devrait tourner en 2035 autour de 125 dollars, contre 107 aujourd'hui.

-- Le 1er producteur de pétrole en 2020 sera les Etats-Unis, qui dépasseront l'Arabie saoudite et la Russie grâce à l'exploitation des hydrocarbures de schiste. Ils seront un exportateur net de brut vers 2030, et seront auto-suffisants vers 2035.

-- 50% en 2035 contre 42% aujourd'hui : ce sera la part des pays de l'OPEP dans la production mondiale. Cette progression du cartel des producteurs est assurée par le développement de l'Asie. L'Irak deviendra le deuxième exportateur de pétrole mondial, grâce à la demande chinoise.

-- Près de la moitié de la progression de la production mondiale de gaz d'ici 2035 sera assurée par les gaz non conventionnels (essentiellement les gaz de schiste). Les grands pays producteurs en sont les Etats-Unis, la Chine et l'Australie. En Europe, c'est l'incertitude sur l'avenir de l'exploitation de ce type de gaz.  

-- 1/3 de la production mondiale d'électricité : c'est ce que devraient assurer d'ici 2035 les énergies renouvelables (hydro-électricité comprise). Elles dépasseront le charbon, qui est aujourd'hui la première source de production d'électricité. Mais la progression des renouvelables repose sur de fortes subventions publiques (88 milliards de dollars en 2011, 240 milliards prévus en 2035).

-- Une légère diminution : la part du nucléaire dans le mix électrique mondial devrait décroître légèrement d'ici 2035. Mais la production nucléaire continue de progresser en chiffres absolus, notamment en Chine, en Inde, en Russie. L'électricité en général progresse très vite dans le monde : sa consommation croît deux fois plus vite que la consommation globale d'énergie.

-- 583 milliards de m3 : c'est le volume d'eau utilisé pour la production d'énergie (biocarburants compris). D'ici 2035, ce besoin en eau va croître de 85%.

-- 2°c : c'est la limite de hausse de température au-delà de laquelle le développement mondial risque de devenir incontrôlable. D'ici 2035, il est possible de  réaliser des économies d'énergie équivalentes à 1/5 de la demande énergétique mondiale de 2010. Ces économies sont essentielles pour gagner le temps nécessaire à la mise en place d'accords internationaux efficaces limitant les émissions de gaz à effet de serre.

A LIRE AUSSI

Réagissez à cet article
 (3) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
3 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Chelya
mardi 13 novembre 2012 15:00
Pas un mot sur les 535 milliards de $ de subventions aux énergies fossiles pourtant présentées comme un des points importants du rapport (c'est en première page du PPT de présentation à la presse!) ?
[2]
Commentaire par patrig k
mercredi 14 novembre 2012 15:18
Sur Terre, 97,5% de l?eau est salée et contenue dans les océans. Seule 2,5% est de l?eau douce, soit environ 35,2 millions de km3. Sur cette quantité d?eau : 68,7% se trouve dans les glaciers ; 30,1% dans les nappes phréatiques ; 0,8% dans le permafrost ; 0,4% en surface et dans l?atmosphère. Au final, moins de 1% de l?eau sur Terre est de l?eau douce et liquide ------------------------------ 583 milliards de m3 : c'est le volume d'eau utilisé pour la production d'énergie (biocarburants compris). D'ici 2035, ce besoin en eau va croître de 85%. -------------------------------- Le corps humain c'est 75% d'eau si ce n'est plus .... boire ou bruler des kws, il faudra choisir ou s'assècher ...
[3]
Commentaire par Hervé
vendredi 16 novembre 2012 14:03
@ Patrig, une fois de plus vous mélangez tout. Le stock d'eau douce est effectivement faible mais se renouvelle constamment à partir de l'eau salée évaporée puis qui tombe sous forme de pluie... Un prélevement dans un fleuve (hors periode d'étiage) n'a pas de grande conséquences sauf s'il alimente une mer fermée. Enfin la conso d'eau douce pour boire est infime en rapport de la conso des autres usages. Sachant qu'en plus les grand barrages hydraulique lissent le débit des fleuves.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...