Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Un site de Tecsol
Auteur
Plein Soleil est un magazine internet de TECSOL, bureau d'études indépendant spécialisé en énergie solaire. Son animateur est André Joffre (photo).

La troisième révolution industrielle, selon Jeremy Rifkin


mercredi 07 mars 2012

Les livres de Jeremy Rifkin, économiste et essayiste visionnaire, sont toujours attendus. Le dernier présente la révolution fondée sur les renouvelables et internet. Une revue du livre par le magazine Plein Soleil.


L'auteur des best-sellers  "La fin du travail" et "Le rêve européen", Jérémy Rifkin, présente dans un nouveau livre (*) sa thèse d'une troisième révolution industrielle, fondée sur l'internet et les énergies renouvelables.

Pour lui, un nouveau paradigme économique va ouvrir l'ère post-carbone. Sa démonstration repose sur l'observation que les grandes révolutions économiques ont lieu lorsque de nouvelles technologies de communication apparaissent en même temps que des nouveaux systèmes énergétiques : hier imprimerie/charbon ou ordinateur ; aujourd'hui Internet/énergies renouvelables.

La Seconde Révolution Industrielle se meurt donc. Dans un futur proche, les humains génèreront leur propre énergie verte, et la partageront, comme ils créent et partagent déjà leurs propres informations sur Internet. Cela va fondamentalement modifier tous les aspects de la façon dont nous travaillons, vivons et sommes gouvernés. Comme les première et deuxième révolutions industrielles ont donné naissance au capitalisme et au développement des marchés intérieurs ou aux Etats-nations, la troisième révolution industrielle verra des marchés continentaux, la création d'unions politiques continentales et des modèles économiques différents. Le défi est triple : La crise énergétique, le changement climatique, le développement  durable. Ces défis seront relevés par un changement de la mondialisation à la « continentalisation ». C'est-à-dire la fin d'une énergie divisée, pour une énergie distribuée.

Les cinq piliers de la Troisième Révolution Industrielle sont :

1)  Passer aux énergies renouvelables.

2)  Transformer les bâtiments sur chaque continent en mini-centres énergétiques, créant de nombreux emplois.

3)  Permettre à chaque bâtiment de conserver cette énergie.

4)  Utiliser la technologie internet pour créer un réseau similaire d'énergie. Chaque bâtiment ayant de l'énergie en trop pouvant la vendre sur ce réseau.

5) Créer des réseaux électriques continentaux dans lesquels les véhicules électriques puissent vendre leurs surplus d'énergie en se branchant à une prise, tout en étant garés.

Cela dit, la transformation de l'économie va bien plus loin qu'un changement des régimes d'énergies et des technologies de communication. C'est un transfert de l'énergie à chaque niveau de la société, à des millions de petits producteurs, générant leurs propres énergies renouvelables et échangeant les surplus à travers des continents entiers. Cette « démocratisation de l'énergie » à des implications profondes sur l'organisation de la société, de la politique et de l'économie. Ce qu'on peut appeler un « capitalisme distribué ». Des exemples existent déjà. Les énergies solaires et autres éoliennes dans le désert du Sahara pourrait ainsi combler 15% des besoins de l'UE d'ici 2050. L'Espagne et le Maroc étudient un projet de tunnel entre les deux continents. Les USA et la Russie font de même pour joindre la Sibérie et l'Alaska, afin d'échanger de l'énergie, et pour le commerce et le tourisme. Les gens commencent à se voir comme une partie d'un organisme planétaire indivisible. De nombreuses guerres ont éclatées dans la poursuite de la sécurité énergétique. Cela sera moins le cas avec ces nouvelles énergies abondantes et disponibles partout. La biosphère-politique est basée sur un sens de la responsabilité collective pour sauvegarder les écosystèmes.

Voir le site de Plein Soleil. L'auteur : Jeremy Rifkin est un économiste, essayiste, conseiller politique et activiste américain, spécialiste de prospective économique et scientifique. Son travail est principalement centré sur l'impact des changements scientifiques et technologiques sur l'économie, le travail, la société et l'environnement. Influent sur les politiques publiques américaines et européennes, il l'est aussi sur l'opinion publique, avec notamment son livre « La Fin du travail » (End of Work), paru en 1995, qui en a fait l'un des acteurs centraux du débat sur l'influence de la technologie dans le futur du travail. En 2004, « Le rêve européen » (The European Dream) fût un best-seller et lauréat du prix Corine- Prix International du Livre pour le meilleur livre économique de l'année.

(*) "La Troisième Révolution industrielle - Comment le pouvoir latéral va transformer l'énergie, l'économie et le monde" (Editeur : LES LIENS QUI LIBERENT EDITIONS)
Réagissez à cet article
 (9) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
9 commentaire(s)
[1]
Commentaire par un physicien
mercredi 07 mars 2012 10:07
..."les véhicules électriques puissent vendre leurs surplus d'énergie en se branchant à une prise, tout en étant garés."
Et donc au moment de les utiliser, les batteries sont vides !
Le reste n'est pas plus sérieux.
Faut-il pleurer, faut-il en rire ?
[2]
Commentaire par Superboeuf
mercredi 07 mars 2012 11:41
Il faut vraiment que les journaux arrêtent de donner accès à la tribune, de gros drogués comme Rifkin, ou au moins les catégoriser comme des comiques.
[3]
Commentaire par Hervé
mercredi 07 mars 2012 13:28
Le blabla habituel...

Il faut quand même préciser que les Enr "à la mode" actuellement n'ont pas été découvert récemment. Ce sont de très vielles énergies. Si elles ont disparues à une époque, c'est juste qu'elles ont été dégagées par le charbon et le pétrole, bien plus performantes.

Le transport de l'énergie via l'électricité associé à l'augmentation du cout des énergies fossiles permettra de les remettre en service, mais il n'y a pas d'avancées technologiques majeures actuellement permettant de faire une révolution energétique en profondeur. (Il est par ailleurs trés souhaitable qu'il y en ait, mais nul ne sait de quoi elle seront faites). De trés nombreuses pistes sont en exploration.

Pour le moment, ce sont tout un tas d'améliorations qui petit à petit font bouger les choses (et depuis longtemps). Pour accélerer, on arrose de subventions couteuses pour sponsoriser certaines voies en espérant aller plus vite mais sans toujours savoir vraiment si la voie en question a une issue [économique sociale technique] réaliste...

Par ailleurs, baser le fonctionnement des réseaux énergétiques sur internet serait on ne peut plus risqué... Il faudra déployer des réseaux spécifiques trés sécurisés et redondants qui devront surtout ne pas être en contact avec cette poubelle qu'est devenu internet.
[4]
Commentaire par Gépé001
jeudi 08 mars 2012 07:40
Il existe manifestement une relation entre l'énergie et le développement économique.Exprimée en termes monétaires,cette relation concerne le cout du travail et le prix de l'énergie;le développement des énergies renouvelables justifie l'augmentation du prix de l'énergie pour réduire le cout du travail.C'est un changement de longue haleine!
[5]
Commentaire par GRANDMAISON
dimanche 11 mars 2012 15:21
Bonjour, permettez-moi d'apporter mon commentaire et d'y apporter une petite vue de ce qu'il en est sur le marché afin de contribuer à une discussion constructive et au brainstorming !

Il est important de comprendre que les choses ne vont pas changer en un claquement de doigts, ce que Mr Rifkin expose ! c'est un état des lieux et un constat scientifique, comme 1+1 font 2. Le souci est que cela gène certains industriels et politiques ! Et oui, ils ont beaucoup à y perdre s'ils n'opèrent de mutation pour évoluer avec leur temps ! ;o)

Après une simple recherche sur le web, je vous invite à consulter les travaux des entreprises et laboratoires suivants : McPhy Energy et Helion, ainsi que ce qu'a fait l'INES et le CEA-LITEN.

Voici ici le lien du CEA-LITEN, je vous invite à visualiser l'animation (jusqu'au bout) en bas de la page du lien suivant :
http://www-liten.cea.fr/fr/activites_rd/energie_solaire.htm

Ci-dessous, 2 liens de vidéos de Schneider Electric :
http://www.schneider-electric.fr/sites/france/fr/solutions-ts/residentiel/villavision.page
http://www.schneider-electric.fr/sites/france/fr/solutions-ts/residentiel/villavenir.page

@Hervé : Vous faîtes une interprétation erronée sur quant à l'analyse de M Rifkin sur l'analyse et le modèle de l'Internet. Documentez-vous et lisez son livre. Cela vous éclairera grandement. Et ne soyez pas "que" fataliste !
[6]
Commentaire par GRANDMAISON
dimanche 11 mars 2012 15:23
@physicien :

Il me semble que vous avez omis, dans votre lecture un mot de la phrase que vous avez repris : "surplus" !
[7]
Commentaire par GRANDMAISON
dimanche 11 mars 2012 15:31
@Superboeuf : faîtes-vous parti du lobby pétrolier ou d'un autre qui voit d'un mauvais oeil les changements/mutations que le développement des énergies renouvelables laissent envisager ??? Perte de pouvoir ? Perte d'argent ? Incapacité d'évoluer ?

Les habitudes sont difficiles à changer, certains y sont farouchement opposés et déploient une "énergie" considérable pour lutter contre...

Mobilisez donc cette belle énergie à bon escient avec un véritable esprit d'analyse.
[8]
Commentaire par un physicien
lundi 12 mars 2012 09:08
@ grandmaison
Quel surplus ? Le problème des voitures électriques est le manque d'autonomie, qui sera prêt à limiter la sienne ?
Le discours est plein de "surplus", d'"énergie en trop" alors que les sources d'énergie proposées sont très très loin de suffire à la consommation.
[9]
Commentaire par Superboeuf
lundi 12 mars 2012 19:53
@Grandmaison
Je dis que les propos de Rifkin sont débiles car comme l'électricité se stocke pas,
elle préfère les réseaux centralisés avec le moins possible d'entrées possibles et à la demande (donc peu de centrales de production qui produisent beaucoup, et pas beaucoup de petites productions éloignées, car rien qu'avec les câbles qui faut tier à chaque point, et les pertes du à la résistance des réseaux, on y perds beaucoup!)
et cela prouve que cette personne ne sait pas du tout de quoi elle parle.

Ensuite, calmez vous avec votre argument "Han vous êtes un lobbyiste vous êtes contre les renouvelables", cela vous discrédite plus que cela ne vous défends, si il y avait des renouvelables qui pouvaient remplacer les centrales nucléaires (les grosses unités qui produisent beaucoup d'électricité donc en permanence comme peut être le solaire à concentration par exemple ou à la demande comme la grande hydraulique, mais on peut pas les mettre partout....).

Et le but cela reste de tenter de survivre à la contrainte énergie-climat (ce mix de fin du pétrole-gaz et de réchauffement climatique qu'il faudra arrêter d'y contribuer ET qu'il faudra encaisser!) tout en gardant les acquis que l'énergie très bon marché nous a donné (et oui, d'où vient, votre temps disponible à ne plus produire votre nourriture, de vous déplacer sur des centaines de kilomètres en quelques heures, de vivre plus longtemps, d'avoir des vacances etc...)

sources:www.manicore.com etc...
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !