Participez aux débats sur l'énergie de demain
Mots clefs : 

prospective,

 

énergie


Auteur

L’avenir de l’énergie en Europe, vu par Greenpeace


jeudi 17 février 2011

Près de 70% de renouvelables en 2030, quasiment 100% en 2050: c’est ainsi que Greenpeace voit le mix énergétique futur en Europe. Pour y parvenir, priorité temporaire au gaz.


Greenpeace vient de publier son rapport annuel sur l'énergie, « the battle of the grids » (voir le document complet en anglais).

Voici quelques uns des principaux points (en français) concernant l'Europe, résumés par Greenpeace Belgique.
 
 









1. Une intégration à large échelle de l'électricité renouvelable dans le réseau européen (68% pour 2030 et 99,5% pour 2050) est faisable tant sur le plan technique qu'économique, avec un niveau élevé de sécurité d'approvisionnement, même dans les conditions climatiques les plus extrêmes, avec peu de vent et un faible
rayonnement solaire.  (...)

2. Ceci requiert des changements importants dans le mix énergétique :
- En 2030, les centrales au gaz fourniront la majeure partie de l'électricité non renouvelable et serviront de solution de réserve flexible pour l'énergie solaire et éolienne. Entre 2030 et 2050, le gaz naturel en tant que combustible sera progressivement abandonné et remplacé par des énergies renouvelables contrôlables telles que l'hydroélectricité, la géothermie, le solaire concentré et la biomasse.
 
- Etant donné que les centrales au charbon et nucléaires sont trop peu flexibles et qu'elles ne peuvent répondre suffisamment aux variations de la production éolienne ou solaire, 90% des centrales au charbon et
nucléaires existantes doivent être progressivement supprimées d'ici 2030. Elles seront complètement abandonnées pour 2050.
 
3. D'ici 2030, un investissement de quelque 70 milliards d'euros dans l'infrastructure de réseau est nécessaire pour assurer un approvisionnement en électricité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, avec un mix énergétique composé à 68% d'énergie renouvelable. En investissant 28 milliards d'euros supplémentaires dans
l'élargissement des réseaux d'ici 2030, la mise à l 'arrêt forcée des énergies renouvelables pourrait être réduite à 1%. Le coût total du réseau est limité à moins de 1% de la facture d'électricité.
 
4. En ce qui concerne la période 2030-2050, deux scénarios différents ont été analysés dans ce rapport.
Dans un scénario de «Haut Réseau», le réseau européen pourrait être relié à l'Afrique du Nord afin de tirer profit de l'intense rayonnement solaire, ce qui réduirait les frais de production d'électricité mais augmenterait de 581
milliards d'euros l'investissement nécessaire dans la transmission.
Dans le scénario de « Bas Réseau », davantage d'énergie renouvelable est produite à proximité des régions
présentant une forte demande (grandes villes et industrie lourde), ce qui réduit l'investissement dans la transmission à 74 milliards d'euros pour la période 2030-2050, mais augmente les frais de production d'électricité car davantage de panneaux solaires seront installés dans des régions moins ensoleillées. Entre ces deux scénarios très distincts, de nombreuses combinaisons intermédiaires sont possibles.
 
5. A l'heure actuelle, les turbines éoliennes sont régulièrement mises à l'arrêt durant les périodes de fort approvisionnement en électricité, afin de donner la priorité au nucléaire et au charbon, ce qui constitue une mauvaise décision pour la planète. Gagner la « Bataille des réseaux électriques » nécessitera d'accorder un accès prioritaire des renouvelables aux réseaux européens, y compris la priorité aux interconnexions entre pays. En effet, la production excédentaire d'un pays peut être exportée vers d'autres régions présentant une demande évidente.  (...)
 
Mots clefs : 

prospective,

 

énergie

A LIRE AUSSI

4 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Alain Le Gargasson
samedi 26 février 2011 16:06
L´électricité sous toutes ses formes de production et maintenance est dépendante du pétrole, gaz et charbon. Nucléaire, ITER, hydroélectricité, éolien, solaire ont besoin d´infrastructures gigantesques très énergivores comme le ciment (60 à 120 litres d´équivalent pétrole/tonne), le verre (2500Kw/tonne), l´acier, l´aluminium, le cuivre, plastiques, câbles, isolants (alternateurs, moteurs, transformateurs, condensateurs), toute l´électronique de contrôle (90% de pétrole), etc.. Sans parler du réseau complexe et fragile avec son armada d´engins. Pourrons-nous encore les construire et les maintenir avec un pétrole à 200, 400, 1.000$ le baril ou une production réduite à la moitié d´aujourd’hui bien avant 2050?
Le monde consomme 85Mb/j ou 11,5 millions de tonnes ou 40 pétroliers de 300.000T par jour, avec une telle quantité rien ne peut substituer le pétrole.
Sans parler des transports, des médicaments, de notre nourriture etc..
[2]
Commentaire par carl
jeudi 17 mars 2011 16:57
le jour où green peace et les verts défendront une énergie renouvelable propopre et respectueuse de l'environnement ...alors ils auront mon adhésion ...c'est une question de choix et il y en a beaucoup . .....pas d'éoliennes industrielles dans nos campagnes , pas d'industrialisation de la mer a moins des 30 km de nos côtes ...aussi a condition qu'on trouve des solutions pour ne pas indisposer les cétacés .
[3]
Commentaire par carl
jeudi 17 mars 2011 16:57
le jour où green peace et les verts défendront une énergie renouvelable propopre et respectueuse de l'environnement ...alors ils auront mon adhésion ...c'est une question de choix et il y en a beaucoup . pas d'éoliennes industrielles dans nos campagnes et l'industrialisation au delà des 30 km ...aussi a condition qu'on trouve des solutions pour ne pas indisposer les cétacés .
[4]
Commentaire par carl
jeudi 17 mars 2011 16:59
le jour où green peace et les verts défendront une énergie renouvelable propopre et respectueuse de l'environnement ...alors ils auront mon adhésion ...c'est une question de choix et il y en a beaucoup . pas d'éoliennes industrielles dans nos campagnes et l'industrialisation au delà des 30 km ...aussi a condition qu'on trouve des solutions pour ne pas indisposer les cétacés .
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...