Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur

Solaire : un dossier "grand public" du CNRS


lundi 10 mars 2014

Le CNRS a publié un dossier qui rappelle quelques idées de base sur l'énergie solaire et quelques chiffres très parlants. Le CNRS vient aussi de lancer un nouveau "journal scientifique" grand public.


Voir le dossier sur le site du CNRS Sagascience. A noter que le CNRS vient par ailleurs de lancer un "journal" grand public", pour "donner du sens à la science".

Après un dossier sur le nucléaire (cliquer ici), le site Sagascience présente un point très simple et imagé sur l'énergie solaire dans le monde, composé de petits films, d'animations, de diaporamas et de textes de vulgarisation.

Quelques infographies rappelle quelques chiffres de base, connus mais quelquefois surprenants...

D'abord, la place infinitésimale du salaire dans l'énergie finale mondiale : 0,7%. Les renouvelables dans leur ensemble  représentent 19%, mais l'essentiel provient de l'hydraulique, de la biomasse, des biocarburants. Le nucléaire est à 2,8% et les énergies fossiles se taillent la part du lion : 78,2 %. Voir graphique ci-dessous et  les chiffres en ligne.
 





















Au sein de l'énergie solaire, on parle le plus souvent du photovoltaïque, producteur d'électricité, mais c'est le thermique, producteur de chaleur, qui est ultra-dominant : 70,7%, et même plus si on ajoute les 0,7% du thermique à concentration, constitué de quelques grands parcs.

Le solaire thermique

C'est la Chine (voir le graphique ci-dessous et les chiffres en ligne) qui domine le solaire thermique (les 2/3 de la capacité mondiale), c'est-à-dire l'utilisation thermique du soleil pour produire directement de la chaleur à moins de 100°c pour l'habitat, le tertiaire et l'industrie. L'Union européenne est en deuxième position, devant les Etats-Unis.




















L'Espagne est championne du monde des parcs thermiques à concentration, c'est-à-dire à haute température : 2180 MW répartis dans 48 centrales, soit presque les 3/4 de la capacité mondiale, devant les Etats-Unis (700 MW) (voir les chiffres en ligne). Mais rappelons que ce thermique à concentration représente 0,7% du solaire (lui-même 0,7% de l'énergie finale mondiale)....


Le solaire photovoltaïque

Même minoritaire, il connaît la plus forte progression : la capacité a été multipliée par 10 en 5 ans (2007-2012), celle du thermique étant quintuplée. L'Europe s'est développée essentiellement dans le photovoltaïque (tout en important des panneaux chinois pour produire l'électricité....). (Voir graphique ci-dessous et les chiffres en ligne). Il y a deux leaders impressionnants : l'Allemagne (1/3 du parc mondial) mais aussi l'Italie (16% du parc).Plus loin, presque à égalité, autour de 7%, viennent les Etats-Unis, la Chine et le Japon. Espagne et France viennent ensuite avec des chiffres en dessous de 5%.

Le coût de production des panneaux photovoltaïques est passé de 20 euros/W en 1980 à moins de 1 euro/W en 2012.





































A LIRE AUSSI

Réagissez à cet article
 (13) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
13 commentaire(s)
[1]
Commentaire par papijo
lundi 10 mars 2014 14:29
2 choses que cette étude semble ignorer: 1 - Le soleil n'éclaire que le jour, et surtout en été, et à condition que les nuages ne soient pas trop présents. Quand on parle de solaire, il faut toujours préciser le moyen de remplacement ! 2 - La manière de profiter du solaire la plus économique (probablement la seule économique pour une grande majorité de la population), c'est de prendre sa chaise longue et s'allonger au soleil pour faire sa sieste (en regardant votre voisin réparer les fuites du toit dues à ses panneaux solaires). Pourquoi cette énergie bien réelle n'entre pas dans les statistiques ? Parce que les affairistes soi-disant "écologistes" ne touchent pas de commission dessus ?
[2]
Commentaire par pk
mardi 11 mars 2014 14:19
Papijo, toujours fidèle à la fine analyse, ou la simple évocation de l'énergie solaire, suffit au papijo, à dénigrer les écolos... Une ouverture d'esprit sans équivalent, un philosophe de la chaise longue et des idées courtes
[3]
Commentaire par Hervé
mardi 11 mars 2014 18:34
@PK: Disons qu'à force ça finit par devenir un réflexe de technicien... On en arrive à considérer que lorsque un écolo parle ou écrit qq chose c'est forcément faux ou biaisé. Non, il leur arrive parfois de dire des vérités, non biaisées ou sans traffiquage de chiffres. Mais faut reconnaitre que c'est assez rare... Dans le cas présent je ne sais pas si c'est un écolo qui l'a écrit, mais c'est une état des lieux qui parait +/- exact, (hormis la faute de frappe "salaire") et en considérant que l'article ne traite que des énergies "artificielles", car naturellement et parfois indirectement, l?énergie solaire fait quasiment tout marcher sur la planète.
[4]
Commentaire par Pk
mardi 11 mars 2014 19:34
@ Doppler .... C'est à Paul que je parle et c'est Hervé.qui répond... Admettons que les écolos trichent parfois, ou forcent le trait, soit ! Mais il faut bien l'avouer, que les adversaires ( vous remarquerez, que j'évite le mot ennemi - et pourtant) je disais donc, les nucléocrates font pire que cela ! Voyons enfin, une caricature écologiste n'a jamais couté le moindre ?, par contre, AREVA de mentir à la commande pour un Epr à 3 milliards, et réalisé en 5 ans, alors qu'il en coute plus de 10 milliards sans compter les procès, ce que le contribuable va casquer ! Juste pour oser le mensonge (condamné par le Vatican- faut il le rappeler - dans la catégorie: péché mortel) et de se vanter de ce que l'on ne peut faire. .... Pour en revenir à ce billet, ce que je retiens [ ...........Le nucléaire est à 2,8% et les énergies fossiles se taillent la part du lion : 78,2 %. .... ] à 10 milliards le réacteur, la dette des Etats aidant, le privé pas mieux, je vois mal qui va financer un tel chantier, combattre l'effet de serre avec le nucléaire, une utopie atomique qui ne sert mm pas de démonter.... Alors de grâce, au prochain commentaire, évitez de nous la refaire ...Le Pape François 1er vous convoquerait pour le purgatoire ...
[5]
Commentaire par papijo
mercredi 12 mars 2014 00:12
@Pk - J'aimerais bien ne pas vous dénigrer ... mais alors, proposez nous des choses qui tiennent la route, pas les fantasmes que vous débitent vos copains écolos. Un exemple pratique: Le 8 février 2012 à 19 h, la France a battu son record de consommation électrique avec 102 100 MW. Cette consommation était couverte par: - Thermique (gaz, charbon, fioul, etc.): 18,9% - Hydraulique: 13,8% - Import: 7,3% - Nucléaire: 58,3% - Eolien: 1,7% (Solaire: 0%). Si vous voulez vérifier, lien RTE: http://www.rte-france.com/fr/developpement-durable/eco2mix/production-d-electricite-par-filiere. Imaginons que nous n'ayons pas de nucléaire ... dites nous ce que vous proposez à la place et dites nous le coût correspondant (34 fois plus d'éoliennes ???).
[6]
Commentaire par pk
mercredi 12 mars 2014 07:50
@ Consultez le scénario Négawatts , pour le principal
[7]
Commentaire par papijo
mercredi 12 mars 2014 10:11
Le scénario Négawatts: Je sens que vous brûlez d'envie d'en faire un résumé clair et limpide pour les millions de lecteurs qui visitent ce site ... Allez-y, n'hésitez pas ! Montrez-nous comment vous passez le pic du 8 / 2 / 2012
[8]
Commentaire par pk
mercredi 12 mars 2014 20:25
@ papijo Sur cette conso, en plein hiver, combien pensez vous de % en production était consacré pour chauffer. [ .... Les centrales nucléaires et thermiques (charbon, pétrole, gaz) ont un rendement entre 30% et 40% à la source, qui s'affaiblit encore après le transport au niveau des lignes électriques. Bref, concrètement, pour fournir 1 kWh de chaleur dans la maison, ce chauffage électrique doit consommer 2,58 kWh d?énergie primaire (chiffre officiel) mais en réalité, selon certaines études, celui-ci peut atteindre 3,2 kWh d?énergie primaire. Donc, le chauffage électrique est 3 fois moins performant que la chaudière gaz du point de vue énergétique. ... ] .... // ... [ ... Le chauffage électrique participe aux fortes consommations d?électricité en hiver, notamment lors des grandes vagues de froid. D?après RTE, le chauffage électrique représente en moyenne 40% sur l?ensemble de la vague de froid du février 2012 et 38% à la pointe le 8 février 2012 à 19h. C?est-à-dire sur 102 100 MW d'électricité consommée de ce jour-là, environ 39 000 MW est consacrée au chauffage électrique. ... ] ... // .... [ .... La thermosensibilité en France représente près de la moitié de la thermosensibilité européenne alors que la population française représente seulement moins de 9% de la population européenne. ] Papijo, ton chauffage élec, c'est une idiotie , je te l'ai déjà écrit. Alors, change de cap, seules les ignards , ne changent jamais d'avis, j'ai un peu d'espoir à ton sujet, papijo
[9]
Commentaire par papijo
mercredi 12 mars 2014 20:57
@pk - Je suis (ancien) ingénieur, et je sais parfaitement ce qu'est un rendement et comment et quand il faut l'utiliser. Mais je suis désolé, tout le monde se moque du rendement. Ce qui compte, c'est le coût. Par exemple, le rendement d'une voiture qui part de l'altitude +110 m, fait 500 km et revient à son point de départ à l'altitude + 110 m a un rendement exactement égal à zéro. Tout le monde s'en moque, par contre personne ne se moque du coût associé à ce déplacement: carburant, péages, usure voiture, etc .. Pour ce qui concerne le chauffage, les lois de la physique sont les mêmes ! A la fin de la journée, toute l'énergie utilisée s'est échappée dehors, et si les températures sont les mêmes, le rendement est de zéro ! Le rendement est ce qu'il est, par contre on va regarder les coûts: énergie, coût et entretien de l'installation, etc. Si grâce au nucléaire (et à un climat tout de même plus doux que celui des pays du Nord), l'optimum est l'électricité, il n'y a aucun scandale à ce que ce soit la solution préférée par une majorité de Français et il faudrait être masochiste pour vouloir leur imposer une autre solution ! Ceci étant dit, je n'ai pas vu dans votre réponse la solution préconisée par vous pour les 40% de l'électricité consommée pour le chauffage, ni pour les 60% restants !
[10]
Commentaire par pk
mercredi 12 mars 2014 22:45
[ ... Je suis (ancien) ingénieur... ] qui se fout du rendement ... Heureusement que vous êtes à la retraite, car vos travaux ou applications selon votre dogme sont tout simplement affligeants de bêtise. Efficacité énergétique, si vous l'aviez un minimum prit en compte, nous serions pas cette nation, qui balance 40 000 MW dehors, dès lors qu'il fait -5°c. Ingénieur thermicien dans le bâtiment et constate depuis 30 ans ce type de délirante méthode, à corriger vos conneries de gougnafiers ... Vous resterez la lie de l'énergie .... salut , la vielle garde ! ............ [ ... l'altitude +110 m, fait 500 km .... ] n'importe quoi, arrêtez le jaja !
[11]
Commentaire par papijo
jeudi 13 mars 2014 11:07
@pk - Mes méthodes d'après vous "anciennes et dépassées" ont au moins le mérite de fournir de l'électricité et du chauffage à tout le monde, ou presque. Puisque vous prétendez être un as de "la thermique nouvelle", j'espère que vous n'allez pas trop tarder à répondre à la question dont nous parlions précédemment: "Par quoi proposez vous de remplacer les 102 000 MW d'électricité nucléaire, fossile, ... consommée en chauffage et autres besoins lors de la dernière pointe de consommation ?" Allez-y, montrez nous vos talents !
[12]
Commentaire par Hervé
jeudi 13 mars 2014 13:08
@PK. Les chiffres 2.58... ne veut rien dire. Si vous considérez qu'il vaut mieux que chaque français dispose d'un réacteur dans sa cave, oui, vous avez raison. Moi je considère que le moyen le moins dangereux d'utiliser le nuke est de le convertir en élec. Donc pour le nuke, le coeff a appliquer c'est légèrement plus de 1.00. De toute façon, ce coefficient dans la pratique est variable: Tout dépends du mode de production de l'elec et donc varie dans le temps. Chauffer la nuit pollue beaucoup moins qu'à 19h. Prendre une valeur fixe pour ce coefficient conduit à faire n'importe quoi. De plus vous considérez en écrivant cela que les chaudières ont un rendement de 1 ç'est complétement faux. Un chauffage central moyen rends entre 50 et 80% toutes pertes confondues. Les logement chauffés par ce moyen consomment nettement plus d?énergie finale que ceux en électrique. (Voir étude du CEREN). Enfin, ne pas oublier que s'il est vrai que les allemands consomment moins d?électricité en hiver, ils consomment plus d?énergie fossile, ce qui en fait les plus gros pollueurs d?Europe en émission de CO2, SO2...... Et pas oublier enfin que le chauffage n'est qu'une partie du problème de l'energie!
[13]
Commentaire par pk
jeudi 13 mars 2014 22:04
@ au négathocrate [ ... Les chiffres 2.58 ne veut rien dire. ... ] A tel point que les électriciens ont fait grand bruit, dès son application dans le cahier des charges RT 2012 ! Les chaudières à condensation, qui ont des R% de 95, un rendement largement au dessus des 30 des réacteurs ! Bref, une fois de plus, on trafique, mélange les propos , juste pour éluder le principal, comment EDF va remettre ses moyens de production en état ? Le coût complet (coût courant économique) de l'électricité du nucléaire "historique" est estimé à 49,5 euros le MWh (euros 2010) par la Cour des comptes en janvier 2012. Puis les apprentis atomistes découvrent qu'avec un coût de construction de 8,5 milliards d'euros annoncé en décembre 2012, le coût du capital devient 89 euros dans le coût du MWh, soit un coût de production total de 107 euros/MWh (89+18) ou de 10,7 c?/kWh. Et dans deux ans, combien en coutera t il ?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...