Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - RTE
Auteur
"Au delà des lignes" est un des blogs à caractère pédagogique de RTE, le Réseau de transport de l'électricité.

Les hauts et bas de la production éolienne


mardi 01 avril 2014

Brise, rafale ou bourrasque, le vent souffle de différentes manières. Les éoliennes ont donc différentes façons de produire, d'une heure à l'autre, d'un jour à l'autre ou d'une région à une autre. Un aperçu sur quelques journées types...


Voir le site d'"Au delà des lignes"

Sur toute l'année 2013, le lundi 28 janvier a été la journée où la variation de production a été la plus importante.

Ainsi, au cours de la même journée, la puissance produite passe de 2 400 à 5 800 MW* entre 11h et 21h, soit deux fois et demi de plus entre le minimum et le maximum de la journée (voir figure ci-contre).

En plus d'évoluer différemment au cours de la même journée, la production éolienne ne varie pas de façon uniforme sur tout le territoire français.

Lorsque la production est faible dans une région, elle peut être plus forte dans une autre. D'où l'intérêt de mutualiser les productions régionales  en reliant les territoires entre eux. Le réseau de transport permet ainsi de compenser les déséquilibres entre les productions et les consommations régionales pour répondre aux besoins de chaque territoire.

Pour mieux comprendre ces variations, voici quelques exemples assez parlants :





Sur ce graphique, on voit clairement que la production est très faible en début de journée en région Centre alors qu'au même moment le vent souffle en Languedoc-Roussillon.


 Au fur et à mesure de la journée, la tendance s'inverse.








Le graphique ci-dessous, montre a contrario que la variabilité de la production a été forte simultanément sur toutes les régions.



Qui dit variabilité dit adaptabilité


Pour gérer de manière optimale les flux d'électricité en intégrant la variabilité de la production éolienne, le réseau de transport d'électricité s'adapte ! RTE a mis en place un système d'observation et d'estimation de la production des énergies renouvelables variables (éolien et photovoltaïque) sur l'ensemble du territoire. Il observe en temps réel la production éolienne et photovoltaïque et en déduit des prévisions de productions nationales. Cet outil joue un rôle central dans l'intégration de la production éolienne dans le système électrique en la rendant prévisible. La prévision effectuée la veille pour le lendemain par RTE est affinée en infra-journalier, jusqu'à une heure avant, en se basant sur de nouvelles données météorologiques et sur les dernières données de télémesures disponibles.

* 1 MW = 1 MégaWatt = 1 000 KiloWatts = 1 000 000 Watts

Réagissez à cet article
 (6) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
6 commentaire(s)
[1]
Commentaire par papijo
mercredi 02 avril 2014 18:57
En France, ces fluctuations représentent quelques GW (la puissance de 3 ou 4 réacteurs nucléaires au maximum), cela reste "gérable". Par contre, en Allemagne, elles représentent au moins 10 fois plus (Cliquer ici) et le problème de ces pics ne peut être résolu qu'en exportant vers les voisins ... quitte à les payer pour qu'ils acceptent ce "déchet électrique". Dans quelques années, quand toute l'Europe de l'ouest aura doublé ses puissances installées en ENR et fermé les vieilles centrales fuel / charbon, comment seront gérées ces productions cahotiques ?
[2]
Commentaire par Hervé
mercredi 02 avril 2014 19:19
Ouai, prévoir la production c'est bien, ça permet de planifier la charge des centrales au charbon... @ Papijo: En Allemagne ça ne s'arrange pas: http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/actu/0203383996454-en-allemagne-les-rates-du-tournant-energetique-661158.php C'est amusant qu'on nous vends partout les mérites des ENR, mais rarement tous les inconvénients qui vont avec... J'admire les termes employées par l'article ci dessus (mutualiser...) qui concrètement signifient: on va nous farcir les paysages de lignes HT et THT supplémentaires....
[3]
Commentaire par Christophe
dimanche 13 avril 2014 10:58
Produire avec l 'éolien tout comme le photovoltaïque est sujet à des fluctuations sur le réseau (effet Flicker). Avons besoin de produire à cet instant (t) , la réponse est évidente c 'est non. Par conséquent produire Oui, mais surtout, il serait fortement envisageable de stocker sur une journée d 'ou la naissance de technologie de stockage par exemple des batteries ( Cf éolien dans le nord), stockage avec des super condensateurs, stockage pile à combustible (projet myrthe corse), Stockage à air comprimée (CAES). Ensuite on restitue en fonction de la demande cette production régionale. Ensuite une autre question se pose, une production nationale ou un mixte une production régionale, suivie d'une production nationale ?
[4]
Commentaire par Hervé
lundi 14 avril 2014 12:57
Le terme flicker n'est pas adapté, Le flicker c'est les variations brutales de tension, qui sont désagréables dans le cas de l'éclairage. Vous en avez par exemple lors de démarrage de gros moteurs, soudage... L'éolien peut éventuellement en générer localement lors de bourrasques, le solaire ne fait aucun flicker. Je suis d'accord avec vous sur le fait que le stockage est la solution au problème des ENR. Par contre il n'est pas pour le moment envisageable de l'utiliser à très grande échelle, les couts des technologies actuelles seraient beaucoup trop élevés. Il faut attendre des progrès techniques conséquents, notamment dans le domaine du stockage à longue durée.
[5]
Commentaire par couteau
dimanche 20 avril 2014 17:45
la mutualisation de la production européenne de l'elctricité exixte deja au niveau europeen (voir les échanges d'un pays à l'autre ) le stockage se fait deja aussi grace à l'hydraupompage :en période de production électrique supérieure à la consommation on pompe de l'eau d'une retenue basse vers un bassin en altitude et quand il y a un fort appel d'électricité on turbine l'eau vers le bas pour produire du courant cette technique est utilisée entre autre sur la rance et dans les montagne s française: le complément aux energiesrenouvelables comme l'eolien et le photo voltaique c'est l'hydraulique de haute chute dont les montagnes francaises regorgent plus que l'allemagne et l'inerconnection entre réseaux européens
[6]
Commentaire par Hervé
mardi 22 avril 2014 21:21
Oui couteau, mais pour rappel, nous disposons actuellement d'environ 5GW de stations de pompage réversibles et les liaisons avec nos voisins ça tourne dans les 12GW en pointe. Donc pour absorber les 240GW d'éoliennes nécessaires si on souhaite réellement aller vers cette voie..., va juste falloir ajouter quelques lignes THT (très peu..., il faut juste multiplier le réseau actuel par 5... les interconnections avec nous voisins par 10... et prier pour que le vent ne souffle pas partout a la fois, et que le soleil se lève a des heures très différentes dans chaque pays...). Si vous pensez qu'on peut facilement construire d'autres barrages, allez vous même l'expliquer aux habitants des vallées concernée (Je vous suggère le gilet pare balle comme tenue vestimentaire). Autre point litigieux: qui va payer?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !