Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - RTE
Auteur
"Au delà des lignes" est un des blogs à caractère pédagogique de RTE, le Réseau de transport de l'électricité.

Mercure en hausse, électricité en baisse


vendredi 14 mars 2014

L'hiver a été particulièrement doux. En plus le vent a soufflé... Quelles conséquences sur notre consommation d'électricité ?


Voir le site de RTE "Au delà des lignes"

Avec 7,1°C en moyenne, ce fut le mois de janvier le plus doux depuis 2007. Notre consommation d'électricité globale est en baisse de 8,1% par rapport au mois de janvier 2013.

« En cette saison, la température moyenne de référence est de l'ordre de 5°C. La baisse de la consommation liée à la température que nous avons enregistrée, est de 4 TWh* par rapport à la consommation mensuelle brute», explique Marie-Claude Ritt, responsable des études chez RTE. Ce chiffre, sur un mois, est à peu près équivalent à la consommation de la ville de Nantes sur un an.

* 1 térawattheure = 1 TWh = 1 milliard de kilowattheures
** 1 mégawatt = 1 MW = 1 million de watts


Des records éoliens


Les filières d'ENR ont permis de couvrir en janvier 20% de la consommation mensuelle.*

Cet hiver, le vent a soufflé ! Ainsi, le 1er janvier 2014, à 19h30, la production éolienne a atteint 6 439 MW. Une semaine auparavant, avait été enregistré le record absolu de la production  en France, soit 6441 MW enregistré le 23 décembre 2013 à 21h.

Bonne nouvelle aussi pour la lutte contre le réchauffement climatique, la production d'origine thermique à combustible fossile a presque diminué de moitié par rapport à janvier 2013.






Des records d'exportations

Au-delà des frontières, les conditions climatiques ont également eu un impact sur les échanges transfrontaliers. En janvier, la France a atteint son plus haut niveau d'exportation mensuel instantané depuis 2008.





Réagissez à cet article
 (3) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
3 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
samedi 15 mars 2014 09:20
Cela correspond à la relation "climat-énergie", le climat influe sur la consommation d'énergie; c'est bon pour le commerce extérieur; mais la véritable question concerne la fiscalité de l'énergie; elle nous est défavorable comparée à l'Allemagne en particulier. Il serait souhaitable que RTE envisage cet aspect, car cela va concerner l'avenir de l'ensemble d'EDF pour le choix de ses investissements. Et en plus, cette fiscalité énergétique est le seul moyen de retrouver la croissance et de réduire le chomage dans le cadre du pacte de responsabilité. C'est une bonne occasion de redonner à EDF son role de leader que l'entreprise a eu après la nationalisation. Merci.
[2]
Commentaire par Gépé
lundi 17 mars 2014 07:18
Je complète mon commentaire en précisant que nous disposons de trois documents qui nous permettent d'avoir une solution à la situation économique: le dernier document de COE Rexecode, réforme fiscale et retour de la croissance; la note n°6 du conseil d'analyse économique, énergie et compétitivité et la thèse d'Emmanuel Combet, fiscalité carbone et progrès social. Bonne chance pour faire ce travail d'analyse.
[3]
Commentaire par Hervé
lundi 17 mars 2014 20:23
Article super intéressant. L'hiver a été moins froid, du coup on a moins consommé. Un scoop: au prochain hiver ou il fera très froid, on va plus consommer! Pour compléter le propos de l'auteur, courant janvier, l'éolien a aussi fait des records de non production(descendu plusieurs fois en dessous de 310 MW) soit environ 5% du record maximum! La seule chose qui est constante est le comportement aléatoire de cette forme de production. Les faibles émissions de carbone sont principalement dues au peu de périodes froides. C'est principalement les moyens de production de base (qui sont en France dé-carbonés) qui ont été utilisés d?où ce bon chiffres et certainement un résultat financier acceptable pour EDF malgrés des ventes moindres.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !