Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur

La renaissance du photovoltaïque européen semble probable


vendredi 16 octobre 2015

La COFACE vient de publier un dossier complet sur le photovoltaïque en Europe, retraçant sa jeune histoire mouvementée et analysant les perspectives d'avenir.


Télécharger l'étude de la COFACE

Envolée et chute brutale

L'étude de la COFACE (*), qui comprend une infographie récapitulative, rappelle la période de croissance effrénée du solaire photovoltaïque. De 2004 à 2012, l'électricité européenne photovoltaïque est passée de 0,7 à 62,4 milliards de KWh. Cette croissance a été tirée par l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie, qui concentraient 80% du parc photovoltaïque européen. L'expansion soudaine du photovoltaïque est devenue possible grâce à des politiques gouvernementales favorables (système d'obligations d'achat, subventions) et à la forte et continue baisse des prix des installations, accentuée par la concurrence chinoise. L'Europe occupait alors une position de leader jusqu'à représenter 75% de la production mondiale en 2012.

Le déclin du solaire a été aussi brutal que son envolée, souligne la COFACE. L'éclatement de la bulle en 2011 a été précédé par l'arrêt des subventions nationales et européennes, suite à la multiplication des projets spéculatifs, dans un contexte de guerre des prix sur les modules. De plus, les crises économiques successives ont affaibli les entreprises de la filière, qui ont vu leurs résultats chuter. Les défaillances d'entreprises dans le secteur en Europe ont alors connu un pic entre 2011 et 2012. En France, par exemple, leur nombre a alors quasiment triplé.

Par conséquent, l'Europe a perdu son leadership au profit de l'Asie qui concentre désormais 60% des installations.

Des perspectives de nouveau favorables

Les économistes de Coface jugent ce coup de frein passager et restent optimistes quant à la position du photovoltaïque dans le mix énergétique européen à moyen terme.

A court terme, la progression des énergies renouvelables en général et du photovoltaïque en particulier risque d'être freinée par les surcapacités de production d'électricité en Europe, provoquées par la diminution post-crise de l'activité industrielle. En parallèle, la surabondance d'offre d'énergie a été aggravée par une volonté publique de transition vers une consommation énergétique plus « verte », favorisant les économies d'énergie.

A moyen terme, la renaissance du secteur photovoltaïque semble probable, en premier lieu grâce à l'intégration électrique européenne, toujours selon l'étude de la COFACE. Le problème d'intermittence, dû aux différentes intensités d'ensoleillement, serait maîtrisé. Ce qui permettrait également de développer de nouveaux outils de stockage et générerait un ajustement continu de l'offre et la demande d'électricité à travers les différents réseaux.

L'objectif actuel de l'Union européenne de parvenir à 10% de développement d'interconnexion (en termes de consommation annuelle), pour un coût estimé à 150 milliards d'euros, est atteint aujourd'hui seulement par l'Allemagne et la France parmi les 5 pays étudiés.

D'autre part, le coût des énergies traditionnelles va augmenter, tandis que celui de l'électricité « photovoltaïque » va diminuer, en réduisant les coûts d'installation et rendant à terme les investissements plus rentables. Enfin, la COP21 devrait jouer un rôle positif : il sera question d'améliorer l'accès à ces énergies renouvelables, de soutenir le développement à l'échelle internationale et de créer des opportunités de marché conséquentes.
 
(*) La Compagnie française d'assurance pour le commerce extérieur (Coface), fondée en 1946 comme agence nationale d'assurance-crédit à l'exportation, a été privatisée en 1994, et est aujourd'hui une filiale à 41.35% du groupe bancaire Natixis. Elle continue à garantir pour le compte de l'État des contrats d'exportation civils et militaires.
Réagissez à cet article
 (2) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
2 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
vendredi 16 octobre 2015 13:32
Pour que le photovoltaïque soit rentable, il faut augmenter le prix des autres formes d'énergie.
[2]
Commentaire par un physicien
vendredi 16 octobre 2015 13:44
." Le problème d'intermittence, dû aux différentes intensités d'ensoleillement, serait maîtrisé" Ah ! Comment ?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...