Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Cofondé en 1999 par Matthieu Courtecuisse aux côtés de quatorze associés internationaux, Sia Partners, cabinet de conseil indépendant, compte 550 consultants pour un chiffre d'affaires de 88 millions...

Europe de l'énergie : l'échec de la filière photovoltaique


jeudi 12 juin 2014

L'Europe est toujours à la recherche d'un développement équilibré de sa filière et de son équipement photovoltaiques. En cause, les difficultés de sa relation avec la Chine.


L'étude a été conduite par Thalia Voarino et Jaouad Simari. Voir leur analyse complète sur le site de SIA Partners

Extraits avec quatre graphiques explicites sur les déséquilibres en Europe


L'Union Européenne, longtemps considérée comme le leader du marché mondial de l'énergie solaire, reste grâce aux objectifs qu'elle s'est fixés à horizon 2020, la région dominante avec plus de 70GW de capacité installée en 2012 (environ 70% de la part mondiale).

Mais cette statistique rassurante ne traduit pas les bouleversements actuels de ce secteur qui traverse une crise profonde en amont. Revenons en quatre graphiques sur la chute brutale des capacités de production européennes.

Le marché mondial des panneaux solaires a explosé depuis 2004 : la capacité installée cumulée est passée de moins de 4GW en 2004 à plus de 100GW en 2012. L'Europe a été un acteur moteur de cette croissance avec une part annuelle de l'achat des modules photovoltaïques variant entre 50 et 80% sur ces huit dernières années.
 
Mais cette dynamique s'essouffle. (?) Depuis 2004, la production européenne de panneaux solaires couvre moins de la moitié des besoins de son marché ainsi que le montre le graphique suivant :

Ainsi en 2012, la part de la production européenne représente seulement 13% de la demande mondiale de panneaux et 25% de son propre marché.

Le développement considérable du secteur en Europe a donc nécessité une très forte importation de panneaux solaires. Les flux en provenance de la région Asie Pacifique (hors Chine) ont été massivement substitués par des exportations Chinoise, qui dominent désormais le marché et répondent à 60% de la demande mondiale (2012)

 













Evolution de la production des fabricants du PV en %


En comparaison à ses exportations, la taille du marché domestique chinois est faible à date. L'énergie solaire en Chine reste trop couteuse par rapport à d'autres sources d'énergie comme le charbon. Cette situation a installé la Chine dans un contexte de production de panneaux très excédentaire par rapport à son marché, avec un rapport entre offre et demande domestique de l'ordre de 320% en 2012...

Le prix des modules photovoltaïques a connu une baisse vertigineuse ces dernières années. Sur la seule année 2012, les prix ont chuté d'un montant compris entre 25% et 48% selon la technologie du module photovoltaïque. La Chine a alors largement pris la tête de la compétition, devant l'Europe, les Etats-Unis et le Japon.















Evolution du prix du module PV de technologie cristalline


La tendance à la baisse du prix des modules s'explique d'une part par la baisse du prix du silicium. En effet, l'augmentation des capacités de raffinage, combinée au ralentissement des investissements dans le solaire en 2011 et 2012, a entraîné un excédent d'offre de silicium et donc une inversion de la courbe des prix depuis 2009

Toutefois, l'inondation du marché mondial par des modules PV de fabrication chinoise n'a été possible que par le dumping. En effet, ni le faible coût de la main d'...uvre chinoise, ni la baisse du prix du silicium ne permettent d'expliquer les prix extrêmement faibles du photovoltaïque chinois. (?)La Chine n'a donc pu être compétitive sur le marché européen qu'en exerçant une politique agressive de subventions aux entreprises chinoises de la filière, par l'intermédiaire de banques publiques.

(...)

Les efforts de l'Europe

La guerre commerciale entre l'Union Européenne, les Etats Unis et la Chine à l'origine des déséquilibres du marché, conjuguée à la crise économique et financière qui affaiblit le marché depuis 2008, s'est révélée fatale à de nombreux fabricants de panneaux photovoltaïques en Europe, aux Etats Unis, et même en Chine. Mais au-delà des conséquences désastreuses pour les fabricants de modules photovoltaïques européens, la baisse des prix résultante de la stratégie agressive chinoise a favorisé l'augmentation de la part des énergies renouvelables dans les mix énergétiques européens.

Par ailleurs, l'Europe, consciente que les mesures protectionnistes anti-dumping ne sont pas viables sur les moyens et long termes, a exprimé son désir de voir émerger des géants européens de l'industrie photovoltaïque capables de rivaliser avec la Chine. Dans ce cadre, un « Airbus » de l'énergie, baptisé X-GW, est l'objet d'intenses discussions entre la France et l'Allemagne pour défendre une industrie stratégique pour l'Europe. C'est cette même volonté exprimée par François Hollande de voir développer « des filières industrielles communes pour la transition énergétique » européenne qui est aujourd'hui à l'origine du soutien du gouvernement français au rachat d'Alstom Energie par l'allemand Siemens.
Réagissez à cet article
 (6) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
6 commentaire(s)
[1]
Commentaire par SolarHome
vendredi 13 juin 2014 00:20
Trop débile cet article qui ne voit le solaire pv que part le petit bout de la lorgnette ! D'après vous "M. Sia Partner" qui a lancé / inventé l'industrialisation du solaire pv ? L'Allemagne bien entendu alors arretez de nous faire croire que c'est un échec de l'Europe ! L'Allemagne a lancé l'industrie, la Chine a pris le relais, et alors ou est le problème ? La Chine est l'atelier du monde, en particulier pour les biens électroniques. Pourquoi diable serait-il scandaleux que pour les panneaux solaires la Chine ne devienne pas le principal producteur ? Est ce que ça vous ennuie tant que ça que l'énergie solaire soit maintenant compétitive et bientôt moins couteuses que toutes les autres énergies polluantes: charbon, pétrole, nucléaire, gaz ? La Chine est déjà le plus gros marché du solaire, aux dernières nouvelles le gouvernement Chinois prévoit 70 GW de solaire dès 2017 et 2 000 GW en 2050 , alors arrêtez de dire que c'est un échec, au contraire si le solaire atteint 2 000 GW en Chine, le total mondial sera de 6 000 GW c'est toute la planète qui pourra remercier l'Europe (et surtout l'Allemagne) d'avoir ouvert la voie de la décarbonisation de l'énergie.
[2]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
vendredi 13 juin 2014 09:32
Que la chine fasse du dumping pour écraser ses concurrents sur un marché stratégique d'avenir n est pas étonnant. Si les Chinois subventionnent énormément leurs ENR, c est pour faire crever (et ils y arrivent) leurs concurrents européens ou américains, pour ensuite être en situation de monopole sur l énorme marché des ENR. Pas fous les Chinois ! Les Allemands eux, ont déjà crée 390 000 emplois avec les ENR, pas fous les Allemands ! Nous on préfère payer les chômeurs, les guerres au Mali ou ailleurs et enrichir les grandes démocraties pétrolières qui financent le terrorisme.
[3]
Commentaire par papijo
vendredi 13 juin 2014 11:31
Quel intérêt pour l'Europe, et la France en particulier, de remplacer des sources d'énergie importée adaptées à la demande par des sources d'énergie également importées, mais aléatoires et beaucoup plus chères ? Pour ce qui concerne la Chine, le photovoltaïque, c'est 0,3% de la production d'électricité et dans ce pays (Cliquer ici), les industriels souvent liés aux politiques savent comment jouer pour bénéficier de commandes "amies" locales quand le marché mondial est saturé. Mais, il ne faut pas rêver, le photovoltaïque est une énergie très chère (il ne faut pas oublier d'inclure le coût des énergies de substitution, la Chine n'a pas comme l'Europe un parc de vieilles centrales déjà amorties pour lisser la production), qui consomme beaucoup de place dans un pays où la densité de population est extrêmement élevée, et la terre réservée à l'agriculture/horticulture et où les réseaux sont peu développés. Et enfin, les chinois disposent de ressources abondantes en charbon, développent également le nucléaire ... bref, le photovoltaïque, ils n'en ont pas besoin ! Pour ceux qui lisent l'anglais, 2 liens vers le "South China Morning Post": Cliquer ici ou ici
[4]
Commentaire par Lustu
samedi 14 juin 2014 18:03
Europe : échec de la production d'ordinateurs ... échec de la production de téléviseurs ... échec de la production de téléphones portables ... échec de la production d'appareils photos ... échec de la production de chaussettes ... avec le dumping social, difficile en effet de produire moins cher qu'en Chine ou dans d'autres pays similaires ... il y a deux ou trois décennies, on avait encore des frontières économiques et Europe et en France ... mais maintenant, c'est une passoire alors que tous les autres pays savent se protéger par divers moyens, pas seulement avec de la main d'oeuvre payée au lance-pierres . Sinon, le photovoltaïque est un succès : il coûte déjà moins cher chez les teutons que le nucléaire dans dix ans chez les rosbifs.
[5]
Commentaire par Claude Rossi
mardi 05 août 2014 16:26
Le photovoltaïque, en entrée en plat ou en désert dirait un célèbre animateur des soirées télévisuelles, c'est de la "merde" Je vous laisse entre vous, les verts? discutailler de son parfum d'utopie venue tout droit des romans de science fiction non sans vous dire que vous êtes, tout de même de sacrés farceurs pour vouloir fournir aux français leurs 500 millions de mégawatt de consommation annuelle avec çà et les éoliennes.
[6]
Commentaire par Hervé
mercredi 06 août 2014 18:34
Titre ambigu. Si le but de la filière était de conserver les usines en Europe, oui, c'est un échec. Si le but était de faire diminuer le cout des installations PV, c'est plutôt une réussite, mais elle est mitigée. Pour moi, l'échec de la filière industrielle cache un autre échec beaucoup plus gênant: Avec un marché artificiellement gonflé, les industriels devaient mettre à profit leurs gains pour développer de nouvelles technologies (couches minces...) censées être moins chères et moins polluantes lors de la fabrication afin de préparer un avenir radieux au solaire PV. Or, la plus grande partie de la baisse des couts a été obtenue par une migration vers les pays à faible cout de main d??uvre et peu regardants sur la pollution engendrée. Les bas couts empêchent maintenant les industriels de travailler au développement des nouvelles technos. La situation est bloquée sur une solution pas terrible car polluante et qui ne pourra guère plus progresser. Les décideurs doivent corriger le tir en positionnant leurs aides de manière différentes, de manière à réorienter les acteurs qui ont survécu vers des systèmes plus efficients.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !