Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur

Eolien et solaire : 2014 sera meilleure que 2013


mardi 02 décembre 2014

Le troisième trimestre 2014 confirme la nette reprise des raccordements éoliens et photovoltaiques en France, après trois années de baisse.


Voir le Tableau de bord éolien-photovoltaïque - 3e trimestre 2014


L'année 2014 sera meilleure que 2013 en termes de puissance raccordée pour l'éolien et le photovoltaïque.

Pour l'éolien, la puissance raccordée pendant les neuf premiers mois de l'année 2014 atteint près de 600 MW , contre 581 MW raccordés sur l'ensemble de l'année 2013. La baisse continue de la
puissance raccordée chaque année depuis 2010 est ainsi stoppée. 

La puissance du parc éolien s'élève à 8 807 MW fin septembre 2014. La part de l'éolien dans la consommation électrique nationale atteint 3,5 % sur les trois premiers trimestres 2014, contre 2,8 % sur la période équivalente de 2013.

Un peu plus de 500 projets d'éolien terrestre restent en file d'attente à fin septembre, mais une hausse du niveau des raccordements semble ainsi peu probable dans les trimestres à venir. Concernant l'éolien en mer, les projets en file d'attente, d'une puissance totale de 3,1 GW, ne commenceront à produire qu'à partir de la fin de la décennie.


Le parc solaire photovoltaïque atteint une puissance de 5 412 MW fin septembre 2014. La puissance raccordée en 2014 dépasse désormais, à fin septembre, la puissance raccordée sur l'ensemble de l'année 2013.

Le rythme des raccordements observé au troisième trimestre 2014 est particulièrement dynamique. Ce rythme n'avait pas été observé depuis 2012, année qui avait été marquée par le net ralentissement
des raccordements suite aux effets du moratoire sur le photovoltaïque de décembre 2010.

Pas loin des deux tiers de la puissance installée depuis janvier proviennent de gros projets, d'une puissance supérieure à 250 kW. La production d'origine photovoltaïque représente désormais 1,4 % de la consommation électrique nationale.

















En ce qui concerne la répartition régionale, les régions Champagne-Ardenne et Picardie
concentrent à elles seules 30 % de la puissance éolienne installée en France. Les raccordements sont également particulièrement dynamiques dans le Nord-Pas-de-Calais et en Poitou-Charentes.

Dans les DOM, aucun nouveau projet n'a vu le jour depuis 2010. À fin septembre 2014, ils représentaient seulement 0,5 % de la puissance éolienne installée en France.

Concernant le solaire photovoltaïque, près de 50 % de la puissance installée en métropole est située dans les quatre régions les plus méridionales de la France continentale, à savoir Provence-Alpes-Côte
d'Azur (Paca), Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon. Les DOM, qui bénéficient d'un ensoleillement important tout au long de l'année, représentent à fin septembre 2014 un peu moins de
7 % de la puissance photovoltaïque installée en France. La Réunion contribue à près de la moitié de la puissance installée dans les DOM.


Réagissez à cet article
 (1) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par papijo
mardi 02 décembre 2014 18:36
Tout ça, ça sert à quoi: D'après RTE, Cliquer ici ce soir à 17 h 30, les 5 400 MW de photovoltaïque produisaient ... 0% de la production nationale (égale à 79 840 MW dont 5 656 exportés: il faut bien secourir les allemands) et les 8 800 MW éoliens produisaient 2,1% ! Heureusement que nous avons du nucléaire et des fossiles (Fuel: 0,4%, charbon: 4,3%, nucléaire 71,3%, barrages 12.2%, divers 0,8%). Au meilleur moment de la journée, le solaire a plafonné à 1.2% de la production à 12 h 30 (mais l'éolien n'était qu'à 1,6%). En bref, ces ENR sont totalement incapable de nous fournir de l'électricité de manière fiable et restent un gadget inutile et ruineux, bien au-dessus de nos pauvres moyens !