Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur

Danemark : une gestion électrique fondée sur l'éolien


lundi 13 juillet 2015

Le Danemark est champion du monde en matière d'éolien. Mais cette situation suppose des échanges massifs avec ses voisins, la Norvège, l'Allemagne, la Suède.


Le 9 juillet, en fin de soirée, en raison d'un temps particulièrement venteux, les éoliennes du Danemark ont produit à elles seules plus que les besoins électriques du pays. A 22h44, le taux de couverture était de 116 % et il est monté à 140 % quatre heures plus tard, à 3 h. du matin, à un moment où bien sûr la demande baissait. Et encore, les éoliennes n'étaient-elles pas utilisées à pleine capacité.
80 % du surplus électrique a pu être exporté : vers la Norvège, vers l'Allemagne, et vers la Suède.
Voici les échanges en cette fin de soirée du 9 juillet :





La situation du 9 juillet illustre la façon dont le Danemark gère sa production et sa consommation électrique, avec ses avantages et aussi ses limites.

Cette gestion est consultable, minute par minute, sur le site de l'opérateur du réseau électrique danois, avec un graphique "live" d'une grande lisibilité :

Cliquez ici

Pionnier dans la production d'électricité éolienne, qui y a été développée dès le début des années 2000, le Danemark détient le record mondial de l'éolien : en moyenne annuelle, le tiers environ de son électricité est produite par les éoliennes, le reste provenant du solaire et surtout du charbon et du gaz.
Compte tenu de l'intermittence de l'éolien, le pays dépend des échanges avec ses voisins, qui atteignent des volumes très importants. La Norvège, à laquelle le Danemark est très bien connecté, est un partenaire privilégié. Lorsqu'il y a trop de vent (par rapport à la demande d'électricité danoise), l'électricité éolienne produite est vendue à la Norvège, qui l'utilise pour remplir ses barrages de retenue. Lorsqu'il n'y a pas assez de vent (toujours par rapport à la demande d'électricité), le Danemark achète de l'électricité à la Norvège, qui la produit immédiatement en déchargeant ses barrages. Les échanges avec l'Allemagne et la Suède sont également importants, tantôt dans un sens, tantôt dans l'autre.

Une des conditions qui rend possible cet équilibre est que ces pays sont beaucoup plus importants que le petit Danemark et peuvent absorbent facilement les fluctuations de sa production.

Réagissez à cet article
 (15) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
15 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Hervé
mercredi 15 juillet 2015 13:45
"en moyenne annuelle, le tiers environ de son électricité est produite par les éoliennes, le reste provenant du solaire et surtout du charbon et du gaz." -> Comprendre: Le charbon et le gaz font plus de la moitié de la production pendant que les surplus éolien lors des pointes atteignent 80% d'excédent qu'ils doivent se débarasser chez leurs voisins à vil prix... Leur gestion de l'energie est du même accabit que la gestion financière des grecs: merci les voisins!
[2]
Commentaire par papijo
mercredi 15 juillet 2015 18:03
Sur le site "Nord Pool Spot", on trouve les prix spot de l'électricité pour l'Europe du Nord: ((Cliquer ici) Vers 3 h du matin le 10 juillet, au moment où le Danemark atteignait ce fameux "record" de couverture éolienne, ces prix spot étaient de l'ordre de 3 ?/MWh. En supposant que le mix on-shore / off-shore soit aux alentours de 20 ?/MWh (probablement plus), ce beau record à l'exportation d'environ 1000 MW coûtait donc à ces malheureux danois environ 17 000 ? / heure (ramené à la population de la France, cela ferait environ 210 000 Euros/h) ! Comment se fait-il que les grands médias ne présentent jamais ces chiffres ? Seraient-ils achetés par les lobbies de l'éolien et autres ENRs ?
[3]
Commentaire par Tilleul
lundi 20 juillet 2015 16:13
Je vous signale que la France nucléaire est en situation de surproduction continuelle a des niveaux bien plus important que le Danemark et c'est une situation qui dure depuis le début de l'été, c'est pas juste un jour par ci par là... Pareil à l'inverse pour la Finlande qui est en situation d'import continu... Mais évidemment avec les français dès que ça parle d'éolien ils sont incapable de reconnaitre une situation parfaitement normale dans tous les marchés (un pays qui exporte quand il est moins cher que ses voisins et qui importent quand ceux-ci sont moins cher)...
[4]
Commentaire par Tilleul
lundi 20 juillet 2015 16:16
@papijo : l'éolien coûte 0 euros à produire, il n'y a pas de coûts variables, ça ne vous coûte pas plus cher de produire ou de ne pas produire. Si jamais le prix devient négatif, les danois stockent l'électricité sous forme de chaleur ce qui explique que contrairement à ce qui se racconte dans l'article ils n'ont pas besoin des exports.
[5]
Commentaire par Hervé
lundi 20 juillet 2015 19:29
La nuance c'est que dans le cas de l'éolien, il y a généralement obligation d'achat, ce qui fait que le Mwh Eolien bradé à 3 euros a couté bien plus que 0 euros ... Si tous les producteurs éoliens vendaient au prix marché comme le nuke Français, ils serait moitié moins critiqués. S'ils étaient capable de garantir leur fourniture 90% du temps ils ne seraient plus critiqués du tout. La différence est la et elle est de taille...
[6]
Commentaire par Tilleul
dimanche 26 juillet 2015 11:19
Le nucléaire est vendu par des conglomérats qui achetent et vendent de l'électricité en situation de quasimonopole et ne sont pas soumis au marché (lorsque les prix baissent leur marges sur la vente d'électricité augmentent et inversement).C'est le contraire des éoliennes qui doivent s'engager à produire de l'électricité à prix fixe pendant 20 ans sans cette garantie. Il est normal qu'on ne laisse pas les conglomérats décider du prix de l'électricité de leurs concurrents de la même manière qu'on a accepté que la grande distribution fixe le prix des marchés agricoles plutôt que les producteurs agricoles eux même...
[7]
Commentaire par Hervé
mercredi 29 juillet 2015 19:41
Chez vous quand les prix baissent vos marges augmentent, ou voyez vous ça????? N'importe quoi... La on touche le fond. (On creuse même...). Pour rappel, les vendeurs d'ENR ont un prix garanti et indépendant du marché, ce qui est extrêmement confortable pour eux.
[8]
Commentaire par Tilleul
lundi 03 août 2015 17:05
Ca fait 10 ans que les prix sur le marché de la production baisse sans que ce soit répercuté sur la facture du consommateur... C'est parce que les conglomérats se rattrapent sur la baisse du prix du marché en augmentant la marge sur leurs ventes, ce que ne peut pas faire un petit producteur d'électricité indépendant. Le tarif d'achat ne garantit pas les revenus (puisque si le producteur ne produit rien, il n'est pas rémunéré) mais garantit un prix d'achat décent indépendant des agissements des grands producteurs d'électricité qui peuvent manipuler les cours comme ils veulent et ne s'en priverait pour éliminer la concurrence.
[9]
Commentaire par Hervé
lundi 03 août 2015 19:39
Le prix baisse certes, mais il est toujours nettement supérieur au prix normal. Donc la différence réduit l'ardoise absorbée par la CSPE, mais comme cette taxe est lourdement déficitaire (au moins 5 milliards, de mémoire) car son poids est trop faible, on est pas prés de voir la couleur d'une baisse...
[10]
Commentaire par Hervé
lundi 03 août 2015 19:51
Concernant la manipulation des cours ça devrait se passer comme en agriculture: l'abondance fait chuter les prix, la pénurie les fait monter ce n'est pas une manipulation d'un gros comme vous dites mais la simple loi du marché. Si les producteurs ENR veulent vendre cher, qu'ils produisent lorsque la conso est maximale et les prix élevés. Les tarifs garantis provoque une alteration dans le système de concurrence qui conduit a avoir parfois des prix négatifs. En agriculture je n'ai jamais été payé pour prendre des melons, dans le cas de l'elec, on en est déja là ...
[11]
Commentaire par Tilleul
jeudi 06 août 2015 13:33
Ce qui se passe dans l'agriculture c'est que vous avez plutôt un monopole qui est la grande distribution qui impose des prix de plus en plus bas pour des profits de plus en plus élevés quelque soit l'état de la récolte. Ce ne sont pas les énergies renouvelables qui vendent à prix négatifs sur le marché court terme, puisque vous mêmes vous avez reconnu qu'elles vendaient sur le marché à long terme des tarifs d'achat. Ceux qui vendent à prix négatif ce sont les centrales charbon et c'est exactement comme pour les melons (ou toutes les marchandises) : la grande distribution préfère faire des promotions sur les melons où les donner à des banques militaires, parce que ça leur coute moins cher d'avoir un prix négatif sur le melon que de le stocker...
[12]
Commentaire par Tilleul
jeudi 06 août 2015 13:34
oulah c'est la chaleur... banque alimentaire plutôt.
[13]
Commentaire par Hervé
mardi 11 août 2015 05:52
N'importe quoi. Quand le prix devient négatif, les centrales au charbon sont stoppées. Personne ne vend a perte, sauf quand vous avez un prix garanti... A ma connaissance ce n'est pas le cas du charbon, par contre les ENR... C'est le CONsomateur danois qui paye l'ardoise comme le signale papijo
[14]
Commentaire par eole
lundi 17 août 2015 19:48
les tarifs de rachat garantis (pour les éoliennes) et les prix de vente négatifs (pour le nucléaire) sont pris en charge par la CSPE dont le montant grimpe exponentiellement depuis 10ans, et ça ne fait que commencer nous promet-on...
[15]
Commentaire par Hervé
dimanche 23 août 2015 00:46
Les pris négatifs sont localisés principalement en Europe du nord la ou il y a des éoliennes et peu (pas) de nucléaire... Ils sont dus pour l'essentiel aux éoliennes. En fait la CSPE englobe à la fois les tarifs sociaux, la perequation des DomTom et ne couvre qu'une petite partie des surcoûts de l'éolien / solaire. Actuellement, pour ces derniers, elle est censée couvrir l'écart entre le coût marché et l'argent donné au producteur. Mais son taux est nettement trop faible pour parvenir a cela. De plus compenser cet écart est très insuffisant. Le CONsommateur Français va devoir payer, et payer encore plus, comme les Allemands et les Danois. En suivant leur exemple et en payans plus cher, nous pourrons augmenter nos émissions de GES du secteur électrique, détruire plus rapidement la planète, tuer plus de monde. C'est super!