Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Cofondé en 1999 par Matthieu Courtecuisse aux côtés de quatorze associés internationaux, Sia Partners, cabinet de conseil indépendant, compte 550 consultants pour un chiffre d'affaires de 88 millions...

Le raffinage français est en danger


mercredi 11 mars 2015

Pour s'adapter à la chute du prix du baril, les pétroliers réduisent la voilure dans l'amont et font le tri dans leur portefeuille d'actifs. Le raffinage européen, en proie à de fortes surcapacités, est dans la ligne de mire de certains groupes intégrés.


Voir l'analyse intégrale sur le site de SIA-Partners

Avec près de 10 000 emplois directs et indirects, le raffinage français est un secteur stratégique pour notre indépendance énergétique et pour notre activité industrielle. Or, depuis 2010, le nombre de raffineries est passé de 12 à 8, avec des fermetures retentissantes comme celle de Pétroplus à Petit-Couronne.

En effet, nos raffineries sont structurellement déficitaires depuis plusieurs années. D'après Jean-Louis Schilansky, ex-Président de l'UFIP, le secteur n'a connu qu'une seule année de rentabilité depuis 2009 totalisant ainsi 2,7 Mds € de pertes en 5 ans. La marge brute nécessaire à la pérennité d'une raffinerie est estimée à 32 € par tonne(4). Or, les marges moyennes pour 2013 et 2014 étaient respectivement de 18 et 22 € par tonne (cf. Figure 1).

Malgré une accalmie fin 2014 et en ce début d'année 2015, les marges de raffinage européennes, en moyenne 2,5 fois moins élevées qu'aux Etats-Unis, témoignent de problèmes structurels sur le Vieux Continent (cf. Figure 2).

Plus d'exportations vers les Etats-Unis

Depuis la crise économique de 2008, la demande intérieure de produits pétroliers raffinés a chuté de près de 12%. La production, quant à elle, a connu un effondrement de près de 30% entre 2008 et 2012. (cf. Figure 1).

En Europe, les surcapacités sont estimées à 2 millions de barils par jour (soit une dizaine de raffineries) ; surcapacités que n'absorbent plus le marché américain dopé par le renouveau de son industrie du raffinage et de la pétrochimie. Non seulement les Américains n'importent plus nos surplus de carburants (notamment d'essence) mais ils viennent même concurrencer nos raffineurs en Afrique de l'ouest, débouché historique pour l'Europe.

En outre, la construction d'installations modernes gigantesques au Moyen-Orient ou en Asie, qui bénéficient souvent d'intrants moins coûteux (au même titre que les Etats-Unis), contribue à la mise en concurrence de nos vieilles raffineries.

Dans un tel contexte, la structure de la demande française en carburant, fondamentalement déséquilibrée, ne fait qu'accroître les difficultés du secteur : la consommation de diesel est 4 fois supérieure à celle de l'essence, alors qu'une raffinerie standard produit davantage d'essence. La France se retrouve à devoir importer massivement du diesel et à exporter l'essence qui ne trouve pas preneur.

La stratégie de Total en Europe

Avec 5 raffineries représentant 3000 employés et 60% des capacités de raffinage, Total est de loin le 1er acteur du raffinage en France(5) (cf. Figure 3). Cependant, entre 2009 et 2013, le taux d'utilisation moyen de ses raffineries était inférieur à 80%(6), illustrant ainsi les surcapacités de production du pays.

Pour faire face à des pertes substantielles en France (500 M € en 2013 et 200 M € en 2014), la stratégie du pétrolier consiste à procéder à des investissements ciblés : près de 1 Mds € ont été investis entre 2011 et 2012 sur sa plateforme de Normandie (740 M€ pour le raffinage et 250 M€ pour la pétrochimie), permettant ainsi d'augmenter la production de gazole de 10%, de réduire l'excédent d'essence de 60% tout en améliorant la performance environnementale de 30%(7).

Total se tourne également vers les marchés émergents pour suivre la demande mondiale qui s'est déplacée vers l'Orient : en 2012, 65% de ses capitaux dans le raffinage et la pétrochimie étaient concentrés en Europe, mais le pétrolier français souhaite inverser la tendance en portant la part de ces capitaux en Asie et au Moyen-Orient à 70% d'ici 2017.

Sia Partners

Réagissez à cet article
 (2) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
2 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
mercredi 11 mars 2015 13:36
Comme Air-France, le raffinage est soumis directement à la concurrence internationale et est défavorisé par un cout du travail trop élevé.
[2]
Commentaire par Gépé
mercredi 11 mars 2015 13:46
Il est urgent et indispensable de basculer la fiscalité du travail (cotisations de retraites) sur la fiscalité énergétique.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...