Participez aux débats sur l'énergie de demain

Gaz : l'Europe compte sur l'Algérie


jeudi 04 juin 2015

La Commission européenne prépare un plan global pour diversifier ses approvisionnements en gaz naturel. L'Algérie pourrait jouer un rôle essentiel.


Voir le site AlgerParis

Lors d'un entretien avec un groupe de journalistes à Bruxelles (voir l'article d'Euractiv), le commissaire européen à l'énergie et à l'action climatique, Miguel Arias Cañete,  a souligné les « possibilités considérables » dont dispose l'Algérie pour aider l'Union européenne à diversifier ses approvisionnements en gaz naturel.

Le commissaire européen a expliqué que l'Europe prépare un plan d'action pour réduite la dépendance actuelle de l'Europe envers la Russie, qui assure 44 % des livraisons de gaz à l'UE, devant la Norvège (33 %) et l'Algérie (10%).

La Commission européenne entend engager à partir de l'automne un dialogue avec les fournisseurs potentiels et organisera au début 2016 un forum d'entreprises pétrolières et gazières pour examiner les moyens de faire en sorte que l'Algérie assure une place plus importante dans ce panel de fournisseurs. Son objet sera notamment de comprendre les causes du sous-investissement chronique dans les capacités algériennes d'extraction de l'Algérie. Selon le commissaire, le pays recèle des réserves non exploitées, à la fois conventionnelles et non conventionnels (c'est-à-dire le gaz de schiste.

Les freins à l'exploitation du gaz algérien

M. Cañete a répertorié devant les journalistes quelques-uns des obstacles qui freinent cette exploitation :
- la préférence de l'Algérie pour des contrats de long terme alors que le marché sport (à court terme) se développe actuellement sur la scène gazière mondiale ;
- les règles strictes qui imposent aux sociétés étrangères de s'engager dans des joint ventures minoritaires avec la compagnie Sonatrach, ce qui décourage leurs réponses aux appels d'offres internationaux lancés par l'Algérie.

"Les Européens investissent actuellement peu en Algérie et les capacités de transport par gazoducs sont actuellement sous-utilisées ou pas utilisés du tout. L'Algérie peut constituer une souyrce fiable d'approvisionnement et nous devrions avoir avec elle une relation plus étroite », a-t-il ajouté.

La Commission européenne veut aussi regagner le terrain perdu en matière d'achat de gaz naturel liquéfié (GNL). Les livraisons de GNL à l'Europe ont fortement baissé depuis deux ans, les méthaniers préférant prendre le chemin de l'Asie où les pri d'achat du gaz sont supérieurs. L'Algérie a depuis longtemps développé ses capacités de liquéfaction du gaz et de transport par méthaniers. Elle pourrait donc aussi bénéficier de l'effort que l'Europe entend engager pour être plus attractive sur le marché mondial du GNL.

Réagissez à cet article
 (1) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par ladjal
jeudi 18 juin 2015 12:59
L'extraction du gaz de schiste n'est pas autorisé en Europe pourquoi l'accepter ailleurs
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...