Participez aux débats sur l'énergie de demain
Mots clefs : 

climat,

 

communication

énergie

pressé

sciences

climat


Auteur

Climat : des scientifiques veulent corriger les articles de presse


lundi 08 décembre 2014

Un chercheur (français) du MIT veut améliorer la couverture médiatique des questions du climat en intervenant directement sur toutes les phrases fautives d'articles de presse. Qu'en penseront les journalistes ?


Voir le site MIT News

Emmanuel Vincent, diplômé de Normale supérieure, de l'université Pierre et Marie Curie et de Yale University, maintenant associé au MIT, est un spécialiste du climat et des océans. Jugeant que les articles de presse, écrits par des journalistes ou même par des experts scientifiques, sont souvent remplis d'erreurs, il a lancé un projet, Climate Feedback, destiné à les mettre en évidence et à apporter aux lecteurs des éléments plus fiables.

Son initiative est expliquée sur le site officiel du MIT, MIT News.

L'originalité du projet est qu'il serait possible à un groupe d'experts reconnus d'intervenir directement sur l'article en ligne sur internet, phrase par phrase, et d'ajouter en marge des commentaires ou des graphiques. Pour cela, Emmanuel Vincent s'est associé à une société qui a développé une application, hypothes.is, liée à Google Chrome, et qui permet de surajouter ces annotations. L'application est accessible en quelques secondes à tout internaute.

Climate Feedback a donné un exemple en faisant la critique d'un papier du Wall Street Journal, écrit par  Steven E. Koonin, directeur du Center for Urban Science and Progress à l'université de New York. Voici, en capture d'écran, comment les choses se présentent :

A gauche, le texte original, où des phrases contestées ont été surlignée par l'application. A gauche, les commentaires du "relecteur" scientifique, qui a même publié un graphique à l'appui de ses affirmations.

Voici un exemple de "correction" :

Koonin writes: "The models roughly describe the shrinking extent of Arctic sea ice observed over the past two decades, but they fail to describe the comparable growth of Antarctic sea ice, which is now at a record high."

Kyle Armour, postdoc in MIT's EAPS, comments: Antarctic sea ice extent is indeed at its highest point since continuous records began in 1979, and the mechanisms driving this are not yet understood. However, satellite observations from the 1960s show that it used to be higher than it is today. Moreover, the growth of Antarctic sea ice has not kept pace with the loss of Arctic sea ice.
"

Par rapport aux simples "commentaires/comments" généralement prévus à la fin de tout "post" sur internet, le système permet de se dégager du flot des avis d'internautes lambda et surtout de commenter l'article phrase par phrase.

"La mise à disposition  d'une information fiable est une nécessité si nous voulons prendre les bonnes décisions à propos du changement climatique. Quand je lis quelque chose que je sais incorrect, je peux bien sûr le dire sur mon blog, mais très peu de gens en seront informés. En outre, les commentaires sous les articles sont souvent très désagréables et négatifs", explique Emmanuel Vincent.

Ce dernier se défend en effet d'être dans une posture agressive à l'égard des auteurs. Il considère que son projet peut au contraire les aider à améliorer leur production et à trouver de meilleures sources d'information. "L'idée n'est pas déclencher des bagarres, mais d'apporter une contribution de qualité, informative et non pas idéologique", ajoute-t-il.

Reste à voir si tous les journalistes et les scientifiques qui collaborent aux médias aimeront être ainsi "interpellés" et corrigés "ligne à ligne", comme ils l'étaient pendant leurs études par des professeurs sourcilleux...











Réagissez à cet article
  
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...