Participez aux débats sur l'énergie de demain
, HP Expert énergie
Contribution sous : L'EXPANSION - LA CHAINE ENERGIE >> Prospective

L’Europe et l’efficacité énergétique : bon élève mais peut encore progresser


, HP Expert énergie
jeudi 20 septembre 2012

Une étude américaine sur l'efficacité énergétique décerne des lauriers à l'Europe. En 10 ans, elle a amélioré son intensité énergétique de 33%. Un pays a cependant fait mieux : la Chine.


Le « conseil américain pour l'efficacité énergétique de l'économie » (ACEEE) vient de publier une intéressante comparaison internationale qui montre que si l'Europe est globalement un bon élève dans ce domaine de l'efficacité énergétique , elle peut encore progresser et améliorer certaines pratiques.

Selon l'étude, l'Union Européenne se situe clairement comme le leader mondial en matière d'efficacité énergétique sur la décennie passée en positionnant trois pays sur le podium mondial : Le Royaume Uni, l'Allemagne et L'Italie. Seul le Japon arrive à tenir tête à ce jour aux européens en se classant en quatrième position. La France arrive en 5eme position.
De manière globale, sur la base des statistiques fournies par l'Agence Internationale de l'Energie, l'Europe aura amélioré son intensité énergétique de 33% sur la période 2000-2009. Ce résultat aura été battu par un pays souvent décrié au plan énergétique : la Chine avec une amélioration de 36 %.

Ce progrès européen sur dix ans tend à prouver que l'objectif  fixé par le nouveau projet de directive adopté par la Commission européenne - une amélioration de 20%- n'est pas si ambitieux qu'il y paraît.

Une analyse détaillée des critères retenus par l'ACEEE permet d'identifier les points particuliers sur lesquels les Européens pourraient apprendre des meilleures pratiques internationales.

-    Le premier concerne les investissements des administrations en faveur des programmes de réduction de la consommation énergétique. Sur ce critère les dépenses moyennes européennes sont de 56 $/habitant, un niveau quatre fois inférieur à celui de l'Australie. La nouvelle directive européenne contient quelques progrès puisqu'elle impose une rénovation globale de 3 % par an des bâtiments « étatiques » mais on notera que la première mouture de la directive envisageait que cela soit le cas pour tous les bâtiments « publics ».

-    Le second concerne l'efficacité dans les logements domestiques. Si les écarts significatifs de la consommation au m2 peuvent s'expliquer par des différences sociales importantes entre l'Europe et le Brésil ou l'Asie, le fait que les habitations canadiennes consomment 20 % de moins au m2 que les habitations françaises est beaucoup plus difficilement compréhensible. On s'attaque là au problème récurrent et ardu de la rénovation de l'habitat ancien. Un sujet sur lequel la nouvelle directive n'apporte pas de progrès significatifs. A titre d'exemple la Commission Européenne aurait pu imposer une rénovation minimale obligatoire lors des transferts de propriété mais il semble qu'aucun gouvernement ne veuille prendre ce risque électoral dans le contexte économique actuel.

-    La thématique des normes de fabrication des équipements est l'un des aspects sur lequel les Européens ont semble-t-il le plus de retard. Alors qu'il existe 43 normes aux USA et 26 réglementations en Chine, les Européens n'en ont que 14. Même si une simple comparaison du nombre de réglementations peut apparaitre réductrice, cet élément de régulation simple et essentiel n'est pas abordé dans la nouvelle directive. De la même manière, des responsables en économie d'énergie sont maintenant imposés chez les grands industriels japonais et chinois alors qu'aucune exigence similaire n'existe en Europe (en dehors de l'Italie).

-    Le dernier point mais probablement le plus crucial concerne les investissements en recherche et développement. Les dernières statistiques de l'OCDE montrent que les européens continuent d'investir et rapport à leur PIB, deux fois moins que les américains et trois fois moins que les japonais. Un problème récurrent et général auquel le dernier conseil européen, organisé en 2000 à Lisbonne, était censé apporté une réponse. Il est vrai que les conclusions du sommet prévoyaient que « les perspectives macroéconomiques à venir étaient les meilleures que l'Union ait connues depuis une génération ». On sait maintenant ce qu'il en est advenu.


Par
Réagissez à cet article
  
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
0 commentaire(s)
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
  François Dauphin est ingénieur INSA Génie Electrique 1984, Supélec 1985 et diplômé de l'Ecole de Management de Lyon en 2002. Il est depuis janvier 2012 en charge du développement pour les pays francophones...

Lire la suite

Du même auteur

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...

Chiffres Clés
La responsabilité éditoriale de «la chaîne Energie» est assurée par Béatrice Mathieu, journaliste à L'Expansion.
La chaîne est animée par Yves de Saint Jacob (Agence Newsteam).

En partenariat avec:
et
Newsletter et Alertes
Choisir sa mutuelle

Comparez plus de 200 offres chez les plus grands assureurs !

MutuelleConseil
avec MutuelleConseil
Voitures d'occasion

Trouvez votre bonheur avec + de 260 000 véhicules d'occasion

La Centrale
avec La Centrale
Immobilier

Découvrez nos annonces et trouvez
votre futur chez vous !

Immobilier
avec Logic-Immo.com
Locaux d'Entreprise

Trouvez vos prochains bureaux parmi plus de 13 000 annonces !

Bureaux Locaux
avec Bureaux Locaux
Abonnement Vin

Recevez 2 grands vins tous les mois dans votre boite aux lettres

Abonnement Vin
avec MyVityBox