Participez aux débats sur l'énergie de demain

Les bio-carburants font grimper les cours des céréales


vendredi 10 juin 2011

Face à la hausse du pétrole, faut-il favoriser les bio-carburants, qui ont en outre un bon bilan carbone ? Oui mais attention aux crises alimentaires.


Les cours du pétrole grimpent et ceux de l'essence explosent...développons des bio-carburants, défendent certains lobbys, notamment céréaliers. Sur le papier, la proposition parait séduisante surtout quand on regarde leur bilan en terme d'économies d'émissions de gaz à effet de serre. Une récente étude publiée par l'Ademe  révèle que l'utilisation de bio-diesels issus d'oléagineux permet une réduction des émissions de CO2 de l'ordre de 60 à 80%. Pour les bio-carburants issus de déchets, la baisse atteint 90 %. 

Reste que le bilan écologique des carburants verts ne se résume pas aux seules réductions des émissions de CO2. Encore faut-il y  inclure le problème de l'appauvrissement des sols et de l'utilisation massive d'eau...S'ajoutent les effets déstabilisateurs sur les cours des matières premières. Le lien entre le développement des bio-carburants et la hausse des prix de certaines céréales a fait l'objet de nombreuses controverses.
 
A l'heure où les cours des matières premières agricoles atteignent des sommets, la question va évidemment revenir sur le tapis. Et la réponse ne va pas forcément plaire à ceux qui défendent ces nouveaux carburants si l'on en croit une étude du CARD, un centre de recherche agricole de l'Université de l'Iowa aux Etats-Unis. Les chercheurs américains ont tenté d'évaluer l'impact du boom de la production de bio-ethanol sur les cours du maïs aux Etats-Unis entre les années 2005 et 2010. Selon leurs calculs, l'engouement pour les carburants verts explique 36% de la hausse du cours du maïs entre la campagne céréalière 2004-2005 et la moyenne des campagnes suivantes. Soit 2,33 dollars par quintal pour une augmentation totale de 6,5 dollars. Sans l'effet bio-carburant, l'augmentation des cours du maïs sur la période aurait été limitée à 4,17 dollars ...

Si l'abandon des carburants verts n'est sans doute pas la réponse aux crises alimentaires qui sont en train de se développer un peu partout sur la planète, il faudrait tout de même s'assurer qu'ils ne les aggravent pas.
 
 
Par
3 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Laurent Bisault
mercredi 15 juin 2011 10:32
La production de biocarburants à partir du colza et du tournesol présente certes un meilleur bilan que celle issue des céréales ou de la betterave. Mais seule la production d’huile à la ferme est véritablement défendable. Car elle ne nécessite pas la construction d’usine, ce qui améliore son bilan énergétique. Et ce qui la rend réversible. Ce n’est pas le cas de la production industrielle de biocarburants qui s’appuie sur de lourds investissements à rentabiliser. Or il n’y a pas en France suffisamment de terres pour produire à la fois du colza pour l’alimentation humaine et animale et du colza énergétique. Car il s’agit de la même culture. Privilégier les débouchés énergétiques du colza amène donc des opérateurs à importer de l’huile de palme pour une utilisation agroalimentaire. Avec les conséquences environnementales que l’on devine, quand on sait que les plantations indonésiennes et africaines de palmiers se font souvent aux dépens de forêts tropicales. C’est tout l’enjeu du débat actuel sur une possible implantation d’une usine d’huile de palme à Port-la-Nouvelle (Aude).
[2]
Commentaire par Christian Berdot
dimanche 19 juin 2011 12:18
Il faut tenir compte du changement d'affectation de sols indirect (CASI), ce que ne fait pas l'étude de l'ADEME.
Lorsque les 2/3 de la production française de colza sont engloutis dans l'agrodiesel, la France est obligée d'importer massivement des huiles alimentaires, essentiellement de l'huile de palme mais aussi de soja..
Pour les fournir, l'Indonésie et la Malaisie détruisent massivement leurs forêts. L'Indonésie est ainsi devenue le 3ème pays émetteur de gaz à effet de serre ! Beau bilan des agrocarburants !
[3]
Commentaire par Carl
vendredi 24 juin 2011 16:27
oui c'est comme l'éolien ...trés mauvaise solution . ...sans avenir .
on devrait plutôt investir dans le méthane ou la culture de micro algues et micro organismes que ne suppriment pas de terre agricoles .
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...

Chiffres Clés
La responsabilité éditoriale de «la chaîne Energie» est assurée par Béatrice Mathieu, journaliste à L'Expansion.
La chaîne est animée par Yves de Saint Jacob (Agence Newsteam).

En partenariat avec:
et
Newsletter et Alertes
Choisir sa mutuelle

Comparez plus de 200 offres chez les plus grands assureurs !

MutuelleConseil
avec MutuelleConseil
Voitures d'occasion

Trouvez votre bonheur avec + de 260 000 véhicules d'occasion

La Centrale
avec La Centrale
Immobilier

Découvrez nos annonces et trouvez
votre futur chez vous !

Immobilier
avec Logic-Immo.com
Locaux d'Entreprise

Trouvez vos prochains bureaux parmi plus de 13 000 annonces !

Bureaux Locaux
avec Bureaux Locaux
Abonnement Vin

Recevez 2 grands vins tous les mois dans votre boite aux lettres

Abonnement Vin
avec MyVityBox