Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur

Questions autour des réserves de gaz de schiste américain


mercredi 28 mai 2014

Les autorités fédérales de l'énergie aux Etats-Unis ont baissé de ...96% leur estimation des réserves récupérables de gaz de schiste en Californie. Le débat sur les futures techniques d'extraction est du coup relancé.


Selon le Los Angeles Times et le site américain Inhabitat, le service d'information américain sur l'énergie, U.S. Energy Information Administration (EIA) , a révisé à la baisse, dans des proportions considérables, l'estimation des réserves exploitables de gaz de schistes en Californie, dites bassin de Monterey, entre San Francisco et Los Angeles. Alors que les chiffres avancés jusqu'alors étaient énormes - 13,7 milliards de barils-, la nouvelle estimation qui doit être confirmée en juin dans une étude, n'est plus que de 600 millions de barils.

L'annonce a fait d'autant plus de bruit que le bassin de Monterey est considéré comme le réservoir des deux tiers de la richesse totale des Etats-Unis en gaz non conventionnels. Sur la base des premières estimations, la Californie table sur la création  de 2,8 millions d'emplois créés et des revenus fiscaux de près de 25 milliards de dollars. Son exploitation est surtout à la base de l'espoir des Etats-Unis de poursuivre leur révolution du gaz de schiste et de devenir un pays exportateur d'hydrocarbures.

Tout dépendra des nouvelles techniques

La controverse ne porte pas sur les réserves elles-mêmes, mais sur les réserves récupérables à des conditions économiques acceptables. L'estimation initiale a été faite en 2011 par une société indépendante sous contrat avec le gouvernement. Elle considérait que l'exploitation, avec la technique du "fracking" et d'autres méthodes plus avancées, ne serait pas plus complexe que dans les autres régions américaines qui ont déjà connu un « boom » dans ce domaine, comme le Dakota du nord ou le Texas. Il est à noter que de grandes compagnies pétrolières avaient déjà exprimé des doutes.  Le sous-sol californien est fortement plissé en raison des activités sismiques, alors que les couches sont plus régulières dans le autres gisements.

Les industriels déjà impliqués dans l'exploration et l'exploitation de cette zone ont tout des suite réagi en affichant leur optimisme. Pour eux, les nouvelles techniques de fracturation vont permettre de résoudre les problèmes et d'assurer une production à des coûts supportables. « Nous avons toute confiance dans l'intelligence et l'habilité de nos ingénieurs et géologues », a estimé Tupper Hull, porte-parole d'une association de petites compagnies, la "Western States Petroleum Association. Pour lui, »au fur et à mesure que les technologies évoluent, les taux de récupération peuvent croître de façon spectaculaire ».

Les écologistes relancés

A l'inverse, les organisations environnementales s'appuient sur la nouvelle estimation de l'administration fédérale pour relancer leurs campagnes contre l'exploitation des gaz de schiste. « C'est un coup décisif porté aux arguments de ceux qui plaident en faveur du fracking »,  a déclaré Seth B. Shonkoff, directeur de l'association « Physicians Scientists & Engineers for Healthy Energy ». Le mouvement "Californians against fracking" a écrit une lettre ouverte au gouverneur de Californie, Jerry Brown, pour l'appeler à tenir compte de « la bombe de l'IEA ».

Réagissez à cet article
 (2) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
2 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Monnier
mercredi 28 mai 2014 20:36
Encore une bulle qui éclate et avec elle toute l'idéologie sur le prétendu "miracle" des gaz de schiste. // On a déjà vu en Pologne ce qu'il en était concrètement. // Aux US, les compagnies perdent de l'argent : surproduction transitoire = vente à perte. // Alors, il serait bon de ne pas trop rêver à ce sujet en France. // D'autant plus que ce ne serait qu'une goutte d'eau dan notre consommation annuelle de gaz naturel. // Le réalisme, c'est de réduire nos consommations et de miser sur les énergies renouvelables et elles seules. --- Leur coût est en baisse continuelle. - Le coût du nucléaire augmente toujours. - Tirez en les conclusions.
[2]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
mardi 03 juin 2014 20:03
La cour des comptes donne 60 E / MWh pour le vieux nucléaire (+20% en 3 ans !) et 60 à 80 E/ MWh pour l éolien. EDF a vendu son EPR pour 114 E / MWh aux anglais. Les ENR n arrêtent pas de baisser => Le nucléaire n a plus aucun avenir.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...