Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Rédacteur en chef de European Energy Review
Auteur
Karel Beckman, journaliste, est rédacteur en chef de European Energy Review, plateforme interactive d'informations consacrée aux problèmes de la transition énergétique en Europe.

Et si on reparlait de la marée noire du Golfe du Mexique!


mardi 19 octobre 2010

L’actualité a la réputation d’être éphémère… Quelles mesures va-t-on prendre, aux Etats-Unis et dans le monde, après la marée noire du golfe du Mexique, pour réglementer l’exploitation en haute mer ? Strictes ou modérées ? Partout ou dans certaines zones ? Les pétroliers s’en préoccupent...


Le rédacteur en chef de la revue European Energy Review, a suivi la réunion annuelle des grandes compagnies pétrolières à Londres (Oil and Money Conference) . Quatre sujets de préoccupation principaux ont été évoqués : l'Irak, l'essor des gaz non-conventionnels, la montée de l'Asie, et les suites de la fuite de la plateforme de BP. Voir son article complet sur EER..

La marée noire du golfe du Mexique alimente une crainte fondamentale chez les pétroliers: le seul domaine où l'industrie pétrolière a engrangé des succès indéniables - l'exploration et la production en mer profonde - risque-t-il d'être détruit par une interférence politique, à savoir l'introduction de mesures réglementaires limitant la liberté d'exploitation.

L'importance de l'exploitation en mer pour l'industrie pétrolière ne doit pas être sous-estimée. Ivan Sandrea, responsable de la stratégie chez Statoil, a souligné que la production en mer représente déjà 5 millions de barils par jour sur une production totale de 80 millions. Andrew Gould, président exécutif de la compagnie de services pétroliers Schlumberger, a indiqué qu'en 2030, un tiers de la production pétrolière mondiale sortira de la mer. Tout ce qui va imposer une régulation de la production offshore va avoir un impact fort sur l'industrie pétrolière.

Mesures strictes ou "raisonnables"?

Alors que les enquêtes sur l'accident de la plate-forme BP se poursuivent aux Etats-Unis, personne se sait quelles en seront les retombées. Cependant, les experts de la conférence Oil & Money sont tous d'accord pour penser que la régulation va être accentuée, même s'ils ont exprimé l'espoir qu'elle ne le sera pas trop, notamment parce que l'influence du parti républicain grandit de nouveau aux Etats-Unis.

David Williams, CEO de la société de forage en mer Noble Corporation, a indiqué qu'il y a des raisons de penser que les nouvelles régulations seront «plutôt raisonnables». Cependant, il a estimé que les coûts de production pourraient croître de 20 à 25 % et que le désastre du golfe du Mexique pourrait conduire à une baisse de 12% de la production dans cette région d'ici 2020. Cela signifierait à quelque 950 million de barils en moins produits par les compagnies dans le Golfe du Mexique - et ce n'est pas, pour Williams, le pire des scénarios.

Bernard Duroc-Danner, président exécutif de la compagnie de service Weatherford International, a confirmé que la fuite du golfe du Mexique conduira à "plus de régulations, plus de charges, plus de coûts, plus de délais". Il a également prédit de forts mouvements de concentration dans la mesure où les compagnies les plus petites ne pourront pas faire face aux coûts supplémentaires, et devront céder leurs opérations aux plus gros.

Et les projets de l'Arctique?

Les conséquences possibles de la marée noire pour le forage en mer profonde ailleurs que dans le golfe du Mexique sont encore moins prévisibles. La plupart des experts n'attendent pas de grands changements au large de la Norvège et du Brésil. Mais cela ne procure pas de vrai soulagement pour les "majors" du pétrole qui n'ont de toute façon pas une grande pénétration dans ces zones (face aux compagnies nationales).

Les effets de la catastrophe sur les perspectives de l'exploitation dans l'Arctique peuvent être beaucoup plus sensibles: car les défenseurs de l'environnement qui s'opposent à des forages dans cette région sensible seront sans aucun doute poussés à augmenter le niveau de leurs protestations.
 
 
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !