Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Journaliste
Auteur
Francis Sorin, journaliste scientifique, est membre honoraire du Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sécurité Nucléaire et ancien responsable du Pôle Information de la Société Française...

Le prolongement de l'activité des centrales : où en est-on?


lundi 21 octobre 2013

L'Etat décidera la 15 novembre de la prolongation de l'exploitation des centrales nucléaires françaises. Mais ce sera à l'ASN de décider en dernier ressort.


Voir le blog de la SFEN "Energies et nucléaire"

Le projet proposé par EDF de prolonger de dix ans la durée d'amortissement de ses réacteurs nucléaires - qui passerait ainsi de 40 à 50 ans -  n'est pas encore adopté, contrairement à ce que  laissaient entendre certains médias à la mi-octobre. Ce projet viendra en discussion lors du Conseil de politique nucléaire prévu le 15 novembre. 

On saura alors, en principe, si le Gouvernement acquiesce aux arguments de l'électricien pour qui cette prolongation - qui implique ipso facto la prolongation du fonctionnement des réacteurs au-delà de la durée théorique de 40 ans - est techniquement possible et financièrement opportune.

Mais avant toute discussion sur ce projet, il faut avoir à l'esprit une considération primordiale: ce n'est ni le gouvernement ni EDF qui peuvent décider de la prolongation du fonctionnement d'un réacteur. Cette prérogative est du seul ressort de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). C'est elle seule qui peut décider, à la faveur d'examens techniques approfondis, si tel ou tel réacteur peut être admis à rester en service au-delà de sa durée de fonctionnement théorique, et à quelles conditions.

Des porolongations dans le monde entier

Cela dit, le fait même que la question de la prolongation du parc nucléaire puisse se poser prouve au moins une chose : les réacteurs nucléaires semblent devoir apparaître tout à fait aptes à fonctionner bien au-delà des limites théoriques initialement envisagées. Ce constat n'est pas simplement le fait du secteur nucléaire français. Dans la plupart des pays « nucléaires » des prolongations vers des durées de fonctionnement de 50, voire 60 ans sont parfois d'ores et déjà actées ou couramment envisagées. Aux Etats-Unis, par exemple, plus de 70 réacteurs (sur 102) ont dès à présent été autorisés par l'Autorité de sûreté (NRC) à fonctionner jusqu'à 60 ans.

Concernant la durée d'amortissement des réacteurs, corollaire de la durée de fonctionnement effective des installations, une prolongation constituerait pour l'exploitant une décision très intéressante d'un point de vue financier. Cela permettrait, grâce à l'étalement dans le temps des charges globales, de diminuer les charges annuelles et de dégager ainsi chaque année des marges non négligeables se montant à des centaines de millions d'Euros. Au-delà de l'intérêt que pourra y trouver l'Etat actionnaire (augmentation des dividendes ?) ces marges supplémentaires pourront éventuellement jouer dans le sens d'une modération de la hausse des tarifs de l'électricité et contribuer aux opérations de rénovation du parc nucléaire. Elles pourront également aider au financement de la transition énergétique puisque le nucléaire est maintenant appelé à apporter
son concours au développement des énergies renouvelables et aux programmes d'efficacité énergétique.

Grand carénage : au-delà des 50 ans ?

Avec cette prolongation de 10 ans de la durée d'amortissement des réacteurs prendra tout son sens le programme de « grand carénage » engagé par EDF sur son parc nucléaire dont la moyenne d'âge approche aujourd'hui les 30 ans.Ces travaux de maintenance lourde qui  permettront d'intégrer de nouvelles normes de sûreté décidées après l'accident de Fukushima verront la modernisation ou le remplacement des grandscomposants des réacteurs. Ils compléteront et amplifieront les opérations de « jouvence » régulièrement conduites sur tous les réacteurs au fil du temps.Cette prolongation, pour autant que l'Autorité de sûreté lui donne le feu vert, s'avérera plus économique que de construire de nouvelles centrales pour remplacer les centrales existantes.

 Les investissements requis, de l'ordre de 55 milliards d'euros, peuvent paraître lourds, mais ils constituent en fait une bonne opération. Ils permettront en effet à EDF de disposer pour 20 années supplémentaires d'un outil de production de grande envergure aux coûts de construction pratiquement amortis et capable de produire des quantités massives d'électricité à des conditions économiques particulièrement avantageuses.

A LIRE AUSSI

Réagissez à cet article
 (4) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
4 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Lupin
lundi 21 octobre 2013 17:10
La prolongation des réacteurs jusqu'à 60 ans aux Etats-Unis n'empêche pas ceux-ci de fermer avant 40 ans comme Crystal River 3 (860 MW) - Kewaunee (570 MW) - San Onofre 2 (1070 MW) - San Onofre 3 (1080 MW) soit déjà 3580 MW cette année (2013) et un autre déjà planifié pour 2014 : Vermont Yankee (610 MW) pas viable économiquement.
[2]
Commentaire par Chelya
lundi 21 octobre 2013 17:50
Effectivement comme l'indique Lupin, les Etats Unis avaient demandés aux exploitants nucléaire de les prévenir 10 à 20 ans à l'avance s'ils souhaitaient renouveler leurs licences d'exploitation pour pouvoir prévoir à long terme le renouvellement de production électrique. Ils s'aperçoivent maintenant que les promesses des exploitants nucléaires sur la durée de vie de plus de 40 ans tant séduisantes sur le papier ne sont pas vraiment au rendez vous dans la réalité tant elles supposent des investissements couteux. Il faut également ajouter que la manipulation comptable sur l'amortissement des centrales d'EDF a surtout permis de diminuer les montants à provisionner pour le démantellement de celles-ci, reportant encore plus cette charge sur la jeune génération actuelle (une dette de plus, elle a l'habitude).
[3]
Commentaire par Hervé
lundi 21 octobre 2013 19:42
Disons que le gros problème c'est le remplacement des GV. ça coute assez cher, et c'est con de le faire que pour 10 ans. L?idéal est de le faire a mi vie, soit 30ans Une fois les GV remplacés, si la cuve n'a pas été trop altérée, la limite suivante va jusque à 50/60ans. Au delà tout est mort (béton, ...) et ça n'ira pas plus loin.
[4]
Commentaire par Somarhome
dimanche 10 novembre 2013 19:00
@M. Sorin, le titre de votre article est incompréhensible: "l'Etat décidera...mais ça sera l'ASN qui décidera". Soit dit en passant vous oubliez de nous informer que bien que certains réacteurs nucléaires us soient autorisés à fonctionner 60 ans, on en ferme quand même car le cout de leur maintenance devient rédibitoire. Je fait un v?u pour que le niveau des relations de l'ASN avec l'industrie nucléaire Française ne soit pas aussi incestueux que celui de l'ASN Japonaise avec Tepco.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...