Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Journaliste

- SFEN
Auteurs
Francis Sorin, journaliste scientifique, est membre honoraire du Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sécurité Nucléaire et ancien responsable du Pôle Information de la Société Française...

Le nucléaire contre la pollution de l'air


mercredi 26 mars 2014

L'OMS vient de publier des chiffres impressionnants sur les dangers de la pollution atmosphérique. En France, sans le parc nucléaire, cela aurait été pire au mois de mars...


Par Francis Sorin, Directeur du Pôle Information de la SFEN et Boris Le Ngoc, Responsable Développement SFEN (Société Française d'Energie Nucléaire).

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) vient de publier une étude (1) qui identifie et quantifie les dommages sur la santé dus à la pollution de l'atmosphère.

Les chiffres sont spectaculaires : ils établissent que sur la seule année 2012, « plus de 7 millions de morts dans le monde sont attribuables aux effets de la pollution de l'air ». Commentant ce chiffre, le Dr Maria Neira, directrice du département de la santé publique à l'OMS ajoute que la pollution de l'air est désormais devenue « le facteur environnemental le plus important affectant la santé [...] des pays riches aussi bien que des pays pauvres »,

Plus de 3 millions de tonnes de rejets évités

Les principaux facteurs de cette pollution sont les voitures, les centrales électriques thermiques,  les installations industrielles et équipements de chauffage ainsi que les installations intérieures alimentées au bois et aux déchets végétaux. Tous ces systèmes fonctionnant aux combustibles fossiles - charbon, pétrole et gaz - et à la biomasse émettent à l'atmosphère des polluants tels que les dioxydes d'azote et de soufre, les particules fines, le monoxyde de carbone, le benzène... Les principaux détriments sanitaires provoqués par ces émissions sont les cancers du poumon et les maladies cardio-vasculaires. En France, cette pollution a un coût humain et un coût financier : on estime à environ 42 000 le nombre de décès prématurés dus chaque année à cette pollution de l'atmosphère (2). Et, selon le ministère de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, le coût sanitaire s'élève entre 20 et 30 milliards d'euros par an.

Face à ce tableau inquiétant le nucléaire s'affirme comme une protection écologique efficace. Il « fonctionne » en effet comme un véritable réducteur de pollution par rapport aux énergies fossiles. En comparaison avec une centrale à charbon de 1 000 mégawatts, une centrale nucléaire de même puissance permet d'éviter le rejet, chaque année, d'environ 30 000 tonnes de dioxyde de soufre, 15 000 tonnes de dioxyde d'azote, et 1 200 tonnes de particules fines. Si l'on prend en compte l'ensemble des centrales nucléaires du parc français, celles-ci permettent d'éviter respectivement le rejet annuel de 2 millions de tonnes, 1 million de tonnes et 80 000 tonnes.

Ces chiffres donnent la mesure de l'assainissement opéré depuis l'engagement du programme nucléaire dans les années 1970. Ils expliquent que la France soit devenue, avec la Suède, un des pays industrialisés où l'atmosphère est la moins polluée par la production d'énergie.

1,8 millions de décès évités

Combien d'affections respiratoires passagères, de maladies, de décès prématurés la réduction de cette pollution atmosphérique permet-elle d'éviter ? Une enquête, en pleine cohérence avec les évaluations de l'OMS, a été publiée sur ce thème par deux chercheurs américains dans la revue Environmental Science and Technology en juin 2013. Les auteurs de l'étude (3)  évaluent à 1,8 million le nombre de décès évités dans le monde grâce au nucléaire entre les années 1971 et 2009 - par comparaison avec les effets d'une pollution qui serait émise, à quantité égale d'électricité produite, par des centrales électrogènes aux combustibles fossiles. Sur la même période, ils calculent le nombre de décès évités en France à 290 000, soit environ 7 500 par an !

Quels que soient les modes de calcul retenus par les chercheurs - et les différentes évaluations pouvant en résulter - une conclusion apparait, qui n'est guère réfutable : en se substituant aux combustibles fossiles et à la biomasse l'énergie nucléaire s'affirme comme un atout pour garder l'atmosphère propre et réduire les impacts de la pollution de l'air sur la santé des personnes. Au moment de faire des choix de politique énergétique engageant le long terme, les décideurs ne devront pas manquer d'ajouter cette précieuse caractéristique dans la colonne « avantages » du dossier nucléaire


(1)  Communiqué de presse de l'OMS du 25 /03/ 2014
(2)  Selon l'association Santé Environnement
(3)  Pushker Kharecha et James Hansen, Goddard Institute, NASA :Prevented mortality and greenhouse gas emissions from historical and projected nuclear power




A LIRE AUSSI

Réagissez à cet article
 (21) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
21 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Monnier
mercredi 26 mars 2014 22:30
Sur la même période, les énergies renouvelables ont fait beaucoup mieux que le nucléaire puisque la production d'électricité renouvelable a toujours été plus importante que celle du nucléaire. --- Au cours des prochaines années, comme au cours des années récentes, le développement des énergies renouvelables est beaucoup plus rapide et important que celui du nucléaire. --- http://energeia.voila.net/electri/co2_ges_nucle_renouv.htm --- En 2012 par exemple, les énergies renouvelables ont produit 4.850 TWh d'électricité (dont 3.800 TWh en hydraulique) contre seulement 2.350 TWh avec le nucléaire. --- Inutile donc d'investir dans un moyen dangereux comme l'est le nucléaire, ce qui se fait au détriment des énergies renouvelables, en France plus qu'ailleurs. --- Le bavardage de "Sauvons le nucléaire" n'y changera rien.
[2]
Commentaire par Monnier
mercredi 26 mars 2014 22:33
Rectificatif : la SFEN et "Sauvons le nucléaire" (et pas le climat), c'est bonnet blanc et blanc bonnet.
[3]
Commentaire par Francis Sorin
jeudi 27 mars 2014 09:46
Nous ne sommes pas contre les énergies renouvelables, solaire et éolienne, mais il ne faut pas s'illusionner sur leurs capacités et leur contribution à la préservation de l'atmosphère. En effet, ce sont des énergies intermittentes qui ne fonctionnent, au mieux, qu'un tiers du temps. Il faut donc faire appel à d'autres énergies pour garantir une continuité de production. Ce "back-up" est assuré par du charbon ou du gaz, combustibles très polluants ! Il en résulte que les renouvelables entrainent nécessairement, même si c'est indirectement, de la pollution atmosphérique. L'exemple de l'Allemagne est à cet égard très significatif. L'éolien et le solaire y sont fortement développés mais leurs "back-up" sont assurés par du charbon et du lignite. Résultat: ce pays que l'on dépeint volontiers comme un modèle de vertu écologique est le plus pollueur de l'Union Européenne en quantité absolue et en relatif: par habitant et par an, un Allemand pollue deux fois plus (en CO2) qu'un Français. Le nucléaire, qui fonctionne dans la continuité est donc un "réducteur" de pollution atmosphérique infiniment plus efficace que les renouvelables. L'exemple français le démontre tous les jours.
[4]
Commentaire par patrig k
jeudi 27 mars 2014 10:35
@Sorin [ .........En effet, ce sont des énergies intermittentes qui ne fonctionnent, au mieux, qu'un tiers du temps.....] ... M. Sorin, seriez vous contre le progrès technologique en capacité de stockage de cette production intermittente ? D'ailleurs votre ancienne consoeur, Anne Lauvergeon, en a fait l'un de ces projets majeurs, il serait fou d'ignorer cette possibilité, d'autant que les silos et amphores ont par le passé prouvés, que la réserve est le coeur de l'évolution des sociétés et civilisation. EDF, a , à ce propos, et depuis longtemps étudié des solution ( STEP par exemple en Bretagne, pour réserver le trop de production d'une centrale qui n'a heureusement jamais vu le jour à Plogoff) .......... [ ............mais il ne faut pas s'illusionner sur leurs capacités et leur contribution à la préservation de l'atmosphère........... ] Précisez votre argument, et autre que de décrier ce ui se passe en Allemagne, et en quoi, les éoliennes seraient elles des objets à polluer l'atmosphère , dès lors que les réserves seraient enfin mises en oeuvre ? Votre technologie nucléaire, qui ne participe qu'à hauteur de - 2% au monde, va petit à petit disparaitre, le plus tot sera le mieux.
[5]
Commentaire par J.P. JOHET
jeudi 27 mars 2014 14:28
Contrairement à ce qu'a avancé AirParif, la pollution ce jour et il y a 2 semaines est due aux centrales thermiques allemandes qui fonctionnaient au maximum pour compenser le déficience des éoliennes (pas de vent à cause de l'anticyclone) et des panneaux solaires soleil voilé par la pollution et par la diffusion de la lumière par les particules fines comme en période de brouillard). Ce nuage de particules fines (autrefois appelées suie) est visble sur les cartes européennes de cette pollution.
[6]
Commentaire par Monnier
jeudi 27 mars 2014 23:19
Un peu d'honnêteté messieurs les serviteurs du nucléaire. --- Contrairement à la légende du "backup" de l'électricité renouvelable par des centrales à charbon, les énergies renouvelables viennent réduire l'utilisation du nucléaire et des énergies fossiles. --- Entre deux périodes à dix ans d'intervalle en Europe (EU-27), la proportion d'électricité renouvelable est passée de 14,5 % à 22,0 %, alors que celle des combustibles fossiles diminuait de 53,5 % à 50,0 % et celle du nucléaire de 31,5 % à 27,4 % . --- Electricité renouvelable : France - Allemagne ? Europe --- Le graphique est très instructif. --- En Allemagne, si entre 2010 et 2013 la production d'électricité à base de charbon et lignite a augmenté de 23 TWh, c'est parce que celle à base de gaz et de pétrole a diminué de 25 TWh. Du fait d'une baisse du prix mondial du charbon et d'un cours élevé du gaz en Europe. --- Entre 2010 et 2013, la production d'électricité nucléaire a diminué de 44 TWh alors que celle d'électricité renouvelable a augmenté de 42 TWh. --- La réalité est celle-ci. Les renouvelables diminuent le recours aux combustibles fossiles.
[7]
Commentaire par Berthier
vendredi 28 mars 2014 15:00
Le nucléaire est bien supérieur à l'éolien et au photovoltaïque, qui mobilisent plus de matière que le nucléaire ordinaire (40g/kWh au lieu de 30g/kWh). Les surgénérateurs (2g/kWh) Si on continue dans ce délire, l'éolien et le photovoltaïque absorberont les productions industrielles en 2040. L'éolien et le photovoltaïque ont une production électrique qui pas corrélé à la consommation électrique.
[8]
Commentaire par Hervé
vendredi 28 mars 2014 18:50
@ Mounier. Oui, la comparaison France Allemagne est effectivement très instructive. Aprés 100 milliards investi dans les ENR, un doublement du prix de l?électricité, et avoir mis en péril la situation technique et financière de leurs compagnies électriques, les Allemands émettent encore 50% de plus de CO2 par habitant, sans parler du SO2, NOX et compagnie... Le tout avec des maisons soit disant bien mieux isolées que les nôtres et sans avoir baissé significativement leur dépendance au énergies fossiles. La seule chose qu'il ont clairement réussi, c'est à fermer 8 réacteurs. Super!
[9]
Commentaire par SolarHome
samedi 29 mars 2014 12:23
Toujours le même ritournelle du lobby nuc qui fleure bon le 20° siècle: "je vous échange la Peste Charbon contre le Choléra Nucléaire". Si les dégâts du charbon se compte en effet par milliards, les dégâts du nucléaire aussi !!! (pour le moment la facture provisoire au Japon est de 100 milliards, en Biolorussie/Ukraine c'est pas bien reluisant non plus, en France les études de l'Irsn suggèrent qu'il faudrait provisionner 400 milliards pour faire face à un accident nucléaire). Les vrais solutions pour ces macabres histoires de pollutions atmosphériques et catastrophes radio-active c'est les énergies renouvelables: de nouveau en 2014 la Chine va battre un record absolu d'installation pv + éoliennes : plus de 30 GW. Dès 2017 Tesla Motors va démocratiser l'utilisation des batteries Lithium avec sa Giga-usine. C'est le couplage solaire/éolien + batteries Lithium qui va booster la voiture non polluante et l'utilisation des ENR dans les habitations et entreprises. Le Mammouth nucléaire et le Brontosaure Charbon resteront sur le bord de la route de la nouvelle révolution de l'énergie. http://reneweconomy.com.au/2013/how-solar-and-evs-will-kill-the-last-of-the-industry-dinosaurs-86893
[10]
Commentaire par Hervé
samedi 29 mars 2014 23:54
@ Solar.. Vous oubliez aussi la mise en service des nouvelle centrales au charbon en chine pendant la même période qui représente environ 10X la production de vos 30GW de PV et autres Ventilateurs. Il est clair que tant qu'on continuera comme ça, on est pas prêt de voir la pollution baisser. http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20140108trib000808372/en-depit-de-la-pollution-pekin-continue-d-investir-des-milliards-dans-le-charbon.html
[11]
Commentaire par SolarHome
lundi 31 mars 2014 10:55
@Hervé Les investissements en centrales charbons continuent en effet en Chine. Cependant il s'agit à 80% de remplacement d'anciennes technologies par des centrales qui consomment moins. L'évolution vers une stagnation de la consommation du charbon en Chine est désormais annoncée, on parle même d'un "Pic Charbon" en vue. Une étude récente montre que le charbon ne représentera plus que 35 et 45% du mix électrique Chinois en 2030. L'éolien+solaire+hydrau connaitront une croissance très supérieure à celle du charbon (le nucléaire stagnera à 6%) http://about.bnef.com/white-papers/the-future-of-chinas-power-sector/
[12]
Commentaire par Francis Sorin
lundi 31 mars 2014 16:21
La tribune en discussion porte sur le fait que le nucléaire agit comme un véritable réducteur de pollution de l'atmosphère, par comparaison avec les énergies fossiles. Or, ce constat est laissé de côté dans le débat ici - même engagé. Il est pourtant intéressant de noter (comme l'a fait l'Académie de Médecine dans son rapport de juillet 2003 sur les risques comparés des différentes énergies) que de toutes les grandes énergies, l'énergie nucléaire "est celle qui a le plus faible impact sur la santé par kilowattheure produit". Cette conclusion ne mérite-t-elle pas de retenir l'attention?
[13]
Commentaire par Hervé
lundi 31 mars 2014 18:49
@Solarhome: C'est marrant, mon lien dit exactement le contraire... +100milliards de tonnes de charbon en chine en 3013 et ça va continuer... Normal, 30GW de solaire et d?éolien, ça produit pas grand chose. @ L'auteur: Oui, toutes les études internationales sérieusement menées le montrent. Mais la réalité n?intéresse pas grand monde.
[14]
Commentaire par Tilleul
mardi 01 avril 2014 14:50
Le drame du nucléaire c'est que ça a toujours été une solution qui n'a jamais trouvé un problème à résoudre. Bon maintenant c'est la qualité de l'air c'est ça ? Alors voyons c'est quoi ce que dit l'OMS ? En gros c'est surtout un problème de pauvre, bon pas de bol le nucléaire c'est un truc de riche (y a qu'à voir les chantiers : France, Finlande, Emirats... on peut difficilement parler de tiers monde, et encore moins de réponse à des pays qui ont besoin d'électricité tout de suite et pas dans 15 ans une fois que la centrale est fini). C'est beaucoup de pollution domestique, pas de bol également, la pollution domestique c'est principalement chez les gens qui ont pas d'accès à l'énergie moderne... Difficile de répondre avec du nucléaire aux besoins de gens pas raccordé au réseau électrique ! Et enfin on a la pollution industrielle locale qui concerne beaucoup plus l'industrie que les centrales électriques et là c'est encore raté puisque le nucléaire ne fait pas de chaleur exploitable par l'industrie... Va falloir retourner à la planche à dessin...
[15]
Commentaire par Tilleul
mardi 01 avril 2014 15:20
@Hervé : bienvenue dans le monde des plans quinquennaux, la chine brûle moins de charbon mais continue à en extraire et à le stocker un peu n'importe où... Il y a une surproduction de charbon qui est une énergie en perte de vitesse. http://www.reuters.com/article/2014/03/20/energy-coal-prices-idUSL6N0MH30Y20140320
[16]
Commentaire par Hervé
mercredi 02 avril 2014 19:35
Oh, pour vous le déficit commercial, disposer d'une énergie fiable relativement bon marché et indépendante des seuls hydrocarbures n'est pas pour vous un problème à solutionner? C'est vrai que quand on voit les actions et valeurs de nos politiques actuels, ça semble recouper vos idées. Mais quand on regarde la situation du pays, on ne peut qu'avoir de sérieux doutes... Sans nucléaire on serait à au moins à 90 milliards de déficit commercial au lieu de 60... Je vous invite aussi a vous renseigner sur l'origine de la pollution des jours derniers, Garzweiler..., vous connaissez? Oui les pauvres meurent 800000 morts par an a cause du bois (OMS) Le nucléaire (20 en moyenne?)... Pouvez vous nous rappeler l'ampleur de la baisse de conso mondiale de charbon quand la chine augmente sa prod de 100 milliards de tonnes? Je doute que ce soit pour en faire un tas inutile...
[17]
Commentaire par carlino
jeudi 03 avril 2014 10:32
Ok mais ça veut pas dire qu'il ne faut pas diversifier les sources d'énergie et diminuer notre dépendance énergétique ...ceci bien entendu de façon raisonné, ce qui n'est pas tjrs le cas ! . pour cela il faut exclure les technologies aléatoires , non prédictibles , couplées avec des centrales thermiques et qui de plus, dénaturent notre environnement sur 360° !! vous voyez a quoi je pense !!! faire attention au coût aussi ....les augmentations deviennent de plus en plus insupportables en période de baisse du pouvoir d'achat . la géothermie , le solaire thermique , l'hydrolien , l'éolien flottant plus au large et moins haut , biogaz , récup de caloris ....économies d'énergie ,recherche.......... me semblent les plus adaptés pour avancer
[18]
Commentaire par BMD
lundi 07 avril 2014 14:38
@Monnier, vous trouverez sur le site de l'iea, www.iea.org les monthly electricity statistics pour l'Allemagne et en particulier un graphique montrant l'évolution des sources d'électricité pour 2011, 2012 et 2013. L'augmentation de la part des combustibles fossiles est très régulièrement croissante sur ces trois années, pour une consommation d'électricité qui n'a pas varié. Pas très sérieux Monsieur Monnier ?
[19]
Commentaire par Loisel
vendredi 11 avril 2014 11:47
Pas très sérieuses les statistiques de l'IEA. Elles ne font pas de distinction entre les combustibles fossiles et les combustibles renouvelables (biomasse). Pas de distinction non plus entre le charbon et le gaz. Alors, ce que dit Monnier est mieux documenté et plus sérieux.
[20]
Commentaire par association " sans nature pas de futur "
vendredi 12 septembre 2014 20:10
J'aimerais vous parler des installations classées , cimenteries, autorisées à incinérer des déchets industriels dangereux. En priorité, il serait souhaitable d'inciter les industriels à réduite cette production de D.I.D, ensuite, puisque l'autorisation a été donnée aux cimenteries d'incinérer ces déchets industriels dangereux, il conviendrait d'OBLIGER ceux ci à réevaluer les normes concernant les rejets de cheminées. Dans le nord Isère, VICAT est autorisé à incinérer 240 000 tonnes/an de D.I.D qui proviennent des départements en principe limitrophes, également de l'Allemagne, toujours par transports routiers bien entendu ! Jusqu'en 2012, les normes à respecter en matière de rejets de cheminées dataient de 2002 ! oui, 2002 ! L'augmentation de leucémies, myélomes, lymphomes aux alentours de cette installation classée devient inquiétante ! pas grave nous précise l'I.N.V.S que nous avons constaté : le nombre de malades divisé par la superficie de l'Isère montre un chiffre négligeable ! Pourtant, Isère Magazine de novembre 2013 précise qu'il y a 7 500 nouveaux cas de cancer qui sont déclarés chaque année en Isère ! suivant les indications du Docteur COLONNA du C.H.U de GRENOBLE. Alors, bien sur, respirer nuit gravement à la santé dans notre nord misère ! C'est pas finit ! nos élus, juges et parties dans ce projet veulent imposer une autre installation classée, un site Chimirec, tri, transit, stockage et pré-traitement de 30 000 tonnes/an de déchets industriels dangereux, doubleme

[Réponse de l'auteur]
Vous évoquez la pollution chimique, vraiment inquiétante dans bien des zones, y compris des zones très habitées. Cela vous préoccupe et vous avez raison. Mais l'opinion a plutôt tendance à se focaliser sur le nucléaire et à s'en inquiéter...alors que les dommages qu'il crée en France ne sont même pas mesurables et qu'il est un puissant facteur de dépollution atmosphérique, comme je le précise dans l'article.
[21]
Commentaire par carta
mercredi 11 mai 2016 15:33
Les usages pacifiques de l'énergie nucléaire et a fortiori ses applications militaires soulèvent toute une série de problèmes spécifiques liés aux particularités qu'elle présente et à son immense potentiel de pollution.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteurs
Francis Sorin, journaliste scientifique, est membre honoraire du Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sécurité Nucléaire et ancien responsable du Pôle Information de la Société Française...

Lire la suite

Du même auteur
Boris Le Ngoc est Responsable Développement SFEN (Société Française d'Energie Nucléaire).

Lire la suite

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...