Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Journaliste
Auteur
Francis Sorin, journaliste scientifique, est membre honoraire du Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sécurité Nucléaire et ancien responsable du Pôle Information de la Société Française...

Le contrôle des centrales nucléaires françaises va durer plusieurs années


mercredi 21 septembre 2011

La chaîne Energie a posé trois questions à Francis Sorin, porte-parole de la SFEN (Société française de l’énergie nucléaire). Membre du Haut Comite pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité nucléaire (HCTISN), il est à ce titre associé aux « évaluations complémentaires de sûreté » actuellement en cours.


La semaine dernière, l'Autorité de Sûreté nucléaire a mis en ligne sur son site des milliers de pages sur la sûreté des installations nucléaires, notamment des centrales (voir documents). De quoi s'agit-il ?
 
Il s'agit de la première phase des mesures de contrôle prises après l'accident de Fukushima, . à la demande du Premier ministre et aussi des autorités européennes. Ces procédures vont en fait durer plusieurs années, comme cela a été le cas après l'accident de Three Mile Island en 1979.

L'ASN (associé dans ce cas avec le HCTISN et bien sûr avec l'IRSN qui est le bras technique de l'Autorité) ) a demandé des rapports - des « évaluations complémentaires de sûreté » (ECS) - aux exploitants de toutes les installations nucléaires. La méthodologie a fait l'objet d'accords. Cela concerne les centrales productrices d'électricité mais aussi - c'est la décision de la France - toutes les installations qui interviennent sur le cycle nucléaire (traitement des déchets, laboratoires de recherches, services liés à la santé, etc...) . Une première étape a concerné les 80 installations les plus sensibles (dont toutes les centrales) et il a été demandé à leurs exploitants de répondre avant le 15 septembre. Ils l'ont fait, c'est ce qui est publié. Une deuxième étape consacrée aux installations moins sensibles, va être engagée. A noter que tout au long de ce processus, le HCTISN est étroitement associé aux opérations conduites. Cela à la demande du Premier Ministre. Cette implication du Haut Comité sera l'occasion d'un regard attentif et global sur cet examen de grande ampleur, sur sa complétude et sa transparence. Les Commissions Locales d'Information (CLI), en sont également parties prenantes.   
 
Que trouve-t-on dans ces évaluations ECS ?
 
Les évaluations répondent à une série de questions qui avaient fait l'objet d'un accord préalable entre les organismes de contrôle et les exploitants. Les réponses vont être examinées début novembre par l'IRSN qui va en sortir des remarques et les adresser à l'ASN. Certaines de ces remarques pourraient devenir des prescriptions.

En tant qu'exploitant, EDF a déjà apporté des propositions de mesures complémentaires, répondant aux menaces extérieures mises en évidence par l'accident de Fukushima, même si elles sont de moindre intensité en France, notamment les risques sismiques et de tsunami. Une mesure originale est la mise en place au niveau national d'une force d'action rapide nucléaire (FARN) capable de se projeter sur le site en difficulté. Il est proposé aussi des moyens supplémentaires d'alimentation en eau et des moteurs diesel supplémentaires qui résistent aux inondations et aux séismes.
 
On parle aussi d'inspections ciblées ... Que sont-elles ?

Conduites par l'ASN et l'IRSN, elles viennent en complément des évaluations complémentaires de sûreté faites par les exploitants. Ce sont des inspections comme l'ASN en fait de façon permanente mais ciblées sur des thèmes en lien avec l'accident de Fukushima. 38 inspections de plusieurs jours ont été programmées et sont réalisées par des équipes comprenant plusieurs inspecteurs. Commencées en juin, elles se termineront en octobre.
L'ASN analysera les conclusions de l'ensemble de ces inspections et des ECS d'ici la fin de l'année 2011 et fera un rapport qui sera transmis au Gouvernement.

Son rapport va aussi rejoindre ceux des autres autorités de sûreté dans l'Union européenne et être soumis à ce qu'on appelle un « peer review », c'est -à-dire un examen par des experts d'autres nationalités qui pourront faire des remarques. L'ensemble de ces rapports et des remarques sera transmis à la Commission Européenne qui donnera son avis.
 

A LIRE AUSSI

1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par patrig k
mercredi 21 septembre 2011 21:14
Les évaluations répondent à une série de questions qui avaient fait l'objet d'un accord préalable entre les organismes de contrôle et les exploitants////

on n'est jamais mieux servit entre copains , koi !

décembre, c'est que fillon nous avait promit un joli poli cadeau atomique pour noël, il ne sera pas foutu de nous en dire plus ...!

1 an de gagné , mais pour qui ?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...