Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Né en décembre 1942, ingénieur physicien de formation, Bertrand Barré est ancien conseiller scientifique d'AREVA voir son blog) Entré en 1967 au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA),...

La recommandation de l'AIEA sur le retour des populations de Fukushima


jeudi 06 février 2014

L'Agence internationale de l'énergie atomique vient d'estimer à 20 mSv/an la dose acceptable dans les territoires autour de la centrale accidentée de Fukushima. Vingt fois plus que la dose additionnelle tolérée selon les normes. Pourquoi un tel écart ?


Voir le blog de Bertrand Barre

Mon article du mois dernier
, "l'effet pervers de normes trop strictes", m'a valu pas mal de commentaires, dont certains étaient très agressifs.  C'est donc avec plaisir que j'ai pris connaissance du rapport final de la mission d'experts chargés par l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, AIEA, à la demande du gouvernement japonais, d'évaluer les actions de décontamination engagées autour du site de Fukushima Daiichi.

L'AIEA y recommande notamment d'autoriser le retour des populations dans les zones où la dose additionnelle de radioactivité est aujourd'hui égale ou inférieure à 20 millisieverts par an.  Je cite la recommandation :" En situation post-accidentelle, une dose individuelle comprise entre 1 et 20 mSv/an est tout-à-fait acceptable, et conforme aux recommandations internationales (AIEA, OMS, CIRP et UNSCEAR)."

Les experts ajoutent que cette dose de 20 mSv/an est très inférieure au niveau de la radioactivité naturelle dans plusieurs endroits du monde. La recommandation de l'AIEA ajoute encore : "Il faut renforcer les efforts pour convaincre le public qu'une dose additionnelle de 1 mSv/an, objectif à long terme, ne pourra pas être atteinte rapidement par simple décontamination ».

Pour comprendre ce débat sur les normes, il faut revenir sur certaines données de base.

La dose subie par un tissu vivant ou un matériau quand il absorbe une particule ou un rayonnement électromagnétique s'exprime en Gray, c'est à dire en Joule par kg.  Mais la même dose absorbée n'occasionnera pas les mêmes dommages au bout des doigts ou dans les organes sexuels, et à même dose, les rayonnements qui perdent leur énergie sur une faible distance créent plus de dégâts.

C'est pour tenir compte de cette différence d'effet biologique suivant l'organe affecté et le rayonnement en cause, que l'on a créé l'unité de dose équivalente, le Sievert, plutôt utilisé par son sous-multiple millisievert, mSv.  Le Sievert est un Gray modifié par les coefficients adéquats pour quantifier l'effet des radiations sur la santé.  

Notons encore que la « radioactivité artificielle » et la même que la « radioactivité naturelle » émise notamment par les sols granitiques. Un millisievert d'exposition au granit breton est donc strictement équivalent à un millisievert d'exposition à un sol de Fukushima contaminé en césium radioactif (mais cette dose y sera atteinte plus vite).

Venons-en aux normes : aujourd'hui, universellement, l'ensemble des activités liées aux usages de la radioactivité n'est pas autorisé à ajouter à la dose d'irradiation naturelle du grand public une dose de plus de 1 millisievert (mSv) par an.  Si l'on appliquait à l'irradiation naturelle les normes en vigueur pour l'irradiation d'origine artificielle, il faudrait évacuer d'urgence la Corse, le Limousin, la Vendée et la Bretagne, etc.

Pourquoi une norme aussi basse ?  Pour contraindre l'industrie nucléaire à l'excellence : "Puisque vous êtes capables de limiter vos rejets au point de ne pas dépasser 1 mSv/an, on limite votre autorisation à ce niveau très bas, sans rapport avec le risque sanitaire réel".  Il faut en effet savoir qu'on n'a jamais détecté d'effet mesurable sur la santé d'une dose instantanée d'irradiation inférieure à 100 millisieverts.  Mais le public, du coup, est persuadé qu'une dose ajoutée de plus d'1 mSv/an est dangereuse pour la santé (même si ça ne l'empêche pas d'aller faire du ski en altitude ou de passer le mois d'août sur une plage bretonne, ni de prendre l'avion de temps en temps).

Cet effet pervers peut devenir catastrophique quand ces normes trop strictes entraînent des évacuations excessives de population ou empêchent leur retour dans leurs foyers.  Très vite, les effets sanitaires de l'évacuation se révèlent bien pires que ceux qu'auraient causés le maintien dans une zone faiblement contaminée (Bien sûr, l'évacuation des zones fortement contaminées était et reste nécessaire !).  

Espérons que cette recommandation de l'AIEA permettra de hâter le retour dans les zones peu contaminées. Voici quel était l'état des zones en mai 2013.


Réagissez à cet article
 (31) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
31 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Chelya
jeudi 06 février 2014 17:01
Le rapport est ici : http://www.iaea.org/newscenter/focus/fukushima/final_report230114.pdf Ce qu'oublie de dire l'auteur c'est que le rapport considère acceptable dans le cadre de la stratégie de décontamination des japonais... C'est à dire au pris d'énormes efforts et contraintes de contrôle pour les personnes dans la zone...
[2]
Commentaire par SunnyBoy
samedi 08 février 2014 14:20
M. Barré ferait bien mettre toute son énergie et son intelligence au service d'un vrai plan de gestion des crises nucléaires...en France ! Car aux dernières nouvelles, en cas d'accident grave aura droit un véritable état de guerre avec une prise de pouvoir par des généraux qui n'auront que faire de la santé des populations contaminées, leur devise étant "Faire vivre et laisser mourir" pour citer Michel Foucault. Explications détaillées dans cet excellent article de Médiapart: http://blogs.mediapart.fr/blog/guillaume-blavette/070214/plan-national-de-reponse-accident-nucleaire-une-reponse-inadaptee-et-autoritaire
[3]
Commentaire par Kp
samedi 08 février 2014 19:27
L'AIEA y recommande notamment , l'AIEA va tantôt établir son siège social, ses bureaux, toilettes et restaurant, avec tous les fonctionnaires de cette agence sur le site même de la centrale à peine bousculer, avec l'obligation de se baigner avec l'eau à peine contamine. Y parait mm que le rédacteur de cet article super "intelligent", dénué de conflit d'interet, un écrivain si savant, qu'il passera les prochaines journées d'été à se prélasser sur les plages de Fukushima. En réalité, c'est un monsieur vachement sympa .... un cierge à Lourde est si peu de chose, pour le monsieur
[4]
Commentaire par papijo
samedi 08 février 2014 21:43
@SunnyBoy - Ma foi, si en cas d'accident, on doit compter sur l'expertise de Greenpeace, du WWF et autres CRIIRAD comme le suggère l'article de Mediapart que vous citez, et, pourquoi pas, le tout piloté par un ministre de l'environnement "Vert", je crois qu'on est très mal partis ! Il suffit pour s'en convaincre de se souvenir comment ces "experts", pendant la crise de Fukushima, hurlaient pour qu'on évacue Tokyo, tout le Japon, et même toutes les cotes du Pacifique ! Pour ma part, je pense que les décisions à prendre doivent l'être par des professionnels, et que dans une situation de crise, il est important d'avoir une organisation "structurée". Ce n'est pas par hasard que les pompiers ont une organisation "de type militaire" !
[5]
Commentaire par SunnyBoy
dimanche 09 février 2014 00:01
Papijo porte bien son nom, un peu has-been (retraité?)...comme le logiciel qui tourne encore dans la têtes de nos Nucléaocrates. Vachement rassurant en cas d'accident. L'article de Mediapart explique que, encore plus inquiétant qu'un commandement "autoritaire" en cas d'accident, l'objectif du plan de crise sera un "retour aux activités normales le plus rapidement possible" donc le sort et le prix payé par les pov'pigeons de citoyens qui seront irradiés c'est secondaire..ben voyons ! Médiapart dévoile aussi les scandaleuses exemptions d'assurance qui permettent à l'industrie nucléaire de se contrefoutre des conséquences d'un accident nucléaire. On comprend mieux pourquoi nos Présidents-VRP n'ont aucunes scrupules à fourguer du nucléaire aux grandes démocraties Libyennes ou Turques...bienvenue en Atom'Cratie !
[6]
Commentaire par un physicien
lundi 10 février 2014 09:11
Des écolos pour gérer une crise ? Rappelez vous qu'au moment de Fukushima, Mme Duflot nous expliquait que nous ne risquions rien en France parce que le Japon se trouvait dans l'hémisphère sud !
[7]
Commentaire par papijo
lundi 10 février 2014 19:38
@SunnyBoy - Sans blague, comment un "écolo" a pu deviner (tout seul ?) que j'avais l'âge d'être retraité ! Ils sont plus forts que je ne le pensais ! Ceci étant dit, et pour ne pas en revenir aux sarcasmes inutiles, expliquez nous comment il faut déterminer la dose de rayonnement qui d'après vous serait acceptable pour les populations touchées par un relâchement de radioactivité "artificielle" ? et tant que nous y sommes, qu'elles sources d'énergies pouvez vous nous citer qui auraient fait moins de victimes au kWh produit que le nucléaire (Hiroshima et Nagasaki ne comptent pas, bien sûr !)?
[8]
Commentaire par pk
mardi 11 février 2014 13:57
papijo écrit [ pouvez vous nous citer qui auraient fait moins de victimes au kWh produit que le nucléaire (Hiroshima et Nagasaki ne comptent pas, bien sûr !)? ]...................... Étant que proportionnellement, le nucléaire ne participe qu'a hauteur de 2.5% des besoins en énergie primaire mondiale, pouvez vous nous calculer le nombre de victimes si d'aventure ce modèle pouvait ainsi produire environ 40% (ce qui est impossible fort heureusement) , en partant sur la base de 900 000 victimes liées au drame de Tchernobyl (non admis par l'OMS car commandé par l'AIEA - accord secret de réserve)... Étant que dans ce problème posé de second degré, la remontée dans le temps n'est pas admise. Et pourtant, sans charbon, ni pétrole, votre industrie n'aurait jamais vu le jour. Nous ne déterminerons pas dans ce cas, ce pour vous faciliter la tache qu'il vous est impossible d'imaginer un autre chemin, des futurs cancers qui sont en gestation ( l'amiante en est le schéma précurseur - c'est pas moi, c'est l'autre) , et qui pourtant ne manqueront pas d?être réels... /// ....................Vas y papy, fait nous la bonne équation, ...

[Réponse de l'auteur]
Les bombes d'Hiroshima et Nagasaki ont été fabriquées et lancées des années avant que ne soit produit le premier kWh nucléaire : il ne faut pas tout mélanger ! Par ailleurs, l'électricité nucléaire produit non pas 2,5% mais un peu plus de 5% de l'énergie primaire mondiale. Ce n'est pas énorme mais c'est 5 fois plus que l'éolien+le photovoltaïque+la géothermie+l'électricité d'origine marine... Quant aux supposées 900 000 victimes de Tchernobyl, c'est de la fantaisie pure.
[9]
Commentaire par pk
mardi 11 février 2014 15:27
@ à l'auteur : Hiroshima et Nagasaki, je n'ai rien écrit de tel qui puisse vous autorisez à me confondre à ce sujet. Chiffre de l?AIEA 2010 : Charbon+lignite 27,3% , Pétrole 32,4, Gaz naturel 21,4, Nucléaire 5,7, Hydroélectricité 2,3, Biomasse+déchets 10,0, ? Rendement des centrales thermiques, fuel et charbon environ 35% .. Centrales nucléaires 30% .. C'est-à-dire que mon propos aurait du mettre en évidence, que pour 5,7% d?énergie primaire issue des centrales nucléaires, seulement 1/3 est en « efficacité » de rendement. Autrement dit, la part du nucléaire réelle en disponibilité pour le consommateur serait dès lors 1.9% des besoins mondiaux , une broutille mais suffisamment embarrassante pour les stockages des déchets ultimes ? [ que l'éolien+le photovoltaïque+la géothermie+l'électricité d'origine marine..... ] ...................Pour sur, quand ces filières sont délaissées par les politiques qui n'y comprennent rien, sauf à écouter les sortilèges des think tank nucléocrates, à leur prédire des réserves de plutonium pour fournir ASTRID , et de l'électricité pour des millénaires. .... Votre propos est du même ordre d'idée, que d'affirmer que le chemin fer était moins efficace que la carriole à cheval, qui ne nécessitait pas de rails de chemin de fer, surtout quand ils n'étaient pas encore mis en place. Les trous dans le gruyère ne déterminent pas le poids du gruyère ! . ... Votre négationnisme au sujet des victimes de Tchernobyl, ne m'étonne pas ... Inutile de me
[10]
Commentaire par SunnyBoy
mardi 11 février 2014 20:48
Les Nucléocrates sont des filous ! Toujours la même rengaine archi-éculée du faible nombre de mort / kWh pour "vendre" le nucléaire aux braves moutons qui les financent. Fastoche quand on est un Technocrate dans un pays qui a fait sienne la devise "responsable mais jamais coupable" (souvenez vous le scandale du sang contaminé...). L'estimation provisoire des dégâts à Fukushima se monte à 100 milliards pour "seulement" 2 morts, aucune industrie polluante n'a jamais atteint un tel ratio. Y'a vraiment plus que les X et les Enarques pour croire que le jeux en vaut encore la chandelle ! On comprend mieux pourquoi l'Irsn a caché pendant longtemps ses (nombreuses) études sur les accidents, avec des estimations comprises entre 400 et 5 000 milliards d'Euros pour les dommages.

[Réponse de l'auteur]
Le faible nombre de morts par kWh est peut-être une rengaine, mais cela ne l'empêche pas d'être une réalité avérée.
[11]
Commentaire par SunnyBoy
mardi 11 février 2014 21:35
Je l'ai déjà dit : nos nucléocrates sont des filous. Quand M. Barré met en avant la part de l'énergie primaire représentée par le nucléaire, plutôt que de la part de l'énergie finale, ça lui permet de doubler la part de marché du nucléaire (5%). Mais pour les usagers, entreprises comme individus seule l'énergie finale compte. Avec les renouvelables, comme la biomasse et le solaire, la valeur de l'énergie primaire est proche de l'énergie finale car produite et consommée quasiment sur place (par contre c'est pas demain la veille qu'on verra des réacteurs nucléaires en plein Paris ou Marseille). Arrêtons la politique de l'autruche et regardons un peu l'avenir: la très peu écolo AIE (ne pas confondre avec la très radioactive AIEA !) et des experts Anglais viennent d'annoncer que pour rester en dessous de 2°C et décarbonner l'économie mondiale, le parc solaire mondial devra être de 10 000 GW de solaire en 2050 ( autant en éolien, autant en biomasse). Cet objectif passe par environ 600 GW de solaire dès 2020, est ce réaliste ? Réponse: oui, c'est cohérent avec les estimatifs de tous les experts pour les 5 ans à venir, fin 2014 on sera déjà à 180 GW http://www.theguardian.com/environment/2014/jan/29/uk-10-million-homes-solar-panels-2020

[Réponse de l'auteur]
Aucune filouterie : Je vous rappelle que c'est vous-même qui avez choisi de citer les chiffres en énergie primaire... Aujourd'hui, l'électricité éolienne et solaire est bien loin d'être consommée sur place. Pour ces deux sources d'énergie, les chiffres de puissance installée sont impressionnants, mais les chiffres de production effective, rarement cités, le sont moins.
[12]
Commentaire par papijo
mercredi 12 février 2014 11:07
@SunnyBoy - Vous devriez vous informer un peu plus si vous ne voulez pas qu'on se moque de vous ! Concernant la biomasse par exemple, quand on parle de ressources locales, pour la centrale de Gardanne (http://www.actu-environnement.com/ae/news/centrale-biomasse-gardanne-approvisionnement-local-disponnibilite-18595.php4, cela signifie dans un rayon de 400 km ! (et même très vraisemblablement, il y aura recours à l'importation), tout cela pour une centrale de 150 MW seulement (50 éoliennes de 3 MW, mais tournant 24 h/24 à pleine puissance). Quant au solaire, vous n'avez pas remarqué qu'il ne donne pas grand chose en hiver et absolument rien la nuit ! Regardez par exemple ici l'exemple allemand: http://www.welt.de/wirtschaft/energie/article123276180/Flaute-und-Wolken-stoppen-Oekostrom-Produktion.html.
[13]
Commentaire par pk
mercredi 12 février 2014 11:25
Des filous, et des tricheurs irresponsables, l'IRSN a vu son budget dimuné de 10%, pour trop d'insistance à ce que les gainage des barres de combustibles reste dans des tolérances acceptables. Il y a aussi , le cas des recombineurs d'hydrogène, dont le CEA EDF garantissent l'efficacité, ce que contredit l'IRSN , une solution sparadrap qui n'empèche pas la dilution de ce gaz explosif, mm en fonctionnement dit normal ... Extrait d'un article de Corinne Lepage ..............[ Enfin, le problème le plus sérieux concerne l'usure des matériaux. Selon Médiapart, un problème de corrosion concernerait des gaines de combustibles dans 25 des 58 réacteurs nucléaires, soit 13 tranches de 1 300 mégawatts (MW) parmi les plus puissantes, et 12 de 900 MW parmi les plus anciennes. À partir d'une série de documents internes vérifiés, il existerait un problème de corrosion sur le gainage en Zircaloy, un alliage métallique à base de zirconium. La question n'est pas nouvelle puisque l'IRSN avait déjà estimé que les épaisseurs maximales de corrosion étaient sous-évaluées par EDF. En 2011, elles atteignaient 115 microns, soit 0,115 millimètre alors que l'ASN estime que le risque de rupture existe dès 0,08 millimètre (80 microns) de corrosion. ..... ] ça ment, ça se goinfre, et sont incapables de discernement , l'entre soi est la règle !
[14]
Commentaire par papijo
mercredi 12 février 2014 13:40
@pk - Les gaines de zircaloy ne sont pas une barrière de sécurité fiable, tout le monde le sait, et c'est pour cela que des systèmes de décontamination de l'eau du circuit primaire ont été mis en place dès la construction et fonctionnent depuis la mise en service. Ce n'est donc pas un problème de sécurité. Pour ce qui concerne les recombineurs d'hydrogène, je n'ai jamais lu que l'IRSN mettait en cause leur efficacité, mais nous n'avons certainement pas les mêmes lectures !
[15]
Commentaire par Pk
mercredi 12 février 2014 17:44
@ Papijo : Les recombineurs d'hydrogène, seraient le bon point pour les centrales hexagonales, selon L?UE et le Figaro (1er octobre 2012) qui s?en félicite. Extrait : [...//...Un bon point pour les centrales hexagonales: toutes sont équipées de recombineurs d'hydrogène, un dispositif qui aurait, selon les experts du Commissariat à l'énergie atomique notamment, évité les explosions d'hydrogène à Fukushima si les réacteurs japonais en avaient été pourvus. Ces équipements manquent aux réacteurs espagnols et britanniques, pointe le rapport européen...//...]. Ce u'écrit l'IRSN à ce sujet ... Extrait du document IRSN : [...//...Ainsi, malgré les performances des recombineurs, les études réalisées, notamment dans le cadre des études probabilistes de sûreté de niveau 2 (EPS2), montrent que la formation d?un mélange hydrogène oxygène susceptible de conduire à des phénomènes d?accélération locale de flamme ne peut pas être exclue en tout point de l?enceinte de confinement et à tout instant et quel que soit le scénario accidentel de fusion du coeur considéré. La suite et document IRSN ici : http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/011012/re-combine-nucleaire-l-hydrogene-oublie-par-l-ue-et-le-figaro
[16]
Commentaire par pk
mercredi 12 février 2014 17:51
Re @ papijo : .... Vous écrivez [ .... Les gaines de zircaloy ne sont pas une barrière de sécurité fiable, tout le monde le sait, .... ] Expliquez nous pour quelle raison, 25 réacteurs en sont pourvus, et pour quelle raison il y a des débats très houleux entre EDF et l'ASN .... Il suffit de ceux là, pou nous prendre pour des girouettes, n'en abusez pas, très cher papijo ... Dernier point : BURE recalé par la CNDP , risque d'incendie et calandrer express, la CNDP revendique, meme si le mot n'est pas dit, qu'une phase entre la Labo (actuel) et le confinement définitif soit testée en prototype industriel en essai à grandeur nature et conditions réelles ... L'ANDRA pensait faire comme par le passé, la voilà mise au pied du mur... A moins que les politiques fassent entourloupes législatives, ce qui ne serait pas une surprise, c'est pour cela qu'ils sont là .... Vos potes en quelque sorte .... Ceux des 2000Md? de dette ....
[17]
Commentaire par Hervé
mercredi 12 février 2014 19:43
Recombineur d'hydrogène: Pour rappel @PK, à three mile island, il n'y en avait pas, ça a pété par deux fois dans l'enceinte sans issue catastrophique (ça a été juste il est vrai). Three mile island, c'est trés proche de la conception de nos cocottes, mais pas du tout des BWR. Le recombineur emmène une sécurité en plus, même si son efficacitée peut parfois être amoindrie localement sous certaines conditions. A fukushima, la centrale n'était pas du tout conçue pareil, et les recombineurs n'étaient a priori pas utiles. Sauf que au final, avec du recul, ils l'auraient peut être été quand même.
[18]
Commentaire par Hervé
mercredi 12 février 2014 19:50
Gaines au zircaloy. @PK S'il y a que 25 réacteur qui en ont, les autres ils ont quoi? De mémoire sur les installations récentes il n'y a que PX et SPX qui n'utilisaient pas ce matériau.

[Réponse de l'auteur]
Le combustible des autres réacteurs est équipé de gaines en M5, alliage de zirconium plus moderne et qui résiste beaucoup mieux à la corrosion que le zircaloy 4.
[19]
Commentaire par pk
mercredi 12 février 2014 20:34
@Hervé .... Je n'affirme rien, je reproduis les extraits des rapports IRSN et relate des discutions sur l'usure de ces gainages des barres, en clair un conflit ASN /EDF ou il y a des millions d'euros en jeu, des arrets techniques et des couts en sus ! Oui c'est la réalité, vous l'avouez presque [ ..... Sauf que au final, avec du recul, ils l'auraient peut être été quand même. .... ] p'tre ben que oui, p'tre ben que non .... Vous en conviendrez que pour une technologie qui prétend maitriser son sujet, le flou est glaçant .. C'est ce qui explique aussi, pourquoi la Cour Des Comptes, a enterré un rapport sur AREVA ( Cf article de Laurent Mauduit de Médiapart http://www.mediapart.fr/journal/france/110214/ces-secrets-que-la-cour-des-comptes-ne-veut-pas-reveler
[20]
Commentaire par papijo
mercredi 12 février 2014 21:03
Zircaloy: Les gaines en Zircaloy servent avant tout à maintenir les pastilles de combustible en place (comme l'emballage d'un kg de sucre maintient en place les morceaux de sucre. Si quelques grains de sucre s'échappent, on n'aime pas, mais ce n'est pas une catastrophe !). Pour moi, toutes les centrales type EPR ont eu des gaines en Zircaloy à l'origine, et à moins que de nouveaux alliages aient été mis au point, les nouveaux rechargements sont également réalisés avec. Concernant Phénix et Superphénix, j'aurais parié aussi sur le zircaloy, mais ma mémoire a aussi des défauts ! Concernant BURE, la décision de faire (trainer) ou ne pas faire (trainer) est avant tout politique et n'a rien à voir avec la sûreté. Evidemment, comme personne ne veut à côté de chez lui une centrale au charbon, une éolienne, une ligne TGV ... et encore moins une installation nucléaire (même dans les hôpitaux, les installations nucléaires sont planquées au sous-sol pour n'effaroucher personne, même s'il est impossible d'y aménager des issues de secours convenables en cas d'incendie par exemple), le projet a du mal à obtenir le consentement des riverains, et donc, c'est aux politiques de prendre la décision.
[21]
Commentaire par papijo
mercredi 12 février 2014 21:05
Bon concernant le Zircaloy, l'auteur est certainement beaucoup plus à jour que moi ! Merci à lui !
[22]
Commentaire par pk
jeudi 13 février 2014 08:08
@ papijo vous écrivez à propos des locaux médecine nucléaire ceci [ .... d'y aménager des issues de secours convenables en cas d'incendie par exemple ... ] C'est du grand n'importe quoi , j'ai personnellement participé à la construction d'un CHR de taille importante, ou toutes ces contraintes sont parfaitement maitrisées, avec essai fumigène en présence de la commission de sécurité. Par contre, c'est plutôt le manque de formation et du respect des protocoles qui posent problème. Extrait d'un rapport ASN Ouest ..............[ la contamination à l'iode d'une infirmière du CHU de Brest, en raison d'un appareil de radiothérapie défectueux. Cet événement a été classé au niveau 1 de l'échelle de gravité, qui va de 0 à 7]. Un incident de niveau 1 .... http://blogs.mediapart.fr/blog/patrig-k/260613/balade-radioactive-en-bretagne ...
[23]
Commentaire par Hervé
jeudi 13 février 2014 13:16
@papijo: Il me semble de mémoire que dans SPX, les gaines étaient en acier inoxydable. @ L'auteur: Ok, mais le Zircaloy4 est lui aussi un alliage de zirconium. On est dans la continuité. Merci de l'info, c'est peut être la cause du souhait d'EDF d'en réduire l'épaisseur si ce qu'écrit PK est juste... @PK Je veux bien croire qu'il y ait des casseroles dans la gestion d'AREVA dont certaines affaires n'étaient pas forcément glorieuses, mais l'origine du souci est dans le management, qui lui même a été mis en place par le politique... Si on remue la merde, ça pourrait en éclabousser certains, (qui en plus sont aux commandes actuellement) d?où la discrétion sur ce sujet.

[Réponse de l'auteur]
Effectivement les gaines de Rapsodie, Phénix et Superphénix étaient en inox car avec des neutrons rapides les captures dans l'acier sont négligeables. Ce n'est pas le cas avec les neutrons thermiques, d'où le choix des alliages de zirconium dans les réacteurs à eau ordinaire, zircaloy4 naguère et M5 désormais.
[24]
Commentaire par pk
jeudi 13 février 2014 13:47
@ Hervé, C'et bien la première fois que je constate votre constat ( doublon volontaire). Effectivement, la machinerie nucléaire est conduite par des hommes ( ou femmes d'ailleurs), et que ce facteur st primordial quand on utilise ces engins, ou justement l'erreur n'est pas admise , ni le demi jugement. Or, il est connu depuis des millénaires, que l'homme est faillible et manipulable, ce que n'hésite pas de faire ce lobby bien trop puissant, à l'inverse de ce que l'on nous vend de la démocratie. Je dirai même, qu'à l'adolescence de nos modèle d'organisation, ces procédés, c'est pire que de la dynamite dans les mains de juvéniles. Ce qu'il y a de plus choquant concernant ces gainage , je le répète remis en cause par l'ASN, notamment sur les tolérances d'usure, et des modèle qui s'appuient sur les recherches de l'IRSN, avec des risques de surchauffes et le refus d'EDF de se plier aux gendarmes du nucléaire, et simultanément , le groupe qui annonce 3.6 Md? (euros) de bénéfice en 2013, une progression de 7.5% environ ... Ou est donc le bilan analytique, les réserves et provisions pour le démantèlement , et sachant que le site de reception provisoir des déchets est encore en stand by ... ! Beaucoup d'improvisation, pour une industrie qu'on nous dit de précisions atomiques !
[25]
Commentaire par Hervé
samedi 15 février 2014 00:46
Vous y allez un peu fort PK. L'age de la dynamite dans des mains juveniles, c'étais la grande époque des premiers essais nucléaires. ça pétait de partout et allait bon train. Depuis, les gens du métiers se sont quand même pas mal améliorés. Concernant l'IRSN, c'est des gens sérieux, qui font respecter les normes. Mais il arrive souvent que les exigences des normes soient exagérées / inadaptées / mal interprétées. De toute façon, en cas de rupture de gaines, ceux qui vont payer c'est EDF, car ça va alourdir les frais de la décontamination du circuit primaire. Ils ont tout intérêt a ce que ça tienne. Si vous voulez savoir ou passe le pognon mis de coté pour la démantèlement, je vous suggére de regarder du coté des renouvelables...
[26]
Commentaire par patrig k
dimanche 16 février 2014 12:10
@HERVE ...Aveugle et imbu de sa science. [ .... Depuis, les gens du métiers se sont quand même pas mal améliorés. ... ] Extrait ............ Le ton est monté, début décembre, entre l?exploitant et son contrôleur. « Compte tenu des difficultés (rencontrées) jusqu?à présent pour identifier et traiter les causes des refus récurrents de fermetures observés depuis quatre ans », Thomas Houdré, directeur du contrôle des centrales nucléaires à l?ASN, a exigé qu?EDF fournisse dans les deux mois plusieurs réponses : un plan d?action pour identifier les causes des défaillances, des mesures compensatoires pour limiter l?impact en cas d?incident ou d?accident. Et aussi que le groupe engage « dès à présent » la recherche de matériel de remplacement. Avec une semaine de retard, la réponse d?EDF est finalement arrivée le 12 février au soir, alors que Mediapart enquêtait sur le sujet. ] .... [ Ces échanges entre EDF et ses contrôleurs interviennent alors que Pierre-Franck Chevet, le nouveau président de l?ASN, s?inquiète ouvertement de l?incapacité d?EDF à conduire correctement les opérations de maintenance dans ses installations nucléaires. L?électricien est « débordé », s?est inquiété Chevet, lors d'une audition devant la commission d'enquête parlementaire sur la filière nucléaire (voir ici la vidéo) : « En cinq ans, le volume des travaux réalisés pendant les arrêts de tranche a été plus que doublé ! », a noté le président de l?ASN. « On constate, et EDF aussi, qu'entre la prévision de p
[27]
Commentaire par patrig k
dimanche 16 février 2014 12:13
@ l'HV ...........La suite des inquiétudes justifiées de l'ASN ... « En cinq ans, le volume des travaux réalisés pendant les arrêts de tranche a été plus que doublé ! », a noté le président de l?ASN. « On constate, et EDF aussi, qu'entre la prévision de planning initial d'EDF et celui effectivement réalisé, il y a un écart de plus de 50 % » en termes de délai. « Il y a donc un problème d'organisation des travaux », qui met en cause la qualité de la réalisation, avec un risque potentiel pour la sûreté des installations, a-t-il résumé. ] .... Vos propos c'est de la foutaise de stal , EDF annonce 3.6 milliards de bénéfice en 2013 ... Une sous traitante mal traitée et disqualifiées, l'externalisation réalisé par Gadonneix ... sont les causes, et non les ENR ... Qui ne sont financées que depuis peu, or la loi impose à EDF de provisionné depuis des années ... Votre idéologie est fanée, corrompue et en fin de vie .. Seule l'ignorance et connivence des politiques expliquent cette fuite en avant, la faillite guète ! http://www.mediapart.fr/journal/france/150214/nucleaire-un-tiers-du-parc-connait-des-defaillances-de-surete
[28]
Commentaire par Hervé
lundi 17 février 2014 00:50
@PK Ramené au CA, le résultat d'EDF n'est pas exceptionnel..ça m'amuse, pour certains on dirait que c'est pas normal qu'une boite ne soit pas en faillite. Les ENR devraient normalement être financées par la CSPE et par conséquent une hausse significative du prix de vente. Mais comme l'état n'a pas les couilles de la voter (car ça révélerait le coût exorbitant des subventions aux ENR en rapport avec le résultat), c'est EDF qui avancent le pognon (déja 5 milliards et ça creuse d'année en année). Et notamment ils y consacrent les fonds mis de coté pour les frais de fin de vie du nuke. Un "placement" si on veut... Concernant vos "cris d'orfraie" sur l'épaisseur des gaines, perso, ça m'impressionne pas du tout. Il m'arrive régulièrement de me fritter avec les organismes de certif, ils sont rigides comme du verre, ça fait partie du métier, c'est pas moi que vous allez impressionner avec ce type d'arguments,... Ils finiront par se mettre d'accord. Concernant les propos de médiapart, j'ai lu le rapport de l'IRSN, la effectivement, la situation commence a avoir trop durée. Ils manquent un peu d'efficacité pour corriger ce petit défaut.
[29]
Commentaire par patrig k
lundi 17 février 2014 14:14
@ Hervé [ c'est pas normal qu'une boite ne soit pas en faillite ] ... Ce qui n'est pas normal, c'est que déformé tous propos, assez idiotement d'ailleurs. Trop gros pour disparaitre, de mm que pour les banques, ce monstre qu'EDF , est sur le mm cursus... Vous oubliez 'y introduire dans votre comptabilité, les provisions, la dette de 40 milliards , les 60 milliards de carénage, la part des 35 milliards de Cigéo, etc etc ... A titre indicatif , un CA de 75 milliards, pour une dette de 40 milliards d'euros, plus de 50% ! La compta, a ça de particulier, on en fait ce que l'on veut . A ce sujet le rapport de la CDC 2004/05 (publication) EDF déclarait environ 24 milliards de provisions, 5 ans plus tard il n'y en avait plus que 13 ! .... [ ... ça m'impressionne pas du tout ... ] Il n'est pas question d'impressionner qui que ce soi, mais de respecter des règles ! Est ce à dire que pour le code de la route, vous en faites autant .... Vous etes un drole d'oiseau, qui surpasser les organismes normatifs, et qui se fritte avec quand la règle ne lui convient pas ! Bonjour les dégats, le jour ou les responsables seront devant les tribunaux pour expliquer, que les règles, nous les atomistes, on s'en tape ...
[30]
Commentaire par Hervé
mardi 18 février 2014 19:19
C'est vrai PK, à 0.49 gr d'alcool par litre de sang, vous êtes un honnête citoyen, et à 0.5 vous êtes un dangereux criminel. La différence entre les deux??? Vous venez de parfaitement illustrer le problème...
[31]
Commentaire par SolarHome
jeudi 29 mai 2014 18:16
Selon le directeur de l'IRSN le cout de la catastrophe de Fukushima pourrait atteindre...1000 milliards !!! Ecouter à partir de 37 min 52 s: http://videos.assemblee-nationale.fr/video.5308.couts-de-la-filiere-nucleaire--auditions-diverses-suite-de-l-apres-midi-16h-17h-10-avril-2014
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !