Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Journaliste
Auteur
Francis Sorin, journaliste scientifique, est membre honoraire du Haut Comité pour la Transparence et l'Information sur la Sécurité Nucléaire et ancien responsable du Pôle Information de la Société Française...

Déchets nucléaires : quand l'internet remplace les réunions...


mardi 17 décembre 2013

Des militants anti-nucléaires ont saboté les réunions publiques sur le projet CIGEO d'enfouissement profond des déchets nucléaires. Mais le débat a eu lieu, sur internet notamment.


Par Francis Sorin, directeur du Pôle Information de la SFEN (www.sfen.org)


Face à l'opposition virulente de quelques  groupes  militants, les  réunions publiques  prévues dans le cadre du débat officiel sur le projet  Cigéo ( le Centre industriel de stockage de déchets radioactifs préparé par l'ANDRA) ont dû être annulées.

 Pour surmonter cette obstruction,  le débat, qui s'est achevé le 15 décembre, a mis en œuvre, à l'initiative de la CPDP (1), beaucoup d'autres moyens d'information et de confrontation. Ceux-ci  se sont révélés assez performants  pour favoriser plus que convenablement l'implication citoyenne.  La démocratie y a-t-elle gagné au change ? A voir. En tout cas on peut dire qu'elle n'y  a pas perdu !

70.000 visites sur le site internet

La CPDP a joué  à fond la carte d'internet, mettant en place un site interactif censé favoriser les échanges. Le bilan rendu public au 10 décembre fait état de plus de 70 000 visites du site et de plus de 1000 messages déposés, exprimant des avis ou des questions !  Neuf débats  entre représentants de l'ANDRA et opposants à Cigéo  ont été relayés sur la page d'accueil, générant 7600 connexions. L'objectif était de répondre en temps réel de manière pluraliste et contradictoire  aux questions posées par le public.

Par ailleurs la CPDP a fortement encouragé  la rédaction (par des personnes morales ou des individus) de « Cahiers d'Acteur », exprimant en 4 pages maximum les avis des signataires sur  Cigéo. Leur nombre a approché la centaine, ce qui est exceptionnel dans ce genre de débat !  Mis en ligne sur le site et imprimés et diffusés à des milliers d'exemplaires, ces Cahiers d'Acteur expriment des points de vue très diversifiés et donnent une bonne représentation des tendances qui parcourent l'opinion à propos du stockage géologique en couche profonde des déchets radioactifs.

180.000 dossiers "papier"

Portage Pour ceux qui ne disposent  pas d'internet ou ne l'utilisent  pas volontiers trois principaux moyens d'information et d'expression ont été disponibles : le "Dossier" accompagné du "Journal du débat" a été tiré à 180 000 exemplaires et diffusé  par portage dans les foyers de Meuse, Haute-Marne, et cela à deux reprises ; un partenariat a été conclu avec les grands quotidiens régionaux, L'Est Républicain et Le Journal de la Haute Marne ayant permis d'élargir les possibilités d'information et d'expression du public ; enfin, la permanence de la CPDP est restée ouverte à Bar le Duc tout le temps du Débat, avec accès libre.

On peut noter enfin l'organisation d'une « Conférence de citoyens »  entre décembre et février 2014. Cet exercice emblématique des nouvelles formes de démocratie participative, mené dans le prolongement du débat, invitera une vingtaine de citoyens à s'informer en commun,  à discuter, à donner leur avis sur le projet Cigéo.    

On pourra donc regretter, certes, l'absence de réunions publiques considérées en France comme des moments fondateurs du débat démocratique...mais on aurait tort de croire que le débat sur Cigéo n'a pas eu lieu, comme le proclament  ceux-là mêmes qui ont tout fait pour empêcher les réunions  de se tenir! Au contraire il a été passé outre à ces obstructions et on peut même estimer  qu'à travers des modalités  innovantes très systématiquement sollicitées, le nombre des citoyens impliqués a probablement été supérieur à celui qu'aurait réuni un débat plus « classique ». Et dans tous les cas, au-delà de ces comparaisons, les parties prenantes à ce débat peuvent s'accorder à reconnaître que tous ceux qui ont voulu s'exprimer sur Cigéo, pour donner un avis ou poser une question, ont pu le faire  facilement, dans de bonnes conditions. Et c'est là l'essentiel.  


(1) Commission Particulière du Débat Public, présidée par M. Claude Bernet


Réagissez à cet article
 (10) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
10 commentaire(s)
[1]
Commentaire par
mardi 17 décembre 2013 13:58
[2]
Commentaire par Emilio RAIMONDO
mardi 17 décembre 2013 16:53
Voilà un bon exemple de débat public malgré les tentatives de ceux qui veulent l'empêcher. Le secteur nucléaire civil est exemplaire dans ce domaine.Si tous les secteurs d'activités professionnelles avaient le même souci de transparence et de traçabilité il y aurait moins de problèmes de toutes sortes pour les populations.
[3]
Commentaire par
mardi 17 décembre 2013 16:58
[4]
Commentaire par Jouan Antoine
mardi 17 décembre 2013 18:49
Il est évidemment regrettable que les réunions publiques prévues n'aient pas pu se tenir; la cause en est le comportement belliqueux d'anti nucléaires jusqu'auboutistes ; mais le débat a été fructueux sur la toile et c'est là un moyen nouveau de mener un débat, ô combien plus efficace que quelques réunions publiques forcément limités dans le temps et dans l'espace; On peut , après cette expérimentation au départ non prévue, s'attendre à ce que cette nouvelle forme de débat publique se généralise pour solliciter l'avis du public sur un tout autre sujet ; on est là dans la modernité avec un élargissement considérable de du public que l'on peut impliquer et informer.
[5]
Commentaire par Bertrand Barré
mardi 17 décembre 2013 19:59
Dès la création de la CNDP, il avait été prévu que des débats publiques pourraient se tenir sur le Net. C'est bien regrettable que des opposants au projet CIGEO aient bafoué la démocratie en empêchant les réunions publiques, mais le débat a eu lieu et je peux témoigner avoir pu y intervenir... électroniquement.
[6]
Commentaire par Robert Baschwitz
mardi 17 décembre 2013 21:54
Les opposants ne sont pas parvenus à bloquer le processus de consultation du public pour le projet CIGEO. On a mis en oeuvre des moyens modernes, électroniques, qui ont permis une très large expression du public. Merci à Francis Sorin d'avoir expliqué cela en détail.
[7]
Commentaire par alain38
mardi 17 décembre 2013 23:57
Je partage l'idée que l'expression des avis individuels sur le net permet de collecter probablement plus d'information que des réunions publiques. Mais la vraie question est de savoir si les avis et propositions collectés seront réellement pris en compte dans la décision finale, ou si la consultation n'est qu'un faire valoir d'une décision prise (cf. débat national sur la Transition Énergétique dont l'objectif a été surtout de légitimer l'arrêt de Fessenheim puis d'autres tranches d'ici 2025). Sur le fond du dossier CIGEO, je suis intimement convaincu que l'enfouissement même hyper sécurisé n'est pas la bonne solution, et pas seulement pour des raisons techniques. En effet, l'acceptation du nucléaire par nos concitoyens passe par une solution "propre" à la problématique des déchets à THA, laquelle ne peut être que leur élimination pour ne pas que nos descendants aient à se soucier des conséquences du nucléaire des XX et XXI siècles. Seul un entreposage sûr mais réversible peut permettre d'attendre que des recherches aboutissent sur la transmutation.
[8]
Commentaire par Pingard
mercredi 18 décembre 2013 10:22
Les médias font souvent plus de place aux "manifestants virulants" qu'aux débats sérieux. Ceci en est une preuve et montre qu'un vrai débat peut quand même avoir lieu sur internet
[9]
Commentaire par Vernaz Etienne
mercredi 18 décembre 2013 11:19
Merci Mr Sorin pour ce bilan globalement positif ; il montre que malgré l'obscurantisme de quelques uns, qui ne veulent surtout pas d'un vrai débat, celui ci a quand même pu avoir lieu, et même étonnamment, d'une manière renforcée puisqu'il laisse de très nombreux cahiers d'acteurs.
[10]
Commentaire par Bernard Lenail
mercredi 18 décembre 2013 20:40
Le Débat public prévu a été saboté de façon scandaleuse dès sa première réunion par des opposants au projet qui avaient initialement refusé d"y participer. Curieuseme façon de se comporter en démocratie que d'interdire l'accès du public à l'information alors que le débat était prévu par la loi. La Commission du débat a eu raison d'organiser le débat sur internet : celui-ci a été un très grand succès, plus national que local malheureusement. Un grand succès car très serein, comme cela n'aurait jamais été possible; car les débats ont été extrêmement sérieux et approfondis, car exemplaires en ce sens que les opposants ont pu exposer à loisir leurs idées beaucoup plus qu'il n'auraient pu le faire dans un débats public. Enfin le débat sur internet a eu un succès important en termes de nombre de connections, de cahiers d'acteurs de posés de questions soumises.Un seul regret, le débat sur les coûts a été stérile mais il n'avait aucune raison d'être puisque le débat était centré sur les options techniques et l'impact local. Au total un très bon débat sauvé par le choix de le faire sur internet.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...