Participez aux débats sur l'énergie de demain

Auteur
Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (1964), agrégée de physique (1968) et Docteur es Sciences physique (1973), Colette Lewiner débute une carrière d’enseignante à l’Université de Paris puis rejoint...

La renaissance du nucléaire? Oui, mais sous conditions !


jeudi 05 mars 2009

Le développement de l'atome est souhaitable, mais il ne peut se faire à
n'importe quel prix.



Après vingt ans de traversée du désert, conséquence de laccident de Tchernobyl, on assiste à une renaissance de lénergie nucléaire en Europe et en Amérique du Nord, sachant que les constructions de réacteurs ne se sont pas arrêtées en Asie.

Il y a aujourdhui 439 réacteurs en exploitation, 34 en construction et 320 projets de nouvelles constructions ans le monde.

LAsie est la région la plus active : le gouvernement chinois a décidé daccélérer son programme et prévoit datteindre 60 000 MW de puissance installée dici 2020 ( soit léquivalent de la puissance nucléaire française).

Laccès récent de lInde aux technologies occidentales va lui permettre daccélérer son programme afin que 10% de lélectricité produite soit dorigine du nucléaire en 2020.

En Europe, deux réacteurs sont en construction lun en Finlande et lautre en France. Un deuxième et même un troisième réacteur ont été décidés en France. Le Royaume Uni qui a décidé de relancer la construction de nouveaux réacteurs et prévoit une nouvelle puissance installée de 25 000 MW en 2030.Dautres pays comme la Suède et lItalie ont décidé de revenir sur leur moratoire nucléaire et les plusieurs pays dEurope de lEst ont de nouveaux projets. En Allemagne, larrêt progressif des centrales allemandes est toujours prévu mais les élections cette année pourraient changer la donne.

On assiste également à un renouveau du nucléaire aux Etats-Unis où 42 demandes de licences ont été déposées. Cependant, la crise financière combinée à la prudence de ladministration Obama risquent de ralentir les nouveaux projets.

Ce rapide, et non exhaustif, tour du monde montre quil y a un réel renouveau de lindustrie nucléaire qui sexplique par :

  • - La croissance de la population (croissance de 1,2% par an des pays en développement) et corrélativement la croissance des besoins en énergie. Elle est certes ralentie par la crise mais repartira après. Pour sen convaincre, il suffit de se rappeler quil y a 1,6 milliards de personnes sur terre qui nont pas lélectricité.
  • - Des menaces à moyen terme sur la sécurité dapprovisionnement en énergie compte tenu de nos ressources limitées en pétrole et gaz. Certes le charbon est plus abondant (150 ans de besoins) et mieux réparti géographiquement. Mais les centrales au charbon sont aujourdhui fortement émettrices de CO2
  • - Les préoccupations liées au changement climatique: les émissions de CO2 tirées par la demande énergétique devraient croitre de 46% environ dici 2030.
  • - Limportance des investissements requis dans les infrastructures énergétiques qui sélèvent à environ 22 000 milliards de $ ( dici 2030) Ces investissements devraient se faire majoritairement dans des sources dénergie némettant pas de CO2 et notamment dans le nucléaire qui permet aussi de produire de grandes quantités délectricité

Lindustrie nucléaire est une industrie complexe et son développement durable passe par certaines conditions :

  • 1 - Un contrôle effectif de la non prolifération, afin de ne pas divertir des matières ou des technologies nucléaire dusages civils vers des usages militaires
  • 2 - Une gestion stricte de la sûreté à tous les stades du développement : la conception, la construction, lexploitation des réacteurs et le traitement des combustibles usés. Ceci nécessite souvent le renforcement des autorités de sûreté ou leur création dans de « nouveaux pays » nucléaires
  • 3 - La maitrise de projets exceptionnellement longs (plus dun demi-siècle au total) coûteux, et complexes
  • 4 - La compétitivité de la filière nucléaire vis-à-vis de la filière charbon. Elle est aujourdhui assurée en Europe et le sera aux Etats-Unis avec les nouvelles mesures de limitations des émissions de CO2
  • 5 - La mise à niveau de la chaine logistique et la formation, dingénieurs et techniciens compétents
  • 6 - Lacceptation du public qui sest améliorée surtout sur les sites de centrales existantes

Notre planète a aussi besoin dénergie nucléaire, la pérennité de son développement est un enjeu crucial.


5 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Fabrice
jeudi 05 mars 2009 19:48
Vous liminez un peu vite la question des dchets. Il s'agit de questions complexes et n'est-il pas dangereux de les laisser l'apprciation purement nationale. Par exemple les pays scandinaves considrent que tout combustible us est un dchet, d'autres pays -comme le France- retraitent. Ne faudrait-il pas aller vers des normes plus multinationales, europennes d'abord, mondiales ensuite, qui s'imposeraient tous les nouveaux pays ? Que se passera-t-il si un pays est particulirement ngligent, ou si un pays se propose de retraiter -mal- les dechets des autres pour se procurer des revenus ? La question des dechets peut-elle tre laisse aux dcisions nationales, voire de socits commerciales. Le nuclaire se mondialise, la question des dechets devrait aussi se mondialiser.

[Réponse de l'auteur]
Je suis bien d'accord que la question du traitement des combustibles uss et des dchets est trs importante et, c'est vrai, que dans un article court on ne peut pas la traiter fond. La question que vous posez est intressante et la rponse est complexe. D'un ct les normes ,notamment de radioprotection, sont tablies ous l'gide d'institutions internationales et sont, pour l'essentiel ,les mmes entre les diffrents pays dvelopps qui possdent de l'nergie nuclaire. D'un autre ct les politiques de gestions des comnbustibles uss et des dchets sont du ressort de chaque gouvernement national . Au del des politiques c'est d'ailleurs leur mise en oeuvre qui est importante. Les Etats-Unis, par exemple, n'ont pas t du tout performants sur ce sujet et le nouveau Prsident Obama semble vouloir juste titre s'attaquer ce problme. Il est aussi lgitime que ces politiques soient nationales car les sites soit de stockage de combustibles uss ou de retraitement de ces combustibles uss et de stockage des dchets se situent sur le territoire national et les populations des pays (et aussi celles situes prs de ces sites) se sentent lgitimement concernes. Dans l'ordre d'ides que vous voquez, les Russes ont un projet de crer sur leur terrioire un centre de production de combustibles qui seraient ensuite mis disposition des oprateurs et repris aprs passage en centrales.Le traitement des combustibles uses serait fait dans ce centre. Ils vendraient donc aux oprateurs nuclaires du service. Les amricains ont ensuite repris cette ide leur compte. L'Europe elle est absente du dbat! Il est vident qu'un tel centre devrait tre plac sous l'gide d'institutions internationales (l'AIEA par exemple). Il aurait l'avantage de rpondre aux type de proccupations que vous voquez et aussi d'assurer un contrle en matire de non prolifration. Il est aussi important de savoir que les nouveaux racteurs dits de Gnration IV(l'EPR tant de gnration III), mis au point au Commissatiat l'Energie Atomique, vont brler directment une partie des dchets qu'ils produisent. Au del des questions de contrle qui sont bien sr importantes, je pense qu'il faut acclrer le financement de la recherche sur ces nouveaux racteurs.
[2]
Commentaire par Grard
jeudi 05 mars 2009 22:38
J'mets de srieux doutes quant l'inocuit de l'nergie nuclaire par rapport au rchauffement climatique. Quelqu'un a-t-il dj comptabilis l'impact de la chaleur produite par les 439 racteurs en activit qui provient d'une nergie fossile depuis des millions d'annes et qui donc injecte dans l'environnement actuel (eau et air) des calories qui, si elles obisssnt bien au principe "rien ne se perd, rien ne se cre", le font pourtant une chelle de temps si grande que le climat actuel peut trs bien en tre affect ?

[Réponse de l'auteur]
Il est exact que les centrales nuclaires rejettent des calories dans l'atmosphre. Cela est le cas de toutes les centrales dites thermiques et notamment de celles fonctionnant au gaz, charbon et fuel-oil. En effet selon le deuxime principe de la thermodynamique, dit aussi principe de Carnot, le rendement de ces centrales est fonction de la temprature de la source chaude (produite par la combustion ou la raction nuclaire) et de la source froide (l'air environnant ou l'eau de refroidissement). Les rendements sont en pratique compris entre 34% et 40%. Cela veut dire que la partie d'nergie qui n'est pas transforme en lectricit (66% 60%) se dissipe sous forme de chaleur. Je rappelle que cette conversion permet, avec l'lectricit, de crer un excellent vecteur nergtique qui est propre, souple et qui permet une rgulation fine de la consommation d'nergie.
[3]
Commentaire par Etienne B.
vendredi 06 mars 2009 14:32
Votre article est trs synthtique et intressant.Je signale aux internautes le rcapitulatif des centrales acuelles et en projet (et bien d'autres infos) sur le site de la World Nuclear Association :

http://www.world-nuclear.org/info/reactors.html

[Réponse de l'auteur]
Merci pour votre commentaire. Vous avez raison, le site du World Nuclear Association est une trs bonne source d'informations.
[4]
Commentaire par Sortons du nuclaire
lundi 09 mars 2009 14:16
Article bidon (radioactif) : en ralit, il n'y a PAS de renaissance du nuclaire. Seuls les racteurs dont les chantiers taient commencs avant la crise mondiale continuent actuellement (principalement en Asie). La quasi totalit des racteurs annoncs ces derniers mois relvent du bluff. Sarkozy n'a vendu en tout et pour tout qu'un seul racteur... la France ! Quel "succs commercial" !
Les EPR "vendus" l'Inde, l'Italie, etc, c'est du vent. EDF et Areva sont en quasi faillite (et on perdu 70% en bourse en quelques mois).
Dans son plans de relance, Obama a attribu ZERO dollar au nuclaire (qui esprait 50 milliards... qui sont attribus aux nergies renouvelables)
Les dirigeants anglais, sudois ou autres se sont ridiculiss en annonant de nouveaux racteurs : sous peu, il faudra annoncer les annulations. Dj, l'Afrique du Sud a annul les 12 racteurs qu'elle prtendait construire...
[5]
Commentaire par l'colo
mardi 17 mars 2009 13:22
Je vous flicite pour cette synthse et claire et sans parti-pris.

Ne vous laissez pas dstabiliser par les diatribes agressives des anti-nuclaires : ce ne sont que jrmiades, dnigrements, drisions et hors-sujet, comme le montre bien leur dernire raction.
Incapables quils sont dapporter des arguments rationnels et scientifiques ils se rfugient dans la basse caricature et les ragots perfides dans lespoir darriver discrditer une source dnergie dont il est vident que lhumanit ne peut plus se passer



[Réponse de l'auteur]
Merci pour votre commentaire qui m'a fait plaisir.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vtre !
La chane Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure (1964), agrégée de physique (1968) et Docteur es Sciences physique (1973), Colette Lewiner débute une carrière d’enseignante à l’Université de Paris puis rejoint...

Lire la suite

Du même auteur