Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Le site Energie2012 a pour objectif de favoriser des débats constructifs et documentés sur les questions de l'énergie à l'occasion de la campagne présidentielle. Il est libre de tout engagement politique ...

Les grandes sociétés électriques publient leurs "scénarios 2030"


mercredi 09 novembre 2011

Réunies au sein de l’UFE, les grandes sociétés productrices d’électricité, dont EDF et GDF Suez, ont publié des scénarios sur l’évolution de la part du nucléaire à l’horizon 2030. Elles veulent ainsi aider les politiques à prendre des décisions « cohérentes ».


Ces « scénarios 2030″ de l'Union française de l'électricité (UFE) des électriciens viennent s'ajouter à la liste déjà longue des études prospectives dont "la chaîne Energie" a déjà rendu compte.

Alors que la campagne de l'élection présidentielle a déjà commencé, les industriels de l'électricité ont voulu signifier aux candidats que le tempo « politique », qui est de quelques années, n'est pas le même que le temps « électrique » ou le temps « écologique », qui sont des temps longs. « Il faut des décennies pour modifier de manière significative un mix de production électrique ; il en faut autant, sinon plus, pour modifier un parc d'usages à l'aval dans les logements, les immeubles de bureaux, voire dans les usines », écrit l'UFE dans une étude qu'elle vient de publier (voir le document complet).

L'UFE a donc élaboré des scénarios à l'horizon 2030 qu'elle soumet aux politiques pour les aider dans leurs décisions.

Trois scénarios de production ont été définis pour 2030 :

- Le premier est un scénario « 70% nucléaire »: il prévoit notamment la prolongation du nucléaire actuel de 40 à 60 ans. Toutes les centrales sont prolongés et 3 000 MW nouveaux sont mis en service

-Le second est un scénario « 50% nucléaire » . La puissance installée en nucléaire est ramenée à 40,7 GW. Rappelons que Francois Hollande s'est fixé 50% en 2025 pour la part du nucléaire dans le mix électrique et ce scénario lui parait partticuilièrement adressé...

- Enfin, le troisième est un scénario « 20% nucléaire » dans lequel toute tranche nucléaire existante est systématiquement fermée à son 40ème anniversaire.

L'UFE a limité ses projections à 2030, contrairement à la mission «  Energie 2050 » coordonnée par le Pr Jacques Percebois qui travaille pour le gouvernement, estimant qu'il s'agit du moment où il faudra remplacer les centrales actuelles si elles sont prolongées de 20 ans comme prévu. La suite dépendra donc des choix retenus.
Selon l'étude de l'UFE, on peut schématiser ainsi le mix électrique dans les trois scénarios retenus : 






















Les énergies renouvelables, qui passent de 24% à 34% puis à 40%, sont quasiment multipliées par deux, entre le premier scénario et le troisième, tandis que la part du thermique passe, elle, de 7% à 40%, soit une multiplication par 6.

Les scénarios supposent un développement considérable des énergies renouvelables puisque, compte tenu de leur rendement plus faible, elles dépassent, en puissance installée, le nucléaire, y compris dans le scénario « Production nucléaire à 70% ». Toutefois, il est impossible de couvrir complètement la décroissance du nucléaire par des ENR. Il faut donc des moyens thermiques pour la compenser, mais aussi pour assurer le secours des ENR lorsqu'il n'y a pas de vent, de soleil, de pluie, et préserver, ainsi, la sécurité du système électrique. Les experts de L'UFE ont considéré qu'une part d'ENR de 40% dans le mix de production était un maximum au‐delà duquel la sécurisation du système ne serait plus assurée.. D'autres moyens flexibles, comme le stockage (batteries...), pourront émerger mais à un horizon plus lointain que 2030.
L'UFE a analysé plusieurs conséquences de ces trois scénarios.

Les émissions de CO2


La France est déjà très bien placée en matière de lutte contre le changement climatique. Ses émissions de CO2, liées à la production d'électricité, sont de l'ordre de 70 à 80 g par kWh, alors qu'en Europe, la moyenne est de 350 g de CO2 par kWh.

Dans le scénario « Production nucléaire à 70 % », les émissions liées à l'électricité seraient encore divisées par deux. Dans le scénario «  Production nucléaire à 50 % », elles seraient, en revanche, multipliées par 1,3 et dans le scénario « Production nucléaire à 20 % », les émissions de CO2 du parc électrique seraient multipliées par 3.

Au niveau des émissions globales de la France (au delà de la seule électricité), il y a encore une diminution dans les scénarios 1 et 2, grâce à des transferts d'usages possibles du fuel vers l'électricité. Mais dans le troisième scénario (nucléaire à 20%), les émissions de la France augmentent de 69 MT, à comparer à la baisse de 63 MT dans le premier scénario et de 36 MT dans le second.

Couts d'investissements


Le montant d'investissement du scénario « Production nucléaire à 70 %  », est évalué à 322 Mds d'€. Celui du scénario « Production nucléaire à 50 % » atteint 382 Mds et celui du dernier scénario 434 Mds d'€.

Prix de l'électricité


Une augmentation des prix de l'électricité est inéluctable, même dans le scénario « Production nucléaire à 70% », compte tenu des retards pris dans l'ajustement des tarifs actuels sur les coûts et des investissements à réaliser.
Pour les entreprises, comme pour les ménages, l'étude évalue l'ordre de grandeur d'augmentation à 40€/MWh entre le scénario « production nucléaire à 70% » et le scénario « Production du nucléaire à 20% », et à 20€/MWh pour le scénario « Production du nucléaire à 50% ». Il faut signaler, en outre, que la sensibilité des prix de l'électricité aux cours des énergies fossiles (gaz et charbon) est évidemment plus forte dans les scénarios de moindre production nucléaire.



D'autre part, l'étude de l'UFE refute les hypothèses du scénario Negawatt, selon lesquelles la consommations d'électricité pourrait etre divisée par 2 d'ici 2050, grâce à une meilleure efficacité énergétique. «  Les études réalisées par l'UFE montrent que les objectifs d'efficacité énergétique fixés par le Grenelle ne seront pas réalisables et finançables à cette échéance, en raison de leur temps de retour long et du coût public élevé. Les mesures du Grenelle nécessiteraient des instruments incitatifs et des financements importants que la situation des finances publiques rend peu probables. Or, le scénario NégaWatt a pris des hypothèses de réalisation d'économies d'énergies encore plus élevées que les objectifs du Grenelle (‐63% sur le bâtiment toutes énergies, par exemple). Même si l'horizon de temps n'est pas le même ‐ 2050 pour Negawatt et 2020 pour Grenelle ‐ ces mesures ne semblent pas réalistes, sur un plan économique ».
8 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé001
mercredi 09 novembre 2011 14:11
Un bon rapport,qu'il faut complèter avec la relation entre énergie et emploi,notion de rente énergétique,etc...Que nos économistes se mettent au travail.
[2]
Commentaire par Monnier
vendredi 11 novembre 2011 23:09
L'UFE essaie de défendre le nucléaire avec des arguments biaisés.
Prenons un simple exemple, celui du prix de l'électricité photovoltaïque qui est donné pour 180 euros/MWh en 2030. Ces messieurs feraient bien de s'informer un peu mieux.

Ce trimestre, le prix d'achat est entre 356 et 114 euros/MWh selon la puissance des installations, avec une moyenne de 179 euros/MWh. Les petites installations sur les habitations, pour lesquelles le prix est le plus élevé, ne représentent qu'une faible partie de la production d'électricité et les grandes installations font fortement baisser le prix moyen.

De nombreux détails sont donnés ici : Coût de l'électricité photovoltaïque : 2012 - 2020 -2030

En 2030, en supposant une baisse des prix plus modeste que celle que l'on a constaté au cours des dernières années, on arriverait cependant à un prix d'environ 60 euros/MWh pour le photovoltaïque.

Pas sûr que le nucléaire arrive à tenir ce prix, surtout avec un prix de 80 euros/MWh pour l'EPR.

[3]
Commentaire par Gépé001
samedi 12 novembre 2011 12:53
Le dossier de synthèse de négaWatt est très intéressant et pouurrait service de base d'analyse.A retenir les schémas pages 22 et 23,exprimés en TWh,unité plus pratique que le Mtep.Mais la prévision des usages finaux en 2050 me semble irréalisable et nécessiterait une modification des comportements impossible à attendre en 40 ans.Il faut conserver une variable d'ajustement,ce qui correspond au maintien d'un peu de nucléaire.On retombe sur les hypothèses de l'UFE.Le débat est indispensable.
[4]
Commentaire par Alain Le Gargasson
lundi 14 novembre 2011 16:02
Avant de choisir un scénario pour 2030, voyons ce qui va se passer en Allemagne et tous les pays utilisant plus de renouvelables cet hiver. Nous devons faire un choix technique et non dogmatique.
[5]
Commentaire par Hervé
mardi 15 novembre 2011 20:48
Oh b'en pour l'allemagne, c'est facile. Ils vont bruler beaucoup de gaz, de fioul de lignite comme d'hab (enfin un peu plus qu'avant car la part de nucléaire a baissé) et faire un peu d'electricité éolienne, quasi rien avec du solaire PV car ça marche pas en hiver sous leur latitude.
[6]
Commentaire par Monnier
mardi 29 novembre 2011 22:25
Regardez les derniers bilans mensuels de RTE et comparez avec ceux d'il y a un an. Vous verrez que depuis l'arrêt de 8 réacteurs, l'Allemagne n'importe pas plus d'électricité de la France.
La seule chose nouvelle, c'est que l'Allemagne en exporte moins vers la France. Cet hiver, elle pourrait garder son électricité au lieu de la vendre aux français un peu trop nucléarisés.

A lire aussi sur la sortie du nucléaire en Allemagne :
L'Allemagne peut se passer du nucléaire français et un autre article dont c'est le complément.

Vous remarquerez que les énergies renouvelables remplacent le nucléaire et une partie du charbon.

Pas mal !
[7]
Commentaire par Hervé
mercredi 07 décembre 2011 21:38
@ Monnier
L'allemagne aura de plus en plus de mal à intégrer l'eolien dans son réseau car les lignes sont saturées:Lien. L'éolien dépassera péniblement 30% en allemagne à terme.

Mais l'allemagne n'aura aucun mal à sortir du nucléaire grâce au renforcement de l'approvisionnement en Gaz Inauguration du gazoduc Nord-Stream , ses ressources en charbon pour plus de 400ans: Photo d'une installation d'extraction et centrale (Le charbon est la pricipale source d'énergie électrique Allemande, pour plus de 40% de son mix).

Etat des lieux du mix allemand: Video sur l'avenir du mix allemand

Conclusion: L'allemagne va sortir du nucléaire, elle n'est pas prête se sortir du charbon!
[8]
Commentaire par Hervé
mercredi 07 décembre 2011 22:41
@ Monnier: Je rebondis sur votre premier commentaire:
Les chiffres que proposent energeia sont sujets à caution. Il y est indiqué que le MWH serait racheté 115 euros pour les grandes centrales. Or si on prend l'exemple d'une très grosse centrale solaire (du plateau des Mees) mise en service en 2011, on peut s'étonner du bilan financier:
La centrale a coûté 70millions pour une production annuelle de 26millions de Kwh/an. L'amortissement (sans frais financiers et aucune maintenance) d'une telle installation @ 115€/Mwh prendra donc plus de 23ans. En ajoutant les frais financiers et une probable maintenance, cette installation est donc déjà en faillite...

D'autre part, les prévisions de baisse des coûts sur ce site laisse tout simplement pantois. (Une bonne partie du prix de cette énergie est liée à la pose, il parait difficile d’espérer qu’elle baissera à seulement 39€/Mwh dans les années à venir, a moins de ruptures technologiques majeures (rendement de panneau proche de 100%) dont on n’entrevoit pas de commencement actuellement...)

Pour finir il faut aussi rappeler que l'énergie solaire produit principalement en été, la production de décembre se situant entre 20 et 30% de la production en été.
Sachant que la consommation augmente en hiver, et qu’il sera difficile de modifier l’orbite de la terre, on fait comment?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !