Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Ancienne responsable d’une agence de conseil en communication, Sophie d’Anhalt a quitté le monde de la publicité pour celui de la presse professionnelle de l’environnement...

Le compteur Linky doit apprendre à communiquer !


vendredi 07 juin 2013

Conçu pour aider les usagers à maîtriser leur consommation d'électricité, le futur compteur d'ERDF a besoin d'internet pour se faire comprendre.


Voir la newsletter de l'Usine à GES

Il est l'Arlésienne de la transition énergétique.

Après avoir été installé, à titre expérimental, chez 300 000 usagers d'Indre-et-Loire et de l'agglomération lyonnaise, le compteur communicant d'électricité Linky a disparu des débats.

Cette descente aux oubliettes est dommageable. Car, vous ne le savez peut-être pas, mais ce prototype du compteur du futur proche doit, en principe, participer à la révolution énergétique.

Un compteur interactif

De quoi s'agit-il ? Contrairement aux compteurs électromécaniques et électroniques actuels, Linky a été conçu pour transmettre les données de consommation au distributeur. À charge pour ERDF de transmettre ces données aux
fournisseurs de courant afin qu'ils nous facturent enfin ce que nous avons réellement consommé et non plus un montant estimé.

Dans le sens inverse, le compteur vert transmet des ordres, comme un changement de puissance souscrite, voire un arrêt de l'alimentation. Accessoirement, il peut nous fournir le relevé précis de notre consommation ; une information censée
calmer nos appétits électriques. Oui, mais voilà : plus de la moitié des compteurs français sont installés à l'extérieur des logements. De plus, l'écran de Linky n'offre pas, c'est un euphémisme, un grand confort de lecture.

D'où l'idée de mettre à la disposition des pionniers du compteur « intelligent » un portail internet grâce auquel ils pourront enfin gérer, en connaissance de cause, leur demande. Reste à savoir si le consommateur est mûr pour une solution de ce type. L'expérience vient d'être tentée. En collaboration avec la filiale d'EDF, GrandLyon Habitat a mis en ligne « Watt et moi ».

Dédié au millier de locataires du bailleur social de l'agglomération de Lyon, équipés de Linky, le site internet indique, sous différentes formes, les volumes de consommation de chaque abonné. Il offre aussi la possibilité de se fixer des objectifs mensuels de consommation et de se comparer à un panel « de référence identique  ». GrandLyon Habitat a truffé le site de conseils qui, s'ils sont bien suivis, doivent en principe contribuer à réduire la consommation

Les gens, c'est mieux

Innovante, l'expérimentation a été suivie par la Commission de régulation de l'énergie (CRE), par des associations de consommateurs, par les collectivités locales, par l'Ademe et par l'Union sociale pour l'habitat. Après quelques mois, des
utilisateurs ont été interrogés par des sociologues. Et voici ce qu'ils leur ont dit.

D'abord, ils sont peu nombreux à surfer régulièrement sur « Watt et moi » : un sur six, pas plus. Pour cette minorité
d'audacieux, à l'enthousiasme initial a succédé une certaine incompréhension. Le site est, certes, considéré comme intuitif et son paramétrage apprécié (consommation par saison, mois ou jour). En revanche, peu d'usagers saisissent véritablement la notion de... kilowattheure. Ce qui est gênant lorsqu'on parle de consommation d'électricité. Bref, on souhaite plus de pédagogie, de communication régulière.

Et, chose sublime à l'heure de l'internet à tout crin, on veut aussi pouvoir discuter avec des êtres humains : des locataires
pour échanger des pratiques, des conseillers pour donner plus de sens à l'information. L'Agence locale de l'énergie (ALE) de l'agglomération lyonnaise va donc s'y coller. Elle va développer des échelles de consommation. Ses experts rédigeront, chaque mois, des courriels d'information et de conseil. Des ateliers pédagogiques seront organisés pour répondre aux attentes.

Autant d'exemples qui pourront inspirer les gestionnaires des réseaux d'électricité quand la décision de déployer Linky à l'échelle nationale aura été prise. Mais ça, c'est une autre histoire.
Réagissez à cet article
 (9) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
9 commentaire(s)
[1]
Commentaire par papijo
vendredi 07 juin 2013 14:10
Dommage que l'article n'insiste pas d'avantage sur les avantages de ce compteur pour l'opérateur. En dehors du télé-relevé qui causera quelques milliers de chômeurs supplémentaires, le compteur permettra à EDF (ou ses concurrents) de couper le courant de ses abonnés, non seulement quand ils sont en retard pour le paiement de la facture, mais aussi quand la demande est trop forte et que l'abonnement choisi est "bas de gamme" et n'est donc pas prioritaire ! Question supplémentaire: ces compteurs ne sont pas gratuits, que va faire EDF: refacturer le prix de l'installation au client, ou relever le tarif de l'abonnement pour compenser ! En tout cas, si comme le dit l'article, on ne sait pas trop en quoi c'est utile à l'abonné, on sait qui va encore payer !
[2]
Commentaire par un physicien
dimanche 09 juin 2013 12:21
Encore un gadget qui coûtera quelques milliards aux consommateurs et ne servira à rien pour la maitrise de la consommation.
[3]
Commentaire par jmdesp
lundi 10 juin 2013 11:58
Sur le modèle de l'option Tempo, le plus efficace serait d'installer ces compteurs uniquement aux personnes qui sont volontaires pour moduler leur consommation afin de l?adapter aux circonstances. L'expérimentation montre bien à ceux qui pensent le contraire que seule une minorité est motivée pour ce type de modulation, donc le résultat d'une installation systématique sera, à moins de tordre le bras aux utilisateurs, d'installer des compteurs partout alors que la majorité ne serviront à rien. Il faut bien réaliser que c'est très différent, beaucoup plus contraignant, de suivre sa consommation en temps réel, que regarder un compteur d'eau et sa facture seulement à la fin du mois. Les gains à attendre ne sont donc pas du même ordre que ceux sur la consommation d'eau quand on installe un compteur.
[4]
Commentaire par Hervé
mardi 11 juin 2013 13:05
Pour suivre sa conso elec, pas besoin du linky, il existe des petits boitiers qu'on trouve dans le commerce pour une cinquantaine d'euros. On place un capteur dans le tableau électrique sur l'arrivée principale. La puissance consommé est affichée sur un petit boitier sans fil. Il garde tout en mémoir, , en le branchant à l'ordi, ça fait des statistiques... J'ai mis ça chez moi, c'étais marrant au début, maintenant je ne le regarde plus.
[5]
Commentaire par Andrea_Nonyme
vendredi 14 juin 2013 05:30
Et il consomme combien en plus ce nouveau compteur vu toute son électronique ? Sans compter la consommation de l'ordinateur nécessaire à la consultation des données. Et ca donnera quoi avec la foudre ? Et on oublie le risque de piratage dont on été victime certains compteur intelligent à l'étranger. Certains vont s'amuser à couper le courant, modifier les abonnements ou pire, inventer des consos qui n'ont jamais existé soit pour moins payer, soit pour faire payer une fortune à son voisin.
[6]
Commentaire par Dom
mardi 18 juin 2013 14:52
Je vois mal en quoi ce genre de compteur offrira une aide révolutionnaire pour mieux gérer et limiter sa conso énergétique : si les gens consomment, c'est qu'ils ont froid, point barre. Et quand ils ont chaud, ils arrêtent de consommer, c'est tout ! Savoir que l'on a consommé 54 Kwh ou 72 Kwh telle semaine, la belle affaire ! Aider les gens à bien isoler leurs logements et à éviter certaines dépenses électriques inutiles (ballon d'eau chaude mal isolé dans un garage froid par exemple) serait bien plus pertinent ! Le reste c'est du gadget qui ne servira qu'à EDF pour employer moins de personnel.
[7]
Commentaire par Guillaume
mercredi 03 juillet 2013 11:07
Le principal avantage de ce compteur n'est pas mentionné : permettre l'élaboration de formules d'abonnements beaucoup plus complexes, empêchant à l'abonné de pouvoir comparer directement les offres entre elles, à la manière de ce qui se fait dans la téléphonie mobile ou le TGV...
[8]
Commentaire par Simon
samedi 07 décembre 2013 09:09
Qu'on arrête de nous bassiner avec des contre-vérités : "Conçu pour aider les usagers à maîtriser leur consommation d'électricité". Ce compteur n'est pas conçu pour l'usager car s'il envoie des informations détaillée sur la consommation d'électricité et permet un contrôle de la fourniture d'électricité à distance, ces informations et contrôles ne sont pas destinés à l'usager (qui ne dispose que de quelques "voyants" gadget), lequel n'aura pas plus de maitrise de la fourniture d'électricité qu'avec l'ancien compteur. Un exemple : l'évolution technologique aurait par exemple permit que l'abonné lui-même paramètre la fourniture électrique dont il a besoin à différents moments et adapte le réglage au prix demandé en conséquence par le fournisseur via le compteur. Ce système aiderait le fournisseur à lisser la production d'électricité et à l'abonné de diminuer sa facture, bénéfice complet. Mais ce nouveau compteur ne va finalement qu'emprisonner un peu plus le consommateur dans les règles imposées par les fournisseurs.
[9]
Commentaire par Hervé
lundi 09 décembre 2013 18:18
Bonjour Simon, de toute façon, d'une manière ou d'une autre c'est plus ou moins ce qu'il va se passer: Les fournisseurs vont proposer des tarifs a composantes multiples en fonction des heures... de manière a lisser la conso. Le jeu est contradictoire entre l'usager qui veut payer le moins possible tout en ayant le jus quand il veut et le fournisseur qui veut encaisser le plus possible tout en vendant principalement lorsque les cours d'achat sont bas... Comme le signale Guillaume ça va finir dans des tarifications imbuvables afin de noyer la logique pour faire cracher les usager en leur faisant croire qu'ils font des économies. Déjà aujourd?hui, quand vous faites le bilan d'un tarif nuit, tempo ou EJP, rare sont ceux qui font des économies réellement significatives. Souvent ils se prennent la tête pour économiser à peine plus de 10% pour les plus assidus.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !