Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Délégué Général d'Enerplan
Auteur
Richard Loyen est Délégué Général d'Enerplan, l'association professionnelle de l'énergie solaire.

Après Fukushima, l’espoir est dans le camp du solaire


jeudi 28 avril 2011

Nous étions déjà dans l’ère «post pic pétrolier», nous voici dans le « post nucléaire ». Il faut maintenant aller vers le «100% renouvelable», notamment avec le solaire.


Il y aura un « avant » et un « après » Fukushima. L'énergie nucléaire est dorénavant considérée comme une énergie de transition risquée, qui ne peut prospérer partout, dont la sûreté n'a plus de prix....

Les discussions sur les nouvelles normes de sécurité au niveau international vont prendre des années et auront pour conséquence d'alourdir le coût des nouvelles centrales. Même l'allongement de la durée de vie des centrales existantes va être renchéri, alors que la facture du démantèlement n'est pas arrivée, pas plus que celle de la gestion des déchets.
 
Nous sommes entrés dans l'ère post-Fukushima en mars 2011, alors que nous étions déjà engagés dans l'ère « post pic pétrolier » depuis 2006. L'Agence Internationale de l'Energie l'a reconnu dans son World Energy Outlook 2010. Le peak oil est derrière nous, nous entrons dans une nouvelle terra incognita d'un point de vue économique et social, où le pétrole deviendra plus rare alors que sa consommation n'est pas réellement maîtrisée, loin s'en faut.
 
 
L'énergie solaire va devenir compétitive
 
Concrètement, cela veut dire que l'énergie « conventionnelle » va devenir plus chère tandis que l'énergie solaire entre progressivement dans une phase de maturité économique, avant de devenir bientôt purement compétitive. C'est une question d'années pour se passer totalement de subvention, sachant que la compétitivité pourrait s'accélérer au gré des progrès industriels et des ruptures technologiques. L'avantage compétitif de l'énergie solaire - disponibilité, abondance, absence de pollution et de risque, déploiement local à fort contenu en emplois, véritable indépendance énergétique, ... - va accélérer sa valorisation partout dans le monde.
 
L'Europe - avec l'Allemagne en pointe - est historiquement une des locomotives industrielles du solaire au niveau mondial, avec une implication de l'Asie et des Amériques de plus en plus forte. Un nouveau consensus, post peak oil et post Fukushima, est en cours de cristallisation au niveau global. Imaginer une planète alimentée à 100% à partir d'énergies renouvelables d'ici 2050 devient de plus en plus audible et crédible.
 
Il faut lire les récentes publications : REThinking 2050 de l'EREC, l'Energy Report de WWF ou encore les articles de Ray Kurtzweil, et se demander quels retards les français sont prêts à accuser dans le domaine des énergies renouvelables et du solaire en particulier.
 
Ironie de l'histoire, une semaine avant la catastrophe au Japon qui interroge profondément notre politique énergétique nationale, le gouvernement a décidé de mettre sous l'éteignoir la filière photovoltaïque française. Dans une relative indifférence des citoyens, la France a renoncé à faire émerger un secteur stratégique pour la décentralisation énergétique vertueuse pour l'environnement. Un gâchis pour tous les entrepreneurs qui s'étaient investis âme, corps et biens. Une gabegie d'argent public à l'aune du « go and stop »...
 
 
Pour des initiatives en matière de chaleur solaire
 
La France ne peut se permettre d'être en retard sur l'histoire. Si nous avons beaucoup parlé d'électricité solaire ces derniers mois, n'oublions pas que nous avons décroché des objectifs du Grenelle en matière de chaleur solaire.
 
Alors que la trajectoire du marché n'est pas à la hauteur pour remplir nos obligations européennes en matière de chaleur solaire, que la facture de chauffage flambe et que l'on voudrait préserver le pouvoir d'achat des français, rappelons que la chaleur solaire est une réponse essentielle pour lutter contre l'inflation énergétique dans l'habitat. Pour Enerplan, il devient urgent - sans attendre la mi 2012 - que l'Etat avec les professionnels, prenne des initiatives en la matière. De même, il devient urgent d'amender la régulation du secteur photovoltaïque, qui est en train de se disloquer.
 
Dans les prochaines semaines, les professionnels feront des propositions pour une « France solaire » ambitieuse. La 4ème édition des Journées Européennes du Solaire qui se déroulera du 9 au 15 mai 2011 en France (www.journees-du-solaire.fr) sera un premier rendez-vous. Le prochain grand rendez-vous électoral de 2012 ouvrira aussi une période propice.