Participez aux débats sur l'énergie de demain

Auteur
Thomas Porcher est docteur en économie, Professeur à l'ESG Management School et fondateur de GBP-conseil. Il est l'auteur du livre "Un baril de pétrole contre 100 mensonges" - Ed...

Huiles de schiste : non, le prix du pétrole ne baissera pas !


lundi 08 octobre 2012

Un débat s'engage : la production d'hydrocarbures de schiste est-elle susceptible de faire baisser le prix du pétrole ? Certains experts le pensent, Thomas Porcher explique ici pourquoi il n'y croit pas.


Avec l'augmentation de la production de pétrole de schiste (aux Etats-Unis et au niveau mondial), certains observateurs pensent que le prix du pétrole pourrait baisser fortement (Voir l'article d'Alexandre Andlauer sur "la chaîne Energie"). C'est une erreur car le marché du pétrole n'est pas un marché comme les autres : la présence d'un cartel (l'OPEP), l'absence d'élasticité de la demande au prix et les différences de coût d'extraction en font un marché particulier.

1) Le marché pétrolier n'est pas un marché concurrentiel

Le marché pétrolier n'est pas un marché concurrentiel car il existe un cartel : l'OPEP. En 2011, l'offre mondiale de pétrole a atteint plus de 90 millions de barils par jour contre 85,2 millions en 2010. La production de l'OPEP représente 40% et la capacité de production de l'OPEP est estimée à 35,45 millions de barils par jour. La raison d'être d'un cartel est d'agir sur les prix et l'OPEP agit sur les prix du pétrole en ajustant ses quotas de production, de sorte que l'offre égale tout juste la demande, ce qui engendre des tensions sur les prix.

Or actuellement, les pays du Golfe (principaux producteurs de pétrole de l'OPEP) ont besoin de dégager des excédents budgétaires énormes car, avec le « printemps arabes », ils ont multiplié les dépenses à caractère social : l'Arabie Saoudite aurait augmenté ses dépenses de 130 milliards de dollars pour l'éducation, la santé et les affaires sociales.

Dans ce contexte, peut-on penser sérieusement que les équilibres budgétaires des pays du Golfe pourraient supporter durablement un prix du pétrole à 50$ ?  Probablement non, d'ailleurs de nombreux pays de l'OPEP affirment avoir besoin d'un prix autour de 100$ pour couvrir leurs besoins économiques et sociaux. Ainsi, si une hausse de l'offre de pétrole due à l'exploitation des huiles de schiste entraînait une baisse du prix du pétrole, l'OPEP baisserait ses quotas de production pour faire remonter le prix.

2) Au niveau mondial, la demande de pétrole en fonction des prix est inélastique

C'est-à-dire qu'une hausse des prix du pétrole n'entraîne pas de baisse de la demande. Ces dernières années, la demande a même augmenté corrélativement au prix. Ainsi, alors que le prix moyen du Brent a atteint un record de 112 dollars en
2011 contre 79 dollars en 2010, la demande est passée de 87,4 millions en 2010 à 90 millions de barils par jour en 2011. Malgré la hausse des prix, le taux de croissance de la demande s'élève à 4% par an contre une moyenne de 1,4% de 1983 à 2000 lorsque le prix était autour de 20 dollars.

Dans la décennie 1990-2000, le monde consommait chaque jour 1 million de barils de plus qu'un an auparavant, désormais ce chiffre est passé à 3,3 millions de barils. Pour que l'augmentation de la production de pétrole de schiste fasse baisser le prix, il faudrait qu'elle permette à l'offre mondiale d'augmenter plus vite que la demande. Au regard des conditions actuelles d'exploitation du pétrole de schiste et de l'évolution de la demande (augmentation de la population mondiale, croissance des pays émergents), c'est peu probable. Et même si c'était le cas, la production du pétrole de schiste, comme les premiers pétroles non-conventionnels, n'entraînerait que provisoirement des pressions à la baisse sur les prix notamment parce que le prix du pétrole dépend des coûts d'extraction des gisements les moins rentables (en mer très profondes).

3) Le coût d'extraction du pétrole varie en fonction de l'endroit où on le puise

Le pétrole n'est pas un produit standard et son coût de fabrication varie en fonction de l'endroit où on le puise. Alors que dans une industrie standard, les coûts de fabrication ont tendance à baisser avec le progrès technique - entraînant mécaniquement une baisse des prix -, dans l'industrie pétrolière, les coûts de production (coûts d'extraction) augmentent avec le progrès technique, car les compagnies pétrolières mettent en production des gisements dans des zones de plus en plus difficiles d'accès.

 Or, pour exploiter ces gisements au coût d'extraction élevé, les compagnies nécessitent un prix du pétrole suffisamment élevé pour réaliser un profit (c'est-à-dire supérieur au coût d'extraction). Aujourd'hui, avec un prix du pétrole supérieur à 110 dollars, les pétroles de schiste ou les pétroles en mer très profonde (comme en Guyane) deviennent rentables mais une hausse de l'offre ne pourrait pas faire baisser le prix plus bas que le coût d'extraction de ces pétroles, faute de quoi ils ne seraient plus rentables.

Force est de constater que même si les techniques d'extraction du pétrole de schiste venait à progresser, que même si le coût d'extraction du pétrole de schiste venait à baisser, le prix du pétrole au niveau mondial ne baisserait pas. Car s'il
venait à baisser alors un certain nombre de pétrole (en mer très profonde, arctique,...) ne serait plus rentable ce qui compresserait l'offre et ferait augmenter le prix à nouveau. L'augmentation tendancielle des coûts d'extraction agit donc
comme un « stabilisateur » du prix du pétrole.

En résumé, les fondamentaux poussent le prix du pétrole à la hausse avec une augmentation de la demande et une offre qui
s'ajuste volontairement à cette demande grâce aux quotas de production de l'OPEP. A cela, il faut ajouter l'augmentation des coûts d'extraction qui agissent comme des « stabilisateurs » du prix. Cet argument de l'exploitation des pétroles de schiste pour faire baisser les prix du pétrole ne tient donc pas.

 
Réagissez à cet article
 (7) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limits 1500 caractres)
7 commentaire(s)
[1]
Commentaire par NGO
lundi 08 octobre 2012 18:05
Le postulat comme quoi l'OPEP pourrait contrler le prix du brut est une hypothse trs forte, d'autant plus qu'elle a t dmentie par les faits. En 2009/2010, les prix n'ont cess de baisser, malgr les dcisions successives de l'OPEP de diminuer sa production. De plus, si le Brsil ou d'autres pays se rvlant exploitant massifs de ptrole/sables bitumineux/huiles de schistes ne rejoignent pas l'OPEP, sa faible influence sur les prix n'en sera que diminue. Nanmoins, ce point peut nous amener penser que c'est bien la demande qui fixe les prix et que, huile de schistes ou non, il est peu probable que les prix soient diviss par deux (Cf. le point 3))
[2]
Commentaire par Herv
lundi 08 octobre 2012 20:33
Oui, dans l'ensemble vous avez raison. Mais lorsque vous dites que les progrs techniques font monter le prix, je ne suis pas tout a fait d'accord. En fait ils font baisser le prix des gisement trs difficiles au point qu'ils deviennent moins cher et donc exploitable. Cela dit, ce dtail ne change pas le sens gnral de votre propos. La baisse pourrait venir de l'effet conjugu du prix du gaz. Aux tats unis, le gaz est actuellement brad. Si l'exploitation des gaz de schistes est rentable ce tarif (j'en doute fort), il y aura une forte migration du ptrole vers le gaz pour tous les usages ou il peut se substituer, la demande pourrait alors diminuer suffisamment pour qu'il ne soit plus ncessaire de forer de nouveaux puits "difficiles". L'OPEP ne pourront pas baisser 0 car ils n'auraient alors plus de revenus. Si un contexte de surproduction apparait, alors les prix pourraient baisser. Si la baisse a lieu, elle sera de toute faon phmre.
[3]
Commentaire par Patvalet
lundi 08 octobre 2012 20:50
"Alphavalue, cabinet indpendant d?analyse financire, avance l?hypothse que la chute des prix du gaz amricain, la suite de l?exploitation du gaz de schiste, va entraner une division par deux du prix du baril d?ici 2015." Source : http://legazdeschiste.fr (ici plus prcisment http://www.legazdeschiste.fr/impact-economique/29092012,un-baril-de-petrole-a-50-dollars-en-2015-grace-au-gaz-de-schiste-,109.html + http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/20120927trib000721649/et-si-le-baril-de-petrole-tombait-a-50-dollars-en-2015-.html)
[4]
Commentaire par Gp001
mardi 09 octobre 2012 08:16
Il existe une relation entre cout du travail et prix de l'nergie,avec une similitude avec la courbe de Laffer:jusqu' un certain seuil,une baisse du prix de l'nergie augmente le chomage;la solution consiste transfrer sur l'nergie ne partie des prestations sociales.Qui serait capable de dvelopper cette ide ou de me contredire?
[5]
Commentaire par Franois Andr
mardi 09 octobre 2012 12:24
M. Porcher, rappelez-nous combien le ptrole tait tomb lors de la crise de 2008, moins de $40 si je ne m'abuse...
[6]
Commentaire par FAVARI Danièle
mardi 28 octobre 2014 10:50
Petit document http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/Espace-Decouverte/Les-cles-pour-comprendre/Economie-de-l-energie/Le-prix-du-petrole l'usage de Thomas Porcher qui ne sait pas que (comme pour le gaz) le prix du ptrole est assis sur le march spot. Je dnie, en outre, ce monsieur sa reprsentativit en matire de dfense du gaz de schiste, organise autour de sa seule personne, absente depuis l'origine de notre combat. Danile FAVARI, veille juridique des collectifs nationaux anti-gaz-de schiste
[7]
Commentaire par PIERRE
jeudi 26 fvrier 2015 03:00
Bravo Alexandre ANDLAUER. Quant Thomas Porcher, est il encore invit, ou son incompetence est enfin demontre ?
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vtre !
La chane Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !