Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Président fondateur de Sauvons Le Climat
Auteur
Ingénieur et docteur ès sciences, Hervé Nifenecker est Président fondateur du collectif  Sauvons le Climat, qu'il a créé en 2004. Il s'exprime sur "la chaîne Energie" à titre personnel...

Capturer le CO2 : bientôt une obligation pour les centrales thermiques ?


lundi 02 mars 2015

Il faut imposer à toute nouvelle centrale thermique de production d'électricité d'être équipée d'un système de capture et de stockage de C02 (CSC). En 30 ans, le parc serait « propre ». C'est l'appel d'Hervé Nifenecker au président François Hollande en vue de la conférence COP21.


Quarante pour cent des émissions de CO2 proviennent de la production d'électricité par des centrales utilisant des combustibles fossiles (charbon, lignite, gaz naturel, fioul lourd). Or on sait parfaitement produire de l'électricité sans ou avec de très faibles émissions (nucléaire, éolien, solaire, hydraulique?).

Il est aussi possible de capturer et stocker le CO2 émis dans les fumées des centrales à flamme utilisant des combustibles fossiles. A l'occasion de la COP21 la France devrait proposer aux parties (les Etats) à s'engager à ne plus autoriser le démarrage de nouvelles centrales utilisant des combustibles fossiles sans système opérationnel de Capture-Stockage de CO2 opérationnel

Pourquoi choisir cette option ?

La CSC, à quelques exceptions près, coûte cher (1).  Les opérateurs, qui ne sont pas des philanthropes, ne sont donc pas incités à développer cette technique. Schématiquement deux approches peuvent être envisagées pour les amener à  investir dans la CSC :

* une taxe carbone qui soit à un niveau suffisant pour que la CSC soit rentable ? Le niveau de la taxe nécessaire est estimé à plus de 100 euros par tonne de CO2. Le coût moyen de l'électricité augmenterait de 50%. Une telle augmentation brutale serait économiquement insupportable. Il faudrait donc  et l'étaler et retarder la mise en service de centrales équipées. Le contrôle des efforts des états sera très difficile, et la prévisibilité des résultats  extrêmement aléatoire.

* Utiliser la réglementation en imposant à toute nouvelle centrale  d'être équipée d'un système de CSC opérationnel. La durée de vie des équipements étant  de l'ordre de 30 ans, le parc de centrales à flamme serait « propre » au bout de cette période. La disposition d'une électricité produite avec très peu de rejet de CO2 permet aussi de dé-carboner le secteur des transports (véhicules électriques ou à hydrogène) et celui de la production de chaleur.

Une objection contre cette approche est qu'elle défavoriserait les pays en voie de développement qui ont besoin d'une électricité bon marché et dont les possibilités d'investissement sont limitées. Bien évidemment, l'installation de systèmes de CSC devrait bénéficier du Mécanisme pour un Développement Propre (MDP), éventuellement amélioré. L'application de normes réglementaires a montré son efficacité dans de nombreux domaines : généralisation des centrales propres limitant considérablement les émissions d'oxyde de soufre et d'azote ainsi que  celles de poussières, généralisation des normes sécuritaires et d'émission pour les véhicules automobiles etc.

Le rôle de la présidence française

 La France, étant le pays organisateur de la COP21 (Conference of the Parties 21) et en assurant la présidence, a un rôle très important pour aboutir à des engagements significatifs des Etats participants. Les Ministères des Affaires étrangères et de l'Environnement ont fait de la préparation de cette
conférence une de leurs priorités.

A l'heure actuelle il ne semble pas qu'émerge une stratégie claire pour aboutir à un résultat significatif. Dans cette situation compliquée, une approche rationnelle demanderait de choisir les actions les plus efficaces pour diminuer les rejets de gaz à effet de serre. C'est le sens de la pétition adressée au Président de la République Française, postée sur le site Avaaz.

Si vous souhaitez la signer, vous pouvez cliquer ici


(1) Très approximativement, la CSC double l'investissement initial et augmente le coût du kWh de 50%. La seule technique qui peut être rentabilisée est de réinjecter le gaz carbonique dans un gisement pétrolier ou gazier pour en améliorer la production.
(2) Instauré dans le Protocole de Kyoto, le mécanisme MDP vise à monétiser en quotas de carbone toute installation de technologies réduisant les émissions de GES dans les pays en voie de développement. .


Réagissez à cet article
 (13) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
13 commentaire(s)
[1]
Commentaire par un physicien
lundi 02 mars 2015 13:55
Hollande peut proposer, on sait qui posera son veto. Comme pour les bagnoles aux moteurs surdimensionnés.

[Réponse de l'auteur]
Qui? Vous en savez plus que moi.
[2]
Commentaire par papijo
lundi 02 mars 2015 14:28
Capture et stockage du CO2: Hervé Nifenecker a juste oublié un détail ... la capture et le stockage de CO2, cette technologie si chère à nos écologistes n'a pas encore été inventée, si ce n'est sur le papier. A l'échelle industrielle, une seule petite chaudière de 300 MWél en cours de démarrage au Canada (Boundary Dam) a été équipée. Le CO2 capté servira à booster la production des puits de pétrole de la région. Mais comment fait H. Nifenecker quand il n'y a pas de puits de pétrole ? Lien: Cliquer ici

[Réponse de l'auteur]
Il y quand même les expériences de Weyburn et Sleipner qui fonctioonent depuis plus de 10 ans au niveau du million de tonnes stockées par an. Je suggère de se reporter à la mise au point de Bernard Durand sur le site de SLC : http://www.sauvonsleclimat.org/images/articles/CCS/co2-sequestration.pdf S’il s’avère impossible de capter et stocker le CO2 à l’échelle nécessaire il restera deux solutions , pas forcément incompatibles : les énergies renouvelables et le nucléaire. En tout état de cause, il serait inadmissible de continuer à envoyer des dizaines de milliards de tonnes de CO2 dans l’atmosphère alors qu’on sait très bien faire autrement.
[3]
Commentaire par un physicien
lundi 02 mars 2015 22:07
@ l'auteur : Qui s'enrichit en vendant des bagnoles surmotorisées ? Qui n'applique pas de limitation générale des vitesses ? "...La Chancelière Merkel avait effectivement insisté à l?automne 2013 pour que la marche en avant de la réglementation ne soit pas trop tendue pour les constructeurs allemands qui se sont spécialisés dans le marché des véhicules haut de gamme très motorisés ..."

[Réponse de l'auteur]
Je pense qu’il serait très instructif que l’Allemagne refuse la mise en œuvre de la CSC pour ses futures centrales à charbon, lignite ou gaz. Je ne pense pas qu’elle le ferait, mais qu’elle saurait en tirer des bénéfices industriels et que ses entreprises seraient parmi les premières à fournir du CSC clés en main.
[4]
Commentaire par papijo
lundi 02 mars 2015 23:04
Réponse à l'auteur: Les 2 références que vous citez sont également des injections de CO2 dans des gisements pétroliers ou gaziers dans le but de booster la production et qui présentent l'avantage d'être étanches depuis plusieurs millions d'années. Ma question était: si on est dans un pays sans gisement de gaz / pétrole (au hasard:la France), on fait comment ?

[Réponse de l'auteur]
Il faudra payer plus cher notre électricité et injecter le CO2 dans des nappes aquifères salines
[5]
Commentaire par Gépé
mardi 03 mars 2015 09:48
La transition énergétique doit prendre en compte l'aspect économique en proposant de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. Cela permettrait de tenir compte de l'augmentation du prix de l'électricité avec capture du CO.

[Réponse de l'auteur]
Cet article concerne les émissions de CO2 produites par les centrales électriques au niveau de la planète. La France dont le système de production d'électricité est déjà, largement, dé-carboné, n'est que peu concernée (10 % de fossiles dans le Mix électrique). En même temps cette performance peut renforcer son poids dans les discussions qui se tiendront à la COP21.
[6]
Commentaire par papijo
mardi 03 mars 2015 10:05
Réponse à l'auteur: Les gisements de gaz et pétrole, on est certains qu'ils sont étanches à l'échelle de millions d'années. Comment faites-vous pour savoir si un aquifère salin est raisonnablement étanche sur une échelle d'au moins quelques dizaine d'années ? Comment testez vous l'étanchéité ? Vous avez des exemples pour valider la méthode ? PS Merci d'avoir pris le temps de me répondre.

[Réponse de l'auteur]
Je ne suis pas un défenseur de la CSC. Je constate simplement que tous les constructeurs de scénarios du futur (AIE, OCDE, IIASA et IAMC) en font largement usage. S'ils ont tort il vaut mieux le savoir rapidement et ne plus construire de centrales à flamme, du moins si nous voulons éviter une augmentation de la température globale de l'ordre de 4 degrés.
[7]
Commentaire par Gépé
mardi 03 mars 2015 10:15
Réponse à l'auteur. Je pense effectivement à la COP21, la France doit donner l'exemple pour proposer de remplacer l'obligation de résultats de Kyoto par l'obligation de moyens (taxe énergétique). Merci.

[Réponse de l'auteur]
Je pense que l'enjeu n'est pas de diminuer (à l'échelon mondial)la consommation énergétique mais les émissions de Gaz à effet de serre. Taxe CO2 oui, Taxe énergie non...
[8]
Commentaire par Gépé
mardi 03 mars 2015 10:25
Réponse. Il ne s'agit pas d'une taxe en plus, mais à la place (basculer à niveau constant). Je cherche une justification dans le livre de Benjamin Dessus.

[Réponse de l'auteur]
Il s'agit donc d'une question de fiscalité en France, domaine dont je ne suis pas spécialiste.
[9]
Commentaire par Monnier
mardi 03 mars 2015 14:03
La production d'électricité contribue pour seulement 21,5% des émissions de CO2 équivalent de tous les gaz à effet de serre (GES) : 11.090 Mt CO2eq sur un total de 51.500 Mt CO2eq (dont 39.000 Mt CO2). // Electricité, CO2, GES et nucléaire // Par ailleurs, la CSC (CCS) entraîne une consommation de charbon supérieure de 20% (de mémoire) et le coût de construction de telles centrales est prohibitif. // C'est une solution qui ne verra jamais le jour en dehors de quelques cas isolés et liés à l'injection dans les gisements de pétrole en cours d'épuisement. // Par contre, le remplacement de vieilles centrales dont le rendement est de 35% par des centrales supercritiques dont le rendement est de 45% est déjà un progrès considérable. Pour un coût de construction guère différent de celui des centrales sous-critiques. // La Chine est le premier pays pour la proportion de centrales supercritiques dans son parc.
[10]
Commentaire par Gépé
mercredi 04 mars 2015 14:39
Une taxe sur l'énergie permettrait de bénéficier de la rente nucléaire.

[Réponse de l'auteur]
La rente nucléaire bénéficie aux français par des prix bas de l'électricité (2 fois moins chère qu'en Allemagne) et par les dividendes versés à l'Etat qui est, de loin, le principal actionnaire d'EDF. Aller plus loin, ou bien conduirait à une augmentation des prix payés par les consommateurs, ou bien à la diminution des investissements. D'ailleurs qu'est la CSPE si ce n'est une taxe sur l'énergie?
[11]
Commentaire par Gépé
mercredi 04 mars 2015 17:51
Si l'électricité était au même prix qu'en Allemagne, cela correspondrait à une rente de 50Mrds d'euros, c'est la somme que nos responsables politiques recherchent en vain.
[12]
Commentaire par Gépé
jeudi 05 mars 2015 08:05
suite...pour financer nos retraites.
[13]
Commentaire par lebrun
dimanche 15 mai 2016 08:15
Pourquoi pas à toutes les sources d'émissions? Automobiles par exemple.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...