Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Né en décembre 1942, ingénieur physicien de formation, Bertrand Barré est ancien conseiller scientifique d'AREVA voir son blog) Entré en 1967 au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA),...

Nucléaire : ne fermons aucun réacteur


jeudi 09 octobre 2014

La loi de transition énergétique prévoit de limiter à 63,2 GW la capacité du parc nucléaire français. Et si au lieu de fermer deux réacteurs, on réduisait de 2,5 % le niveau de puissance de tous les réacteurs ?


Voir le site de Bertrand Barré

La loi de croissance verte et transition énergétique est en cours de discussion à l'Assemblée Nationale.  Il est trop tôt pour prévoir quand elle sera votée et avec quel texte définitif, mais il est probable que sera maintenu un plafond de 63,2 GWe pour la capacité totale du parc nucléaire français. 

Si tel est le cas, à la mise en service de Flamanville 3, il faudra réduire de 2,5% la capacité du parc restant.

Depuis la campagne présidentielle de 2012, l'hypothèse officielle est que cette réduction s'effectuera par l'arrêt des 2 tranches de Fessenheim.  Devant l'opposition locale, il se murmure qu'il pourrait s'agir de deux autres tranches, sur un site qui en compte plus de deux.

Si l'on décide effectivement de fermer définitivement 2 tranches de 900 MWe, sur quel critère les choisir ?  La logique technico-financière voudrait que ce soit celles dont la facture de mise à niveau, exigée par l'Autorité de sûreté suite à la visite décennale, est la plus onéreuse, mais la logique politique risque d'être différente...

Mais il y aurait une autre possibilité, qui me semble être la stratégie de moindre regret : il suffirait de réduire d'environ 2,5% le niveau d'autorisation de puissance sur toutes les tranches du parc, sans en arrêter aucune.  Les avantages de cette stratégie - par rapport à l'arrêt prématuré de tranches que l'Autorité de sûreté autorise à fonctionner - sont multiples :

* Soulignons d'abord qu'elle ne pose aucun problème technique.
* Elle évite les problèmes d'emplois locaux, directs et indirects.
* Elle permet de retarder les dépenses de démantèlement.
* Elle n'entraîne  aucun déséquilibre du réseau de transport d'électricité.
* Elle laisse la possibilité de rétablir temporairement, par exemption, la puissance initiale si l'on rencontre un pic de demande exceptionnel, par exemple lors d'un hiver très froid.
* Elle reste réversible si dans quelques années le contexte international nous y incitait (on peut penser au gaz Russe) ou si les énergies renouvelables n'atteignaient pas les objectifs visés par la loi.


Réagissez à cet article
 (9) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
9 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Monnier
jeudi 09 octobre 2014 15:20
La multiplication des entourloupes des bonimenteurs du nucléaire pour maintenir à flot leur camelote n'a pas de limite. --- Car ne fermer aucun réacteur en prétendant seulement réduire leur production annuelle, c'est laisser la porte ouverte au maintien de cette absurdité de 75 % d'électricité nucléaire dans la production d'électricité en France. --- Cette proportion, qui correspond à un taux de charge de 75% des réacteurs nucléaire en France (coïncidence des chiffres) montre d'ailleurs une des limites du nucléaire français. --- Précisions sur les réacteurs français, lire ici : Les 58 réacteurs nucléaires de trop en France --- Avant l'arrêt obligé des réacteurs japonais, le taux de charge des réacteurs était de 82% en moyenne mondiale. --- L'abus de nucléaire dans un pays nuit à sa rentabilité.
[2]
Commentaire par Hervé
jeudi 09 octobre 2014 19:47
Il y a encore plus simple et qui va plaire a Monnier: Il suffit juste de mettre plus d'éoliennes et de panneaux solaires. Leur production ayant un cout marginal null (et qui plus est frappée d'une obligation d'achat) elle va se substituer aux réacteurs. Ces derniers continueront à plein régime lorsque les ENR font défaut. ça permettra de baisser le taux de charge à 50% comme souhaité par notre gouvernement actuel. Sur le plan économique, c'est une aberration car le cout du nucléaire étant constitué quasiment que de frais fixes, ça fait monter artificiellement les couts, mais ça va plaire aux escrolos (Et bien entendu, le CONsommateur paiera l'ardoise, mais il a l'habitude...)
[3]
Commentaire par Hervé
jeudi 09 octobre 2014 20:13
@ Monnier, En prenant le cout du kWh de la CCC arrondi à 5.5Cts, un taux de charge à 82% au lieu de 75%, ça le ramènerait à 5.1cts. Soit 0.4 centimes d'économies par kWh. Pouvez vous nous comparer combien les habitants de votre pays modèle (Allemagne) payent leur kWh, combien leurs centrales au charbon tuent de monde chaque année? Quel est leur taux d?émission de CO2 par habitant? Ce serait très instructif pour savoir si on a trop de réacteurs...
[4]
Commentaire par SolarHome
vendredi 10 octobre 2014 10:44
Le Lobby nucléaire a remporté une large victoire: faire inscrire 63 GW dans la loi c'est garantir la quasi intégralité du parc nucléaire donc graver dans le marbre l'Oligopole EDF + la religion Atomique obligatoire + tuer toutes les alternatives: ENR et MDE. Que peuvent-ils vouloir de plus ? Même pas fermer 1 ou 2 réacteurs obsolètes ? Y'a vraiment qu'en France qu'on rencontre des Technocrates tellement prétentieux et sur d'eux même pour qu'ils vont entrainer tous le pays vers un syndrome Fukushima.
[5]
Commentaire par SolarHome
vendredi 10 octobre 2014 11:05
Que M. Barré et tout le Village Nucléaire se rassurent, même si un article réduisant la part du nucléaire à 50% vient juste d'être voté http://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/0203848992704-nucleaire-les-deputes-ont-vote-une-reduction-de-la-production-de-75-a-50-en-2025-1052233.php Cette loi ne sera JAMAIS appliqué ! Le prochain gouvernement aura tot fait d'abroger une loi qui remet en cause seule vraie religion Française: la radioactivité.
[6]
Commentaire par patrig k
mercredi 15 octobre 2014 16:12
[ .... Elle permet de retarder les dépenses de démantèlement. .... ] Mais Monsieur Barré, vous oubliez une chose, que la loi à ce sujet IMPOSE des provisions, et pas de l'argent placé en bourse ! ... En plus, le sieur , ose argumenter, " ben c'est pas nous qu'on paie, nos gosses s'en chargeront " ....

[Réponse de l'auteur]
Il n'est évidemment pas question de remettre en cause les provisions !
[7]
Commentaire par patrig k
mercredi 15 octobre 2014 16:16
[ .... Elle reste réversible si dans quelques années le contexte international nous y incitait (on peut penser au gaz Russe) ou si les énergies renouvelables n'atteignaient pas les objectifs visés par la loi. ... ] .... M. Barré, qu'est-ce donc vous fait rèver que pour vos recharges de Mox , il en serait différent , notamment dans les anciennes colonies soviètiques, ou vos potes se font du gras à traiter avec dictateur ! Rappelons que l'énergie est définie en physique comme la capacité d'un système à produire un travail, à notre époque ces systèmes sont alimentés depuis les puits de la péninsule Arabique, d?Afrique, via le gazoduc et oléoduc, mais encore depuis les mines d?uranium des quatre coins de la planète, Niger, Australie, Canada, et le Kazakhstan, un paradis dictatorial et partenaire de nos entreprises d?Etat (*). A lire sur le Canard enchainé du 1er octobre 2014 : Ces journalistes et politiques que l'argent fait tourner kazakh
[8]
Commentaire par Hervé
dimanche 19 octobre 2014 19:56
@Monnier On attends toujours vos réponses
[9]
Commentaire par Hervé
jeudi 23 octobre 2014 13:42
Allez Monnier, c'est pourtant pas compliqué, tout est accessible sur le net par quelques clics de souris. Le coût de la seule EEG (équivalent CSPE en allemagne) en Allemagne est de 6.24cts/Kwh, soit plus de quinze fois le surcoût du "surnombre de réacteurs français", le tout pour un service cinq fois moindre... Et encore je ne compte pas les taxes. Au final un allemand paye 2x plus cher son électricité qu'un Français. L'utilisation du charbon Tuerait selon L'OMS 10000 personnes chaque années rien qu'en Allemagne. Les émissions de CO2 par tête d'habitant sont d'environ 10 tonnes contre 6 en France .
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !