Participez aux débats sur l'énergie de demain

L’électorat "nucléaire" vote comme le pays, sauf à Fessenheim


vendredi 04 mai 2012

Les électeurs qui vivent dans un rayon de 20 ou 30 km autour des installations nucléaires votent comme l'ensemble du corps électoral. Eva Joly fait moins bien que nationalement. A Fessenheim, François Hollande est à la traîne.


Une étude de SIA-Conseil, conduite par Matthieu Courtecuisse, Emmanuel Gourbesville et J.-N. Narral.

Les électeurs des zones liées au secteur nucléaire ont voté de manière similaire à la moyenne nationale au premier tour de l'élection présidentielle, hormis à Fessenheim, siège d'une centrale que François Hollande s'est engagé à fermer.

La même similitude est observée lors de l'élection présidentielle de 2007.

L'électorat nucléaire est défini comme celui des zones fortement liées à l'industrie nucléaire, à savoir les 19 sites abritant les 58 réacteurs nucléaires exploités par EDF, et les principales zones d'implantation industrielle d'Areva. Dans ces 27 principaux sites industriels, l'étude a retenu les communes situées entre 15 et 40 km. Leur corps électoral se situe entre 2.000 et 23.000, soit au total 260 000 électeurs. Il s'agissait à la fois d'éviter de ne retenir que les seules communes d'implantation des installations - qui bénéficient de retombées importantes en termes d'emplois et de revenus-  et de ne pas "diluer" la signification du votre en retenant une zone trop large avec de très grandes agglomérations.

Ainsi, les électeurs situés dans les bassins d'emplois liés à l'industrie nucléaire ont voté dimanche à 29% en faveur de François Hollande, contre 26% pour Nicolas Sarkozy, 19% pour Marine Le Pen, 12% pour Jean-Luc Mélenchon, 8% pour le Modem et 1% pour Eva Joly.

Des chiffres très proches de la moyenne nationale qui donne (en données arrondies) le candidat socialiste à 29%, le président sortant à 27%, la candidate FN à 18%, le Front de Gauche à 11%, le Modem à 9% et EELV à 2%.

Dans les seuls sites abritant des centrales nucléaires, le résultat est là encore très proche de la tendance nationale, avec un François Hollande toujours en tête à 30% devant l'UMP Nicolas Sarkozy à 25%.

Dans le détail, des données site par site montrent de faibles écarts avec les résultats nationaux partout sauf à Fessenheim, dans le Haut-Rhin, site de la plus ancienne centrale nucléaire en activité de France, et la seule que le candidat socialiste s'est engagé à fermer durant le prochain quinquennat s'il est élu.

M. Hollande y a récolté seulement 12,43% des suffrages, contre 33,55% pour Nicolas Sarkozy, qui défend la prolongation de l'activité de la centrale tant que l'Autorité de sûreté nucléaire la jugera apte à fonctionner. Ce grand écart peut toutefois être rapproché de la tendance dans l'ensemble du département, où, contrairement à la tendance nationale, le président sortant a devancé très nettement son rival du PS (avec 32% des voix contre 19%).


Par
Réagissez à cet article
 (12) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
12 commentaire(s)
[1]
Commentaire par carlino
samedi 05 mai 2012 07:04
1 % pour joly contre une moyenne de 2 % ça fait - 50 % ! c'est pas rien . de ce que je connais beaucoup ne veulent pas d'éolien dans leur région . ils sont plus au jus sur les questions de l'énergie et savent bien combien d'éoliennes géantes + nouvelles centrales thermique il faut pour remplacer un seul réacteur ! il ne rêvent pas et ne veulent pas que leurs paysages et environnement soit dénaturé contre un si mauvais résultat .
[2]
Commentaire par Juanasol
samedi 05 mai 2012 12:31
Le nucléaire ce sont des emplois, mais les énergies renouvelables ? Bien plus, en réalité, mais on nous le cache ! Le nucléaire c'est propre ? Foutaise ! Les déchets radioactifs s'amoncellent partout, la terre devient une immense déchetterie de matières radioactives qui tuent à petit feu ; les centrales nucléaires vieillissantes comme en France constituent des cibles parfaites pour les terroristes, des régions entières seraient rayées de la carte si le moindre accident survenait sur un site. Mais ça ne fait rien, préservons nos emplois et notre électricité, refusons les énergies d'avenir dans lesquelles les allemands investissent massivement, car c'est nous la France Forte !!!
Puisqu'on nous bourre le crâne depuis des décennies, on y croit au nucléaire ! Pourtant nos centrales vieillissantes souffrent chaque semaine de nouveaux incidents qu'on s'empresse d'oublier... En dehors de tout parti pris politique, il faut avant tout être réaliste. A courte vue, le nucléaire est économique, mais les centrales nucléaires vieillissent et leur dangerosité et leur coût augmentent considérablement avec le temps. Les déchets radioactifs s'amoncellent. Il y aura d'autres accidents, et plus graves encore, si on persiste. Il est IMPOSSIBLE de limiter le risque nucléaire. LES ENERGIES ALTERNATIVES EXISTENT, d'autres sont à développer. Pour cela il faut investir comme les autres pays dans ces énergies de demain.Voir le blog http://nucleairedanger.blog4ever.com
[3]
Commentaire par Alain Le Gargasson
samedi 05 mai 2012 14:49
4 petits liens pour démystifier toute les énergies,
http://www.sauvonsleclimat.org/communiqueshtml/tres-cher-eolien-offshore/35-fparticles/1144-tres-cher-eolien-offshore.html
http://www.sauvonsleclimat.org/production-denergie/energies-renouvelables/intermittence-et-foisonnement.html
http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/1972-2012-le-club-de-rome-confirme-114264
http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html
à méditer avant de parler!!!!!
[4]
Commentaire par carlino
samedi 05 mai 2012 19:32
@ Juanasol quelle énergies renouvelables !!!? photovoltaïque et éoliennes a la production électrique revendue a prix d'or ...c'est facile de faire des emplois avec des prix garantis !!! et combien seront détruits a cause de ces monumentales éoliennes ? ...et combien de co2 en plus a cause de ces éoliennes qui fonctionnent en couple avec du nouveau thermique ? Au japon c'est parti les turbines a gaz , charbon et pétroles fonctionnent plein pot ...c'est bien ça pour la planète ? où est le sauvons le climat dans ces ENR !!!?
pour moi c'est du faux que ne résoudra rien ..et encore moins le nucléaire ...c'est un business malsain où de nombreuses multi nationales vont tellement il y a d'argent a gagner ...ils n'ont pas de mérite ....c'est même pire je pense que ces fausses bonnes idées vont tuer le renouvelable !!!
pour être constructif je pense qu'il serait préférable de mettre tous ces milliards dans les économies d'énergie , efficacité énergétique , isolation , géothermie , solaire thermique ...et recherche !
[5]
Commentaire par yan13
samedi 05 mai 2012 21:09
Ca serait bien d'arrêter de "faire pleurer dans les chaumières"sur la soit disant désindustrialisation qui sera provoquée par une fermeture de quelques centrales nucléaires d'ici 2020 si FH respecte ses engagements. Tout d'abord les majorité des employés sont chez EDF donc fonctionnaires, ensuite le démentellement des centrales c'est un chantier pharaonique qu'il faut bien avoir le courage de commencer alors y sont pas près d'être au chômage les opérateurs du nucléaire !

Et si vous demandiez aux chomeurs REELS de la filière solaire en France pour qui ils vont voter dimanche ?
[6]
Commentaire par Hervé
samedi 05 mai 2012 23:29
De toute façon, vu la conjoncture, il ne se profile pas de grands changements quelque soit le résultat du vote. Il est évident que le nucléaire continura. La fermeture des deux réacteurs ne va pas changer grand chose au paysage energétique. ça va juste faire grimper le déficit de notre balance commerciale de quelques centaines de millions supplémentaires. De toute façon, vu le programme de FH, on n'est plus à ça prés...


@ Yann 13
Humm,
Concernant le démontage, renseignez vous sur le nombre de personnes qui travaillaient à superphenix lorsque il fonctionnait et maintenant, ça a sacrément réduit!
Ensuite il n'est pas certain que la majorité des travailleurs du nucléaire soient fonctionnaires chez EDF. Les "nomades du nucléaire", ça vous dit rien? Et les sous traitants?

Concernant la filliaire solaire, je vous rappele qu'elle nous a promis la parité réseau sous peu. Les tarifs sont encore bien plus élevés. Alors quel est le probleme? La balle est dans leur camp. Qu'ils assument leurs promesses.
[7]
Commentaire par Duff
mercredi 09 mai 2012 09:20
La France du nucléaire vote la même chose que les Français, sauf en Alsace, traditionnellement à droite... ça c'est un scoop ! Je serai curieux de savoir combien de consultants il a fallu pour en arriver à cette conclusion.
[8]
Commentaire par Businesscoot
dimanche 13 mai 2012 18:41
Businesscoot a publié une étude gratuite sur le démantèlement du nucléaire qui peut intéresser ceux qui souhaitent plus d'infos.

http://www.businesscoot.com/le-marche-du-demantelement-nucleaire-france-109/
[9]
Commentaire par Marre
mardi 15 mai 2012 17:43
Cher Matthieu Courtecuisse, il faudrait de temps en temps arrêter d'avoir les chevilles qui enflent !!
[10]
Commentaire par patrig k
lundi 21 mai 2012 17:10
@carlino... des éoliennes géantes ou des pylones géants suportants les milliers de km de guirlandes 20 000 volts à chauffer les zizs ... CM2-2

@Hervé [Les "nomades du nucléaire", ça vous dit rien? Et les sous traitants?]

Quand cela vous arrange, ils vous servent à surffer sur le net, mais pour le principal, pas la mondre réflexion qui pourtant coule de source ... Est-ce votre conception d'un nucléaire sur et sécurisé que de pratiquer ce management, qui du reste commence à gangrèner également les "permanents" de l'EDF (super phénix et grève mai 2012) ...

Les atomes sont ni soviètiques ni capitalistes, la règle , c'est pas le moindre soupçon d'une demie seconde d'inatention... ce qui ne semble pas etre le cas ...

" casser des atomes, bouillir de l'eau à 320°, tourner turbine et construire millions de lignes THT et déperditives , pour chauffer mémé à 19° ! Meme les shadocks, n'y auraient pas pensé " ...
[11]
Commentaire par Monnier
lundi 04 juin 2012 12:25
Toujours cette mythologie des combustibles fossiles pour venir en soutien ("back-up") des énergies renouvelables.

Deux constatations montrent au contraire que l'expansion des énergies renouvelables, avec ou sans sortie du nucléaire selon les pays, s'accompagne d'une diminution des combustibles fossiles.

- http://energeia.voila.net/electri/allemagne_nucle_renouv.htm

Depuis dix ans en Allemagne, la sortie progressive du nucléaire s'accompagne d'une forte progression des énergies renouvelables dans la production d'électricité alors que la part des combustibles fossiles reste stable ou diminue.

Entre 2000 et 2011, l'électricité nucléaire est passée de 169 à 108 TWh en Allemagne, le charbon et assimilé de 291 à 267 TWh, les renouvelables de 38 à 122 TWh.

- http://energeia.voila.net/renouv/electri_renouv_fr_de.htm

Entre 2000 et 2010, la part de l'électricité renouvelable a très peu augmenté en France (de 13,9% à 14,5%), mais beaucoup en Allemagne (de 6,9% à 17,5%), en Espagne (de 16,9% à 33,5%), au Portugal (de 30,3% à 53,2%), en Italie (de 20,9% à 26,4%), au Danemark (de 15,6% à 31,7%) et même en Grande-Bretagne (de 3,4% à 7,5%).

Si l'électricité renouvelable n'existait pas, la production d'électricité par les combustibles fossiles aurait dû être plus importante de 695 TWh en 2010, soit 41% de plu
[12]
Commentaire par jmdesp
jeudi 05 juillet 2012 13:05
@Monnier : Vous avez un problème pour lire le tableau que vous postez. Le *total* fossile y est passé de 346,5 en 200 à 358,5 en 2011. La faible réduction du lignite (-23,9 TWh) que vous indiquez a été complètement compensé par l'augmentation du gaz (+34,8). Que les Allemands remplacent du lignite par du gaz est une bonne chose. Je ne vois rien au monde de pire que le lignite, surtout exploité comme il l'est en Allemagne, avec des mines à ciel ouvert qui détruisent des km2 de surface, anéantissent les nappes phréatiques, contraignent à des transferts de population, polluent l?atmosphère de quantité massive de particules fines cancérigènes (la contribution est supérieure à celle du diesel). Malheureusement le plan allemand apparait en fait plutôt comme d'agiter un chiffon vert devant les écolo pour protéger le plus longtemps possible les intérêts des producteurs de lignite, dont la réduction est symbolique. Le maintien de la capacité de production en remplaçant les usines par des nouvelles est déjà acté, ainsi que le développement de nouveaux gisements. L?Allemagne est décidé à en brûler jusqu'à la dernière tonne quoi qu'il en coute, et ils sont assis sur 300 ans de réserves. Vous prétendez réfuter le "mythe" du besoin de back-up, mais même corrects, les chiffres cités ne sont pas pertinents à ce sujet. Le besoin de back-up limite le maximum que peuvent atteindre les renouvelables intermittents (type éolien et solaire), pas la possibilité d'en mettre quand on part de 0
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...