Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Fondé en 1999, avec 300 consultants, le cabinet de conseil en management Sia Partners (initialement SIA-Conseil) est présent en France, Belgique, aux Pays-Bas, en Italie, au Maroc et à Dubai. Il a...

Le froid en France = + 80 euros sur la facture de gaz et d'électricité


lundi 17 juin 2013

Le printemps froid qu'a connu la France agit sur le moral mais aussi sur le portefeuille des citoyens ! D'où l'alerte lancée par le Médiateur de l'énergie.


Fin mai, alors que les températures sont 4 à 5 degrés en dessous de ce qu'elles devraient être, RTE annonce que la consommation d'électricité en France est depuis au moins 10 jours supérieure de 5 à 10% aux normales de saison en raison du mauvais temps. De tels écarts de températures avaient également été constatés fin février et mi-mars.

Fort de ce constat, le cabinet Sia Partners s'est donc intéressé à l'impact de ces mauvaises conditions climatiques depuis le début de l'année 2013 sur le pouvoir d'achat des ménages en estimant la surconsommation engendrée et en valorisant sa conséquence sur les factures de gaz et d'électricité.

Afin d'estimer la surconsommation générée par des températures exceptionnellement basses, Sia Partners a utilisé le concept de gradient de thermo-sensibilité des parcs de consommation, un indicateur statistique permettant d'évaluer la sensibilité climatique de la consommation énergétique.
Après analyse (voir le détail sur le site de SIA-Partners) , Sia Partners a retenu les gradients publics suivants :

* 1 010 MW/°C pour l'électricité
* 32 GWh/°C au 1er trimestre et 43 GWh/°C au 2ème trimestre

L'excédent de consommation dû aux températures froides est obtenu par multiplication de ce gradient par la différence de température entre observations et normales saisonnières.


.





















Cliquer pour agrandir le tableau

Des factures en hausse de plus de 80 euros pour les ménages
 
Suivant l'hypothèse que la vente d'énergie se fait principalement aux tarifs réglementés de vente, le calcul permet d'estimer que le surcoût occasionné pour chaque ménage concerné par ces méthodes de chauffage (environ 10 millions dans chaque cas), sera en moyenne de 82,7 € pour les foyers se chauffant à l'électricité et de 81 € pour ceux se chauffant au gaz, ce qui représente une hausse de 8% des factures sur le premier semestre 2013 par rapport à une année normale.

A titre de comparaison, et pour bien se rendre compte de l'impact de cette augmentation sur les populations financièrement les plus fragiles, il faut savoir que l'aide offerte aux ménages dans le cadre des tarifs sociaux est en moyenne de 92 € pour l'électricité et 124 € pour un ménage se chauffant au gaz.

On comprend alors mieux pourquoi le Médiateur de l'énergie vient d'alerter l'opinion publique et le gouvernement sur l'urgence d'étendre, avant le prochain hiver 2013-14, le dispositif des tarifs sociaux à tous les ménages en situation de précarité énergétique, ce qui est encore loin d'être le cas !
Réagissez à cet article
  
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !