Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Né en décembre 1942, ingénieur physicien de formation, Bertrand Barré est ancien conseiller scientifique d'AREVA voir son blog) Entré en 1967 au Commissariat à l'Energie Atomique (CEA),...

Accident nucléaire : Quel coût ? Quelles assurances ?


lundi 13 mai 2013

L'IRSN vient de publier des chiffres précis sur le coût d'un accident nucléaire, selon son degré de gravité. Quelles conséquences en matière d'assurances ?


Voir le site de Bertrand Barré

Dans son rapport public thématique de janvier 2012 intitulé "les coûts de la filière électronucléaire", la Cour des Comptes a exorcisé le mythe des "coûts cachés" de l'électricité nucléaire : il y a bel et bien prise en compte des coûts prévisionnels  du démantèlement des installations et du stockage des déchets à longue durée de vie, et l'incertitude qui subsiste forcément sur ces coûts futurs n'est pas d'un ordre de grandeur qui mette en cause la compétitivité du nucléaire.

Du coup, la controverse s'est déplacée vers un autre sujet : l'insuffisance de couverture des risques d'accident nucléaire grave constituerait une subvention déguisée abaissant artificiellement le coût réel de production d'un kWh nucléaire.  Que peut-on en dire ?

Les conventions  de Paris et de Bruxelles, qui datent de années 60 mais ont été plusieurs fois révisées, prévoient trois tranches d'indemnisation: la première tranche est payable par l'exploitant (jusqu'à 91 millions d'euros), la seconde par l'Etat où se trouve le réacteur (110 millions d'euros supplémentaires) et la troisième conjointement par les Etats ayant ratifié les conventions (pour une nouvelle tranche de 144 millions d'euros), soit un total de 345 millions d'euros. Un nouveau protocole, conclu en 2004 mais encore en cours de ratification, portera à 700 millions d'euros la part de l'exploitant.

Aux Etats-Unis, la responsabilité civile nucléaire est fixée par le Price-Anderson Act : Les risques liés à l'exploitation d'installations nucléaire civiles sont garantis par une assurance collective plafonnée à 10 milliards de dollars. Les indemnisations au-delà de ce plafond seraient couvertes par le gouvernement fédéral.

Mais combien risque de coûter un accident nucléaire ?

L'IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) vient de publier des chiffres relatifs à deux types d'accident survenant  sur un réacteur de 900 MWe implanté sur un site français typique, en tenant compte de 100 conditions météorologiques différentes (actuellement rencontrées au cours de l'année 2010) :

    Un accident causant la fusion du cœur, mais avec rejets radioactifs contrôlés (accident grave)
    Un accident avec rejets radioactifs massifs (accident majeur).

L'étude IRSN comptabilise 5 catégories de coûts :

    Coûts radiologiques sur le site
    Coûts radiologiques hors site
    Gestion de territoires contaminés
    Augmentation des coûts de production électrique (effet parc) (perte de 10 ans de durée de vie du parc)
    Coûts "d'image" : pertes d'exportations agroalimentaires et nucléaires, fuite des touristes, etc.





Accident grave :
Coût radiologique minime (20% du total)
Coût total = 6% PIB ou 2-3 ans de croissance
Fourchette de 0 à 10 000 personnes évacuées (médian 3 000)
Choc médiatique, enjeu économique considérable, mais pas de crise radiologique

Accident majeur ,cas très extrême, de très faible probabilité:
De 35 000 à 160 000 personnes évacués selon site et météo (valeur médiane : 100 000).  Très peu de conséquences sanitaires dues à la radioactivité, mais...
Effets psychologiques dévastateurs
Gros volumes de déchets agricoles
Gestion de territoires contaminés sur de nombreuses années
Conséquences sur les pays voisins (toute l'Europe de l'ouest)
Coûts "humains = 40% du total, mais pèseront plus dans les décisions politiques...
Coûts d'image > coûts radiologiques (mais grande incertitude)
Coût total = 20% PIB ou plus de 10 années de croissance
Crise sociale et politique à la clé...

Dans les deux cas, les coûts radiologiques proprement dits sont une fraction minoritaire des coûts totaux.  Le coût d'un accident majeur, heureusement très peu probable, est du même ordre de grandeur que le coût, certain, de la sortie du nucléaire en Allemagne...

Il est facile de critiquer cette étude : les résultats ont été publiés sans soumission de la méthodologie à une revue par les pairs et des hypothèses importantes ne sont pas explicitées (coût de la vie humaine, taux d'actualisation, valeur des terrains contaminés, etc.).  On peut aussi s'interroger sur la compétence de l'IRSN à évaluer les coûts de la perte d'image, poste le plus lourd du bilan.  Mais ce rapport a au moins le mérite de faire oublier des chiffres antérieurs beaucoup plus fantaisistes allant jusqu'à plusieurs milliers de milliards d'euros.

Alors quel devrait être le montant des primes d'assurance pour couvrir les risques d'un accident majeur ?  Le problème est que l'on ne dispose pas de statistiques sur la fréquence d'un tel accident : il ne s'en est produit que 2 dans le monde (Tchernobyl et Fukushima) depuis que l'on produit de l'électricité nucléaire... On ne fait pas de statistiques sérieuses sur deux occurrences.

Dans le rapport cité plus haut, la Cour des Comptes s'est efforcée d'évaluer le coût du risque pris en charge par l'Etat en cas d'accident nucléaire grave. Sur la base d'un coût de sinistre nucléaire de 70Mds€ (estimation antérieure de l'IRSN), la création « fictive » d'un fonds d'indemnisation doté de 70Mds€ se traduirait par une dotation de 580M€ par an, soit 1,41€/MWh.  Un fonds de 430 milliards reviendrait à ajouter 8,7 euros par MWh : ceci reste inférieur au montant actuel de la fameuse CSPE (contribution au service public de l'électricité).

 
Réagissez à cet article
 (30) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
30 commentaire(s)
[1]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
lundi 13 mai 2013 21:51
Comparer le coût d un accident qui détruit de la valeur au coût de l investissement fait par l Allemagne pour se doter d une source d énergie pérenne, propre, fiable, qui lui donne une avance et un élan technologique et des emplois dans une filière d avenir, et qui la met à l abri des futures crises sur la disponibilité des carburants fossiles ou fissiles est une aberration. De plus, pour vous 20% de 120 milliards, soit 24 milliards, c est minime ? Et 430 milliards, soit plus que le budget de l Etat, c est peanuts ? et 5 000 milliards, une autre estimation IRSN, une broutille ?
[2]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
lundi 13 mai 2013 21:59
Puisque vous parlez du rapport de la cour des Comptes qui "démystifie les coûts cachés", voila ce qu elle dit : DEMANTELEMENT : « Les chiffrages d'EDF sont au bas de la fourchette des comparaisons internationales » DECHETS : "14,8 milliards d?euros pour la gestion des combustibles usés, 28,4 milliards, pour les déchets ultimes, qu?il faudra enfouir en grande profondeur, Le devis établi en 2005 par l?Andra a été revu en 2009 et a quasi doublé" [à plus de 30 milliards ?]. RECHERCHE : "55 milliards ? de dépenses de recherche nucléaire civile depuis 1957 avec 70 % de crédits publics ", soit environ 1 milliard par an. " et pour conclure : "LA PARTICULARITÉ DU NUCLÉAIRE EST QU?UNE PARTIE IMPORTANTE DES COÛTS EST REPORTÉE DANS L?AVENIR, AVEC UN CHIFFRAGE PAR NATURE INCERTAIN" http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/RPT/Rapport_thematique_filiere_electronucleaire.pdf
[3]
Commentaire par 430 milliards par réacteur
lundi 13 mai 2013 22:30
S il faut rajouter 8.7 E/MWh aux 100 à 130 E/MWh de Flamenville, ont sera entre 109 et 139 E/MWh, à comparer aux 65 E/MWh de l éolien ou aux 40 E/MWh du solaire (en Espagne). Et avec les ENR, l efficacité énergétique et la réhabilitation des bâtiments, en plus de donner du boulot non délocalisable pour nos enfants et d économiser les 70 milliards annuels de pétrole, personne ne sera jamais obligé de déménager. Au fait, 430 milliards c est à peu près le prix à payer pour passer totalement aux ENR, pour les allemands ou pour nous, mais rester au nucléaire nous coûtera aussi environ 500 milliards pour renouveler les vieilles centrales, de préférence avant qu elle n explosent. Quant à la fréquence d un accident , il suffit de croire les experts nucléaires, comme le directeur général de l?IRSN (Le Figaro 18/6/11), qui estime le risque à un accident majeur tous les 10 ans.
[4]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
lundi 13 mai 2013 23:05
Avec 580 millions par an, il faudrait cotiser pendant 120 ans pour arriver à 70 milliards ! Mais le problème n est pas là : trouvez nous simplement une seule compagnie d assurance au monde assez folle pour prendre un tel risque (430 milliards, c est plus que le budget de l Etat), et on en reparle !
[5]
Commentaire par un physicien
mardi 14 mai 2013 09:29
Ceux intéressés par le rapport entre énergie et assurance pourront lire : http://gabe.web.psi.ch/pdfs/Energiespiegel_13f.pdf où des chercheurs suisses ont compilé pour les assureurs les catastrophes liées à l'énergie. Ils y verront qu'en terme de vies humaines par kW.h, le nucléaires est beaucoup plus sûr que les fossiles.
[6]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
mardi 14 mai 2013 10:06
C est une évidence de dire qu il y a eu plus de morts avec le charbon, les barrages, etc. qu avec le nucléaire (à condition d oublier Hiroshima et Nagasaki). Cependant ni les éoliennes, ni le solaire ou la plupart des ENR ne forceront un jour la moitié de l Europe à déménager pour quelques siècles, ou feront fuir tous les touristes qui viennent visiter notre pays ou conduiront nos agriculteurs à jeter leur production, ou nous obligeront à passer par Toulouse pour aller de Paris à Marseille. Et en plus c est moins cher de passer aux ENR que de rester au nucléaire.
[7]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
mardi 14 mai 2013 22:13
Juste un petit conseil, valable pour chacun : lisez les lignes minuscules en bas du contrat d assurance de votre habitation : vous y découvrirez qu en cas d accident nucléaire, et bien, c est pour votre pomme ! Il sera temps alors de remercier tous nos experts nucléaires qui nous disaient que ce n était pas cher ! que le risque était tellement faible que c est justement pourquoi votre assurance a pris la peine de l exclure ! Pas fous les assureurs !
[8]
Commentaire par Hervé
vendredi 17 mai 2013 00:08
@430... Pour rappel, contrairement a ce que vous écrivez dans votre avant dernier commentaire, les ENR font aussi évacuer du monde. Le barrage des 3 gorges en chine, c'est 1,7 millions de personnes déplacées, et certainement pour plus d'un siècle. Le nucléaire c'est seulement en cas d'accident. Remmené au Mwh produit, les ENR déplacent plus de monde que le nucléaire. Mais il est certain qu'un accident nucléaire en France serait pénible à pas mal de monde. Concernant l'assurance, ça fait partie des risques technologiques qui il me semble sont obligatoirement couverts. L'ennui c'est que la maison ne sera pas endommagée, donc effectivement problème. Faut voir s'ils assurent la décontamination / relogement. Maintenant si les barrages lâchent et que vous avez 5m d'eau dans les rues de Lyon (scenario possible), pas sur que les assureurs arrivent a suivre non plus. Bien qu'il est vrai que reloger un mort coute moins cher qu'un vivant...
[9]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
vendredi 17 mai 2013 09:35
J avais dit "la plupart des ENR". Le solaire, l éolien, l énergie marémotrice, les gradients de température, la géothermie, la biomasse, etc. ne forceront jamais personne à déménager, et vous savez très bien que parmi les ENR, celles qui ont le plus de potentiel sont le solaire (qui peut couvrir 1000 fois les besoins) et l éolien (dont la production dépasse celle du nucléaire en Chine). Pour l assurance, demandez à votre assureur ou relisez votre contrat, et vous verrez que personne n est assuré contre le risque nucléaire, et que si votre maison même intacte est contaminée pour quelques siècles, vous ne serez pas indemnisé, et ce sera pour votre pomme !
[10]
Commentaire par patrig k
vendredi 17 mai 2013 11:27
""" Qu' avez vous fumez ? Mr Barré """ .. Disait-elle, l'animatrice de 28" sur Arte hier au soir, le 16.5.13 ! Quand vous avez osé " Oklo " "Onpille" & On fout le camp sans nettoyer le camp Gabonais ! Un propos SF post préhistorique astrolo-astronique , dans un sujet de débat sur l'enfouissement des déchets nucléaire à Bure. Alors que vous vantiez le réacteur, ou les réacteurs nucléaires vieux de 2 milliards d'années. Des réacteurs à fonctionnement intermitents, pire que les éoliennes , c'est dire , des cycle de 2 h/1/2, mm pas de quoi suvre l'opéra à la télé , du pré cambien inférieur ! [ ... D'une part, une telle réaction a pu s?amorcer parce qu?à l?époque où le dépôt a été constitué, la part de l?isotope fissile 235U dans l?uranium naturel était de l?ordre de 3 %, valeur proche de celle de l?uranium enrichi utilisé dans les réacteurs nucléaires actuels. Comme l?uranium 235 a une demi-vie radioactive inférieure à celle de l?uranium 238, son abondance relative diminue avec le temps. La proportion de nos jours est d?environ 0,7 % : un réacteur nucléaire naturel comme celui d?Oklo ne peut donc plus se constituer actuellement.... ] En remontant un peu plus loin dans le passé, vous auriez aussi put vanter " RA" , le Iter du bon dieu, vieux de 5 milliards d'années, selon le calcul ! Un truc qui fonctionne au poil , et suffisament éloigné de 150 000 000 kms, augmenté du magnétisme terrestre, pour qu'il nous chauffe sans nous griller ... ! A propos, combien, nous co
[11]
Commentaire par patrig k
vendredi 17 mai 2013 11:34
combien, nous coute l'éventualité, d'une panne de " RA" , car pour les autres du mm phone à son , ça commence à faire bonbon... De RA à Oklo qu'On pille qu'On Bure à Barré ... """ Qu' avez vous fumez ? Mr Barré """ .. Disait-elle, l'animatrice de 28" sur Arte hier au soir, le 16.5.13 !
[12]
Commentaire par Atom'Cratie
samedi 18 mai 2013 15:00
Enfin un Apparatcik du nuc qui ose parler de la grande escroquerie de l'industrie nucléaire: elle roule sans assurance ! Dommage cependant qu'il ait fallu attendre le désastre de Fukushima sans lequel je suis certain que le sujet de l'assurance nucléaire serait au fond des oubliettes. Au passage je rappel que si le vent avait soufflé de Fukushima vers Tokyo on aurait pris douloureusement conscience que 400 milliards c'est très insuffisant pour couvrir des dommages sur le poumon économique de la 3° puissance mondiale. Idem pour le France imaginez une catastrophe à la centrale nucléaire de Nogent sur Seine un jour de vent d'est qui obligerait l'évacuation de toute l'Ile de France pendant 30 ans, le scénario de l'Irsn parlait d'un maximum pouvant atteindre 5400 milliards d'euros de dégats, chiffre réaliste dans ce cas de figure. Pour en revenir au calcul de M. Barré, il me semble trompeur: Si on se contente de 8,7 ? de provision par MWh produit, étant donné que la production nationale nucléaire est d'environ 400 000 000 MWh / an ça veut dire qu'on provisionnerai chaque année 4 milliards d'? donc il faudrait 100 ans pour provisonner les 400 milliards. Or le temps de retour d'un accident de niveau 7 et plus est d'environ 1 tous les 20 ans et le parc nucléaire Français rentre dans une période de vieillesse qui ne va certainement pas augmenter sa sécurité de fonctionnement. Le provisionnement d'un fond de garantie accident de 400 milliards devrait se faire sur 10 ans grand maximum,
[13]
Commentaire par Atom'Cratie (suite message précedent)
samedi 18 mai 2013 15:10
(suite mess précédent)...Donc pour un fond de garantie de 400 milliards constitué en 10 ans c'est 100 euros / MWh qu'il faut prélever, et ça change tout ! En particulier ça permet de comprendre pourquoi le lobby nucléaire Français essaye d'arracher au gouvernement Anglais un prix de production garanti de 120 euros / MWh pour ses nouveaux réacteurs et encore je suppose que ce tarif exorbitant n'inclue qu'une ridicule provision pour accident voir même aucune. J'espère que les Anglais ne se laisseront pas pigeonner le Coq radioactif, wait and see...
[14]
Commentaire par Hervé
samedi 18 mai 2013 22:58
@430... Vous revez du du potentiel du solaire qui pourrait couvrir 1000 fois le besoin, l'ennui c'est que dans la réalité, on aura du mal à dépasser quelques % pendant encore quelques temps. Je vous invite a regarder cette émission sur les conséquences du développement des ENR en Allemagne: http://videos.arte.tv/fr/videos/la-fausse-promesse-d-une-energie-propre--7495620.html Il y a ce qu'on rêve, et puis il y a la réalité. Concernant ma barraque, à la distance ou je suis des centrales, peu de chances que la contamination la rende invivable pour longtemps. L?inconvénient principal, c'est la perte de valeur, et que ne pourrais pas faire pousser n'importe quoi dans mon jardin et limiter la conso de gibier local. Mais si ça fait partir les escrolos, au final, ça compensera largement...
[15]
Commentaire par Hervé
samedi 18 mai 2013 23:16
@ AtomCratie Si vous comptez la production mondiale du nucléaire (2500TWH), et que vous comptez qu'un accident moyen coûte 1000 milliards et qu'il a lieu tous les 25 ans vous trouverez environ 16E/Mwh. Mais l'accident est tellement peu probable qu'on préfère ne pas mettre en place de fond. Toutes choses confondues par ailleurs il faut se rappeler que pour financer le développement de leur transition, les Allemands ont alourdi la facture des usagers de 100E/Mwh pour augmenter d'environ 10% de plus d'énergie "propre" et cette dépense n'est pas un risque, elle est réelle ( et elle devrait continuer a augmenter).
[16]
Commentaire par pk
lundi 20 mai 2013 00:36
@HV, je vous lu plus inspiré ... enfin, pas jusqu'au point de signer votre contrat, comme vous vous étiez engagé, d'aller décontaminer au Japon , d'autant plus que si vous estimez [ ... Mais l'accident est tellement peu probable ... ] Qu'attendez vous, pour aller le saké atomique qui baigne par millions de m3 ,
[17]
Commentaire par 430 miliiards par réacteur
lundi 20 mai 2013 16:48
Hervé nous révèle la vraie nature des pronucléaires, uniquement centrée sur leur intérêt personnel, et n'ayant rien à faire des conséquences de leur sale business sur la majorité. Il se croit à l abri d un éventuel accident (ce qui n est possible que s il habite vers Brest, puisqu aucune autre région de France n est à moins de 200 km d une centrale), et donc cela ne le dérange pas que la moitié de l Europe soit contaminée, il arrêtera juste de manger du gibier ! Quant à l impact de la transition énergétique en Allemagne, la désinformation nucléaire prétend qu elle entraîne l augmentation des énergies fossiles, alors qu il suffit de regarder les consommations, pas sur 1 an, à cause des hivers parfois plus rigoureux, mais comparées à la moyenne sur les 10 dernières années : et là, les chiffres sont cruels pour les pronucléaires : Charbon : -2.9%, gaz ?9.1%, lignite +5% malgré une baisse de 34% du nucléaire (les allemands préfèrent leur lignite au gaz de Poutine). http://www.ise.fraunhofer.de/en/downloads-englisch/pdf-files-englisch/news/electricity-production-from-solar-and-wind-in-germany-in-2012.pdf (page 10) Carte des réacteurs : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Centrales_Nucleaires_fr.svg
[18]
Commentaire par pk
lundi 20 mai 2013 21:25
@ 430 ( ce qui n est possible que s il habite vers Brest, puisqu aucune autre région de France n est à moins de 200 km d une centrale) ... //... Certes réacteur Pwr dit civil, néanmoins, avec 4 SLNE équipés de réacteur de 250MW chacun, on est pas loin du compte, d'autant plus que nous ne sommes pas à l'abri d'un tir chargé et tronqué, à retomber entre Chateaulin et Douarnenez, voir à Brest mime .. !
[19]
Commentaire par Hervé
mardi 21 mai 2013 20:03
Je suis assez loin de la Bretagne, à 100 bornes de 3 centrales à vol de piaf, avec une pile sur un vent dominant (si elle pète complet j'y ai droit @ 30% de chances d'en subir des désagréments pendant une à trois décennies). Fort heureusement, elles sont assez loin de la mer, si un tsunami les atteint, on aura d'autre sujets de préoccupation. Et en plus, je pense que suite à la leçon du fuku, ils se bougeront un peu plus pour éviter le désastre en cas de pepin. Donc peu de risques. J'ai beaucoup plus de risques de me tuer en allant bosser. Concernant le "modèle" allemand, pour rappel, il est largement basé sur le charbon et c'est pas prés de changer. Ils font les beaux en réduisant de quelques % mais ça ira pas plus loin avant un paquet de temps. Dans la mesure ou en France on n'a pas de charbon, ce modèle n'est pas viable chez nous. Et puis toute cette pollution, NON. Concernant un boulo à fuku, j'aime pas trop les déplacements, mais si ça paye en rapport, pourquoi pas. Quant a l'eau contaminée, la solution est simple, qu'ils la vident d'un coup dans l'océan. Au moins les poissons du coin auront plus de chances de survie grâce à l'interdiction de la pêche.
[20]
Commentaire par pk dille
mardi 21 mai 2013 20:52
@ HV dit [ ... Dans la mesure ou en France on n'a pas de charbon, ce modèle n'est pas viable ... ] Et de l'uranium, c'est dito, c'est idiot ... Merci qui ? Qu'on pille, qu'on dérape, sans nettoyer le camp ... c'est pire que cochon atomique ...
[21]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
mercredi 22 mai 2013 09:45
Pas besoin d un tsunami pour qu une centrale française pète. Cela peut arriver avec une simple vague, comme cela a faillit arriver près de Bordeaux en décembre 1999, ou avec une rupture de digue pour n importe lequel des 16 réacteurs au bord du Rhône, ou pour Fessenheim. En effet, à chaque accident, la sécurité des réacteurs progresse, mais avec 2 bémols : 1) il faudra une dizaine d années et pas mal d argent à EDF pour mettre en place les nouvelles mesures de sécurité élémentaires auxquelles ils n avaient pas pensé avant Fukushima. 2) C est après le prochain accident qu on saura quelles sont les autres mesures de sécurité indispensables, mais auxquelles personne n avait encore jamais pensé. Pour les Allemands, une baisse de 3% du charbon et de 9% du gaz est peut-être insuffisante, mais combinée à une baisse de 34% du nucléaire et compensée par la hausse des renouvelables et de seulement 5% de lignite, c est déjà pas si mal ! Mais surtout, ce n est que le début, d ici 1 à 2 décennies, la baisse sera nettement plus forte, et alors ont aura l air malin quand on devra dépenser 500 milliards simplement pour rester au nucléaire, énergie du 20eme siècle alors qu avec le même argent ils seront passés aux renouvelables, énergie du 22eme siècle !
[22]
Commentaire par Hervé
mercredi 22 mai 2013 18:58
Non 430... à bordeaux ça a entamé les défenses de la centrale mais on était loin du désastre. http://www.irsn.fr/FR/expertise/rapports_expertise/Documents/surete/rapport_sur_l_inondation_du_site_du_blayais.pdf . Pour rappel refroidir un réacteur à l'arrêt en situation de crise ne nécessite pas forcément grand chose.Au pire, avec quelques motopompes achetées chez casto l'affaire est réglée. Ce qu'il faut c'est être rapide pour prendre des décisions ce que les japonnais n'ont pas su faire la dernière fois (mais à l'avenir, je pense qu'ils se montreront plus réactifs). @PK Il n'y a pas de problème d'uranium pour un bon moment. Et d'ici qu'il y en ait, on a largement le temps de déployer la GIV si on ne traine pas.
[23]
Commentaire par Hervé
mercredi 22 mai 2013 19:05
@430... Les premiers % d'ENR sont les plus faciles et les moins couteux à mettre en place. Ce qui va se passer en Allemagne dans les prochaines années va être très intéressant. Vous prédisez que les ENR seront l?énergie du 22e siècle, peut être, mais c'est loin d'être garanti. Entre temps il pourrait y avoir des découvertes qui pourraient tout révolutionner. Pour le moment, les ENR sont plutôt celles du moyen Age. On essaye de s'y remettre, péniblement... Leur déploiement a grande échelle ne sera possible que si on règle le problème du stockage. Pas de solution viable pour le moment. On cherche....
[24]
Commentaire par 430 milliards par réacteur
mercredi 22 mai 2013 22:42
A Bordeaux, on était "si loin" du désastre et de la fusion du c?ur du réacteur que le préfet a envisagé d évacuer la ville ! Et si les générateurs diesel de secours n avaient pas fonctionné, (comme par exemple à Bugey le 14 avril 1984 où toute la région Lyonnaise a eu très très chaud !), Fukushima n aurait été qu une simple répétition de Blayais 1999. Le quart sud ouest de la France serait en quarantaine pour quelques siècles, et la France aurait réellement fait sa transition énergétique car toutes les centrales auraient été arrêtées brutalement.
[25]
Commentaire par Hervé
jeudi 23 mai 2013 19:26
Mais oui 430,si, si, si, si, oui, si une grosse météorite tombe sur une centrale, on aura des problèmes c'est certain. Mais les ennuis de Bordeaux ou autres n'auraient pas forcément viré au desastre, même si les groupes... Pour rappel, ils ont fondu le coeur à Three mile island (type de centrale extremement proche des notres), ils ont même envisagé d'évacuer la ville et au final, la contamination? les morts? Pour rappel aussi, la zone interdite de Tchernobyl est quand même bien plus petite que le quart sud ouest de la France. Et a Tchernobyl ils sont allé assez loin dans la desastrologie (la moitié du coeur répendu sur le gazon aux alentours de la centrale).
[26]
Commentaire par Greenwashing radioactif
vendredi 24 mai 2013 23:52
C'est bien beau de parler de faire payer une prime d'assurance pour le nucléaire mais entre les désirs et la réalité il y a un monde. A ce jour il n'y a aucun projet de modification de loi qui obligerait les opérateurs à épargner suffisement pour assumer un accident grave. Donc M. Barré nous fait miroiter que le nuc "pourrait" s'assurer mais en réalité c'est pas demain la veille que ça se produira, je n'en ai entendu parler nulle part dans les débats sur la transition énergétique. Il s'agit juste de rassurer les braves moutons Français pour maintenir notre industrie nucléaire, sans en assumer les risques et les conséquences.
[27]
Commentaire par hervé
mercredi 29 mai 2013 19:34
SI on pourrait. C'est juste que personne ne veut car c'est trop cher. Par exemple on pourrait proposer aux abonnées EDF de payer leur facture deux fois plus cher (tarif de l?électricité en Allemagne). Provisionner cette différence de cout permet d'assurer leur déménagement en cas de souci @ 500 milliards / 27ans.
[28]
Commentaire par 430 milliards par réacteur
mercredi 29 mai 2013 22:03
L electricité est plus chère en Allemagne, mais leur facture énergétique est la même que la notre car leurs maisons sont mieux isolées. Pour le même prix que nous, ils vont se passer du nucléaire, et nous on reste au nucléaire avec ses déchets pour des centaines de millénaires, sa menace d un Fukushima ou d un Tchernobyl, sa pénurie proche d uranium, l énorme facture à venir du renouvellement des vieux réacteurs. Pour le même prix ils prennent une avance sur les technologies d avenir pendant qu on reste avec celles du passé; Merci EDF et Areva !
[29]
Commentaire par Ouf !! maintenant y'aura une assurance accident
samedi 01 juin 2013 10:23
1° juin 2013: Grande nouvelle ! Le gouvernement reconnait enfin qu'il y a un "léger" problème d'absence d'assurance accident dans les centrales nucléaires Françaises et propose donc de relever le montant de la responsabilité financière d'EDF à 700 millions d'euros par réacteur nucléaire lors de la prochaine loi de Transition Energétique...Ceci correspond à la somme faramineuse et sur-réaliste de 12 Euros par habitant et par accident !!!! Braves montons Français réjouissez vous, lors du prochain accident nucléaire, EDF aura (uniquement) l'argent pour vous envoyer un avis d'évacuation ou de décès par lettre recommandée...
[30]
Commentaire par Jean François
vendredi 28 mars 2014 14:33
Dire qu' on ne peut faire de statistique car il n'y a eu que deux accidents dans l'histoire, il faut oser !

[Réponse de l'auteur]
J'ose : les statistiques n'ont de validité que pour de grands nombres.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !