Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
European Energy Review est un portail en anglais publié depuis les Pays-Bas et consacré aux questions de l'énergie. Rédacteur en chef : Karel Beckman. Correspondant à Paris : Yves de Saint Jacob.   

« Il faut d’urgence relancer les investissements énergétiques » : le cri d’alarme de l’AIE


mardi 15 novembre 2011

Comme "économiste en chef" de l'Agence internationale de l'Energie, Fatih Birol est sans doute le spécialiste mondial de l'énergie le plus écouté. Il s'alarme de l'indifférence des dirigeants mondiaux face aux problèmes du climat et de la sécurité énergétique.


European Energy Review - Une fois de plus, la version 2011 du rapport annuel de l'Agence internationale de l'énergie (World Energy Outlook) adresse un message très préoccupant aux décideurs politiques, en dessinant un avenir énergétique qui est peu sûr, inefficace, cher et dangereux pour le climat...Etes vous déçu par la lenteur avec laquelle les dirigeants du monde répondent aux défis de l'énergie?

Fatih Birol - Pour être honnête avec vous, je dirais que le défi est tellement considérable que ce n'est plus une question de déception. Ce qui me surprend est l'indifférence et la vue à court terme de nombreux décideurs politiques. Beaucoup de gouvernements, au cours des trois dernières années, se sont focalisés sur la crise économique. Cela fait qu'ils ont accordé moins d'attention au secteur de l'énergie et qu'ils ont moins de moyens financiers pour mettre en place de nouvelles politiques qui nous apportent des perspectives plus optimistes en matière énergétique.

Après les échecs des négociations sur le climat à Copenhague en 2009 et à Cancun en 2010, nous approchons du sommet de Durban. Pensez-vous que les gouvernements pourront aller au delà de la conversation de salon et trouver des accords contraignants ?


L'analyse de l'AIE montre que si nous ne déclenchons pas une vague de politiques ambitieuses d'investissements dans les énergies propres avant 2017, la voie permettant de limiter l'augmentation de température de la planète à 2°c en 2100 (ndlr : borne vue comme une limite pour éviter des dérèglements graves de la vie sur la Terre) sera fermée, et pour toujours. Pour mettre en mouvement une telle vague d'investissements, il doit y avoir au préalable un accord international juridiquement contraignant. Cela signifie qu'à Durban, ou au sommet suivant, nous devrons voir se nouer cet accord. Malheureusement, je n'ai pas de grands espoirs. Parce que beaucoup des plus grands émetteurs de gaz à effet de serre n'accordent pas une priorité haute à la question du changement climatique.

Par exemple, aujourd'hui, les Etats-Unis et la Chine sont responsables de presque la moitié des émissions mondiales de CO2. Je ne suis pas optimiste quant à la volonté de ces deux pays d'accepter un accord mondial contraignant qui mettrait la planète sur la trajectoire des 2°c. Si ces deux pays n'adhèrent pas eux-même à un tel accord, il sera politiquement difficile pour les autres pays de se lier eux-mêmes. Et même s'ils le faisaient, cela ne changerait pas grand chose aux courbes d'émissions.
(...)

L'AIE, agence de l'OCDE, est souvent décrite comme le « chien de garde énergétique des pays riches ». Et il est vrai que les deux pays auxquels l'AIE  envoie des messages fermes - la Chine et l'Inde - ne sont pas encore membres de l'AIE. Est-ce que l'AIE ne devrait pas s'ouvrir à ces deux géants ?


C'est une vraie question. Nous en sommes très conscients, pas seulement en ce qui concerne les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi du point de vue de le sécurité des approvisionnements pétroliers, qui est la tâche principale de l'AIE. De ce point de vue, l'Inde et la Chine seront au fil des ans plus importants que nos propres pays membres. Nous travaillons avec eux très étroitement et nous espérons resserrer encore les liens dans l'avenir. Par exemple, notre réunion ministérielle du mois dernier a associé le ministre indien et le vice-ministre chinois. J'en suis heureux, c'est un pas dans la bonne direction.

Lire l'interview complète sur EER

1 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Spimont
samedi 19 novembre 2011 09:16
les politiques sont malheureusement impuissantes devant les finances mondiale, et nous en avons eu les preuves à différentes reprises, il ne nous reste à contruire autrement que devant cette folie destructive ...
il nous rete peu de temps pour replacer le coeur de l'homme au centre de
de la thématique de développement durable!! un shéma intérréssant en perspective sur www.sanctumméditerranee.com
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !