Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Aménagement, dynamique des espaces, énergie et climat
Auteur
Louis Boisgibault est un entrepreneur qui assure des cours sur les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique et le changement climatique à l'Université et dans les grandes écoles...

Solaire au Maroc : nouvel échec de l'Union Européenne


mercredi 18 février 2015

Une entreprise saoudienne, qui avait déjà été retenue pour la construction de la phase 1 du complexe thermo solaire de Ouarzazate au Maroc, gagne la phase 2 et la phase 3.


Plus de 2 ans après la première victoire de l'entreprise saoudienne ACWA Power International pour le premier lot, l'agence marocaine de l'énergie solaire (MASEN) a annoncé, le 9 janvier 2015 à Rabat, les résultats de la seconde adjudication du  complexe thermo-solaire de Ouarzazate.

Cette deuxième adjudication comprend un deuxième lot de 200 MW et un troisième lot de 150 MW, portant à 510 MW la puissance à installer déjà attribuée par les marocains. Une dernière adjudication concernera  un quatrième lot de 50 MW (photovoltaïque).


 L'Union Européenne, qui n'est pas assez coordonnée pour ces grands projets industriels, n'a pas su faire une offre gagnante, pour la deuxième fois.
    

Les travaux de construction du premier lot ont commencé le 10 mai 2013. La première production d'électricité est prévue pour le deuxième semestre 2015.

Quelles conclusions en tirer ?

- Le chef de file saoudien ACWA confirme son leadership, dans le cadre d'un consortium remanié avec le groupe espagnol SENER. ACWA commence à se faire connaître en Europe et rappelle les grandes ambitions saoudiennes en matière d'énergie solaire. En 2012, Bloomberg avait déjà parlé d'un investissement équivalent à 87 milliards d'euro, étalé sur 20 ans (2012-2032), pour installer 41 gigawatts, soit le tiers de la production électrique du Royaume.

- Son ampleur initiale est dépassée puisque le lot 3, initialement envisagé à 100 MW, a été conçu et attribué pour une tour solaire de 150 MW. Avec le quatrième lot à attribuer, le complexe solaire atteindra une capacité de 560 MW, c'est-à-dire une capacité équivalente à un demi-réacteur nucléaire, même si le facteur de charge sera inférieur.

- La France reste absente du chantier, même si des acteurs comme l'Agence Française de Développement et Soitec, se sont positionnés à la marge. Les champions nationaux, EDF, GDF SUEZ, GE Alstom ont été écartés. TOTAL qui a pourtant participé à projet similaire à Abou Dhabi (SHAMS), n'est pas présent.
 
- La capacité de stockage augmente de 4 heures, montrant ainsi un autre progrès technologique, qui permettra de produire l'électricité jusqu'à deux heures du matin, soit 7 heures après le coucher du soleil.

- Le tarif de rachat demandé à l'Office National de l'Electricité et de l'Eau potable  (ONEE) est en baisse de 0,25 DR / kwh pour le lot 2 par rapport au lot 1, pour la même technologie. Cela signifie que les économies d'échelle sont déjà à l'oeuvre en 2 ans et demi et permettent de construire moins cher la même centrale.



Photo Power clouds









Réagissez à cet article
 (2) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
2 commentaire(s)
[1]
Commentaire par papijo
mercredi 18 février 2015 15:38
Pour une fois, il s'agit d'un projet "solaire" un peu moins idiot qu'un parc photovoltaïque (qui ne fonctionne bien qu'à l'heure de la sieste). Il aurait été intéressant de connaître le prix de revient du MWh pour savoir comment il se place par rapport au MWh charbon (les Marocains préfèreraient sans doute 4 MWh charbon au prix de 1 MWh solaire).
[2]
Commentaire par Dauphin
vendredi 27 février 2015 11:53
Le principal perdant (non mentionné) reste Abengoa Solar leader mondial du solaire à concentration.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Louis Boisgibault est un entrepreneur qui assure des cours sur les énergies renouvelables, l'efficacité énergétique et le changement climatique à l'Université et dans les grandes écoles...

Lire la suite

Du même auteur

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...