Participez aux débats sur l'énergie de demain
 - Professeur honoraire au CNAM
Auteur
Professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, Jacques Foos a tenu la chaire de "rayonnements, isotopes et applications", de 1983 à 2008, formant ainsi plusieurs centaines d'ingénieurs...

Alerte pollution : à quoi joue EDF ?


jeudi 27 mars 2014

Bizarrement, EDF fait coïncider ses jours d'"effacement" avec avec les jours d'alerte aux particules fines... cela pousse les consommateurs, privés et entreprises, à se rabattre sur des moyens plus polluants !


Airparif, l'organisme chargé de surveiller la qualité de l'air en Ile-de-France, prévoit, pour jeudi 27 mars, un taux de pollution aux particules supérieur au seuil d'information, celui qui déclenche des recommandations pour les populations les plus fragiles. On peut penser qu'EDF qui a recours pour sa fourniture d'électricité à de nombreuses sources non polluantes de l'environnement (solaire, hydraulique, éolien et surtout nucléaire) va faire tout ce qu'elle peut pour limiter cette pollution. Cela semble raisonnable et pourtant ...

      Il existe parmi les contrats offerts par EDF à ses clients, professionnels ou particuliers un contrat dit « EJP » : Effacement Jour de Pointe lancé en 1983. Le client qui souscrit cette option tarifaire accepte de diminuer sa consommation d'électricité en période de pointe lorsqu'EDF le lui demande. En échange, il bénéficie d'un important avantage tarifaire tout au long de l'année. Mais s'il consomme durant les jours de pointe déclarés "EJP", il paiera alors le kWh à un prix beaucoup plus élevé. Le nombre des EJP est fixé à 22 jours par an. Ils sont situés dans la période du 1er novembre au 31 mars. Ces jours-là, une ampoule rouge s'éclaire dans le domicile ou le local du client pour lui rappeler cette contrainte. D'où l'appellation « jours rouges ». Le client « EDF-EJP » utilise alors le chauffage au bois ou les appareils individuels au gaz ou au charbon ou encore les groupes diesel pour les entreprises. Bref, tout ce qu'il ne faut pas faire en cas de pollution atmosphérique.

      Le gain collectif obtenu si on en croit les courbes de RTE (Réseau de Transport d'Électricité) est de plusieurs GW. On comprend donc qu'EDF utilise ce contrat les jours où la demande électrique est très forte. On comprend moins 'ou même pas du tout) qu'il l'utilise les jours de fortes pollution. Et pourtant...

EDF récidive...

      Le lundi 17 mars, jour où la pollution atmosphérique conduit l'État à prendre des mesures drastiques pour tenter de modérer cette pollution, EDF utilise le mode EJP. Puis, retour à un régime « normal » les autres jours de la semaine alors que la pollution avait quasiment cessé. À nouveau, hier soir, alors qu'Airparif annonce un nouveau pic de pollution pour ce jeudi, EDF décide de maintenir ce régime spécial pour ce 27 mars.

      Et pourtant, ce n'est ni la consommation électrique qui le justifie ni même l'obligation de respecter le contrat. Ce jour est en effet le 22e et dernier et il reste encore 2 jours possibles pour l'installer (les week-ends et jours fériés sont en effet exclus du contrat). Si on en croit les courbes de RTE, ce ne sont pourtant pas les occasions qui ont manqué depuis le 1er novembre : parmi les jours de semaine où la demande d'électricité a été plus forte qu'aujourd'hui (prévision) ou que le 17 mars, il y en a eu 12 en novembre (sur17 possibles), 12 en décembre (sur 17 possibles), tous les jours libres de janvier et février (36 jours au total) ! EDF a donc perdu 60 occasions de faire plus efficace que ces deux jours-là !

      Il est difficile d'imaginer quelles raisons ont poussé les ingénieurs d'EDF à prendre cette décision. À moins que ce soit un moyen de se rapprocher de nos voisins immédiats, en terme de pollution. En effet, rien que sur les rejets de CO2 par an et habitant, notre production d'électricité « propre » nous permet de rejeter 30% de moins que l'Italie, 43% de moins que l'Espagne, 53% de moins que la Grande-Bretagne, 70% de moins que l'Allemagne ou la Belgique et ...300% de moins que le Luxembourg ! Il n'y a que la Suisse qui fait un peu mieux que nous (-15%).

      Nous serions reconnaissants à EDF de nous donner la réponse !

Réagissez à cet article
 (4) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
4 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Hervé
jeudi 27 mars 2014 20:18
Pourtant c'est simple. Le but de ces contrats est de soulager le réseau lors des pointes. Comme il sont limités en nombre, ils évitent de les claquer tous en début d'hiver, car il est vital d'en disposer en cas de coup de froid. S'ils ne les ont pas utilisé pendant l'hiver, ils les claquent en fin de période. J'ai aussi entendu, mais c'est a confirmer que certains producteurs privés équipés de groupe diesels vendent par contrat leur jus ces jours là à un tarif élevé. Le gestionnaire s'étant engagé sur 22jours d'achat, il respecte... Quand au choix de la date exacte pour épuiser les derniers jours, il doit être du à des raisons techniques ou financières. Mais il est certain qu'il serait plus intelligent de revoir ces contrats avec une notion de moyenne sur plusieurs années au lieu de 22J chaque année. Ou établir des règles directement en lien avec la température. ça éviterais ces problèmes.
[2]
Commentaire par papijo
jeudi 27 mars 2014 21:12
Les pics de pollution apparaissent les jours sans vent. Il me semble tout à fait naturel que EDF fasse coïncider ces jours d'effacement avec les jours "sans vent / sans éoliennes" plutôt qu'avec les jours "avec éoliennes". C'est une conséquence logique du soutien aux éoliennes. La vraie question, c'est : à quoi nous servent ces éoliennes ?
[3]
Commentaire par Hervé
vendredi 28 mars 2014 18:29
@ Papijo: Les éoliennes, ce sont des hochets géants pour nos jeunes écologistes qui n'ont pas encore atteint l'age de raison.
[4]
Commentaire par Bleinc
mercredi 16 avril 2014 16:39
Les 22 jours EJP sont gérés par EDF comme un stock: il va falloir les utiliser en totalité avant le 31 mars, en les étalant sur la période pour optimiser la ressource et ne pas se retouver sans cartouche dans la dernière quinzaine de mars au cas où une vague de froid arrive, imprévisble par nature. On aurait ou faire mieux, mais on ne piouvait pas le savoir ! Et finalement, même s'il n'y a plus de vague de froid, EDF est obligé de déclencher les EJP restants car c'est le contrat et aussi il y a une recette associée au prix plus élevé de l'élec ces jours-là, donc rien à voir avec la pollution de l'air.
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !