Participez aux débats sur l'énergie de demain
Mots clefs : 

nourrir l'humanité,

 

europe

ogm


Auteur

Alimentation animale sans OGM : « de la fourche à la fourchette »


dimanche 23 décembre 2007

Le « Réseau des Régions Libres d’OGM » (dont fait partie la région Bourgogne) estime que son initiative « Alimentation animale non-GM, productions de qualité et stratégie agricole des régions européennes », organisée à Bruxelles les 5 et 6 décembre, a été un succès. Avec Europolitique, le quotidien des affaires européennes.




Europolitique, le quotidien des affaires européennes
default text
Le collectif des 43 régions européennes hostiles au développement des OGM dans l'Union européenne avait organisé une conférence pour démontrer qu’il est encore possible d’approvisionner les élevages de l’UE en protéines végétales issues de plantes conventionnelles.

La conférence, qui regroupait, outre les représentants des régions, des producteurs de soja, d’opérateurs alimentaires, etc.., d’Europe mais aussi des Etats-Unis et d’Asie, a débouché sur une déclaration demandant que la sécurité d’approvisionnement en alimentation animale sans OGM soit prise en compte dans la révision prochaine de la politique agricole commune.

Le réseau prône la mise en oeuvre d’une politique spécifique de détection des besoins, prenant en compte tous les intérêts des intervenants des filières. Arguant que la grande majorité des Européens (80 %) rejette les aliments issus des technologies de génie génétique, il demande aussi que le consommateur puisse avoir accès à une réelle transparence, « de la fourche à la fourchette », et notamment qu’il soit fait état de la nature exacte de la composition de l’alimentation animale entrant dans la ration des cheptels européens pour la production de biens alimentaires. Le consommateur doit avoir accès à un choix en toute connaissance de cause, dit-il (plus de détails dans notre prochaine édition).

Ces collectivités réclament, notamment, le droit d’interdire la culture des OGM sur leur territoire et l’étiquetage des produits s’ils sont issus d’animaux nourris ou pas à partir de transgéniques. Celui-ci leur permettrait de valoriser, en termes de coûts de production, leurs efforts auprès des consommateurs.

Si elles conviennent que l’Union européenne ne parviendra pas à produire suffisamment de protéines végétales pour être autonome, les régions « libres d’OGM » estiment qu’il est nécessaire de développer davantage des sources alternatives d’approvisionnement pour éviter le développement exclusif des OGM dans la filière des aliments pour animaux.

Selon les chiffres des organisations professionnelles agricoles (Copa et Cogeca), invitées malgré leurs divergences de vues avec le collectif d’élus locaux, le déficit en protéines de l’Union est de 73 %. Quelque 25,2 millions de tonnes équivalent protéines sont nécessaires pour nourrir les élevages européens a souligné Pekka Pesonen, le secrétaire général du Copa et de la Cogeca. Et la Communauté n’en produit que 6,7 millions ! A peine 1,5 % du soja utilisé au sein de la Communauté y est aussi cultivé. Pourtant sa part dans l’alimentation animale - 65 % selon les professionnels - est considérable.

Les régions « libres d’OGM » suggèrent de réduire la dépendance de l’UE en développant sa propre production de protéines végétales notamment à partir de fèves, de pois ou de luzerne. Elles souhaitent aussi que les partenariats noués depuis plusieurs années avec certains fournisseurs dans le monde soient pérennisés voire renforcés. Ceux-ci se situent au Canada, au Brésil, aux Etats-Unis, ou même dans des pays dont l’activité sur le marché mondial des aliments composés pourrait être plus importante, tels que l’Inde.

Par ailleurs, la possibilité de justifier auprès de consommateurs, le surcoût entraîné par le développement de ces filières est vivement réclamée. Il devrait être possible, a notamment défendu une élue de la région Bretagne, d’instaurer un système d’étiquetage permettant de différencier les animaux nourris ou pas avec des OGM. Toutefois, cette proposition adressée à de nombreuses reprises au commissaire européen à la santé, Markos Kyprianou a, jusqu’à présent, reçu une fin de non-recevoir.

La coopérative Cooperl, qui regroupe environ 1300 producteurs de porc bretons, a mis en place, depuis 1998 une filière d’approvisionnement en soja brésilien certifiée non-OGM, ont fait valoir les intervenants. Les primes versées par les professionnels pour obtenir du soja exempt de transgénique ont été en 2007 de 12 euros par tonne. Mais, selon leurs estimations, le coût global de la filière non-OGM devrait flamber dans les prochaines années. Il devrait être de 20 à 25 euros/t en 2008 et atteindre à terme environ 40 euros/t. Pour cette coopérative française qui produit 2,6 millions de porc par an, l’alimentation non-OGM génère un surcoût de 2,1 millions d’euros, ce qui représente 0,80 euro par porc.

42 régions européennes, dont 15 françaises, se sont affiliées à ce réseau «libres d’OGM»

Les régions membres du réseau sont situées en Autriche (Burgenland, Kärnten, Oberösterreich, Salzburg, Steiermark, Tirol, Niederösterreich, Vorarlberg, Wien), en Croatie (Sisak-Moslavina), en France (Aquitaine, Bourgogne, Bretagne, Centre, Corse, Haute Normandie, Ile-de-France, Limousin, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes, Nord Pas de Calais, Basse Normandie, Pays de la Loire, Franche-Comté, Rhônes-Alpes), en Grèce (Drama-Kavala-Xanthi, ENAE (Union of Prefecture Authorities of Greece), en Italie (Abruzzo, Bolzano, Emilia-Romagna, Lazio, Liguria, Marche, Molise, Piemonte, Sardegna, Toscana, Umbria), en Espagne (Euskadi, Principado de Asturias, Menorca) et au Royaume-Uni (Highlands & Islands, Wales).

Mots clefs : 

nourrir l'humanité,

 

europe

ogm

A LIRE AUSSI

PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !

Pourquoi votre facture de gaz augmente alors que les cours chutent
Les tarifs de GDF Suez pourrait augmenter de 4% au 1er juillet après avoir grimpé de près de 10 ...