Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Polytechnicien, Docteur en Sciences Physiques, membre de la Société Française de Physique, Frédéric Livet est Directeur de Recherches au CNRS. Il travaille au laboratoire Simap-Phelma (Université de Grenoble)...

Quand l'Allemagne importe son électricité de France


mardi 25 août 2015

Les chiffres d'échanges d'électricité aux frontières sont trompeurs : celle-ci part souvent ailleurs et la réalité des équilibres entre pays est souvent tout autre.


 En apparence, si l'on examine les statistiques européennes d'échanges d'électricité, la France importe de l'électricité à travers sa frontière avec l'Allemagne. Ces importations semblent surtout éponger les surproductions photovoltaïques du sud de l'Allemagne.

Mais si on étudie les échanges commerciaux tels que compilés par l'ENSTO-E (le réseau des opérateurs qui donne les statistiques pour la zone Europe de l'Ouest-Centre), on trouve que la France est exportatrice vers l'Allemagne de 10 TWh annuels.

En fait, on s'aperçoit que les importations françaises sont souvent en transit vers la Suisse voire l'Italie... et que la France exporte vers l'Allemagne à travers la Suisse et la Belgique. Le bilan commercial est donc très différent du bilan à la frontière.

La raison principale de cette situation est à rechercher du côté de l'intermittence des productions renouvelables: quand le soleil brille, l'Allemagne voit sa production photovoltaïque monter de plus de 20 GW, et il faut pouvoir l'envoyer chez les voisins et quand le vent s'arrête, c'est l'Allemagne du Nord qui appelle de la puissance à travers la Hollande et la Belgique.

En matière d'émissions de CO2, c'est donc la France qui exporte son électricité "décarbonée" vers l'Allemagne. Rappelons que l'électricité produite en France émet environ 50 kg de CO2 par MWh alors que l'Allemagne émet prés de dix fois plus.

Evidemment, on a du mal à s'imaginer la situation qui se produira si un jour la France doit aussi, quasi au même moment, placer la même quantité de production renouvelable chez ses voisins !

Pour combattre les émissions de CO2 en France, il est peu efficace de révolutionner à grands frais la production d'électricité. Nous devrions plutôt consacrer nos efforts à transférer les consommations émettrices de CO2 vers l'électricité pour subvenir aux besoins : chauffage (radiateurs, pompes à chaleur) et transports (en premier lieu voitures et autobus électriques ou hybrides).

Voir les données précises sur le site de Sauvons le climat.
Réagissez à cet article
 (14) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
14 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
mercredi 26 août 2015 08:50
Que ce passerait-il si on mettait en place une TVA sociale sur l'énergie, celle que nous produisons et celle que nous importons?
[2]
Commentaire par papijo
mercredi 26 août 2015 08:58
@Gépé - Il se passerait que cette "TVA sociale" serait anti-sociale, car elle frapperait les consommateurs d'énergie, en priorité ceux qui n'ont pas les moyens d'isoler leur maison ou d'habiter à 2 pas de leur boulot
[3]
Commentaire par Livet
mercredi 26 août 2015 13:33
Une taxe sur l'énergie serait une aberration: elle ne ferai aucune différence entre émetteurs de CO2 en non émetteurs. Je pense que l'humanité a largement assez d'énergie accessible. Pour la France, qui émet très peu de CO2 pour produire de l'électricité, il faut surtout électrifier transports, chauffage..et pas perdre son temps à remplacer le nucléaire qui marche très bien à tout prix par des renouvelables. De plus, notre réseau marche très bien, et il faudra le renforcer pour "encaisser" les renouvelables.
[4]
Commentaire par Gépé
mercredi 26 août 2015 14:13
Ma question concernait surtout les membres de sauvons le climat, car je n'ai pas trouvé sur le site une réponse à ma question.
[5]
Commentaire par Gépé
mercredi 26 août 2015 14:20
C'est un aspect à débattre dans le cadre de la COP21. Jean Tirole a déjà exprimé une opinion.
[6]
Commentaire par livet
mercredi 26 août 2015 15:55
A Gépé Il y a un problème: dans la COP21, on s'engage à des diminutions des émissions qui me paraissent bien urgentes. Mais notre manière de faire reste à notre charge: nous devons tenir compte de notre situation, qui est bien différente de celle de l'Allemagne ou autre. Dans notre cas, développer à tous crins les renouvelables ne va guère agir sur nos émissions. Par contre ça va coûter bonbon.
[7]
Commentaire par bmD
mercredi 26 août 2015 16:03
voici enfin une analyse qui va à l'encontre de la doxa véhiculée opiniâtrement par les milieux écologistes .
[8]
Commentaire par Tilleul
mercredi 26 août 2015 17:53
Les échanges d'électricité n'interviennent pas pour éviter des blacks out mais uniquement pour des raisons d'accord commerciaux... On a l'impression que les retraités du nucléaire n'ont toujours pas compris que l'énergie s'échangeait dans un marché dérégulé... La réalité est inverse, comme le montre la situation au moment du record de production Allemand, le marché électrique français est totalement incapable de s'adapter aux énergies renouvelables... Alors que l'Europe produisait abondamment de l'énergie à bas prix, gràce à l'Allemagne, la France était incapable de profiter de cette énergie disponible à cause de ses centrales nucléaires inflexibles et se retrouvé même avec des surproduction alors que le prix de l'électricité qui pouvait être importé d'Allemagne était moins cher que ce la production en France ! http://energytransition.de/2015/07/renewables-covered-78percent-of-german-electricity/
[9]
Commentaire par papijo
mercredi 26 août 2015 21:39
Vous savez, Tilleul, il ne suffit pas d'avoir du courant électrique bon marché, il faut aussi des lignes électriques pour le transporter ! Quand les liaisons avec l'Allemagne sont saturées, les prix ont beau baisser, il n'y aura pas d'avantage de courant transporté ! (et ne parlons pas de l'ENORME problème des lignes destinées à transporter le courant des éoliennes du nord de l'Allemagne vers les industriels du Sud )!
[10]
Commentaire par Hervé
jeudi 27 août 2015 19:54
Tilleul oublie que ce courant bon marché vendu moins de 1 centime du Kwh est largement subventionné par le CONsommateur Allemand qui lui l'achète 29 centimes...
[11]
Commentaire par Hervé
jeudi 27 août 2015 19:59
L'auteur doit aussi considérer que parfois, la France importe de l?énergie hautement carbonée car elle n'a pas assez de centrales nuke pour couvrir le Pic Hivernal... Mais au delà de cette comptabilité de bouts de chandelles, la France conserve une confortable avance vis a vis de l'Allemagne concernant ses émissions de CO2. Et c'est pas pret de changer, sauf si on mène les programmes du parti écologiste : Retour au gaz / charbon avec un zeste d'éolien solaire...
[12]
Commentaire par Livet
lundi 31 août 2015 12:30
On a sur le site ENTSO-E les échanges entre la France et l'Allemagne depuis Janvier 2003 (je puis donner les courbes). C'est très rare que la France importe d'Allemagne. On observe surtout un minimum d'exportations en hiver (baisse autour de 1TWh par mois en Janvier-Février), mais il semble que cela soit moins vrai ces dernières années: peut-être est-ce dû à des hivers doux, ou à une économie d'électricité en période de crise économique? Mon papier (et RTE) montre plutôt que les exportations allemandes à travers la frontière sont liées aux pics photovoltaïques, qui ne sont guère "porteurs de CO2". Donc il y a très peu d'importations "hautement carbonées". Mais c'est difficile de discuter l'origine (nucléaire?, fossiles? renouvelables?) d'une électricité qui circule. Je préfère plutôt me rapporter au mix du pays. Par exemple, je trouve ridicule la tentative de l'ADEME de "charger" le chauffage électrique de toutes les émissions de CO2.
[13]
Commentaire par Hervé
lundi 07 septembre 2015 18:54
Oui, c'est pour cela que je qualifie de "bout de chandelles". L'ademe n'est pas une référence. Ils ont souvent une analyse superficielle et ne tiennent pas compte des conséquences de leurs prévision sur le système dans son ensemble.
[14]
Commentaire par fatma
mardi 18 octobre 2016 11:32
BonjourArticle intéressant, sachant que j'aime suivre l'actualité du gaz et de l'électricité.De mon côté, je vous conseille de lire ceci : http://www.ardi31.com , bonne lecture
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Polytechnicien, Docteur en Sciences Physiques, membre de la Société Française de Physique, Frédéric Livet est Directeur de Recherches au CNRS. Il travaille au laboratoire Simap-Phelma (Université de Grenoble)...

Lire la suite

Du même auteur