Participez aux débats sur l'énergie de demain
Auteur
Energies et nucléaire est un blog édité par la Société Française d'Énergie Nucléaire (SFEN), association scientifique créée en 1973. Elle regroupe des membres de tous les horizons œuvrant dans le...

Nucléaire : et si Nogent-sur-Seine chauffait Paris...


jeudi 03 avril 2014

Les réacteurs nucléaires produisent beaucoup d'électricité...et perdent beaucoup de chaleur ! Pourquoi ne pas la récupérer ? .


Henri Safa, expert international en ingénierie nucléaire et scientifique au Commissariat à l'énergie atomique (CEA), s'interroge dans un article sur le blog "Energies et nucléaire " de la SFEN : "Et si les centrales nucléaires avaient une double finalité ? Produire de l'électricité ET de la chaleur".

D'énormes quantités de chaleur sont rejetées en pure perte dans les rivières, dans la mer ou dans les volutes de vapeur qui s'échappent des cheminées des centrales nucléaires, ce qui diminue considérablement leur rendement. Dans de nombreux pays, cette chaleur est récupérée soit pour alimenter des usines de dessalement d'eau de mer, soit pour du chauffage urbain. En France, très peu est fait dans ce domaine.


Extrait sur la question du chauffage urbain (voir l'article complet):

Le chauffage urbain, l'une des applications non électriques les plus prometteuses du nucléaire industriel, pourrait tout simplement se réaliser par une modification du circuit secondaire des 58 réacteurs du parc français actuel.

Pendant longtemps, l'éloignement géographique entre le lieu de production, la centrale nucléaire, et les usagers, concentrés dans les grandes villes, a été un frein au développement de la cogénération. Mais les réseaux de chauffages urbains se sont progressivement construits et l'amélioration de la technologie des lignes de chaleur permet aujourd'hui de transporter de l'eau chaude sur une distance de 100 kilomètres avec moins de 2% de perte de chaleur. Ces progrès ouvrent la voie au développement à grande échelle de la cogénération nucléaire. Cette technologie pourrait de façon réaliste subvenir à la moitié des besoins énergétiques de la France en chauffage et eau chaude sanitaire.

Cependant, si comme nous l'avons vu la faisabilité technique est démontrée, une telle décision implique d'une part une forte volonté politique pour favoriser le déploiement de réseaux permettant de transporter la chaleur sur de longues distances et d'autre part l'accord de l'Autorité de sûreté nucléaire pour ce qui concerne la modification de l'exploitation des centrales. L'investissement dans les nouvelles lignes de chaleur serait cependant assez vite rentabilisé puisqu'il permettrait à la France d'économiser chaque année au minimum 7 milliards d'euros (soit la moitié du budget consacré chaque année à l'achat d'hydrocarbures pour le chauffage dans le résidentiel-tertiaire). A terme, ce chauffage « nucléaire » permettrait de réduire de manière très importante la facture des ménages.

Cette idée de cogénération nucléaire commence à être reprise dans d'autres pays disposant de réacteurs nucléaires. A titre d'exemple, un projet finlandais de construction d'un nouveau réacteur sur le site de Loviisa a intégré la possibilité de fournir du chauffage urbain à la capitale, Helsinki, située à 80 kilomètres du site nucléaire.

 De manière similaire, il serait tout à fait envisageable d'alimenter en chaleur les agglomérations françaises grâce à nos centrales nucléaires. Paris et la première couronne pourraient ainsi être alimentés par la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube), distante de 110 kilomètres. D'autres raccordements pourraient également être envisagés entre une métropole régionale et une centrale : Lyon-Bugey, Lille-Gravelines ou Bordeaux-Blayais.
 

Réagissez à cet article
 (12) 
Nom *
Email *
Votre commentaire * (limités à 1500 caractères)
12 commentaire(s)
[1]
Commentaire par Gépé
vendredi 04 avril 2014 07:16
Ce problème est lié à un choix d'investissement. D'un coté, le prix de l'énergie économisée, de l'autre le cout du travail nécessaire pour raccorder les installations; Tout serait amélioré si le cout du travail était plus faible et le prix de l'énergie plus élevé. D'où l'idée de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
[2]
Commentaire par Chelya
vendredi 04 avril 2014 10:59
Le problème est technique et économique. Les centrales nucléaires fonctionnent à des températures relativement basse pour des centrales thermiques. Chauffer à des niveaux acceptables nécessiterait donc de diminuer la production électrique, ensuite on doit ajouter les consommations des pompes pour faire déplacer tout ce volume d'eau. Ca donne une diminution d'un tiers de la production électrique par centrale (celà dit vu qu'on ne peut plus utiliser les exportations vers nos voisins pour gérer nos surproduction, pq pas). Par contre il y a un problème majeur qui interdit ce type de projet en France c'est que le pays a fait le choix politique du traitement des déchets par incinération plutôt que par recyclage. En conséquence toutes les grandes villes comme Paris ou Lyon sont déjà chauffé par des incinérateurs couplés à des réseaux de chaleur qui surproduisent l'été. Une cogénération nucléaire ne pourrait donc fonctionner que quelques mois de l'année.
[3]
Commentaire par Hervé
vendredi 04 avril 2014 19:21
Il y a pas mal d'articles la dessus. C'est un excellent principe. Par exemple ce projet pour Paris: http://energie.sia-partners.com/20120321/la-cogeneration-nucleaire-une-formidable-economie-denergie/ . En comptant l'amortissement et toutes les pertes (y compris de production d'electricité), ça se rentabliliserait en 7 ans et demi sans augmentation de cout pour les usagers. Au bout de ce délai, ils payeraient leur chauffage quasi rien. C'est pour cela qu'il ne faut pas le faire, pas assez cher...
[4]
Commentaire par patrig k
vendredi 04 avril 2014 23:05
Diantre, ils en mettent du temps pour se mettre à tenter d'améliorer les rendements de ces cocotes atomiques ! Réactifs après 40 ans .. Sauf que pour cette fois, le cout d'investissement serait colossale, il suffit de le rapprocher des réseaux gaz, un gazoduc qui transporte de l'énergie condensée compte déjà bonbon, mais de l'eau surchauffée, c'est une absurdité monumentale. Le SFEN ne sait plus ou militer, ils sentent bien que la partie est finit ... Selon données ADEME : Rapporté à une puissance estimée récupérée à 30% sur un réacteur de 900Mwe soit 300 Mwth . Cout réseau urbain (petite puissance) ? P = 200 kW : C = 302 E/ml ? P = 750 kW : C = 315 E/ml ? P = 4 MW : C = 484 E/ml . Rapporté au projet ici évoqué : Soit environ (300/4) 75 x 484 36 300? / ml x (facteur réducteur grosse artillerie) 18 000 euros /ml soit 18 millions du km de résau ! 1,8 Md? les 100 km. Faudrait de plus laisse les fenètres ouvertes, autant pour refroidir les réacteurs, autant que de vendre de l'énergie pour payer l'investissement.
[5]
Commentaire par un physicien
dimanche 06 avril 2014 12:17
@patrig k Les chiffres que vous citez montrent bien que le prix n'est pas du tout proportionnel à la puissance, mais varie beaucoup moins vite. Votre extrapolation est injustifiée, le coût serait beaucoup moins élevé. C'est aussi ce que dit le simple bon sens.
[6]
Commentaire par Dominique Gosset
lundi 07 avril 2014 09:20
Politique fiction ! La puissance est certes disponible, mais intermittente : comment gérer les arrêts de tranches ou les AR sans "couper le chauffage" ? On retombe, mais dans une moindre mesures, sur les mêmes difficultés que pour le solaire et l'éolien, il faut une puissance équivalente de réserve...
[7]
Commentaire par Hervé
lundi 07 avril 2014 18:35
C'est effectivement un des problèmes. En principe les arrêts de tranche ont lieu hors saison de chauffe. Il reste néanmoins préférable d'équiper des centrales ayant au moins 3 réacteurs pour garantir une redondance correcte lorsque un des réacteur est en visite décennale car en cas de panne sur le second, il n'y a effectivement plus rien. Sinon il faut prévoir des chaudières en Backup.
[8]
Commentaire par pk
lundi 07 avril 2014 18:55
Descartes, dans Le discours de la méthode disait : « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée, car chacun pense en être si bien pourvu ». On ne peut plus claire. Le bon sens de l?agriculteur productiviste, n?étant pas systématiquement concordant d?avec celui de l?industriel de l?agroalimentaire, celui-ci qui le plus souvent de par les lois du marché libéral, à le bon sens de s?opposer au commerçant qui n?a de bon sens à satisfaire celui du citoyen courant, tout en lui vidant les poches, pour satisfaire le bon sens en dividende de ses actionnaires. Edf à aussi ce bon sens de satisfaire ses actionnaires, en osant nous dicter de ce que serait le bon sens de lumière, étant qu'elle n'en à pas Optique de l'aveu de Descartes , ce machin qui est visé se reconnaitra ... ou pas !
[9]
Commentaire par Hervé
vendredi 11 avril 2014 23:34
@ Pk, je vous suggère avant toute chose d'essayer de comprendre la citation que vous donnez et de vous l'appliquer à vous même. Descartes rappelle ici qu'on doit raisonner avec rigueur et aller au fond des choses . Vous semblez accuser dans votre prose les agriculteurs modernes, industriels, actionnaires, EDF... de concourir au grand malheur du monde. Les faits: Certains (qui se reconnaîtront) défendent sur des blogs,... un modèle censé être équitable sans actionnaires, sans productivisme... Est ce possible. Tous les pays qui ont tenté l'aventure on généralement "mal tourné". L'histoire se termine toujours en URSS, cuba, en Corée du nord... Personnellement, si je regarde ce que je produit dans mon travail et les fruits que j'en récolte, objectivement, ce n'est pas les actionnaires qui détiennent ma boite qui me pompent le plus mes revenus, c'est plutôt un machin qui s'appelle "état" qui pique du pognon d'un bout à l'autre du flux et dans des proportions bien plus grandes, (et qui grandissent d'année en année). Reste a voir ce qu'ils ont font et comment c'est utilisé... Autre débat... Autre cas: La comparaison Corée du nord et de la Corée du sud est aussi très intéressante, un peuple relativement homogène séparé, deux systèmes, deux résultats, lequel est le meilleur? La chine qui s'est mise a appliquer un communisme libéral voit le niveau de vie de sa population s'améliorer à un rythme jamais vu (Quelques soucis d'écologie, mais ils sauront les surmonter, car ils sont t
[10]
Commentaire par Hervé
vendredi 11 avril 2014 23:41
Suite... Notre système est injuste, il a des défaut, mais on peut dans ce cas adapter la célèbre citation de Churchill: "c'est le plus mauvais système, à l'exception de tous les autres". C'est certainement pour cela que l'essentiel du monde tourne comme cela, car c'est certainement celui qui est le plus adapté à la nature (plus ou moins sauvage) de l'homme . Si on veut chercher l'origine des malheurs de l'homme, ce n'est ni dans les systèmes, ni dans la technologie, ni dans le progrès, mais c'est dans l'homme lui même.
[11]
Commentaire par 430 Milliards par réacteur
dimanche 25 mai 2014 20:07
Systeme génial : en cas d arrêt d urgence du réacteur, plus de chauffage à Paris. En cas de Fukushima sur Seine, pas besoin des vents : livraison à domicile des becquerels !
[12]
Commentaire par Bertrand Tièche
vendredi 20 juin 2014 10:10
Et voici le retour de ce vieux serpent de mer nucléaire, déjà évoqué dans les années 70 avec le projet Thermos ! Voir ici : http://tinyurl.com/ox7pn9q A cause de cette technologie ringarde et dépassée, des gens se chauffent en France avec des grilles pains et lnotre pays est totalement largué en matière d'énergies nouvelles ! Sans parler du mirage de la voiture électrique qui nécessiterait la construction de 25 EPR pour pouvoir remplacer l'essence ! Je suis consterné de devoir lire encore ce genre d'âneries après tant d'années. (Merci à Chelya pour ses précisons dans son commentaire). Le nucléaire, au départ, c'est pour faire des bombes et rien d'autre. Pourquoi pas si la bombe atomique permet d'éviter une guerre mondiale. Mais qu'on arrête de nous raconter des âneries sur les miracles de cette énergie mortifère, de grâce !
PARTICIPEZ !
Cet espace est le vôtre !
La chaîne Energie de LExpansion.com
vous ouvre ses colonnes. Partagez vos analyses !
Auteur
Energies et nucléaire est un blog édité par la Société Française d'Énergie Nucléaire (SFEN), association scientifique créée en 1973. Elle regroupe des membres de tous les horizons œuvrant dans le...

Lire la suite

Du même auteur